Rechercher

Une brassière, ça serre trop, j’peux pas juste mettre un sous-tif ?

La question qui tue
Oh, ça va, avouons-le, on a toutes rêvé de faire du sport à poil sous le t-shirt ! Tellement plus confort de pas avoir un truc qui compresse la poitrine et vous scie la peau du dos ! Oui, mais non. La question qui tue, du coup, c’est : « Une brassière, c’est obligé ? Si je mettais plutôt un bon vieux soutien-gorge ? » Euh…la réponse de notre coach Nathalie Servais. Ça vaut mieux.

Publié le 15 mai 2021 à 18h45, mis à jour le 29 juillet 2021 à 12h07

Si tu fais partie de celles qui se sentent aussi bien dans une brassière que dans un sous-tif de sport ou qui pourrait même adopter le no-bra, prends quand même le temps de lire ces lignes, ça pourrait te servir pour une copine qui te dirait après le sport : « J’en peux plus de cette brassière, ça serre ! »

Parce que, c’est vrai, c’est pas toujours facile de bien choisir une brassière de sport.

Techniquement, la brassière de sport maintient la poitrine par un système de « compression », donc ça écrase, elle s’enfile par la tête, c’est parfois galère, et il y a peu de réglages possibles.

©Zsport

Alors, souvent, soit elle maintient, mais c’est trop serré, ta poitrine est écrasée, tu respires mal, t’es gênée dans tes mouvements ; soit c’est confort, mais ça ne soutient pas assez …

Ok, pour les petites poitrines et les activités sportives à faible impact, ça peut aller …

Mais, minute papillon ! Si ta copine pratique une activité avec forts impacts comme le running, le VTT, le CrossFit ou l’équitation, par exemple, et que sa poitrine est « généreuse » comme on dit, elle devra en passer par la brassière à maintien supérieur. Ou pas.

Car là arrive l’histoire du soutien-gorge. Elle pourra en effet trouver son bonheur avec le sous-tif. Mais pas celui qu’on a au fond du tiroir, tout distendu, qu’est parfait pour traîner. Ni même celui en dentelle un rien push-up pour faire la belle. Non, un sous-tif DE SPORT !

Tu pensais pouvoir garder ton sous-tif de ville ? T’oublies ! Il ne soutient pas suffisamment, les bretelles risquent de tomber pendant ton sport et la matière n’est pas adaptée. Non, on te dit non !

À plus ou moins long terme, ça tire sur le cou et tu risques d’abimer les fibres de la peau, de provoquer un affaissement de la poitrine. Alors, ça va, là, c’est assez convaincant ?

©Zsport

Bon, sinon, ce sous-tif de sport ? Lui, il maintient par « encapsulation », c’est-à-dire qu’il n’écrase pas, mais épouse la forme des seins.

En gros, il s’adapte à ta morphologie, tu peux régler les bretelles, tu peux choisir ta profondeur de bonnet et il s’attache par devant ou derrière, donc pas besoin de se contorsionner pour le mettre. Enfin, encore faut-il que tu l’essayes et que tu fasses le bon choix, hein ?

En conclusion, que ce soit brassière ou sous-tif, à toi de voir ce qui te convient le mieux en fonction de ton sport et de ta personnalité pour être totalement libre de te donner à 200 % durant ta séance !

Ça y’est, tu sais à quel sein te vouer ?

 

 

  • Vous voulez poser une « question qui tue » pour être ÀBLOCK! ? C’est ici : contact@ablock.fr

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas que…

Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas seulement…

Le sport féminin n’en était qu’à ses prémices lorsque Lucienne Velu s’est invitée au stade. Douée pour l’athlétisme, la Parisienne, recordwoman du disque en 1924, ne s’est pas contentée de briller sur les pistes. Footballeuse reconnue, elle excelle également en basket et deviendra championne du monde de la discipline à l’issue des Jeux Mondiaux Féminins de 1934. Retour sur le parcours d’une pionnière qui a su saisir la balle au bond.

Lire plus »
Didier Drogba

#WhiteCard ou le sport comme arme de paix

Elle invite le monde à soutenir le mouvement de la paix par le sport. Et avec elle, champions et championnes s’engagent, de Didier Drogba (notre photo) à Tony Estanguet, en passant par Laurence Fisher, Marlène Harnois, Siya Kolisi, Paula Radcliff, ou encore Sarah Ourahmoune. L’organisation internationale Peace and Sport lance aujourd’hui sa campagne digitale mondiale #WhiteCard visant à promouvoir les valeurs positives et structurantes du sport.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner