Rechercher

JO 1948Quand, affamées, les nageuses danoises décrochent l'or...

JO 1948
La guerre à peine terminée, les athlètes débarquent aux Jeux Olympiques de Londres avec leurs victuailles dans une ville où ce n’est pas encore l’heure du festin. Les nageuses, en particulier les Danoises, n’ont presque rien à se mettre sous la dent…

Publié le 09 mars 2021 à 19h35, mis à jour le 22 septembre 2022 à 11h01

Trois ans après la fin de la seconde Guerre Mondiale, l’Angleterre n’était pas dans la situation idéale pour recevoir des Jeux Olympiques. Des JO que l’on disait ceux de l’austérité.

Les 4 300 athlètes (dont près de 400 femmes) des 59 nations qui prirent part aux deux semaines de compétition durent notamment s’organiser pour…manger à leur faim. Pour pallier en effet à la pénurie de nourriture, de nombreuses délégations apportèrent leurs propres denrées.

Les athlètes argentins acheminèrent plusieurs tonnes de bœuf via leur navire. Les Américains débarquèrent avec 30 tonnes de bœuf, 6 de porc, 6 de mouton, 36 de fromage, 12 de sucre, 25 000 barres de chocolat, 600 litres de crème glacée, une demi-tonne de beurre et 2 400 douzaines d’œufs… Ils recevaient aussi des livraisons de plusieurs centaines de kilos de pain par avion.

Les Suédois atterrirent avec 70 kg de caviar et 180 kg de porc. La France ? Elle avait bien rempli un train de différents produits, mais suite à un retard subi au passage de la douane anglaise, la majeure partie de la nourriture n’était plus consommable à l’arrivée…

La légende veut qu’ils récupérèrent en revanche toutes les bouteilles de vin, l’équivalent de plus d’un litre quotidien par athlète. À cet époque, les champions n’étaient pas contre boire un petit canon avant la compet’ !

La nourriture importée fut placée dans un ancien abri anti-aérien, transformé en entrepôt et gardé nuit et jour par une vingtaine de volontaires, presque tous étudiants, armés de barres de fer.

On mit même en place une ligne directe avec un détachement policier après la tentative d’intrusion d’un groupe d’hommes venus piller les réserves.

Les fruits emballés, la viande, le chocolat, le thé, la farine, le vin, le fromage, le bacon, le beurre et le lait condensé se monnayaient cher au marché noir…

Si le Danemark offrit 200 000 œufs au Comité Olympique britannique, des oeufs à distribuer aux participants, il semblent que, côté athlètes, les portions furent bien maigres. Ce fut notamment le cas des nageuses danoises au régime sec depuis le début des Jeux.

Tellement, qu’affamées, ces championnes demandèrent à leurs proches de leur envoyer des rations de nourriture ; de quoi les caler pour concourir.

Peu avant le début de la compétition, elles reçurent ainsi 500 sandwiches expédiés par avion.

Rassasiée, l’estomac (enfin) plein, elles décrochèrent 2 médailles d’or et 2 d’argent en 5 épreuves : Karen-Margrete Harup fut championne au 100 m dos et 2e au 400 m nage libre, Greta Andersen remporta le 100 m nage libre, et l’équipe complète obtint l’argent en relais 4 × 100 m nage libre.

 

Margrete Harup

Ce fut la meilleure performance de l’histoire en natation féminine pour le Danemark, qui dut attendre Moscou en 1980 pour décrocher une nouvelle médaille avec Susanne Nielsson, laquelle remporta le bronze en 100 m dos.

Tout cela grâce à un peu de pain qui, dans l’Angleterre d’après-guerre, n’était pas denrée négligeable.

Greta Andersen

D'autres épisodes de "Jeux Insolites"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Le jour où l’aîné de la famille est venu te demander de lui acheter des protéines, tu n’as pas su quoi lui répondre… Déjà que ces produits ne font pas consensus chez les adultes, alors quid de leur effet sur des ados ? Pas de panique, ÀBLOCK! t’éclaire sur les besoins nutritionnels d’un corps en pleine croissance.

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une gymnaste qui a dépassé la dépression et les embûches pour mieux performer, une warrior qui a passé la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo) ou encore une nageuse ambitieuse et une runneuse qui nous emmène dans les coulisses de sa vie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le témoignage d’une grimpeuse qui veut passer la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo), une snowboardeuse qui s’est offert un podium au Canada ou encore notre rendez-vous spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Léa Labrousse : « J’ai envie de marquer mon nom dans l'histoire du trampoline français. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une championne du rebond (Léa Labrousse sur notre photo), une traileuse qui a écrit l’histoire, une torpille tricolore, une nouvelle chronique de notre marathonienne ÀBLOCK! et un festival sportif sur grand écran, c’est le meilleur de la semaine. Enjoy !

Lire plus »
Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fusée sous-marine, les filles au MIC dans l’univers du ballon ovale, des cyclistes insatiables (Noëlie et Elsa sur notre photo), un nouveau Carnet de route de notre ambassadrice, un Q&A en vidéo ou encore l’histoire de la boxe au féminin et notre spécial KIDS ? Soyez ÀBLOCK!

Lire plus »
Il était une fois la boxe... féminine

Il était une fois la boxe… féminine

Alors comme ça, la boxe serait une affaire d’hommes ? Que nenni, les gants vont aussi bien aux filles qu’aux garçons ! Et certaines n’ont pas attendu d’autorisation pour le faire savoir. Retour sur l’histoire de ces pionnières gantées.

Lire plus »
Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Attention, première ! Une rencontre internationale de rugby commentée uniquement par des femmes, c’est le programme de ce 16 mars. Cette initiative forte, Ouvrons la voix, soutenue par la fédé du ballon ovale, entend prouver que l’expertise est tout autant du côté des filles que des gars. Alors, girls, marquons l’essai !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Emmanuelle Bonnet-Oulaldj : « Ma candidature au CNOSF contribue à faire bouger les lignes. »

Emmanuelle Bonnet-Oulaldj : « Ma candidature au CNOSF contribue à faire bouger les lignes. »

Elle avait déjà candidaté, en 2021, à la présidence du Comité national olympique et sportif français. Après la démission de Brigitte Henriques, la co-présidente de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail reprend son bâton de pèlerin pour tenter, de nouveau, de convaincre qu’elle a les épaules. Interview avec celle que l’on présente comme l’outsider de cette élection qui aura lieu le 29 juin prochain.

Lire plus »
Sarah Hauser

Sarah Hauser : « Le windsurf, c’est un mélange de peur, de chaos mais aussi de beauté. »

Ce petit bout de femme n’a pas froid aux yeux, même au creux de la vague. La windsurfeuse Sarah Hauser vient de faire une entrée fracassante dans le Guinness Book des Records après avoir dompté une vague de presque 11 mètres, la plus grosse jamais prise par une femme. Une étape plus qu’un aboutissement dans le parcours singulier de cette Néo-Calédonienne dont l’ambition est d’inspirer les filles qui n’osent pas se mouiller.

Lire plus »
Cendrine Browne

Cendrine Browne, la skieuse qui respire à fond

Elle a la glisse dans le sang. La canadienne Cendrine Browne est une fondue de ski. C’est le cas de le dire car elle, son truc, c’est le ski de fond, un sport qui la fait vibrer. Venue tardivement à la compét’, elle a découvert un espace d’expression et de liberté inattendu. Aujourd’hui, elle s’engage pour que les filles aient toute leur place dans le monde enneigé des sportifs.

Lire plus »
Jeanne et Julia Courtois

La Transat Jacques Vabre à travers des jumelles

Elles en sont cap et c’est bien pour ça que les organisateurs de la Transat Jacques Vabre avaient lancé un appel à projet féminin, le 8 mars dernier. Histoire d’encourager les filles à prendre le large. L’objectif : accompagner deux navigatrices passionnées pour mieux braver l’Atlantique en duo lors de la prochaine transat, le 7 novembre 2021. L’opé « Cap pour Elles » est aujourd’hui bouclée, les noms des lauréates révélés : les sœurs jumelles Jeanne et Julia Courtois seront sur la ligne de départ. Faisons les présentations.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner