Rechercher

Il était une fois les courses automobiles… féminines

Il était une fois les courses automobiles… féminines/Hélène van Zuylen
La voiture... Encore aujourd’hui, un objet très vite associé aux hommes. Et pourtant, les filles sont arrivées en force derrière les volants ! Et ce grâce à des pionnières qui ont su éviter tous les obstacles sur des routes bien sinueuses... Retour sur cette histoire écrite au rythme des moteurs.

Par Clotilde Boudet

Publié le 03 janvier 2024 à 15h38, mis à jour le 20 mars 2024 à 16h47

S’il y a bien une chose sur laquelle la mainmise des hommes est encore très marquée dans les esprits, c’est la voiture.

Vous concevrez donc aisément qu’il ait été pénible pour les femmes de se faire une place au départ des courses automobiles… Un chemin tortueux que commença à paver Bertha Benz, épouse du célèbre concepteur Carl Benz.  

En 1888, elle emprunte sans l’autorisation de son mari une Patent Motorwagen et parcourt 106 km en Allemagne. C’est la première femme à conduire sur une telle distance…

Bertha Benz…©Daimler AG

Dix ans plus tard, une pilote participe pour la première fois à une course automobile internationale : la femme de lettres Hélène van Zuylen, née de Rothschild. C’est son mari, président de l’Automobile Club de France qui lui permet de prendre le départ de la course Paris-Amsterdam-Paris.

C’est également en 1898 que la duchesse d’Uzès devient la première femme à obtenir le « certificat de capacité », ancêtre du permis de conduire. Anecdote amusante, elle est également la première personne au monde à se faire verbaliser pour excès de vitesse. Elle fut arrêtée au volant de sa Delahaye type 1 pour avoir roulé à 15 km/h dans le Bois de Boulogne…au lieu des 12 autorisés.  

Anne de Rochechouart-Mortemart, duchesse d’Uzès… ©Automobile Club

Mais s’il y a bien une pionnière de cette discipline dont l’histoire mérite d’être (re)mise en lumière, c’est Mariette Hélène Delangle. Néele 15 décembre 1900, elle fut d’abord modèle et danseuse de cabaret. Sous le nom de scène  Hellé Nice , elle est adorée du Tout-Paris.

Mais ce que tous ignorent, c’est que la jeune femme nourrit une passion dévorante pour l’automobile. Un amour né de sa rencontre avec l’aviateur et coureur Henry Gérard de Courcelles.  

Dès 1920, son permis en poche, Mariette Hélène participe à toutes les (rares) courses où elle est autorisée à courir. Vite, elle décide de se consacrer exclusivement aux courses automobiles. Elle devient ainsi l’une des premières pilotes professionnelles françaises.

En 1929, Hellé Nice remporte le « Championnat automobile des artistes de Paris » au volant d’une Bugatti Type 35 C. Ce jour-là, elle établit deux records officieux en atteignant les 197,708 km/h en vitesse de pointe et en gardant une moyenne de 194 km/h sur les 10 tours de circuit. 

Mariette Hélène Delangle alias Hellé Nice…©Bugatti

Des records et exploits, Mariette Hélène en a fait plus d’un… En juillet 1930, elle finit 3edu Grand Prix Bugatti. Quelques années plus tard, devenue membre d’une équipe 100 % féminine, elle établit dix records mondiaux sur l’autodrome de Linas-Montlhery. Des records qui n’ont toujours pas été battus à ce jour ! 

Malheureusement, le destin de cette pilote hors-norme connut une fin tragique… Injustement accusée d’avoir collaboré avec la Gestapo pendant la Seconde Guerre mondiale, elle se voit interdire le départ du Rallye de Monte-Carlo en 1949, perd ses sponsors et meurt, trente-cinq ans plus tard, dans la misère et l’anonymat. 

Son nom a refait surface en 2004, grâce à l’écrivaine Miranda Seymour qui, après des années d’enquêtes, blanchit sa réputation dans un ouvrage intitulé « Bugatti Queen ».  

Début des années 30, Odette Siko fit elle aussi office de pionnière de la course automobile alors qu’elle se lance le pari de participer aux 24H du Mans. En 1932, elle atteint la 4e place au général avec son Alfa 6C 1750.

1930, c’était aussi l’épopée de celle qui donnera son prénom à l’expression « En voiture Simone ! » Simone Louise de Pinet de Borde des Forest se lance dans ce loisir d’ordinaire réservé aux hommes et fera ses premiers pas sur les pistes à l’occasion de la course de côte de La Baraque, épreuve très prisée dont le coup d’envoi est donné à Clermont-Ferrand.

Odette Siko

Des années plus tard, à l’aube des sixties, Maria Teresa de Filippis devient la première femme à participer à un Grand Prix de Formule 1, au volant de sa Maserati 250 F. Nous sommes en 1958 précisément et elle prendra part à cinq épreuves de F1.

Puis, dans la catégorie des « premières », nous pourrions citer Maria Grazia Lombardi, dite « Lella » Lombardi, première et unique femme, à ce jour, à avoir marqué des points en Formule 1.

Plus près de nous, en 2008, la pilote américaine Danica Patrick, première femme à remporter une course d’IndyCar (Twin Ring Motegi), avait déjà révolutionné ce sport auto en 2005, devenant la première femme à mener les 500 miles.

Et, enfin, la pilote allemande Jutta Kleinschmidt, seule femme à avoir remporté le Paris-Dakar lors de l’édition 2001.

Autrement dit, les femmes tiennent bon le volant et ce, depuis un bail !

La pilote américaine Danica Patrick… ©Wikimedia Commons

D'autres épisodes de "Il était une fois le sport... conjugué au féminin"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Manon Genest

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète d’exception et maman épanouie qui se confie sans langue de bois (Manon Genest sur notre photo), une cycliste qui se lance dans un défi fou, notre marathonienne préférée qui se frotte à la piste et notre rubrique Kids, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Hermine Bonvallet : « Dans le monde du surf, la première technique pour performer : savoir s’adapter »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une rideuse de l’extrême, une folle histoire olympique du passé, une nouvelle chronique de notre marathonienne préférée et une championne qui sort la raquette du placard, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Hilary Knight, l'élève surdouée du hockey sur glace féminin

Best-of 2022, nos plus chouettes portraits

Les championnes ont imposé le tempo de cette année 2022. Tennis, athlétisme, football, cricket, parkour, hockey, ultra trail… Peu importe la discipline, les filles sont ÀBLOCK! Retour sur les portraits des sportives qui ont marqué les douze derniers mois.

Lire plus »
Ouleymata Sarr, l’agréable surprise Bleue

Ouleymata Sarr, l’agréable surprise Bleue

Ralentie par de multiples blessures, Ouleymata Sarr l’attaquante du Paris FC fait des allers-retours entre le terrain et les vestiaires. Des moments difficiles que la tricolore entend laisser derrière elle pour disputer à fond l’Euro 2022. Remplaçante de qualité pour l’équipe A, la titularisation est à portée de crampons.

Lire plus »
Cyclisme

La Grande Boucle fait un pied de nez au Covid-19

Le Tour de France aura finalement lieu en août. Il est le seul événement sportif à être maintenu en 2020. Ni reporté ni annulé, la plus célèbre course cycliste prendra la route avec plus d’un mois de retard sur le calendrier, mais ça va rouler malgré tout. Les coureuses, elles, vont (encore) devoir patienter. Autant dire que le Tour féminin n’est plus envisagé.

Lire plus »
Marie Wattel : « J'ai vécu des moments très compliqués, j'ai dû faire des choix forts et ça a payé. »

Marie Wattel : « J’ai vécu des moments très compliqués, j’ai dû faire des choix forts et ça a payé. »

Elle est un des grands espoirs de médaille de l’artillerie sous-marine française pour les Jeux Olympiques de Paris. Marie Wattel, 27 ans, a déjà accumulé une sacrée expérience et dans l’adversité, face aux doutes, aux blessures et aux critiques, elle n’a jamais lâché l’affaire et est toujours revenue ÀBLOCK! des épreuves traversées. Rencontre avec une guerrière aquatique.

Lire plus »
course a pied

Running : cours toujours…tu m’intéresses !

Mais qu’est-ce qui fait courir les filles ? Le plaisir, pardi ! Elles sont de plus en plus nombreuses à enfiler des baskets pour partir s’aérer le corps et l’esprit. Ce qui n’a pas échappé aux équipementiers et aux organisateurs d’événements. Sport gratis, le running est devenu un business en or.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner