JO 1948Quand, affamées, les nageuses danoises décrochent l'or...

JO 1948
La guerre à peine terminée, les athlètes débarquent aux Jeux Olympiques de Londres avec leurs victuailles dans une ville où ce n’est pas encore l’heure du festin. Les nageuses, en particulier les Danoises, n’ont presque rien à se mettre sous la dent…

Publié le 09 mars 2021 à 19h35, mis à jour le 22 septembre 2022 à 11h01

Trois ans après la fin de la seconde Guerre Mondiale, l’Angleterre n’était pas dans la situation idéale pour recevoir des Jeux Olympiques. Des JO que l’on disait ceux de l’austérité.

Les 4 300 athlètes (dont près de 400 femmes) des 59 nations qui prirent part aux deux semaines de compétition durent notamment s’organiser pour…manger à leur faim. Pour pallier en effet à la pénurie de nourriture, de nombreuses délégations apportèrent leurs propres denrées.

Les athlètes argentins acheminèrent plusieurs tonnes de bœuf via leur navire. Les Américains débarquèrent avec 30 tonnes de bœuf, 6 de porc, 6 de mouton, 36 de fromage, 12 de sucre, 25 000 barres de chocolat, 600 litres de crème glacée, une demi-tonne de beurre et 2 400 douzaines d’œufs… Ils recevaient aussi des livraisons de plusieurs centaines de kilos de pain par avion.

Les Suédois atterrirent avec 70 kg de caviar et 180 kg de porc. La France ? Elle avait bien rempli un train de différents produits, mais suite à un retard subi au passage de la douane anglaise, la majeure partie de la nourriture n’était plus consommable à l’arrivée…

La légende veut qu’ils récupérèrent en revanche toutes les bouteilles de vin, l’équivalent de plus d’un litre quotidien par athlète. À cet époque, les champions n’étaient pas contre boire un petit canon avant la compet’ !

La nourriture importée fut placée dans un ancien abri anti-aérien, transformé en entrepôt et gardé nuit et jour par une vingtaine de volontaires, presque tous étudiants, armés de barres de fer.

On mit même en place une ligne directe avec un détachement policier après la tentative d’intrusion d’un groupe d’hommes venus piller les réserves.

Les fruits emballés, la viande, le chocolat, le thé, la farine, le vin, le fromage, le bacon, le beurre et le lait condensé se monnayaient cher au marché noir…

Si le Danemark offrit 200 000 œufs au Comité Olympique britannique, des oeufs à distribuer aux participants, il semblent que, côté athlètes, les portions furent bien maigres. Ce fut notamment le cas des nageuses danoises au régime sec depuis le début des Jeux.

Tellement, qu’affamées, ces championnes demandèrent à leurs proches de leur envoyer des rations de nourriture ; de quoi les caler pour concourir.

Peu avant le début de la compétition, elles reçurent ainsi 500 sandwiches expédiés par avion.

Rassasiée, l’estomac (enfin) plein, elles décrochèrent 2 médailles d’or et 2 d’argent en 5 épreuves : Karen-Margrete Harup fut championne au 100 m dos et 2e au 400 m nage libre, Greta Andersen remporta le 100 m nage libre, et l’équipe complète obtint l’argent en relais 4 × 100 m nage libre.

 

Margrete Harup

Ce fut la meilleure performance de l’histoire en natation féminine pour le Danemark, qui dut attendre Moscou en 1980 pour décrocher une nouvelle médaille avec Susanne Nielsson, laquelle remporta le bronze en 100 m dos.

Tout cela grâce à un peu de pain qui, dans l’Angleterre d’après-guerre, n’était pas denrée négligeable.

Greta Andersen

D'autres épisodes de "Jeux Insolites"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Marie-Amélie Le Fur

Journée Paralympique, Marie-Amélie Le Fur en guest-star

Ce samedi 8 octobre, si on s’offrait une petite mise en bouche de Paris 2024 ? À moins de deux ans des JO, une Journée Paralympique s’installe place de la Bastille et mettra en avant des champions et championnes que rien n’arrête. L’athlète et présidente du Comité Paralympique et Sportif Français, Marie-Amélie Le Fur, y jouera les coachs, entre animations et autres démonstrations sportives et festives. On y va ?

Lire plus »
Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La genèse du basket féminin, une réalisatrice qui roule sur les préjugés (via son doc Bande de Skateuses sur notre photo), une joueuse de rugby qui les plaque, une QQT (Question qui tue) pour s’ouvrir l’appétit et un Q&A (Questionnaire sportif) avec une handballeuse qui en impose, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

On y est, la première division de handball féminin a repris. L’occasion d’admirer des joueuses qui se donnent à 200 % sur le terrain. Pauline Robert, pivot de Besançon, ne fait pas exception à la règle. Elle répond à notre questionnaire sportif.

Lire plus »
Il était une fois… le basket-ball féminin

Il était une fois… le basket-ball féminin

À l’heure où les filles battent les parquets australiens pour le Mondial de basket qui se joue jusqu’au 1er octobre, si on remontait un peu le temps ? Lorsque le basket conjugué au féminin n’était que « le jeu favori des jeunes filles » et luttait pour se faire une place dans les instances.

Lire plus »
Laura Marino

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

De l’histoire de la gym féminine à celle d’une plongeuse de haut vol qui a pris la tangente pour ne pas se noyer (Laura Marino sur notre photo), en passant par une sportive écolo, une marathonienne hors-norme et une course parisienne, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! de la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Il était une fois la gymnastique...féminine

Il était une fois la gymnastique… féminine

Les Nouveaux Internationaux de France de Gymnastique débutent le 24 septembre à Paris. Au programme : cent-soixante-quinze gymnastes mondiaux issus de trente-sept pays se bousculeront sur les tapis. Et, bien sûr, il y aura des filles. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Petite histoire de la gym conjuguée au féminin.

Lire plus »
Laura Marino

Laura Marino, la plongeuse de haut-vol qui a tout plaqué se livre

Championne d’Europe et du monde en plongeon individuel et d’équipe, elle a mis fin à sa carrière, il y a trois ans, après un burn-out. Aujourd’hui, elle s’élance des plus hautes falaises pour le plaisir. Dans son livre « Se dépasser avec Laura Marino », dernier né de la collection ÀBLOCK!, elle se raconte sans fard et partage ses secrets pour se (re)construire sans peurs.

Lire plus »
Caroline Suné : « Dans le sport, il faut être humble et travailler dur. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le come-back de l’instant philo, un fait de société fédérateur, un questionnaire express pour handballeuse qui ne rigole pas, une nouvelle question qui tue, une rugbywoman forte et engagée ou une multi-sportive à l’emploi du temps bien chargé, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Y a-t-il une vie après le sport ?

Elles ont été des championnes, elles ont gagné, ont tout donné. Puis vint le temps de raccrocher. Comment alors se reconstruire, envisager une autre sorte de victoire : le retour à une vie ordinaire ?

Lire plus »
Katie Schide, l'ultra-traileuse au sommet 

Katie Schide, l’ultra-traileuse au sommet 

L’Ultra-Trail du Mont Blanc, UTMB pour les initiés, a une nouvelle reine : Katie Schide. Déjà une des meilleures dans les courses extrêmes, l’Américaine a signé le plus beau succès de sa carrière, le 26 août dernier. Une victoire qui récompense les choix forts d’une championne ÀBLOCK!

Lire plus »
Gabriella Papadakis

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fille à couettes qui soulève plus lourd que Hulk en personne, une espionne qui ne lâche pas le sport, même en prison, une « mère indigne » championne olympique, des patineuses d’hier et d’aujourd’hui (comme Gabriella Papadakis sur notre photo) ou encore une sportive dingue de windsurf, demandez le programme !

Lire plus »
Laetitia Blot

Laetitia Blot : « Je veux que les femmes puissent se dire : elle, elle fait un sport de combat et elle est féminine. »

Elle est montée sur ressorts, elle déborde d’énergie. Laetitia Blot est un phénomène. Après avoir collectionné les titres en judo, en lutte et en sambo, la Française de 37 ans s’est lancée dans le MMA (Mixed Martial Arts). Victorieuse de son premier combat en octobre dernier, elle s’apprête désormais à affronter Marie Loiseau, ce 8 avril, dans le cadre du MMA Grand Prix. Rencontre avec une fille qui s’amuse à mettre « les poings » sur les « i ».

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner