Rechercher

JO 1948Quand, affamées, les nageuses danoises décrochent l'or...

JO 1948
La guerre à peine terminée, les athlètes débarquent aux Jeux Olympiques de Londres avec leurs victuailles dans une ville où ce n’est pas encore l’heure du festin. Les nageuses, en particulier les Danoises, n’ont presque rien à se mettre sous la dent…

Publié le 09 mars 2021 à 19h35, mis à jour le 22 septembre 2022 à 11h01

Trois ans après la fin de la seconde Guerre Mondiale, l’Angleterre n’était pas dans la situation idéale pour recevoir des Jeux Olympiques. Des JO que l’on disait ceux de l’austérité.

Les 4 300 athlètes (dont près de 400 femmes) des 59 nations qui prirent part aux deux semaines de compétition durent notamment s’organiser pour…manger à leur faim. Pour pallier en effet à la pénurie de nourriture, de nombreuses délégations apportèrent leurs propres denrées.

Les athlètes argentins acheminèrent plusieurs tonnes de bœuf via leur navire. Les Américains débarquèrent avec 30 tonnes de bœuf, 6 de porc, 6 de mouton, 36 de fromage, 12 de sucre, 25 000 barres de chocolat, 600 litres de crème glacée, une demi-tonne de beurre et 2 400 douzaines d’œufs… Ils recevaient aussi des livraisons de plusieurs centaines de kilos de pain par avion.

Les Suédois atterrirent avec 70 kg de caviar et 180 kg de porc. La France ? Elle avait bien rempli un train de différents produits, mais suite à un retard subi au passage de la douane anglaise, la majeure partie de la nourriture n’était plus consommable à l’arrivée…

La légende veut qu’ils récupérèrent en revanche toutes les bouteilles de vin, l’équivalent de plus d’un litre quotidien par athlète. À cet époque, les champions n’étaient pas contre boire un petit canon avant la compet’ !

La nourriture importée fut placée dans un ancien abri anti-aérien, transformé en entrepôt et gardé nuit et jour par une vingtaine de volontaires, presque tous étudiants, armés de barres de fer.

On mit même en place une ligne directe avec un détachement policier après la tentative d’intrusion d’un groupe d’hommes venus piller les réserves.

Les fruits emballés, la viande, le chocolat, le thé, la farine, le vin, le fromage, le bacon, le beurre et le lait condensé se monnayaient cher au marché noir…

Si le Danemark offrit 200 000 œufs au Comité Olympique britannique, des oeufs à distribuer aux participants, il semblent que, côté athlètes, les portions furent bien maigres. Ce fut notamment le cas des nageuses danoises au régime sec depuis le début des Jeux.

Tellement, qu’affamées, ces championnes demandèrent à leurs proches de leur envoyer des rations de nourriture ; de quoi les caler pour concourir.

Peu avant le début de la compétition, elles reçurent ainsi 500 sandwiches expédiés par avion.

Rassasiée, l’estomac (enfin) plein, elles décrochèrent 2 médailles d’or et 2 d’argent en 5 épreuves : Karen-Margrete Harup fut championne au 100 m dos et 2e au 400 m nage libre, Greta Andersen remporta le 100 m nage libre, et l’équipe complète obtint l’argent en relais 4 × 100 m nage libre.

 

Margrete Harup

Ce fut la meilleure performance de l’histoire en natation féminine pour le Danemark, qui dut attendre Moscou en 1980 pour décrocher une nouvelle médaille avec Susanne Nielsson, laquelle remporta le bronze en 100 m dos.

Tout cela grâce à un peu de pain qui, dans l’Angleterre d’après-guerre, n’était pas denrée négligeable.

Greta Andersen

D'autres épisodes de "Jeux Insolites"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Manon Genest

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète d’exception et maman épanouie qui se confie sans langue de bois (Manon Genest sur notre photo), une cycliste qui se lance dans un défi fou, notre marathonienne préférée qui se frotte à la piste et notre rubrique Kids, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Hermine Bonvallet : « Dans le monde du surf, la première technique pour performer : savoir s’adapter »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une rideuse de l’extrême, une folle histoire olympique du passé, une nouvelle chronique de notre marathonienne préférée et une championne qui sort la raquette du placard, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Emma Lombardi : « Je me vois comme une outsider en triathlon et ça me va plutôt bien. »

Emma Lombardi : « En triathlon, je me vois comme une outsider et ça me va plutôt bien. »

C’est LE petit prodige du triathlon. À seulement 22 ans, Emma Lombardi franchit les étapes à une vitesse folle. La Chambérienne, championne du monde espoirs en 2021, cumule, depuis, les distinctions internationales. Troisième, le week-end dernier, lors de la deuxième étape des Championnats du monde au Japon, elle qui visait les JO de Los Angeles en 2028 pourrait bien faire des étincelles à Paris dès cet été.

Lire plus »
Le récap' des compet' de sport féminin 2022

Sport féminin, le best-of 2022 des compet’

Même s’il n’est pas (encore) aussi médiatisé que le sport pratiqué par des hommes, le sport conjugué au féminin est des plus riches. On ne pouvait traiter tous les événements qui ont marqué 2022 tant il y en a, mais un petit débrief’ en vidéo sur ce qu’il y à retenir, entre bonheurs et désillusions, on l’a fait ! C’est parti !

Lire plus »
Carole Castellani : « Le CrossFit me permet de repousser mes limites. »

Carole Castellani : « Le CrossFit me permet de repousser mes limites. »

Elle se définit comme une hyper active survoltée. Carole Castellani, 33 ans, est l’une des plus acharnées de nos crossfiteuses françaises. À son actif : deux participations et une médaille de bronze en équipe aux Games, le championnat du monde de la discipline qui a lieu aux États-Unis. Aujourd’hui, enceinte, mademoiselle chante des berceuses tout en rêvant de repartir sur la route de Madison…

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner