Ça n'engage que moi...

Carole Gomez : « Difficile de ne pas être inquiet.e.s face à l’extrême fragilité du sport au féminin…»

Carole Gomez

Par Carole Gomez, directrice de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS)*

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

«  À l’heure où certaines parties du monde guettent la menace d’une seconde vague de Covid-19, d’autres régions, quant à elles, envisagent sérieusement le déconfinement et la reprise d’une activité en présentiel.

Le monde du sport ne fait pas exception et petit à petit, les calendriers des prochaines rencontres et compétitions cessent d’être reportés ou annulés, mais bel et bien fixés.

Ces 3 mois de pause forcée auront toutefois vu se développer des initiatives, des réflexions sur le « monde d’après », expression d’un nouveau paradigme censé être l’opposé de ce que nous avions connu jusqu’à lors.

Au-delà du concept dont on peut débattre de la pertinence et de l’utilité, ce supposé «  monde d’après » n’a octroyé in fine que (trop) peu de place au sport au féminin.

Si l’avenir du sport en général était, à juste titre, questionné, faisant l’objet de débats, de réunions, de concertations, et alors même que des signaux inquiétants concernant la pratique féminine se multipliaient, trop rares ont été les réflexions lancées sur ce sujet.

Bien qu’il soit, à ce jour, impossible – et contre-productif – de dresser un bilan définitif de cette récente période, plusieurs éléments peuvent toutefois être notés.

Esquisser des conclusions n’est jamais chose aisée, surtout quand l’origine de la crise n’est peut-être pas réglée mais également parce qu’il est difficile d’analyser avec précision la séquence passée, émaillée d’annonces inquiétantes comme de signes encourageants.

En effet, difficile de ne pas être inquiet.e.s face à la publication des rapports (FIFPro) mettant par exemple en lumière l’extrême fragilité du secteur professionnel féminin, des communiqués annonçant que les sections féminines ne sont pas «  l’essentiel » et qu’elles pourraient devenir des variables d’ajustement, que certains calendriers sont communiqués sans compétitions féminines (communiqué de l’UCI), que des compétitions sont reportées sans plus d’informations, que certains sponsors décident de se retirer (Tyrells avec Premier 15s, championnat de rugby anglais), que certains championnats féminins sont arrêtés alors même que les championnats masculins reprennent (exemple de la Liga Iberdrola en Espagne par exemple), sans parler d’une médiatisation infime.

Un rapport de LTT Sports sur les conséquences de la Covid-19 sur le football professionnel « féminin », mettait précisément en lumière un « soutien artificiel » et un manque d’ « attention sincère » apportée à ce sport.

A croire que les efforts, croissants, réalisés depuis plusieurs années, voire dizaines d’années dans certains sports et certains pays, n’ont été que vains.

«  Il est indispensable de revenir sur l’absence quasi-totale d’informations sur le sport au féminin. »

Pourtant, parallèlement à cela, et dans ce marasme de mauvaises nouvelles liées à la période, quelques bonnes nouvelles existent. Plusieurs fédérations nationales comme internationales ont réaffirmé leur investissement dans la féminisation (FIFA par exemple), des sportives, de plus en plus nombreuses se sont fait entendre, poussant même certaines fédérations à créer de nouvelles compétitions (création de la course féminine Paris-Roubaix par l’UCI, à la suite de la lettre ouverte de coureuses), la reprise de certains championnats, à l’instar des championnats masculins, ou encore la signature d’un contrat de sponsoring historique entre Nike et Ada Hegerberg.

En revanche et comme cité précédemment, une réelle source d’inquiétude demeure, il est indispensable de revenir sur l’absence quasi-totale d’informations sur le sport au féminin.

À l’exception de quelques magazines spécialisés et de rares articles ou interviews, le sport au féminin, dans sa globalité a été très largement invisible.

Informations laconiques sur les compétitions en cours ou à venir, absence de rediffusion de matchs importants, ou même de réflexion sur les questions qui se posaient pourtant avec la même force que pour leurs homologues masculins : comment gérer les fins de saisons, les relégations, les préparations physiques ?

Comment faire face à cette crise sanitaire qui allait inévitablement avoir des conséquences économiques sur l’écosystème sportif, ainsi potentiellement sur la pratique même du sport, au niveau du sport de masse comme professionnel.

« La médiatisation est une formidable vitrine permettant de promouvoir le sport au féminin. »

De façon sans doute un peu provocante, et afin de mettre un chiffre sur cette absence, la comparaison de la représentation des conséquences de la Covid-19 sur le sport au masculin et sport au féminin pendant 2 mois (14 mars au 18mai) par la version papier de l’Equipe est sans appel. 2,4%. Soit à peine une quarantaine d’articles sur plus de 1600. 

Cette absence de médiatisation est, rappelons-le, extrêmement préoccupante compte tenu de l’importance que l’image, la publicité a en tant que construction de modèle pour la société.

En d’autres termes, la médiatisation est une formidable vitrine permettant de promouvoir le sport au féminin.

C’est en voyant performer des sportives, en lisant des interviews de joueuses, arbitres, entraineuses ou dirigeantes que la féminisation du sport s’impose dans les esprits et, à plus long terme, dans les faits.

«  Plus que jamais, une étude attentive des prochains mois et des années sera nécessaire pour évaluer avec précision les conséquences de cette crise. »

En conséquence, si les chiffres de médiatisation des compétitions féminines étaient bien plus faibles que des masculines, force est de constater que ces trois mois d’absence risquent d’avoir des conséquences importantes sur la perception du sport au féminin.

Plus que jamais, une étude attentive des prochains mois et des années sera nécessaire pour évaluer avec précision les conséquences de cette crise.

En conséquence, il est indispensable de suivre avec la plus grande attention les évolutions du sport au féminin au cours des prochains mois et des prochaines années.

En ce sens, la recherche en (sciences et techniques des activités physiques et sportives, sciences économiques, humaines et sociales, physiologiques etc) devra plus que jamais se poursuivre.

*Carole Gomez est directrice de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), suivez ses travaux sur le site de l’IRIS.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Sara Labrousse

Sara Labrousse : « La natation artistique à haut-niveau m’a appris à repousser mes limites… »

Ses rêves ne prennent jamais l’eau. À 32 ans, après avoir participé aux plus grandes compétitions internationales qui la mèneront jusqu’aux Jeux Olympiques, cette championne de natation artistique a quitté les bassins, mais pas l’univers aquatique. Sara Labrousse est désormais docteur en biologie marine. Les souvenirs cependant lui tiennent chaud. Et elle nous raconte avec ferveur comment ces années sous l’eau l’ont aidée à respirer.

Lire plus »
Laure Coanus

Le questionnaire sportif de…Laure Coanus

Arbitre de Jeep Elite, Pro B et Ligue Féminine de Basket (LFB), Laure Coanus est sur tous les terrains, sifflet juste et gestes assurés. Entre deux rencontres sportives, elle répond à quelques questions simples, mais si révélatrices !

Lire plus »
Margaret Abbott JO 1900

JO 1900 : Margaret Abbott…la prem’s !

Quelques gourmandises historiques à picorer ? Pour patienter jusqu’aux prochains Jeux Olympiques de Tokyo, à partir du 23 juillet, ÀBLOCK! vous propose de revisiter l’Histoire de cette compétition prestigieuse via des anecdotes savoureuses à lire ici même deux fois par semaine. Place pour commencer à cette chère Margaret, glorieuse golfeuse sans le savoir.

Lire plus »
Yvonnette Hoareau

Yvonnette : « Le hip hop est mon oxygène, il m’a ouverte au monde. »

Son nom nous donnerait presque des envies de bouger. Yvonnette Hoareau Vela Lopez a le hip hop qui lui colle aux basques depuis ses débuts quasi révolutionnaires dans son quartier strasbourgeois. Danseuse, chorégraphe, précurseure du hip hop en Alsace, celle qui se nourrit de tout pour faire progresser sa pratique, n’oublie jamais d’où elle vient et a fait de la transmission son plus beau mouvement. Dénicheuse de nouveaux talents, elle mise tout sur les filles, « la nouvelle génération du hip hop » !

Lire plus »
Madge Syers

Madge Syers, la première Lady du patinage artistique

Les Championnats du monde de patinage se déroulent cette semaine à Stockholm, en Suède. L’occasion d’être ÀBLOCK! sur la glace et de rendre hommage à la première femme médaillée d’or olympique en patinage artistique, la Britannique Madge Syers. Une lady qui a marqué de sa grâce et de sa détermination l’histoire de cet art sportif de la glisse et n’a pas hésité à tracer son sillon moderne dans un petit monde dominé par les hommes. Son talent et son esprit de pionnière ont brisé la glace pour des générations de sportives.

Lire plus »
yoga

Yoga : le Top 10 du parfait yogi

Applis relaxantes, podcasts ressourçants, cours en ligne boostants, bouquins inspirants, ÀBLOCK! a sélectionné tout ce qu’il faut pour passer une Journée Mondiale du Yoga en 100 % yogi ce dimanche 21 juin. On active le mode « Namasté » !

Lire plus »
Léa Labrousse

Léa Labrousse : « En trampoline, voir un garçon aller plus haut que moi, ça me booste ! »

Pétillante, fraîche et aérienne, elle pourrait bien faire ses plus belles figures aux prochains JO de Tokyo. En attendant, Léa Labrousse, trampoliniste française, continue de prendre d’assaut la toile en compétitions internationales. Du haut de ses 23 ans, elle sait comme personne déchausser les baskets pour se propulser dans les airs avec une puissance et une précision dont elle seule a le secret. Rencontre avec une fille d’une autre dimension. En toute légèreté.

Lire plus »

Plongée libre : les femmes comme des poissons dans l’eau

Nouvelle pépite sur les écrans dans le viseur de ÀBLOCK! : la série documentaire « Sports d’ailleurs » sur Netflix. Une plongée fascinante dans diverses cultures et les sports originaux que ces communautés pratiquent. On vous emmène faire un voyage dans « Le Grand bleu » avec l’épisode 3 consacré à la plongée libre, sport national aux Philippines où les femmes règnent sur les mers…

Lire plus »
Louise Lenoble

Highline : Louise Lenoble, en recherche d’adrénaline

La highline est sa vie, l’air son élément. À l’occasion du Tour de France, de passage au Mont-Dore, la reine de la slack, se lance un nouveau défi. Avec ses camarades de vide, Louise Lenoble va marcher sur la deuxième plus longue ligne de France, à deux-cents mètres au-dessus de la ville. On lève les yeux ?

Lire plus »
Foot marocain

Maroc : la révolution du football féminin aura-t-elle lieu ?

Une avancée majeure, une priorité. C’est en tout cas le message que la Fédération Royale Marocaine de Football entend faire passer en signant des accords visant à booster le foot féminin dans son pays. Elle vient en effet d’entériner un contrat-objectifs avec les différents acteurs de la discipline. Preuve de l’intérêt grandissant que porte le pays à son développement. Et de son ambition à la faire entrer dans un Nouveau Monde. Explications.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin