Rechercher

Typhaine LauranceEn selle pour l’égalité dans le sport

Typhaine Laurance, en selle pour l’égalité dans le sport
Elle fait partie des neuf Bretonnes à avoir pris la route de la Grande Boucle 2023. Typhaine Laurance, 24 ans, a toute sa carrière cycliste devant elle, mais son plus grand combat n'est peut-être pas de rester dans la roue de ses adversaires...

Par Timéo Gomes

Publié le 27 juillet 2023 à 15h41, mis à jour le 28 juillet 2023 à 16h01

Le plus souvent, on a tendance à prendre le sport pour acquis, on oublie que, pour les femmes, le sport professionnel est un combat quotidien. Ce combat, Typhaine Laurance en fait son message.

Née le 28 août 1998 à Calan en Bretagne, la petite Typhaine passe sa jeunesse dans un milieu où le vélo semble lui être prédestiné. Fille d’un père ancien cycliste professionnel, d’une mère triple championne de Bretagne, et sœur de Axel Laurance coureur de l’écurie Alpecin Deceuninck, on peut dire que le cyclisme, c’est une histoire de famille !

Pourtant, la Bretonne n’adhère pas tout de suite au sport à pédales, elle s’essaye à la course à pied, à la natation, à la danse ou encore à l’équitation.

Puis à 12 ans, elle se met en tête d’essayer le triathlon. Elle emprunte alors le vélo de sa mère et part s’entraîner. Le triathlon ? Typhaine Laurance n’en fera jamais. Dès sa première sortie à vélo, elle comprend ce qui la fait vibrer : le cyclisme. Elle va pouvoir honorer l’héritage familial.

En 2012, la native de Calan se frotte à ses premières compétitions. Dès l’année suivante, elle remporte les Championnats de Bretagne sur route et de poursuite sur piste en catégorie cadet, premier fait d’arme qui ne sera pas le dernier.

C’est en 2015 que Typhaine Laurance réalise son rêve, elle devient championne de France sur route junior, avec un peu moins de trois minutes d’avance sur sa poursuivante Gladys Verhulst. Une distinction particulière pour elle qui, à l’époque, disait à son père : « Je n’arrête pas le vélo tant que je ne suis pas championne de France ».

C’est à la même période qu’elle rejoint l’équipe bretonne Breizh Ladies dans laquelle elle passe cinq ans, avant de signer dans sa première équipe UCI en 2020, Arkéa Pro Cycling Team. Dans cette équipe noir et rouge, celle qui a grandi prés de Plouay fait ses premières armes au niveau international. Pour sa deuxième année, elle participe notamment au Giro 2021, son premier grand Tour.

Malheureusement, les conditions ne sont pas optimales pour la coureuse française, victime d’une chute et diminuée par une poussée de fièvre, le parcours italien n’est pas une partie de plaisir. Elle réussit tout de même à finir l’épreuve et se dit fière de s’être dépassée pour y parvenir.

Aujourd’hui dans une tout autre formation, la Lifeplus-Wahoo, la Bretonne s’épanouie dans cette nouvelle aventure Britannique riche de cultures différentes. En ligne de mire ? Courir sur Le Tour de France 2023, sorte de revanche après sa non-sélection par son ancienne équipe d’Arkéa pour l’édition précédente. Les objectifs sont clairs : aider sa coéquipière néo-zélandaise Ella Wyllie à se placer dans le top classement de la meilleure jeune.

Objectif réussi au bout de deux étapes : Wyllie est deuxième dans ce classement juste derrière une compatriote bretonne de Typhaine Laurance, Cédrine Kerbaol. Reste à transformer l’essai.

La jeune carrière de la Française démarre donc sur les chapeaux de roues, et il lui reste tout l’avenir devant elle pour atteindre les plus hauts sommets. Mais là où la Calanaise fait le plus de vagues, c’est hors des routes lorsqu’elle s’exprime sur la question de l’égalité homme-femme dans le sport professionnel.

Accompagnée de son frère dans une interview pour Ouest France, les Laurance abordent la question des salaires, celui d’Axel étant trois à quatre fois supérieur à celui de sa sœur, alors même qu’ils sont tous deux présentés comme des espoirs du cyclisme.

Typhaine Laurance et son frère Axel, « My little brother is my essential », écrit-elle sur Twitter.

Typhaine Laurance critique l’absence d’un salaire minimum pour les femmes dans le cyclisme, comme c’est le cas dans les milieux amateurs. Cependant, au micro du podcast Science Sport Endurance, la Morbihannaise délivre un message fort : contre toute attente, elle déplore le nombre de polémiques sur les différences de salaire qui, selon elle, ne font pas avancer les choses. Il faut plutôt, dit-elle, soutenir, regarder, et encourager la dynamique positive dans laquelle le cyclisme féminin se trouve, notamment avec le retour du Tour de France Femmes ou encore la multiplication des diffusions de chaque course.

Le changement ne se fera pas en un claquement de doigts. Typhaine Laurance en est consciente et semble prête à assumer un rôle de porte-parole de l’égalité dans le cyclisme. Une aubaine dans un pays où les sportives s’engagent si peu !

D'autres épisodes de "Cyclisme, dans la roue des sportives"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Jeux Paralympiques d’hiver Deuxième épisode bleu sur les pistes chinoises

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Retour sur une semaine axée sur le début des Jeux Paralympiques d’hiver. Au programme : quelques rappels sur leur devise, leurs valeurs et leur histoire, des infos sur la délégation française et une rencontre avec l’une de ses para-athlètes. Mais aussi, une chaîne anglaise engagée, l’histoire du snow féminin, une étude pour aider les sportifs de haut niveau ou une question qui tue. Maxi Best-of de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Il était une fois le tennis de table… féminin

Il était une fois le tennis de table… féminin

La fédé française de tennis de table vient de créer sa « Cellule 2024 », au sein de laquelle évolueront les meilleurs pongistes français.es. Objectif : mettre toutes les chances de son côté aux Jeux Olympiques de Paris 2024. L’occasion toute trouvée pour revenir sur les débuts féminins dans cette discipline plutôt égalitaire…

Lire plus »
Sophia Popov

Sophia Popov, la golfeuse qui rêve en green

Affaiblie par la maladie de Lyme et à deux doigts de ranger ses clubs à jamais, elle a finalement gagné son tout premier Grand Chelem cet été. La golfeuse américano-allemande est un exemple de persévérance. Son conte de fées ou plutôt de « tees » (puisqu’on parle de golf…) entre illico dans la belle histoire du sport !

Lire plus »
Lyli Herse, la révélation du premier Tour de France féminin

Lyli Herse, la révélation du premier Tour de France féminin

Elle a été LA « coursière » la plus en vue du premier tour de France. Avec deux victoires d’étape et deux deuxièmes places, Lysiane Herse, dite « Lyli », petit prodige venu du cyclotourisme, a définitivement marqué de son empreinte la première tentative de « Grande Boucle » au féminin. La Normande bouclera cette course inaugurale à la quatrième place du Générale, battue au temps par la Britannique Millie Robinson.

Lire plus »
©DRVoguing

Le voguing, la danse en vogue qui n’a pas dit son dernier… pas

Danse identitaire créée par la communauté noire LGBT en réaction au racisme et à la discrimination, le voguing est apparu dans les sixties à Harlem, New York. Importée en France en 2000, survoltée, technique et codifiée, elle a inspiré la chanson « Vogue » de Madonna. Faisons une « pose » pour tout savoir de cette danse socio-politique.

Lire plus »

Marjorie Delassus et Camille Prigent : « Aux Jeux Olympiques, on sera là l’une pour l’autre, pour se soutenir et partager nos émotions. »

Elles sont amies et sont parvenues, toutes deux, à décrocher leur place pour Paris 2024. Marjorie Delassus et Camille Prigent tenteront de se hisser sur la première place du podium olympique de slalom canoë monoplace pour l’une et de slalom kayak monoplace et kayak cross pour l’autre. Rencontre avec deux filles qui aiment les remous et l’eau vive.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner