Lyli HerseLa révélation du premier Tour de France féminin

Lyli Herse, la révélation du premier Tour de France féminin
Elle a été LA « coursière » la plus en vue du premier tour de France. Avec deux victoires d’étape et deux deuxièmes places, Lysiane Herse, dite « Lyli », petit prodige venu du cyclotourisme, a définitivement marqué de son empreinte la première tentative de « Grande Boucle » au féminin. La Normande bouclera cette course inaugurale à la quatrième place du Générale, battue au temps par la Britannique Millie Robinson.

Par Sophie Danger

Publié le 27 juillet 2022 à 9h58, mis à jour le 27 juillet 2022 à 17h07

Rambouillet. 28 septembre 1955. Deux mois quasi jour pour jour après la troisième victoire du Français Louison Bobet sur le Tour de France, un peloton de 41 jeunes femmes s’apprête à disputer, pour la première fois, son pendant féminin.

Annoncée en grandes pompes en 1954 par Jean Leulliot, ancien journaliste de l’Auto, dans les colonnes de son hebdomadaire Route et Piste, l’organisation de la course a pris un peu de retard et les prétentions initiales ont été largement revues à la baisse. Des sept jours de compétition originels, il n’en reste ainsi plus que cinq.

Du côté du parcours aussi, c’est le régime sec. Terminée la virée de quelques 600 kilomètres envisagée entre Rouen et la côte Atlantique, les « coursières » comme on les surnomme, se contenteront de naviguer entre les Yvelines et la Normandie pour une distance totale quasi réduite de moitié. Mais l’essentiel est ailleurs.

Alors que les exploits des « forçats » du Tour font se soulever les foules depuis 1903, les femmes, rigoureusement interdites de participation, ont enfin l’occasion, avec un demi-siècle de retard, de montrer toute l’étendue de leur talent sur une course de référence.

Elsy Jacobs…©Wikipedia

L’opportunité est belle, il s’agit de ne pas la manquer. Le Luxembourgeoise Elsy Jacobs, future championne du monde sur route, l’a bien compris qui a très vite répondu présente tout comme la Suissesse Marie-Louise Vonarburg.

C’est le cas également de Millie Robinson. La native de l’île de Man, victorieuse, quelques semaines plus tôt, du Circuit Lyonnais-Auvergne, compte bien réitérer la performance.

Côté Françaises, Jeanine Lemaire fait figure de grande favorite. Double championne de France sur route, la « Reine de la petite reine » vient d’ajouter, officieusement, à son palmarès le record du monde de l’heure.

Ses compatriotes Lydia Haritonidès, sacrée lors des récents Championnats de France, et Marie-Jeanne Donabédian, sa dauphine, sont elles aussi de la partie.

Jeanine Lemaire…©Wikipedia

Du beau monde donc qui va pourtant se faire damer le pion, dès la première journée, par un phénomène venu tout droit du cyclotourisme : Lysiane Herse.

Fille de René et de Marcelle Herse, fabricants de cycles renommés, « Lyli » a baigné dans le milieu depuis son plus jeune âge.

Grimpeuse dans l’âme, on lui prête notamment une dizaine de victoires en tandem dans la Polymultipliée de Chanteloup.

À la voir survoler les 82 kilomètres qui séparent Rambouillet de Verneuil-sur-Avre en ce début d’automne, il semble désormais acquis que le plat lui sied tout autant.

Au terme de 2 heures, 25 minutes et 18 secondes d’efforts, la Caennaise de 27 ans franchit la ligne d’arrivée en tête et endosse le premier maillot blanc de l’Histoire du Tour de France féminin.

Lysiane dite « Lyli » Herse

Un joli coup d’éclat qui en annonce d’autres. Le lendemain, sur la route qui mène les candidates à la victoire à Bernay, elle livre une rude bataille contre June Thackerey.

La Calvadosienne s’inclinera finalement au sprint, devancée d’une courte tête par la Britannique, mais les commandes du classement général toujours sous contrôle.

Un soulagement pour le clan français qui enregistre, en parallèle, un abandon de taille, celui de Jeanine Lemaire, victime d’une lourde chute et contrainte de déclarer forfait pour la suite.

Troisième étape, même scénario. Ou presque. « Lily », battue par Marie-Jeanne Donabédian à Vimoutiers, parvient, une fois encore, à conserver le maillot de leader.

La montée en puissance de Millie Robinson entre Elbeuf et Gournay-en-Bray aura finalement raison de son règne.

La Britannique s’impose en solitaire dans la petite commune de Seine-Maritime avec 13 secondes d’avance sur ses poursuivantes. L’ultime étape s’annonce tout à la fois décisive et passionnante.

Programmée le 2 octobre 1955, elle comporte deux volets : un contre-la-montre, mise en jambes redoutable avant d’attaquer les 49 derniers kilomètres de course pour rallier Mantes-la-Jolie et couronner la Première Dame de France. Robinson remporte la première manche.

La seconde revient à « Lyli ». Deux succès d’étapes pour les deux rivales. Une égalité numéraire mais une bataille du temps qui revient sans contestation possible à Robinson.

La native de Douglas rafle la mise devant sa compatriote June Thackerey. Marie-Jeanne Donabédian s’invite dans le trio de tête, évinçant le jeune prodige du podium pour 46 secondes.

Une issue décevante pour la Normande qui n’aura, hélas, pas l’occasion de prendre sa revanche. Après une édition, le Tour de France féminin disparaît du calendrier sans que grand monde ne semble s’en émouvoir.

Mais le pli est pris pour la demoiselle Herse qui va remporter, dès l’année suivante, le premier de ses huit titres de championne de France sur route (1956, 1958, 1959, 1961, 1962, 1963, 1965 et 1967).

Elle mettra un terme à sa carrière de coureuse en 1967 avant de prendre les rênes d’une équipe féminine quelques mois plus tard. Reconvertie entraîneur, elle coachera, notamment, Geneviève Gambillon, championne du monde en 1972 et 1974.

Elle s’occupera, dans le même temps, de l’entreprise familiale avant de la revendre, en 2008, à un fabricant américain. Elle s’est éteinte le 4 janvier 2018, deux jours avant son 90e anniversaire.

©Flickr

D'autres épisodes de "Cyclisme, dans la roue des sportives"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Marie Mateos

Marie Mateos : « En paramoteur, je suis comme un oiseau ! »

Elle vient de décrocher le titre de Championne de France, en mixte, en paramoteur. Marie Mateos bourlinguait dans les airs, au cœur d’une montgolfière, lorsqu’elle s’est fait attraper par ce drôle d’oiseau volant et s’est lancée dans cette aventure pour tutoyer les cieux. Elle est l’une des rares femmes à pratiquer ce sport méconnu et a brillé à de nombreuses reprises sur les podiums. C’est parti pour l’envol !

Lire plus »
Shaïnez El Haïmour « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Shaïnez El Haïmour : « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Troisième mondiale en karaté kyokushinkai, Shaïnez El Haïmour est la première Française à avoir remporté, fin 2019, la médaille de bronze au Championnat du Monde à Tokyo, au Japon. Également multiple championne d’Europe de la discipline, elle se raconte dans ce nouvel épisode du podcast Premier Crochet signé Audrey Largouët, revenant sur les événements qui lui ont permis de décrocher son titre mondial à travers son rapport à cette discipline qu’elle pratique depuis ses 6 ans.

Lire plus »
Euro de natation 2022, le récap'

Euro de natation 2022, le récap’

Fin de baignade à Rome. Les championnats d’Europe de natation sont arrivés à leur terme, le dimanche 21 août. Et si l’Italie est restée maître à domicile, les Tricolores peuvent se satisfaire de résultats prometteurs. À l’eau !

Lire plus »
Coupe du Monde féminine de rugby à XV 2022, la guerre des étoiles ovales

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

L’histoire des filles sur les tatamis, la présentation de la plus grosse compét’ féminine du ballon ovale, une accro au sport qui témoigne et tout sur la sortie du livre de la championne olympique de hand Cléopatre Darleux, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
Danser pour mieux s'élever

Danser pour mieux s’élever

Le 16 janvier prochain, l’association de Kathy Mépuis, « La Possible Echappée », mettra en scène une pièce chorégraphique dans le but de sensibiliser à l’intégration sociale des personnes en situation de handicap. Cinq danseurs et danseuses professionnel.le.s dont Maxime Thomas de l’Opéra de Paris seront de la partie pour faire passer le message.

Lire plus »

Steffi Graf : 5 infos pour briller au filet

Alors que la finale dames de Roland-Garros vient de se jouer, ÀBLOCK! rend hommage à une sacrée nana du tennis. 22 titres du Grand Chelem, 5 en Masters et l’or olympique, c’est tout simplement une légende vivante. L’ancienne joueuse de tennis, Steffi Graf, reste dans les plus belles archives des courts. Dans le sport comme dans l’humanitaire, elle a trouvé sa place. Retour sur une love-story entre une joueuse et sa raquette en 5 infos.

Lire plus »
Sam Davies

Samantha Davies : « Pour moi, en voile, le plaisir l’emporte toujours sur la souffrance. »

Elle est Anglaise de naissance, Bretonne d’adoption. À 46 ans, Samantha Davies a déjà roulé sa bosse sur tous les océans de la planète. Contrainte à l’abandon lors du dernier Vendée Globe après que son bateau, Initiatives-Cœur, ait heurté un ofni, la jeune louve de mer n’a qu’une idée en tête : repartir à l’assaut de ce tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance. Rencontre avec une fille qui sait garder le cap en toutes circonstances.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner