Les Jujitsuffragettes Ou quand le self-defense devint une arme féministe

JUJITSUFFRAGETTES
Ça ne date pas d’hier, mais c’est toujours d’actualité. Cent ans plus tôt, les femmes se sont battues pour leurs droits en retournant la violence contre ceux qui les muselaient. La ruse ? Le sport de self-défense qu’est le jujitsu. Un formidable enseignement de l’Histoire qui a bousculé les mentalités sur les aptitudes féminines. La femme est son propre bodyguard, qu’on se le dise !

Par Claire Bonnot

Publié le 09 novembre 2020 à 16h48, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h48

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Saviez-vous que les militantes anglaises pour le droit de vote des femmes, les célèbres suffragettes, avaient affronté la police à coups de frappes de jujitsu ?

À l’aube du 20e siècle, ces élégantes (souvent maltraitées par leurs maris dans le secret du home sweet home) sortirent dans les rues pour exprimer et revendiquer leurs droits. Elles n’hésitèrent pas, en jupons, dentelles et chapeaux, à retrousser leurs manches et à faire des crocs-en-jambe et des clés de bras.

Le jujitsu, garde-du-corps historique des suffragettes

C’est la méconnue Edith Garrud, professeure de jujitsu, qui entre alors en scène. Extraordinaire petite (mais non moins capitale !) histoire dans la grande Histoire : alors que les suffragettes anglaises de la WSPU d’Emmeline Pankhurst (Women’s Social and Political Union) ne cessent d’être arrêtées et emprisonnées, parfois tuées, suite à leurs actions directes, Edith Garrud est engagée pour créer une unité de protection, surnommée « The Bodyguard », « The Jujitsuffragettes » ou encore « Les Amazones », composée de quarante membres.

Le jujitsu sera leur arme de défense.

Emmeline Pankhurst
Emmeline Pankhurst

« Ce sujet nous a tapé dans l’œil quand nous l’avons découvert dans le livre de la philosophe Elsa Dorlin sur les nombreuses organisations d’auto-défense, “Se Défendre, une philosophie de la violence”*, explique l’illustratrice Lisa Lugrin, co-auteure avec Clément Xavier de la BD “Jujitsuffragettes”**. 

Le jujitsu est un sport particulièrement intéressant car il n’a pas tout de suite éveillé les soupçons. En effet, il venait de loin et était donc un peu dénigré à l‘heure où la boxe anglaise était interdite pour les femmes par exemple. »

Quand Edith donna des cours de jujitsu à ses consœurs féministes…

Cet art martial a été développé par les Samouraïs du Japon féodal comme une technique de combat à mains nues. Il est introduit au Royaume-Uni en 1898 et séduit un couple de professeurs de culture physique, Edith et William Garrud, qui décident de s’y former avant d’ouvrir leur dojo.

La suite est relatée dans la BD aux dessins enlevés et dialogues engagés, expressément tirés de l’histoire vraie d’Edith qui fit la classe à ses consœurs féministes pour surprendre et contrer la police, devenant ainsi la première formatrice d’autodéfense féministe.

Jujitsuffragettes

« Le jujitsu est un sport de défense qui déjoue la force en face. Ça ne repose absolument pas sur la force mais sur la précision et la justesse des mouvements. C’est donc un sport particulièrement adapté aux femmes et à leur morphologie », poursuit l’illustratrice.

Le coup imparable du jujitsu ? La surprise ! « Le premier atout, c’est qu’on va surprendre les hommes qui ne s’attendent absolument pas à ce qu’une femme riposte ».

Cet art de la souplesse utilise la force de l’adversaire à son encontre, plutôt que de chercher à lui résister, ce qui permet aux personnes dites « faibles » de se mesurer à des attaquants physiquement plus costauds : « Il ne faut pas résister, mais, au contraire, céder, afin d’utiliser la force de son adversaire pour soi », professe Edith dans une des bulles.

Lire aussi : L’interview d’Aton, ex-héros du GIGN, « Une femme peut porter plus lourd que toi et alors ? »

Edith Garrud
Edith Garrud

Les corps féminins se transforment en Amazones

De quoi botter les fesses aux réactionnaires, comme l’explique Elsa Dorlin dans la préface de la BD : « À rebours de l’image très policée des mouvements de femmes, on comprend ici qu’elles ont repris les droits et libertés dont on les avait injustement privées à coup de marteaux, de genoux, de poings, de clés de bras, de croche-pattes et de ruses en tout genre. Tous les atours prêtés à la féminité deviennent des armes : réputés inoffensifs, « bien élevés », empêchés dans leur corset, assignés à la sphère de la domesticité, les corps féminins se transforment en Amazones, en corps féministes qui jouent sur l’effet de surprise.

Les discours sont insurrectionnels et insolents, les coups fusent sous les jupes ; les ombrelles, les balais, les épingles à cheveux sont des bâtons et des pics. »

Suffragette

Outre étaler ses adversaires comme une crêpe ou faire un coup de poing bien visé, les techniques illustrées pour désarmer les bobbies font plaisir à voir tant elles rivalisent d’ingéniosité. Tous les coups sont permis…

Extraits : « Que se passe-t-il si on tire très fort sur une paire de bretelles ? Les boutons explosent ! Défroqués, les policiers ne pourront plus vous courir après, à moins de s’empêtrer dans leur pantalon et de risquer la chute ».

Une astuce qui en vaut une autre : des gerbes de fleurs dans lesquelles sont cachées des suffragettes toutes habillées sur le même modèle. Ainsi, la leader pourra s’évanouir au plus vite dans la nature…

Une BD qui vise juste, touche et bouscule juste ce qu’il faut pour rappeler haut et fort que la femme est tout autant capable que l’homme. La puissance change de camp, le corps féminin n’est plus victime, la résistance marque des points !

Le self-défense, un sport pour l’émancipation des femmes

Si les auteurs ne content pas uniquement des histoires autour du sport, ils ont un « fil rouge » qui relient leurs travaux entre eux, comme nous l’explique Lisa Lugrin : « D’une certaine manière, nos personnages sont assez engagés contre l’ordre établi et contre la domination », à voir, par exemple, la bande-dessinée « Geronimo, mémoires d’un résistant apache. »

Le sport prend alors ici toute sa substance émancipatrice : la personne opprimée est tout à fait capable de devenir son propre défenseur, de répondre à la violence, non pas pour la violence, mais pour la défense et par la conscience et l’action de sa propre puissance : « Nous avons intégré dans la BD une citation de la philosophe Elsa Dorlin qui explique parfaitement les choses : “On ne va pas apprendre à se battre, mais on va désapprendre à ne pas se battre”.

Quand j’ai lu cette phrase, ça m’a frappée, c’est tellement juste. C’est dire aux femmes qu’elles ont le droit à l’activité physique, le droit d’exploiter leur corps, de se sentir puissantes et fortes. Depuis l’enfance, on entend des messages inverses. »

Et de poursuivre : « Ces femmes ont inventé quelque chose de très important à cette époque, mais il me semble que nous en sommes quasiment au même point aujourd’hui »

Concernant, par exemple, et c’est tout le propos d’ÀBLOCK!, les préjugés tenaces sur ce que peuvent accomplir ou pas les femmes dans le sport, ces préjugés qui les freinent et les rend trop souvent invisibles.

JUJITSUFFRAGETTES

On se prend des coups, mais notre corps est costaud…

L’illustratrice témoigne d’ailleurs de son parcours émancipateur personnel avec le sport d’auto-défense qu’est le Wu Dao : « Ça fait sept ans que je pratique un art martial, la démarche de ces femmes me parle donc d’autant plus. C’est un peu la mienne : me rendre compte que, oui, le jujitsu, l’auto-défense, ça peut être fait pour les femmes. Oui, on se prend des coups mais, ça va, notre corps est costaud. La femme n’est pas une feuille morte qui va s’effondrer dès qu’on la touche. Ressentir cela m’a fait beaucoup de bien, je me sens moins vulnérable. »

Continuer le combat grâce à l’arme… sportive ? Oui ! Et on garde en tête ce slogan des cours d’auto-défense d’Edith Garrud : « Every woman, her own bodyguard. The art of feminine self-defense. » Soit : « Chaque femme est son propre garde-du-corps, Ou l’art de l’auto-défense féminine »…

JUJITSUFFRAJETTES
© Éditions Delcourt, 2020 – Xavier, Lugrin

* Se Défendre, Elsa Dorlin, éditions La Découverte, 2017

** Jujitsuffragettes, Les Amazones de Londres, Éditions Delcourt, 30 septembre 2020

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

D’autres actus en brèves…

1er août JO 1936 Berlin

1er août 1936 : les Jeux Olympiques s’ouvrent à Berlin

Ils vont vite prendre une signification très politique. Les Jeux Olympiques de Berlin, en 1936, vont devenir le lieu idéal d’une propagande du parti nazi par le sport. Ce 1er aout, c’est donc dans une atmosphère festive, mais néanmoins tendue, que s’ouvrent ces Jeux de la XIe olympiade de l’ère moderne.

Lire plus »
Alice Modolo Best of

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des femmes à Tokyo ! Mais pas que… Une pongiste qui y croit, une femme jamais sans son canoë, une lanceuse de disque qui rêve d’or, une sprinteuse adepte de records, une hurdleuse qui avale les haies sont de la partie pour les Jeux. En bonus, un sauvetage dans le grand bassin des JO de 1960, un nouveau record de France pour la sirène de l’apnée (Alice Modolo sur notre photo) et une rencontre avec une femme qui borde ses voiles. Un peu de lecture pour boucler juillet !

Lire plus »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Hey, Psssst, Les JO commencent, non ? Retrouvez une semaine complète sur les Jeux Olympiques avec ÀBLOCK!. À la clé, une demi-fondeuse qui veut sa revanche à Tokyo, de nouveaux sports qui vont twister les Jeux, la petite histoire des symboles olympiques en sept chapitres. Mais aussi, la désormais célèbre question qui tue et une initiative féminine aussi sportive que dilettante. De la (bonne) lecture, messieurs dames !

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo : 100 mètres, le rêve !

La divine descente en eaux troubles d’un poisson nommé Modolo. L’apneiste française vient de réaliser son rêve de toujours : plonger à plus de 100 mètres dans les profondeurs. Et, hop, un nouveau record de France !

Lire plus »
7 symboles olympiques

Jeux Olympiques, les 7 symboles capitaux

Ils sont le sel de cet événement sportif planétaire. Les valeurs olympiques, l’hymne, la devise, la flamme, le serment, les anneaux, la langue, 7 emblèmes qui régissent les Jeux Olympiques, certains depuis l’Antiquité, d’autres depuis les JO modernes. Petite leçon d’histoire pour bien comprendre l’esprit olympique.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Le sport féminin post-Covid-19 ? Attention, fragile !

La belle avancée du sport féminin a-t-elle vu son élan brisé par la crise sanitaire ? En passe d’être la variable d’ajustement, le sport féminin n’a pas dit son dernier mot et reste mobilisé, malgré la crise, pour atteindre son but : plus de médiatisation, plus de moyens, plus de pratiquantes. Un jeu de stratégies tout en vigilance et continuité qui pourrait bel et bien dessiner un « monde sportif d’après ».

Lire plus »
Audrey Tanguy

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Nostalgie pré-JO avec nos championnes du passé, confidences sportives avec une ultra-traileuse inoxydable (Audrey Tanguy, notre photo), échanges de haut vol avec une championne de saut à ski ou encore pionnières contemporaines dans des milieux de mecs, on est ÀBLOCK! et on aime ça ! Petit tour d’horizon de nos sujets de la semaine passée, mais toujours d’actu…

Lire plus »
Alpinisme

Existe-t-il un alpinisme au féminin ?

Voilà déjà un bout de temps qu’elles ont chaussé les crampons. Si elles sont encore en minorité dans les clubs d’alpinisme, elles tracent leur voie. Mais les femmes ont-elles une manière bien à elles de grimper, marcher et s’élever ? Ce Podcast riche en témoignages nous aide à mieux comprendre ce qui pousse les femmes à s’élever jusqu’aux cimes sans en faire une montagne.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner