Maddie HinchLe hockey n’aura pas eu sa peau

Maddie Hinch, le hockey n’aura pas eu sa peau
Gardienne star du hockey sur gazon, la british Maddie Hinch aurait pu abandonner les terrains aussi vite qu’elle y a été célébrée. Héroïne des Jeux Olympiques de Rio en 2016 après avoir stoppé quatre penaltys sur cinq, ouvrant la voie à la médaille d’or pour son équipe nationale, elle n’a pas su résister à la pression. Mais c’était mal connaître cette wondersportive qui a fini par se relever pour mieux remporter, cet été, la médaille de bronze aux Jeux de Tokyo. La numéro un mondial de la cage est toujours dans la place !

Par Claire Bonnot

Publié le 13 octobre 2021 à 13h09, mis à jour le 22 novembre 2021 à 9h32

C’est à l’école, sur le terrain des cours d’éducation physique que Maddie a d’abord impressionné son prof. La gamine esquive les balles comme personne et plonge de façon spectaculaire.

En bonne Anglaise, la petite Maddie Hinch a le hockey dans les gènes. Mais, plus que ça, elle a un don et son prof comprend très vite qu’elle pourrait performer dans la discipline.

©Jacob Turney/Red Bull

En 2008, elle a 20 ans et fait ses débuts internationaux en hockey sur gazon féminin avant de devenir un membre, bientôt essentiel, de l’équipe de Grande-Bretagne, évoluant au poste de gardien de but.

En 2014, elle remporte la médaille d’argent avec l’Angleterre aux Jeux du Commonwealth à Glasgow ; en 2015, elle arrête un pénalty et offre sur un plateau le championnat d’EuroHockey à son équipe anglaise.

©Jacob Turney/Red Bull

Il n’en faudra pas plus pour en faire une super-héroïne des terrains de hockey ! Elle est d’ailleurs couronnée gardienne de but mondiale FIH (Fédération Internationale de Hockey) trois années consécutives, en 2016, 2017 et 2018.

En 2016, année de sa première consécration, elle déploie tout son talent en stoppant les quatre pénaltys lors de la finale des Jeux Olympiques d’été de Rio contre l’équipe des Pays-Bas qui voit celle de Grande-Bretagne remporter une médaille d’or mémorable.

©Jacob Turney/Red Bull

Sa technique exceptionnelle a été largement créditée dans les médias comme le facteur décisif dans l’issue du jeu. C’est le début de la légende Maddie Hinch. La joueuse de hockey a alors amassé plus d’une centaine de sélections pour l’Angleterre et la Grande-Bretagne.

Mais, deux ans plus tard, c’est le black-out : la star abandonne le maillot national et fait une pause dans le hockey international. Maddie Hinch dévoilera plus tard son combat contre la dépression.

Elle a tenté de lutter contre la pression, celle qu’elle s’était imposée pour se comporter comme un « super-héros » à chaque fois qu’elle enfilait ses jambières. Mais trop, c’est trop.

Maddie Hinch admet avoir eu « peur de commettre des erreurs » au lendemain de l’or olympique : « Il m’a fallu du temps pour me prouver à moi-même que je pourrai encore jouer à ce niveau. »

©Patrik Lundin/Red Bull

Elle revient sur le terrain pour la FIH Hockey Pro League en 2019. Apaisée, elle se consacre à fond à la qualification de son équipe pour les JO de Tokyo. Elle s’y bat comme une lionne avec son équipe de hockey féminin et remporte, à nouveau, un titre olympique, le bronze cette fois-ci.

Maddie Hinch a d’ailleurs réitéré sa performance magnifique en quarts de finale contre l’Espagne : l’imparable meilleure gardienne a stoppé quatre pénaltys… Et de se dire « super fière du groupe ».

Y a de quoi, son équipe de hockey féminin britannique remporte, pour la troisième fois consécutive, une médaille aux Jeux Olympiques (2012, 2016, 2020).

©Jacob Turney/Red Bull

Dernière ligne de défense de son pays, Maddie Hinch fait magnifiquement le job. Son mental ? À lire son site officiel*, il est à toute épreuve : « Sois toi ! Sois sans limite », « C’est juste du travail acharné, du courage et de la détermination », « Soyez imparable, soyez le meilleur », « Je ne serai pas battue ».

Cependant, ces injonctions qui semblent lui redonner confiance, ne font pas tout. Et elle garde la tête sur les épaules : à la manière de Simone Biles, Maddie Hinch prend soin de sa santé psychologique.

Pour l’amour du sport et du beau jeu : « Je pense que j’ai retrouvé mon amour pour le jeu récemment, et il s’agit de ne pas regarder trop loin. (…) Si je sens toujours que je peux contribuer à cette équipe et l’aider à gagner des médailles, je serai là (à Paris 2024), mais je dois commencer à prendre davantage soin de moi et m’assurer que je suis bien. »

Une championne qui a compris que si elle a le hockey dans la peau, lui n’aura pas sa peau.

©Jacob Turney/Red Bull

Ouverture ©Patrik Lundin/Red Bull

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Agathe Bessard

Best-of 2020 (suite) : les mots exquis de nos championnes

« On ne peut contribuer à l’émancipation des femmes si on n’écoute pas leurs histoires », disait la féministe américaine Gloria Steinem. Depuis 9 mois maintenant, ÀBLOCK! invite les sportives à se raconter. Au-delà du sport et de ses performances, nous entrons dans leur univers très privé, cet univers fait de dépassement de soi qui leur permet de s’imposer, de se réaliser dans toutes les sphères de leur vie. En 2020, ÀBLOCK! a mis en lumière des femmes d’exception qui ont fait du sport un acte de militantisme, même si ce n’est, le plus souvent, ni conscient ni voulu. Et ce n’est qu’un début. Lisons-les, écoutons-les, ces confidences sont sources d’inspiration : leur force, leurs réussites, leur joie à aller toujours plus loin, mais aussi leurs doutes, leurs échecs sont une leçon de vie autant que de sport. Et 2021 sera encore une année riche de rencontres. Mais, pour l’instant, pour encore quelques heures, retrouvons celles qui ont illuminé 2020 à nos côtés !

Lire plus »
Caroline Garcia, la saison n'est pas finie…

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un triathlon interactif, deux Ultra-Trails à couper le souffle, une tenniswoman qui est de retour au top (Caroline Garcia sur notre photo), une militaire à la force spéciale, une pionnière du ballon ovale et la Question Qui Tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. En attendant la prochaine…

Lire plus »
Euro de natation 2022, le récap'

Euro de natation 2022, le récap’

Fin de baignade à Rome. Les championnats d’Europe de natation sont arrivés à leur terme, le dimanche 21 août. Et si l’Italie est restée maître à domicile, les Tricolores peuvent se satisfaire de résultats prometteurs. À l’eau !

Lire plus »
Valérie Garnier : « Le métier d’entraîneur est un chemin de vie »

Valérie Garnier : « Le métier d’entraîneur est un chemin de vie. »

Quatre médailles d’argent européennes, une médaille de bronze aux récents Jeux de Tokyo… En huit saisons, Valérie Garnier a fait de la France une place forte du basket féminin. Aujourd’hui, si elle quitte son poste d’entraîneur de l’équipe tricolore, elle n’a pas dit son dernier mot. Rencontre avec une enfant de la balle qui n’a plus rien à prouver.

Lire plus »
Martine Rolland

Martine Rolland : « Je suis une alpiniste avant d’être une femme. »

Elle fut la première femme guide de haute montagne en Europe. L’alpinisme, pour elle, c’est avant tout une histoire d’amour. Celle qui la lie à son mari, Jean-Jacques, qui l’a initiée à la montagne et l’a soutenue lorsqu’elle a voulu faire de sa passion son métier. Martine Rolland est une pionnière discrète, étonnante et captivante. Elle se raconte dans un livre* et sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Laetitia Blot

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un sport de combat explosif et de plus en plus féminin, le MMA est dans la place sur ÀBLOCK! avec quelques guerrières en cage (comme Laetitia Blot sur notre photo) qui s’expriment comme elles se battent, mais aussi une boxeuse sous les projecteurs de notre questionnaire sportif et une campagne digitale pour le mouvement de la paix par le sport, c’est le menu de la semaine, enjoy !

Lire plus »
Charlotte Hym et Madeleine Larcheron

Charlotte Hym et Madeleine Larcheron, les rideuses françaises entrent en… Skate

Elles seront deux. Deux Françaises à porter fièrement les couleurs de l’équipe de France lors des épreuves de skateboard qui auront lieu le 25 juillet (street) et le 4 août (park) aux JO de Tokyo. Charlotte Hym et Madeleine Larcheron auront l’occasion de marquer l’Histoire des Jeux Olympiques en s’invitant sur le premier podium consacré à la discipline. Faisons les présentations.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner