Ça n'engage que moi...

Annabelle Caprais : « Un des risques inhérents aux quotas est qu’une fois atteints, les organisations se lavent de toute responsabilité… »

Annabelle Caprais
Les chiffres relatifs aux dernières élections dans les fédérations sportives tombent petit à petit. Les premiers bilans laissent à penser que les quotas, imposés en 2014 par la loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, sont de plus en plus respectés. Mais...

Par Annabelle Caprais, joueuse de basket, docteure en sociologie du sport*

Publié le 08 mars 2021 à 7h23, mis à jour le 01 juillet 2021 à 15h07

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« Le nombre de femmes élues progresse, permettant à certains comités et bureaux directeurs d’atteindre la parité. Le chemin a néanmoins été long pour en arriver jusque-là. Il n’y a pas si longtemps, en 2013, pour l’énoncer de façon précise, les femmes ne représentaient que 26,5 % des instances de direction fédérales[1]. Force est de constater que l’application des nouveaux quotas précités, coïncide avec cette augmentation et que ces derniers restent, selon l’expression consacrée, un « mal nécessaire[2] ».

En effet, s’ils font aujourd’hui leurs preuves sur le plan quantitatif, les quotas ont eu du mal à s’imposer dans l’espace sportif et de nombreuses résistances subsistent encore.

Malgré la nette amélioration de la représentation des femmes, nombreux sont les dirigeants encore convaincus que le vivier de femmes n’existe pas, ou que la compétence et le mérite payent le tribut de cette nouvelle règlementation.

Un regard attentif aux candidatures et aux processus de recrutement des élus politiques dans les fédérations vient pourtant contredire l’idée que les dirigeants sont des « self-made men ».

Atteindre les plus hautes sphères de décisions, dans les fédérations, comme dans de nombreuses organisations reste un jeu collectif.

Bien souvent, cela nécessite de nouer des alliances, d’être invité à se constituer candidat puis de recevoir des conseils pour le faire. Rares sont les dirigeants qui n’ont pas bénéficié dans leur « carrière » associative d’un accompagnement, d’un mentorat informel, d’encouragements, de consignes de votes – de façon consciente ou inconsciente – pour les aider évoluer hiérarchiquement.

A cet égard, les fédérations sportives nationales qui ne parviennent pas à atteindre le quota faute de candidatures féminines, doivent reconsidérer leur fonctionnement. Si elles ne parviennent pas à « trouver » la dizaine de dirigeantes nécessaire parmi leurs milliers de licenciées, le problème est plutôt à chercher dans les rouages de l’organisation[3] plutôt que dans l’autolimitation des femmes.

Enfin, si les indicateurs quantitatifs sont au vert et que la féminisation des postes à responsabilités devient belle et bien visible, il semble un peu trop tôt pour conclure l’affaire comme étant réglée.

D’une part, si les présidentes sont de plus en plus nombreuses, elles restent très minoritaires. A l’heure actuelle seules deux femmes, Isabelle Jouin et Nathalie Péchalat président aux destinées d’une fédération olympique[4]. D’autre part, un bilan qui ne tient qu’aux chiffres affichés par les fédérations ne saurait être totalement complet et surtout fidèle à la situation observée sur le terrain.

Un des risques inhérents aux quotas est qu’une fois atteints les organisations se lavent de toute responsabilité. Or, mettre en œuvre le partage des responsabilités dans la vie tous les jours est une entreprise bien plus complexe que le respect d’une proportion de femmes à élire, et malheureusement beaucoup moins fréquente.

Partager le pouvoir, s’il fallait encore le rappeler, convient, de façon concrète, à partager les mandats et donc limiter les cumuls de fonctions (dans le temps et à l’instant T), à répartir la parole de façon équilibrée lors des réunions et les assemblées générales, à ne pas concentrer à une poignée d’individus les avantages symboliques et financiers (défraiements, salaires, médailles honorifiques etc.) qui sont liées à l’exercice des responsabilités.

Voilà nombre de challenges pour les mandats et les années à venir ! »

 

*Annabelle Caprais est docteure en sociologie du sport, elle a réalisé sa thèse intitulée « La place et le rôle des femmes dans la gouvernance des fédérations sportives françaises » à l’Université de Bordeaux sous la direction de Fabien Sabatier et Stéphanie Rubi.

[1] Chiffres du Ministère en charge des sports.

[2] Voir l’article « Un « mal nécessaire » ? Les hauts fonctionnaires et les quotas » de Laure Bereni et Anne Revillard (2015). Disponible à https://www.cairn.info/journal-travail-genre-et-societes-2015-2-page-163.htm

[3] Un regard peut être porté au poids électoral de chaque votant ou de chaque région par exemple.

[4] Néanmoins toutes les élections ne se sont pas encore déroulées.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Julie Cukierman : « J’aime transmettre le goût de l’effort, la volonté d’aller au bout de soi-même… »

Elle a le sport dans la peau. Une passion jubilatoire qu’elle transmet à merveille, elle qui rêve de prouver que nous sommes tous des sportifs dans l’âme. Préparateur sportif d’athlètes de haut niveau, Julie pratique un métier dans lequel les femmes sont peu nombreuses. Et elle s’y sent bien. Également coach (à ne pas confondre !), elle nous raconte son quotidien entre grands champions et sportifs amateurs.

Lire plus »
Nantenin Keïta, la fusée française du tour de piste

Nantenin Keïta, la fusée française du tour de piste

Elle est une incontournable du para athlétisme. Trois fois championne du monde du 200 et 400m, championne paralympique du 400m aux Jeux de Rio 2016, Nantenin Keïta, 36 ans, ultra-déterminée avec un mental de lionne, s’est élancée pour la finale du 400m T13 femmes ce samedi après avoir terminé première de sa série pour les qualifications. Son objectif ? Aller chercher une médaille, peu importe la couleur.

Lire plus »
Pierra Menta

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une reine des courts de tennis, un sprinteur français qui a fait ce qu’il a pu pour le sport féminin, la fameuse question qui tue, trois initiatives entre océan, montagne (la Pierra Menta sur notre photo) et à l’ombre d’une cage et puis, le plus attendu de l’année…roulement de tambours : l’anniversaire d’ÀBLOCK! Bref, on ne s’ennuie pas et on vous offre (encore) de quoi lire en attendant la suite !

Lire plus »
Pauline Deroulede

Le questionnaire sportif de… Pauline Déroulède

Elle vise les Jeux paralympiques 2024. Pauline Déroulède, amputée d’une jambe après avoir été percutée par une voiture en 2018, est une combattante. Et c’est avec une raquette de tennis qu’elle lutte pour se reconstruire. Et gagner. Laissons-la se dévoiler en quelques questions Proustiennes.

Lire plus »
Marie-Amélie Le Fur, une vie (sportive) à cent à l’heure

Marie-Amélie Le Fur, une vie (sportive) à cent à l’heure

La présidente du Comité Paralympique et Sportif Français (CPSF) était très attendue pour ces Jeux Paralympiques de Tokyo, ses derniers. La reine française du saut en longueur et ambassadrice du handisport n’a pas démérité et a remporté sa neuvième médaille paralympique, venant couronner une carrière exemplaire.

Lire plus »

La Covid, ennemi des sportives ?

30 minutes. Le dernier baromètre établi par la Fédération française d’éducation physique et de gymnastique volontaire (FFEPGV) démontre que, depuis la crise sanitaire, les femmes ont perdu une demi-heure de pratique en un an, se laissant distancer par les hommes qui bougent 48 minutes de plus qu’elles. Une mauvaise nouvelle alors qu’elles étaient en passe d’exploser les scores…

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter