Marthe Robert Aussi libre que sa nage

Marthe Robert
Championne du monde de natation, c’est pourtant en traversant pour la première fois, en 1904, le lac de Neuchâtel que Marthe Robert a marqué son temps. Sportive sauvage, nature et authentique, la Suissesse force le respect par son humilité, sa passion de la natation et son courage à toute épreuve, à une époque où les nageurs étaient portés au-dessus des flots, au contraire des nageuses…

Par Claire Bonnot

Publié le 18 juin 2021 à 8h25, mis à jour le 27 juillet 2021 à 17h49

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Une femme peut en cacher une autre. Et ça commence par une histoire d’aujourd’hui : l’histoire de Katy, sportive habituée des bassins, qui, en se jetant à l’eau pour une traversée en eau libre dans le lac de Neuchâtel, en Suisse, a rencontré un autre destin de nageuse émérite, une pionnière : Marthe Robert.

Passionnée, Kathy remonte alors le fil de l’histoire et découvre un exploit…

En 1904, une adolescente de 16 ans prénommée Marthe Robert a, elle aussi et pour la première fois, traversé le lac à la brasse, sous la vigilance de son père et d’un ami en barque.

Son envie est toute naturelle : « Je me suis lancée sans préparation d’aucune sorte, confiera Marthe Robert au journal L’Express, en 1960. J’ai fait cela pour moi. Je voulais voir si c’était possible. Ce n’était pas pour faire parler de moi ».

Ce fut « la première traversée du Lac de Neuchâtel par une jeune fille » comme le titre une photo d’époque, sur près de 7 kilomètres. « Partie à 7h50 des Bains de l’Évole, à Neuchâtel, elle prit pied à 11h40 à Portalban, sur l’autre rive », raconte le Journal La Semaine de la Femme, en 1961.

Il faut dire que l’adolescente est née sous de bons auspices. Elle est la fille d’un professeur de natation et elle s’entraîne dans le lac, tous les jours de l’année, depuis son plus jeune âge.

De cet exploit s’ensuit une sorte de carrière éclair avec sa sœur Cécile Robert. « C’était la réussite de la traversée du lac de Neuchâtel à la nage qui m’avait donné l’idée de m’engager dans ces compétitions où je n’ai pas mal réussi. J’étais une excellente nageuse de fond, bien meilleure qu’en vitesse ».

Les sœurettes insubmersibles rééditent donc, en 1905, ensemble, la traversée du Lac de Neuchâtel, en deux heures et cinquante minutes. Le courant est fort, les vagues sont hautes, quinze hommes, engagés dans la course, abandonnent. Marthe et Cécile tiennent bon.

Un an plus tard, Marthe Robert fait encore parler d’elle et se voit couronnée dans la presse d’un très daté « Victoire du sexe faible », mais la victoire est là tout de même : sur une épreuve de natation de 200m, à Neuchâtel, elle file devant son adversaire masculin. Elle connaît ces eaux par cœur et semble aussi légère et acclimatée qu’un poisson…

La suite de ses aventures sportives fera les gros titres : outre une seconde place au classement général (avec les hommes) et une première place parmi les femmes lors d’une traversée du Lac Léman avec sa sœur, elle dispute quatre fois la mythique Traversée de Paris à la nage (12 kilomètres), en course amateur.

Elle y côtoie notamment Annette Kellermann, la sirène australienne qui fera fureur à Hollywood et qui concoure, elle, officiellement à cette course organisée par le journal L’Auto.

Miss Robert s’y classe, à chaque fois, première. « Mlle Marthe Robert, recordwoman de la traversée de Paris à la nage » titrera, royale, une caricature de cette époque.

Cette marathonienne des eaux se classe ainsi parmi les toutes premières femmes championnes de natation dans une écurie d’hommes. Elle deviendra aussi championne du monde, demeurant, jusque dans les années 1920, une des rares femmes à concourir parmi les messieurs.

Dans l’ouvrage de Anne Velez, « Les filles de l’eau. Une histoire des femmes et de la natation en France (1905-1939) », Marthe Robert est bien citée pour la postérité parmi les « Premières nageuses » qui vont « se positionner, en France, comme des éveilleuses ».

Quant à savoir si l’intrépide nageuse de fond avait conscience et envie de ce destin de pionnière, Katy, notre fervente admiratrice, répond tout de go : « Elle s’en fichait totalement ! ». Son état d’esprit était plutôt celui d’une jeune femme qui « avait envie de se faire plaisir et de faire les choses comme elle l’entendait ».

D’autant qu’elle a l’éducation d’une jeune fille pas si rangée que ça, à savoir une mère à la pensée libre, plutôt avant-gardiste pour l’époque, « qui a milité pour le socialisme et le féminisme, en 1870 », nous raconte Katy passée glaner quelques infos chez l’arrière-petite nièce : « Le jour des scrutins pour le vote des femmes en Suisse, en 1971, Marthe Robert était ravie : “Tu te rends compte que les femmes peuvent voter désormais !“. Elle était très engagée et faisait partie de ces femmes qui en imposaient ! ».

Marthe Robert ne s’est jamais mariée – elle a vécu avec sa cousine jusqu’à la fin de sa vie, et a très tôt délaissé la tenue de bain réservée aux femmes, tenue qu’elle jugeait un rien ridicule – des costumes à pois et à collerettes particulièrement encombrants – pour le maillot à la manière des hommes.

Elle n’a pas non plus hésité à s’exiler outre-Atlantique, seule, au pays de l’aventure. En 1920, elle plonge en effet dans le rêve américain, exerçant alors le métier de masseuse médicale à New York, en Virginie et en Floride.

De retour en Suisse, en 1951, auprès de son cher lac, « son grand ami » qui l’a vu éclore à sa vocation, elle se baignera tous les jours pendant encore une bonne vingtaine d’années, jusqu’à sa mort en 1973, n’hésitant pas à goûter à cette eau chargée de souvenirs encore et toujours. Un free spirit !

Depuis 2017, le concept touristique « Neuchâtel à la Belle Époque » rend hommage à cette figure sportive.

Katy, elle, organise une nouvelle course au Lac de Neuchâtel : « Cette passion commune m’a touchée et j’ai eu beaucoup d’émotions en découvrant une femme de cette époque qui n’a pas eu peur des freins qui pouvaient exister. Je crois que je ressens, comme elle, cette attirance comme un aimant que provoque l’eau claire du lac en moi. Ce n’est pas nager qui me crée cela, mais nager longtemps, plusieurs heures, c’est tout un état d’esprit hyper fort qui me met dans des instants d’absence et de contemplation puissants. En nage libre, on déconnecte totalement. C’est un réel bonheur ! J’admire cette femme d’avoir réussi à franchir les eaux qui étaient réservées aux hommes. »

Par passion, goût de transmission et dans le respect de la sécurité, Katy lance donc la Traversée Marthe Robert avec le concours de la Société de sauvetage et de vigilance nautique de Neuchâtel (SSVNN).

Cet événement aura lieu le 10 juillet prochain (avec un jour de réserve au 17 juillet), en hommage à cette « Neuchâteloise qui a marqué son époque. »

À l’occasion des 85 ans d’existence de la SSVNN et cinquante ans après avoir organisé sa première traversée de lac, quelques passionnés de natation en eau libre sont donc conviés à parcourir le lac de Neuchâtel. Les nageurs pourront parcourir les 7km qui séparent le Port de Cudrefin au hangar de la Société à Monruz, soit de façon individuelle ou soit en relais de 2 ou 3 nageurs maximum.

Chaque équipe ou chaque nageur individuel devra être accompagné par un bateau organisé par ses soins. La SSVNN limitera le nombre de participants afin de garantir la sécurité de chacun.

Le rêve de Kathy ? « Rendre cet événement annuel », mais dans un « esprit populaire ». Il y a déjà plus de femmes inscrites que d’hommes. Comme si Marthe Robert veillait au grain…

 

Ouverture : Peinture de Marthe Robert sur une cabine de pêcheur, au port de Neuchâtel
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Margaux Hubeny

Margaux Hubeny : « Sur ma moto, je n’ai pas peur, je me sens vivre ! »

Équipements et moto rose, comme un étendard, elle tient à démontrer que, sur la piste, les femmes aussi font surchauffer le moteur ! En 2019, cette douanière de 23 ans rafle le titre de Championne de France 600cc lors de la Women’s Cup. Surnommée « l’extraterrestre », Margaux Hubeny est une autodidacte du deux roues. Cette victoire est le premier titre d’une longue série pour une prodige de la piste qui n’est pas prête d’en sortir. Accrochez-vous, ça va secouer !

Lire plus »
Fanny Caspar

« Bump It » : tout schuss pour le ski freestyle féminin !

Ce 25 février 2021 aurait dû avoir lieu, en Andorre, un show de ski freestyle 100% féminin. Des rideuses devaient y promouvoir la cause des femmes dans le sport extrême. La Covid-19 est passée par là et la démo est reportée en 2022, mais pas le soutien aux sportives du ski freestyle. Ni à celles qui rêvent, en secret, de se lancer sur la piste. On se lève tous et toutes pour « Bump It » !

Lire plus »
Aliya Luty

Un master d’Escrime 100 % féminin ? Touché !

Un tout premier Master d’Escrime 100 % féminin, c’est ce que propose la station-village de Vaujany, dans les Alpes. En collaboration avec le club d’Escrime Parmentier de Grenoble, elle organise un événement pour que les meilleures épéistes de France et du monde s’affrontent. À vos marques !

Lire plus »
Emeline Delanis

Emeline Delanis : « L’athlé, c’était juste un loisir, je n’imaginais pas où ça allait me mener ! »

C’est l’athlétisme qui l’a choisie et non l’inverse. Emeline Delanis s’est mise à courir parce qu’elle était douée. Tout simplement. La jeune Francilienne, 24 ans, est rapidement montée en puissance… et en distance. Passée du 800 mètres au 10 000 mètres avec succès, double championne de France espoir 3000m steeple et 5000m en 2017, 3e aux Championnats de France élite l’an dernier, elle ne compte pas s’arrêter là et lorgne désormais du côté de la course sur route, mais aussi du marathon avec, dans un coin de sa tête, les Jeux Olympiques. Rencontre avec une fille endurante !

Lire plus »

La Covid, ennemi des sportives ?

30 minutes. Le dernier baromètre établi par la Fédération française d’éducation physique et de gymnastique volontaire (FFEPGV) démontre que, depuis la crise sanitaire, les femmes ont perdu une demi-heure de pratique en un an, se laissant distancer par les hommes qui bougent 48 minutes de plus qu’elles. Une mauvaise nouvelle alors qu’elles étaient en passe d’exploser les scores…

Lire plus »
Baronne Raymonde de Laroche

Raymonde de Laroche ou l’histoire de la baronne qui ne manque pas d’air

Elle a, sans regret, délaissé les arts pour la mécanique. Élisa Léontine Deroche, dite Baronne Raymonde de Laroche, a été comédienne avant de tout quitter pour grimper dans un aéroplane. Première femme au monde à décrocher un brevet de pilote-aviateur, la Parisienne a marqué de son empreinte les débuts de l’aviation. Récit d’une actrice devenue casse-cou.

Lire plus »
crossfit Laurene

Ces sportives qui revendiquent le « No Limit »

Boxe, CrossFit, ultra-trail ou encore rugby, aujourd’hui les femmes sont de plus en plus nombreuses à truster des sports habituellement chargés en testostérone. Se battre, s’abîmer, se dépasser… ces pratiquantes et championnes n’ont peur de rien. Surtout si ça fait « mâle ».

Lire plus »
Johanne Defay

Johanne Defay : « À travers le surf, j’ai appris à me connaître. »

Un raz-de-marée. Cette fille-là emporte tout sur son passage ! Plus jeune championne d’Europe de surf de l’Histoire, Johanne Defay est devenue, grâce à ses performances sur le Pro Tour, la meilleure surfeuse française et rejoint ainsi l’élite mondiale. À bientôt 27 ans, la Réunionnaise, sélectionnée pour les JO de Tokyo, fait des vagues. Et on adore ça.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner