Rechercher

Il était une fois l’athlétisme… féminin

Fanny Blankers-Koen
Les pistes n’ont pas toujours été ouvertes aux femmes, bien au contraire, les hommes ont longtemps cherché à les empêcher de courir, sauter ou lancer. Le tout, sous des prétextes esthétiques ou de santé. Comment ont-elles enfin pu revêtir leur short sans contrainte ? Petite histoire express de l’athlétisme conjugué au féminin.

Par Clotilde Boudet

Publié le 16 août 2023 à 15h55, mis à jour le 18 février 2024 à 12h19

Saviez-vous que les femmes n’avaient par leurs entrées aux premiers JO modernes à Athènes, en 1896 ? Même la Fédération Française d’Athlétisme (FFA) n’ouvre ses portes aux femmes qu’en 1936, soit seize ans après sa création ! Pourtant, selon le site marathons.fr, la toute première course féminine de France s’est tenue à l’occasion de la foire de Beaucaire, le 22 juillet 1168 !

Mais c’est seulement sept siècles plus tard, à Paris, que les femmes commencent à pratiquer l’athlétisme en club, au sein du Fémina Sport. Outre-Atlantique, la jeune Agnès Wood du Vassar Collège Poughkeepsie de New-York aux États-Unis, n’attend pas pour marquer l’histoire de l’athlétisme féminin. En 1903, elle court un 200 yards (soit 201,8 m) en 30 secs 3/5… C’est le premier record féminin d’athlétisme jamais enregistré.

15 juillet 1917, les premiers championnats de France d’athlétisme féminins

Puis est intervenue l’incroyable Alice Milliat. En décembre 1917, cette pionnière créée la Fédération des sociétés féminines sportives de France. Les premiers championnats de France d’athlétisme féminins ont lieu la même année. Dans sa lancée, la championne d’aviron demande au fondateur des Jeux Olympiques modernes, le baron Pierre de Coubertin, d’ajouter des épreuves féminines d’athlétisme au JO d’Anvers de 1920.

Sans grande surprise, le baron refuse, mais rien n’arrête Alice Milliat dans sa course à l’égalité. L’année suivante, elle organise donc un meeting féminin international d’athlétisme à Monte-Carlo, puis les premiers « Championnats olympiques féminins », à Paris. Les femmes sont en piste et tout s’accélère. Dès 1922 sont organisés les premiers Jeux mondiaux féminins. C’est d’ailleurs la France qui décroche l’or au 1 000 m grâce à Lucie Bréard, licenciée du fameux Fémina Sport. Et toc !

Lucie Bréard…Wikipedia

Les femmes n’ont plus jamais quitté les starting-blocks et ça, chez ÀBLOCK! on adore. En 1928, des épreuves d’athlétisme féminin s’invitent aux JO d’été d’Amsterdam, aux Pays-Bas. On découvre les premières championnes olympiques de l’histoire de l’athlétisme féminin comme Betty Robinson qui fut la première femme de l’histoire olympique à décrocher l’or dans des épreuves d’athlétisme, c’était un 31 juillet et elle ouvrira la voie à d’autres athlètes.

Mais, certaines, cette année-là n’auront pas la même chance, ainsi en va-t-il de Lina Radke. Pionnière de l’athlétisme, cette Allemande fut parée d’or olympique au 800m quelques jours plus tard, mais aussi la dernière jusqu’en…1960. Après sa victoire, l’épreuve fut tout bonnement supprimée. Miss Radke avait manqué de grâce en franchissant la ligne d’arrivée…

Des pionnières qui ont pavé une piste sur laquelle de grandes athlètes se sont engagées à coups de grandes enjambées. Force est de constater que l’histoire de la pratique ressemble plus à une course d’obstacles qu’à un sprint…

La société a longtemps considéré le corps des femmes comme inadaptés aux sports. Trop ceci, pas assez cela, la double championne olympique du 800 m Caster Semenya sait de quoi on parle. Atteinte d’hyperandrogénie, elle se voit refuser l’entrée de certaines compétitions depuis 2018 par la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF). Cette année-là, l’IAAF a défini un seuil maximal de testostérone pour concourir aux épreuves féminines…

Une décision que la Cour européenne des droits de l’homme a jugé discriminante, le 11 juillet dernier. Une tache sur le tableau de l’égalité, mais qu’on se rassure : l’athlétisme a su faire de la place à l’inclusivité.

On prend pour preuve les onzièmes Championnats du monde de para athlétisme, organisés à Paris en juillet dernier. Cette compétition d’envergure prouve une chose essentielle : tout le monde peut pratiquer l’athlétisme. Alors, prêts, feu, partez !

Caster Semenya…©Nike

Ouverture Fanny Blankers-Koen

D'autres épisodes de "Il était une fois le sport... conjugué au féminin"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Manaé Feleu : « Quand t'es une fille et que tu dis que tu joues au rugby, on te répond que c’est un sport de brutes . »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète qui marche vers les sommets, une capitaine de l’équipe de France de rugby qui sait comment apprivoiser le ballon ovale (Manae Feleu sur notre photo), une fille qui court, qui court, et le décryptage d’un baromètre sur les jeunes et le sport, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »
Baromètre UCPA, le sport s'offre une seconde jeunesse !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une judokate de poche mais qui regarde le sommet, une journaliste ÀBLOCK! pour la sortie de son livre sur Alice Milliat, une arbitre de rugby pionnière et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine ! Bonne lecture !

Lire plus »
Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Le jour où l’aîné de la famille est venu te demander de lui acheter des protéines, tu n’as pas su quoi lui répondre… Déjà que ces produits ne font pas consensus chez les adultes, alors quid de leur effet sur des ados ? Pas de panique, ÀBLOCK! t’éclaire sur les besoins nutritionnels d’un corps en pleine croissance.

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une gymnaste qui a dépassé la dépression et les embûches pour mieux performer, une warrior qui a passé la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo) ou encore une nageuse ambitieuse et une runneuse qui nous emmène dans les coulisses de sa vie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le témoignage d’une grimpeuse qui veut passer la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo), une snowboardeuse qui s’est offert un podium au Canada ou encore notre rendez-vous spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Juliette Labous : " Dans le vélo, je suis arrivée au bon moment, quand les filles ont pris la parole."

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Les footeuses tricolores à la poursuite du Graal, le récap’ des mondiaux de para-athlétisme, deux podcasts ÀBLOCK!, un événement glaçant, le lancement de la Grande Boucle féminine (avec notre Juliette Labous nationale sur notre photo) ou une jeune triathlète inspirante, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
Monica Pereira

Monica Pereira, le sport pour sortir de l’ombre

Une jeunesse dans les quartiers difficiles, un parcours chaotique et…le sport. Monica est une survivante. Et c’est parce qu’elle s’est bougée, dans tous les sens du terme, qu’elle est aujourd’hui, à 43 ans, en phase avec elle-même. Depuis un an, elle épouse sa reconversion de coache sportive avec jubilation. Pas peu fière. Elle nous raconte ce qui la raccroche à la (belle) vie. Témoignage précieux.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner