Sophia Bouderbane« Le karaté, c’est puissant, ça t’offre des émotions rares. »

Sophia Bouderbane
La veste du karatégi sanglée à la perfection, la tête sur les épaules, les pieds ancrés sur le tapis… la karatéka française, multi médaillée, qui a raflé l’an dernier le titre de championne d’Europe, vit sa passion intensément et viscéralement. Pour elle, le karaté est un code moral. Et un épanouissement joyeux qu’elle partage sans retenu. Conversation avec une grande Dan.

Par Valérie Domain

Publié le 02 octobre 2020 à 16h30, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h56

Tu as commencé le karaté à trois ans et demi, ce qui est plutôt rare…et tu n’as jamais arrêté ! Quel a été le déclic ?

Mon frère et ma sœurs aînés pratiquaient le karaté dans un club du Var, tout près de chez nous, j’ai simplement dit à mes parents : « Je veux essayer ! » J’étais toute petite, mais j’étais déjà sérieuse, disciplinée, ce sont des qualités importantes en karaté.

Lorsque les entraîneurs m’ont vue la première fois, ils ont dû sentir que j’avais un potentiel, j’ai été prise tout de suite. J’étais le petit samouraï du club, une mascotte. Je crois que c’est le karaté qui m’a choisie et non l’inverse !

Sophia Bouderbane
©Kphotos FFK

Tu dis avoir trouvé beaucoup d’épanouissement personnel dans cette discipline, qu’est-ce qu’elle t’apporte ?

Quand on est combattante, il y a quelque chose de l’ordre du dépassement, d’une bataille contre soi-même. Mes entraineurs m’ont toujours dit que j’avais la hargne, l’envie, et j’ai entretenu ça. Dans les sports de combat, le travail mental est primordial, mais plus encore dans le karaté, car il s’agit d’affrontement direct : on ne bat pas un chrono, on bat un adversaire. Et puis il y a un code moral auquel j’adhère : le courage, le respect des règles et des consignes du maître, le sensei.

Sophia Bouderbane
©DR Sophia Bouderbane

Le respect des règles en karaté, c’est notamment ne pas porter ses coups. Le contrôle sur soi, c’est aussi ce qui te plaît dans ce sport ?

Nous sommes dans un art martial, il ne peut pas y avoir d’hostilité. Le contrôle est important : on ne touche pas l’adversaire, on ne frappe pas au visage, on n’est pas là pour le massacrer. Si on a envie de lui faire la misère, on le fait dans les règles. C’est particulier de vouloir taper sur quelqu’un, mais ça défoule.

Petite, j’étais introvertie, ça m’a aidé à relâcher ce trop-plein d’énergie intérieure. Le karaté est un exutoire, surtout au début. C’est aussi un sport très complet : il est physique car on utilise le corps entièrement, ce corps qui se déplace sur un jeu de rythmes ; il est mental et stratégique car le combat demande de la réflexion. Quand on place un beau coup de pied, qu’on marque une belle technique, c’est une grande émotion.

Sophia Bouderbane
©DR Sophia Bouderbane

Aton, un ancien membre du GIGN que nous avons interviewé sur ÀBLOCK! nous disait avoir débuté le sport par le karaté, mais l’avoir finalement laissé tomber au profit de la boxe. Le full contact lui manquait. Tu n’as jamais envie de porter vraiment tes coups ?

Je le comprends, j’ai déjà entendu ça. Mais ce n’est pas mon cas, ce n’est pas frustrant pour moi de ne pas pouvoir porter les coups. Parce que c’est justement ce que j’aime, c’est toute la subtilité : garder le contrôle de mon geste pour ne pas blesser l’adversaire, c’est là que c’est beau. Je sais que je peux faire très mal si je lâche mon coup, mais le challenge c’est de s’arrêter au moment où on a terminé son geste, qu’il est bon, qu’on a su gérer la distance.

Sophia Bouderbane
©DR Sophia Bouderbane

C’est une représentation de la bagarre et on entend parfois que ce n’est pas un sport de fille…

Dans les esprits, c’est un sport de combat donc ce n’est pas féminin. C’est pourtant faux de dire qu’une fille n’est pas féminine lorsqu’elle fait du karaté. Mon coach dit toujours : « On va à la bagarre ! », mais il n’y a aucune recherche de virilité. D’ailleurs, je ne ressens pas le fait d’être une femme dans un sport d’homme.

Le karaté compte 250 000 licenciés en France et on atteint, je crois, la quasi-parité. Je me suis toujours entraînée avec des garçons, un entourage qui ne m’a pas stéréotypée. J’ai beaucoup de chance, sans doute.

Tu as toujours eu l’intention de devenir une championne ?

Alors…non ! J’adorais ça, je voyais que j’étais pas trop mauvaise et j’adorais gagner. Mais la compétition, c’est venu petit à petit : j’ai participé et gagné à 9 ans mon premier Championnat de France et je n’en ai jamais perdu un seul par la suite, jusqu’à mes 18 ans. A 14 ans, j’ai été sélectionnée en équipe de France et j’ai participé aux Championnats du Monde où j’ai décroché la médaille de bronze, à Rabat.

Sophia Bouderbane
©DR Sophia Bouderbane

Tu confies avoir eu envie de pleurer sur le podium, mais pas parce que tu avais gagné…

Oui, parce que j’étais en bronze et que je voulais l’or ! On m’a fait comprendre que pour un début, c’était une belle performance, mais je ne l’entendais pas comme ça. C’est naturel pour moi de vouloir être la meilleure, c’est une exigence envers moi-même, je veux toujours plus.

J’ai relativisé par la suite grâce à mon entourage, mais ça reste frustrant de ne pas être au top, j’ai toujours cette arrière-pensée de me dire «  J’aurais pu faire mieux ». Je sais pourtant que chaque défaite, chaque expérience, t’apprend. Pour autant, la plupart du temps, je n’ai pas le sentiment d’avoir un niveau en dessous des autres, c’est pourquoi je suis le plus souvent déçue quand les résultats ne suivent pas.

Sophia Bouderbane
©DR Sophia Bouderbane

À 17 ans, lors du Championnat d’Europe 2012 Junior, non seulement tu rafles le titre, mais tu bats la championne du monde en finale. Là, il se passe quoi dans ta tête ?

La performance était belle, je recevais ce pourquoi j’étais là. Il y a eu un déclic : ça y est, c’est parti ! J’ai eu la sensation d’un aboutissement, la récompense d’un travail long et acharné.

Ce fut aussi une prise de conscience du potentiel que j’avais : j’ai ressenti des émotions énormes, comme on en vit rarement au quotidien, c’était rare, c’était fort. Autant que de voir la joie de ma famille, de ma mère qui m’a toujours accompagnée, y compris à l’entrainement dans mon club à Marseille lorsque j’étais plus jeune et alors qu’il y avait près de deux heures de route aller-retour.

La sensation de partage, c’est puissant. Ce sont tous ces proches, cette équipe, ces gens qui t’entourent et te soutiennent que l’on récompense dans ces moments-là.

Puis il y a eu les championnats d’Europe suivants, entre tes 18 et 21 ans, tous gagnés, ce qui représente encore aujourd’hui un record. Et entre temps ton passage en catégorie sénior. Un passage qui s’est fait plus rapidement que prévu…

Une semaine avant les Europe senior, la Numéro 1 française se blesse, le staff de l’équipe de France m’appelle : « Est-ce que tu veux la remplacer ? » Je venais tout juste de passer senior, je n’avais pas eu le temps de me préparer, j’y suis allée avec mon insouciance, et j’ai décroché la médaille de bronze. Finalement, c’était pas mal, vu les circonstances…  

Parallèlement à tes entraînements, aux compétitions, tu as toujours pris soin de ne pas délaisser les études. Tu as décroché un bac S avec mention très bien et tu t’es lancée dans des études d’ingénieur : tu avais déjà en tête une reconversion ?

J’ai toujours eu à cœur de réussir aussi mes études. J’avais un peu de mal à tout concilier au début mais, aujourd’hui, je suis en quatrième année d’école d’ingénieur et je parviens davantage à m’organiser, les deux s’équilibrent très bien. Je ne sais pas ce que je ferai plus tard, mais s’il est difficile de vivre du sport de haut-niveau, j’aimerais bien pouvoir transmettre mon savoir.

Sophia Bouderbane
©DR Sophia Bouderbane

Il y a quatre ans, tu as été opérée d’une hanche, ce qui t’a empêché de revenir à la compétition pendant un an. Un temps de repos forcé pendant lequel tu n’as pas pu faire de karaté. As-tu eu peur de ne pas pouvoir revenir ?

L’année 2016 a été un temps mort. J’avais un problème de hanche incompatible avec mon sport et découvert tardivement. J’en souffrais, mais je passais outre la douleur.

Lors de mon dernier championnat d’Europe espoirs,  j’avais tellement forcé dessus que j’arrivais difficilement à marcher. Il a fallu opérer.

Six mois sans m’entraîner, ça a été très dur à vivre. J’étais dans l’incertitude : « Est-ce que je vais réussir à revenir à haut-niveau ? » Un des entraîneurs de l’équipe de France m’a dit : « Tu endures tout, tu gagnes tout, revenir après une telle opération, voilà un challenge à ta hauteur ! » C’est donc comme ça que je l’ai vécu. Un an après l’opération, j’ai fait mon retour en compétition et j’ai gagné.

Sophia Bouderbane
©DR Sophia Bouderbane

Cette pause, ça t’a fait grandir ?

Oui, beaucoup. J’ai pris en maturité, j’ai compris à quel point ce sport était une passion. On accepte ce que beaucoup n’accepteraient pas, en termes de douleurs par exemple, et là je me suis rendu compte que je le faisais pour quelque chose qui m’apportait énormément. Ça a décuplé mon envie, j’avais encore plus la hargne. Et j’ai su que je ne voulais pas que ça s’arrête.

L’an dernier, tu as remporté un nouveau titre de championne d’Europe, ton premier titre majeur en sénior. Ce qui a dû te conforter dans cette idée que tu avais encore de belles choses à vivre dans le karaté, non ?

C’était la récompense de trois ans de travail acharné pour revenir à ce niveau-là et on ne m’y attendait pas forcément. L’émotion en a été décuplée, d’autant que je venais de battre la numéro 1 en Europe de ma catégorie Elite, c’était exceptionnel !

C’était le fruit d’un travail mené sur toute la saison, de la mise en place d’une stratégie, d’une réflexion nouvelle. Ce jour-là, tout était aligné parce que j’avais tout fait pour.

Sophia Bouderbane
©DR Sophia Bouderbane

Aujourd’hui, tu espères te qualifier pour les JO de Tokyo, là où le karaté va se disputer pour la première fois aux Jeux. Et peut-être pour la dernière fois car vous avez eu la mauvaise surprise d’apprendre qu’il n’est pas retenu en 2024 à Paris…

Jusqu’à maintenant, ce n’était pas une discipline olympique. Avec son entrée aux JO de Tokyo, c’est devenu un objectif, l’aboutissement d’un projet de vie sportif. Ce sont des qualifications très sélectives puisqu’en karaté, il y a cinq catégories de poids, mais seulement trois sont olympiques. Je suis en -50 kg, mais la catégorie olympique est -55 kg. Ça va donc être compliqué, mais évidemment je vais me battre !

Surtout que ce sera peut-être en effet la seule occasion de relever le défi. On a appris brusquement que la discipline ne serait pas maintenue en 2024, c’est comme si on nous permettait enfin d’entrer aux JO et qu’on nous le retirait aussi vite !

Sophia Bouderbane
©DR Sophia Bouderbane

D’où cette bataille qui s’est engagée pour sa réintégration…

C’est illogique qu’il ne soit pas aux JO alors que le karaté est une discipline populaire, parmi les cinq premières les plus pratiquées au niveau mondial, et qu’on l’a fait évoluer pour coller aux contraintes des Jeux… Malgré tout, on nous dit non, vous ne serez pas là !

Nous savons que dans ce sport, en France, nous sommes pourvoyeurs de médailles…nous nous battons donc pour que le karaté soit réintégré. Notre prestation aux JO 2021 sera d’autant plus importante, elle pourrait conditionner la décision du CIO pour 2024. Mais, franchement, ne pas pouvoir disputer les Jeux à la maison…quelle frustration !

Cela ne conditionnera pas pour autant ta retraite des tapis ?

Non, la seule chose qui conditionnera ma retraite, ce sera mon sentiment que j’ai réalisé tout ce que j’attends de moi, que je suis allée au bout de cette passion. J’arrêterai lorsque je serai complètement accomplie. Pour l’instant, j’ai encore beaucoup à vivre et je me donne à fond !  

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Julia Clair

Julia Clair : « Dans le saut à ski, ce qui me drive, c’est le plaisir de voler »

Elle pratique une discipline spectaculaire avec un flegme qui force le respect. Julia Clair, 26 ans, détient le record français de saut à ski féminin. Voler, rêve des humains depuis la nuit des temps, est sa spécialité, son atout, presque inné. Espérant décrocher une médaille aux prochains JO 2022, elle souhaite faire s’envoler la renommée de cette discipline féminine, trop peu médiatisée. Prenons le tremplin avec elle…

Lire plus »
Motardes, vous avez un Bol…d’Or !

Motardes, vous avez un Bol…d’Or !

Le week-end prochain, ça va faire du bruit au circuit Paul Ricard ! Le Bol d’Or reprend la route au Castellet après plus d’un an de restrictions. Sur des dizaines de gars, vous pourrez compter les motardes sur les doigts d’une main. Alors, on les suit plutôt deux fois qu’une !

Lire plus »
Wendie Renard, la capitaine qui ne perd pas le cap

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un retour sur les nombreuses sportives qui se sont illustrées en juillet, un regard « business » sur le football féminin, la découverte des Bleues de l’Euro Foot (dont Wendie Renard, la capitaine, sur notre photo), un trail pour la bonne cause, l’histoire des premières stars féminines du ballon rond, voilà le menu du Best-of ÀBLOCK! de la semaine.

Lire plus »
Nantenin Keïta, la fusée française du tour de piste

Nantenin Keïta, la fusée française du tour de piste

Elle est une incontournable du para athlétisme. Trois fois championne du monde du 200 et 400m, championne paralympique du 400m aux Jeux de Rio 2016, Nantenin Keïta, 36 ans, ultra-déterminée avec un mental de lionne, s’est élancée pour la finale du 400m T13 femmes ce samedi après avoir terminé première de sa série pour les qualifications. Son objectif ? Aller chercher une médaille, peu importe la couleur.

Lire plus »
Christine Duchamp

Christine Duchamp : « Avoir de l’impact sur le développement du hockey, ça, c’est fort ! »

Première femme à occuper le poste de Directrice Technique Nationale à la Fédé Française de Hockey sur Glace, Christine Duchamp s’offre un parcours de pionnière dans un sport de glisse où elle a toujours foncé vers les buts. Ancienne joueuse, capitaine de son équipe, entraîneure de l’équipe de France Féminine et première joueuse à avoir évolué en D1 masculine…un parcours inspirant !

Lire plus »
Le Beach Handball : sea, sport and sun...

Le Beach Handball : sea, sport and sun…

Sous le soleil, exactement… Du 1er au 3 juillet, la ville de Lacanau accueille le tournoi international de Beach Handball. Entre exploits sportifs et spectacle à ciel ouvert, c’est la deuxième édition de ce Lacanau Beach Handball Xperience qui se tient en bord de mer. De quoi découvrir un sport méconnu et pour le moins original.

Lire plus »
Un Sacré-Coeur pour un trail à pleins poumons

Un Sacré-Coeur pour un trail à pleins poumons

Le 2 octobre, la foule de touristes sera remplacée par des sportifs tout en jambes sur la butte Montmartre et autour du Sacré-Cœur. La troisième édition de l’Urban Trail de la Fondation du Souffle accueillera 1000 volontaires, le tout pour la bonne cause. C’est déjà l’heure de s’inscrire !

Lire plus »

Noël en force : Le TOP 10 des livres de sport

S’entraîner, se dépasser, mais aussi s’informer, découvrir, apprendre et partager… les lectures autour du sport sont nombreuses et certaines peuvent aussi bien pousser à faire du sport qu’intéresser les réfractaires au moindre mouvement. Récits, témoignages, exercices, mais aussi livres illustrés comme ce très joli « Comment résoudre un problème » à destination des jeunes avec ce parallèle entre la pratique de l’escalade et la vie. Dix idées cadeaux de dernière minute autour du sport ? on y va !

Lire plus »
Manon Petit-Lenoir : « Sur mon snowboard, j’ai parfois une sacrée pression, mais j’en ai besoin ! »

Manon Petit-Lenoir : « Sur mon snowboard, j’ai parfois une sacrée pression, mais j’en ai besoin ! »

Elle a su rider son snowboard jusqu’aux JO de Pékin. À tout juste 23 ans et après une foule de podiums en championnats de France, Coupes du monde et Jeux Olympiques de la jeunesse, la haute-savoyarde d’origine, Manon Petit-Lenoir, est une fonceuse qui glisse à l’adrénaline et a su se relever d’une (très) mauvaise chute pour reprendre le flambeau du sport de (très) haut niveau. Conversation avec une fille qui planche tous les jours pour gagner.

Lire plus »
Rugby

Rugby : les mots qui plaquent ! (Le dessous des Pelouses. Épisode 12)

« Alors, les filles, vous vous broutez la chatte ? », « Dans l’équipe, vous êtes toutes des lesbiennes ? »… Elles en ont entendu des phrases pétries de préjugés, ces joueuses de rugby d’une équipe de Fédérale 1, la 3e division du championnat de France ! Et elles en parlent sans tabou dans ce nouvel épisode du « Dessous des Pelouses »…

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner