Steffi Graf

5 infos pour briller au filet

RG 1987
Alors que la finale dames de Roland-Garros se joue ce samedi, ÀBLOCK! a décidé de rendre hommage à une sacrée nana du tennis. 22 titres du Grand Chelem, 5 en Masters et l’or olympique, c’est tout simplement une légende vivante. L’ancienne joueuse de tennis, Steffi Graf, reste dans les plus belles archives des courts. Dans le sport comme dans l’humanitaire, elle a trouvé sa place. Retour sur une love-story entre une joueuse et sa raquette en 5 infos.

Par Manon Gimet

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

1. Être professionnelle à 13 ans

Son amour pour la raquette débute alors qu’elle est haute comme trois pommes. Elle n’a que 3 ans quand son père commence à lui apprendre les techniques du tennis dans la pièce principale de la maison, avec une raquette en bois. L’année suivante, la voilà déjà tapant dans la balle avec bonheur sur un court de tennis.

Steffi Graf est championne d’Allemagne minime en 1981. À seulement 12 ans, en 1982, elle remporte le championnat européen des 12-18 ans.

Sa carrière professionnelle, elle la débute à l’âge de 13 ans et devient alors la plus jeune joueuse à s’offrir un rang au classement mondial.

Elle dispute son premier tournoi professionnel la même année, mais elle perd contre une ancienne numéro 1 mondiale, Tracy Austin, qui doute des capacités de la jeune athlète.

Les deux années qui suivent vont la démentir :  Steffi Graf se perfectionne et adopte un jeu plus technique, ce qui lui permet de gravir les marches du  classement WTA jusqu’à se positionner au sixième rang mondial.

En représentant l’Allemagne de l’Est au Jeux Olympiques de Los Angeles, alors que le tennis y est présenté en démonstration, Steffi Graf se hisse sur la plus haute marche du podium. Sa carrière de tenniswoman est lancée.

2. Devenir numéro 1 mondiale

Steffi Graf, qui s’est très vite imposée parmi les meilleures joueuses de tennis mondial, entre dans une nouvelle dimension : elle occupe la place de numéro 1 et ne la lâche pas pendant neuf ans. C’est la joueuse ayant gardé le plus longtemps ce rang, soit 8 saisons et 377 semaines cumulées, dont 186 semaines consécutives.

Mieux, Steffi Graf est encore la seule femme à avoir fait partie du Top 2 mondial pendant dix années consécutives, entre 1987 et 1997. Elle est ÀBLOCK!

3. Gagner le Grand Chelem

L’année de son apogée ? 1988, certainement. Pour remporter le Grand Chelem au tennis, il faut gagner les quatre tournois majeurs du circuit international organisés par la Fédération Internationale de Tennis, dans la même année. Et ça, c’est dans ses cordes, et elle le prouve !

Elle qui était dans le Top 10 mondial, commence par remporter l’Open d’Australie se déroulant à Melbourne entre le mois de janvier et février. Elle enchaîne avec Roland-Garros où elle atomise son adversaire, Natasha Zvereva, en seulement 34 minutes et au terme d’un score de 6-0, 6-0. Vite plié.

Elle continue sur sa lancée en s’envolant pour Wimbledon où elle remporte la finale sur la spectaculaire surface en gazon. Enfin, Steffi Graf réalise l’exploit en remportant l’US Open début septembre de cette même année. Elle gagne les quatre titres du Grand Chelem !

Cette année-là, Steffi Graf remporte aussi son seul titre du Grand Chelem en double à Wimbledon, un titre olympique et des Masters. What a champion !

Steffi Graf et Andre Agassi qui deviendra son époux, en 2001, à Las Vegas. Ils ont deux enfants.

4. Être une guerrière avant tout

Celle que l’on surnommait Fraulein Forehand (Mademoiselle coup droit) porte bien son nom. Son arme d’attaque principale est son coup droit puissant. Elle en a fait tomber des têtes…!

On ne peut pas oublier son revers… tellement excellent qu’il est considéré comme l’un des meilleurs du circuit international.

Steffi Graf s’est forgée une condition physique proche de la perfection, elle est rapide comme l’éclair dans ses déplacements et a une puissance remarquable lors de ses services, un record à 170 Km/h, quand-même !

Même les blessures ne l’auront pas ralentie, sa carrière fut une belle succession de victoires, rien ni personne n’aurait pu arrêter LA Steffi Graf !

5. Créer une association pour les enfants victimes de violences

En 1998, Steffi Graf crée la fondation “Children For Tomorrow”.

« Depuis plus de vingt ans, ma fondation soutient la santé mentale des enfants et de leurs familles qui ont été touchés par les atrocités de la violence, de la guerre et de la persécution », explique l’ex-joueuse.

Entourée de médecins et de thérapeutes, elle propose un traitement psychothérapeutique à ces enfants pour les aider à venir à bout de leurs traumatismes.

Steffi Graf est aussi l’ambassadrice de l’ONGI (Organisation Non Gouvernementale Internationale) “World Wildlife Fund” (WWF) pour la protection de l’environnement et du développement durable.

Le 13 août 1999, elle annonce sa retraite sportive. Deux mois plus tôt, elle disputait son dernier Roland-Garros et souhaite alors rester sur une victoire.

Steffi Graf n’a plus la même “joie” de jouer, selon ses propres mots. Elle avait 30 ans et une nouvelle vie, davantage ouverte sur les autres, s’ouvrait à elle.

Roland Garros 1999, face à Martina Hingis, sixième et dernier sacre de Steffi Graf sur la terre battue parisienne.

D'autres épisodes de "Tennis : femmes sur court"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

D’autres actus en brèves…

Maria Sharapova

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une lutteuse qui ne lâche rien, deux femmes dans une auto, un 5 infos pour briller au revers avec une championne dénommée Maria (Sharapova, notre photo), la fameuse question qui tue et une initiative qui a toutes les cordes à son arc, c’est la séance de rattrapage sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Maria Sharapova

Maria Sharapova, 5 infos pour briller au revers

Sur les terrains, au début des années 2000, la joueuse de tennis russe a rapidement marqué les esprits par sa détermination acharnée et son talent affirmé. Dotée d’un tempérament de feu, avec la raquette ou en entreprenariat, Maria Sharapova a conquis les courts et les cœurs. Malgré les soupçons de dopage, même après sa retraite sportive. Retour en 5 infos sur une icône qui a porté haut les couleurs de son pays.

Lire plus »
La question qui tue fitness

Moi, je veux seulement muscler mes fesses, c’est bien…non ?

Attention, voici venir la question qui tue sur les réseaux sociaux ! Sur Insta ou sur TikTok, les influenceuses au postérieur généreux se multiplient comme des petits squats. C’est devenu une tendance sportive : muscler (surtout) les fessiers. Mais si tu veux savoir rebondir en sport, est-ce vraiment ce qu’il faut fesse, euh, faire ? La réponse avisée de notre coach Nathalie Servais.

Lire plus »
Su-Wei Hsieh

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une tenniswoman à la raquette magique (Su-Wei Hsieh sur notre photo), une Déesse des courts français, les 5 dernières killeuses de la terre battue, une skieuse qui plante le bâton avec maestria, une chronique d’actualité, une question qui tue, une initiative 100 % féminine à l’épée et les porte-drapeaux en lice pour les prochains Jeux Olympiques et Paralympiques, c’est sur ÀBLOCK!

Lire plus »

Paris tire à l’arc !

Si les Jeux Olympiques de cet été arrivent à grands pas, les tireurs ciblent encore leur billet pour Tokyo. La Fédération Française de Tir à l’Arc organise un tout dernier tournoi de qualification pour les Jeux, suivi d’une étape de la Coupe du Monde. Armez vos arcs !

Lire plus »
JO 2021

JO de Tokyo, la course au drapeau

Pour la première fois, aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, la France aura deux représentants pour un seul drapeau : une femme et un homme. Un binôme égalitaire pour jouer les porte-drapeaux. Ils sont dix-neuf athlètes à s’être proposés pour porter haut les couleurs françaises. Il faudra attendre début juillet pour savoir qui est sorti du chapeau. Pour l’heure, si on faisait les présentations ?

Lire plus »
Aliya Luty

Un master d’Escrime 100 % féminin ? Touché !

Un tout premier Master d’Escrime 100 % féminin, c’est ce que propose la station-village de Vaujany, dans les Alpes. En collaboration avec le club d’Escrime Parmentier de Grenoble, elle organise un événement pour que les meilleures épéistes de France et du monde s’affrontent. À vos marques !

Lire plus »
Simone Biles

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière du tennis français restée dans l’ombre, une autre qui s’est offert un doublé pour la postérité à Roland-Garros, une championne folle de volley, la gymnaste la plus titrée de tous les temps (Simone Biles, notre photo), mais aussi une “question qui tue“, un film poignant sur la relation entre des ados et le foot et un nouveau campus sport business, c’est le programme à retrouver sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Simone Biles

Quand Simone Biles s’envole…

Son retour à la compet’ est un feu d’artifices. Deux ans après les Mondiaux et ses 5 médailles, Simone Biles a encore fait parler d’elle en réalisant un saut inédit dans un cadre officiel. C’était le week-end dernier lors de l’U.S Classic et elle a, elle-même, du mal à y croire !

Lire plus »
FISE

Le FISE s’offre un campus

Le Festival international des sports extrêmes (FISE) s’apprête à varier les plaisirs. L’organisateur d’événements sportifs va s’associer à Keyce Business School pour proposer un nouveau campus dédié aux métiers du sport et plus particulièrement aux sports émergents. La FISE Academy by Keyce ouvrira ses portes à la rentrée.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Plongée libre : les femmes comme des poissons dans l’eau

Nouvelle pépite sur les écrans dans le viseur de ÀBLOCK! : la série documentaire « Sports d’ailleurs » sur Netflix. Une plongée fascinante dans diverses cultures et les sports originaux que ces communautés pratiquent. On vous emmène faire un voyage dans « Le Grand bleu » avec l’épisode 3 consacré à la plongée libre, sport national aux Philippines où les femmes règnent sur les mers…

Lire plus »
MMA

MMA, dans la cage aux lionnes

Ça s’appelle le MMA et c’est l’assurance…d’un spectacle explosif. Acronyme de Mixed Martial Arts, ce sport de combat, conceptualisé il y a vingt-cinq ans, a très vite enflammé le monde. Légalisé il y a un an en France, il compte, chez nous, environ 50 000 pratiquants dont 25 % de filles. Ce 8 avril, le MMA Grand Prix sera diffusé en live mondial avec 12 “warriors“ dont 2 femmes. L’occasion de mettre en avant la discipline et quelques-unes de ses combattantes acharnées.

Lire plus »

Lauriane Lemperim : « Après ma blessure, j’étais presque devenue une autre… »

Elle aimait jouer les acrobates. Tellement qu’elle fut 7 fois championne de France et multi-médaillée internationale en tumbling. Avant de se blesser grièvement. Et de faire son come-back. Mais la flamme n’était plus là. Aujourd’hui, Lauriane Lemperim a quitté le saut pour la vague. Désormais surfeuse, elle profite d’une autre vie de sportive. Rencontre avec une fille qui a su rebondir.

Lire plus »
Valeria Kechichian

Valeria Kechichian, l’emblématique pasionaria du skateboard

Elle a découvert le skate à 28 ans et en a fait une arme de lutte contre les discriminations de genre. Valeria Kechichian est à l’origine du « Longboard Girls Crew », une communauté qui rassemble des femmes autour d’une même passion, le longboard. L’Argentine de 41 ans est également à la tête d’une ONG venant en aide aux populations défavorisées. Portrait d’une rideuse militante.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter