Grace Geyoro La métronome bleue

Grace Geyoro, la métronome bleue
Les jeunes prennent peu à peu le pouvoir en équipe de France. À force de talent et de volonté, Grace Geyoro s'est installée dans le onze de départ de Corinne Diacre. Maintenant, la milieu de terrain veut tout déchirer.

Par Alexandre Hozé

Publié le 07 juillet 2022 à 17h00, mis à jour le 07 juillet 2022 à 18h00

L’avenir de l’équipe de France féminine s’annonce radieux. Les petites jeunes s’installent mine de rien dans le groupe et le tirent vers le haut en apprenant de l’expérience des anciennes. Marie-Antoinette Katoto, Griedge Mbock, Eve Périsset… Le futur leur appartient. 

Et Grace Geyoro a bien l’intention de le prouver dès cette année. La Coupe du Monde 2023, les JO 2024… Evidemment, ce sont des objectifs pour la milieu de terrain. Mais bon, si elle pouvait, dès le 31 juillet, ramener un Euro à la maison avec ses coéquipières, ce serait bien aussi. 

©FFF

Grace Geyoro a les crocs. Comme pour le reste du groupe, un seul résultat sera satisfaisant aux yeux de la footeuse : la victoire. 

Née le 2 juillet 1997 à Kolwezi, en République démocratique du Congo, elle débarque à Orléans à l’âge de 2 ans. Et très vite, c’est l’appel du ballon rond. Un aimant tenace. Avec son grand frère, elle multiplie les heures sur les city.

Tant et si bien que sa mère n’a pas le choix : Grace Geyoro va fouler les pelouses de l’US Orléans. Elle a 8 ans et le but en ligne de mire. 

©PSG

À partir de là, la jeune fille entame un sacré parcours qui est encore loin d’être terminé. À 13 ans, elle tape dans l’œil des recruteurs du centre de formation de Clairefontaine. Le Paris-Saint-Germain est également on ne peut plus séduit par la milieu de terrain. 

Grace Geyoro rejoint donc le club parisien. Et pendant quatre ans, elle va s’entraîner, progresser et s’accrocher. Car tout n’a pas été simple pour la demoiselle : « Je venais d’Orléans, il fallait que je fasse seule les trajets, se rappelle-t-elle. Ce n’était pas évident, surtout que j’étais très proche de mes parents. C’était dur de les quitter. Mais ma passion a pris le dessus. J’ai cru en moi, je me suis fixé un objectif et j’ai tout fait pour l’atteindre. »

Et ça a payé. À force de détermination, de rigueur et de talent, elle ne cesse de progresser.

©Wikipedia

Elle remporte le championnat d’Europe des moins de 17 ans en 2012. Et, deux saisons plus tard, à 17 ans, elle débute en première division avec le PSG. 

Le temps de s’habituer à l’exigence du monde professionnel et d’aller en finale du championnat du monde des moins de 20 ans, Grace Geyoro finit par s’imposer comme une titulaire indiscutable dans son club.

Ses capacités athlétiques, sa qualité de passe et sa compréhension du jeu ont séduit tous les observateurs. Et la sélectionneuse Corinne Diacre n’a pas pu y résister. 

A 20 ans, Grace Geyoro honore sa première sélection avec les Bleues le 22 janvier 2017. Avec son club et l’équipe de France, elle continue de s’investir et cherche à s’améliorer.

Frustrée par son faible temps de jeu à la Coupe du Monde 2019 et par les secondes places du PSG, la milieu de terrain veut faire mieux. Et, une fois de plus, sa volonté fait la différence. L’équipe parisienne se met à regarder l’Olympique Lyonnais droit dans les yeux et à performer sur tous les tableaux.

La D1 2020-2021, elle est pour Grace Geyoro et ses coéquipières. Et en équipe de France, une place de titulaire est désormais réservée à son nom. 

Avec quarante-neuf sélections, elle a gagné la confiance de Corinne Diacre et compte bien briller sur les terrains anglais.

Après avoir goûté à la victoire, miss Geyoro veut s’y habituer. Et ça commence avec cet Euro. 

Ouverture ©PSG

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Trophées FemixSports

Les Trophées Femix’Sports, 4e !

5 catégories pour 15 prix. L’asso Femix’Sports vient de lancer la quatrième édition de ses Trophées récompensant sportives, arbitres, bénévoles et fédés, autant de personnalités engagées dans le sport féminin. À vous de voter !

Lire plus »
« Savoir que l’on va laisser une empreinte dans le hand, c’est magnifique. »

Allison Pineau : « Savoir que l’on va laisser une empreinte dans le hand, c’est magnifique. »

En bleu, elle a tout gagné ! Championne olympique, championne du monde, championne d’Europe, Allison Pineau collectionne les titres sans jamais être rassasiée. À 32 ans, la meilleure joueuse du monde 2009 veut continuer à écrire l’histoire de sa discipline avec, à partir du 2 décembre, le Mondial qui débute en Espagne et, en ligne de mire, une victoire en Ligue des champions et un ultime sacre olympique à Paris 2024. Rencontre avec une fille qui a usé plus d’un parquet.

Lire plus »
Erica Wiebe

Erica Wiebe, la lutteuse qui envoie les clichés au tapis !

Une guerrière, une passionaria, une femme de tête. Championne olympique 2016 en lutte libre, la Canadienne remettra son titre en jeu sur le tapis des prochains JO, à Tokyo. Ambassadrice de la lutte féminine, Erica Wiebe se bat pour que les jeunes filles soient intégrées dans l’arène sportive. Go for showtime !

Lire plus »
Camille Grassineau, « Le tout, c'est de faire ce dont on a envie. »

Camille Grassineau : « Il y aura toujours des critiques sur une fille qui joue au rugby, moi je fais ce que je veux. »

Avec ses coéquipières de l’équipe de France de rugby à 7, elle vient de décrocher une médaille de bronze au mondial, en Afrique du Sud. Pour Camille Grassineau, c’est le signe de la grande forme d’un rugby féminin qui poursuit son développement discrètement mais sûrement. De bon augure à moins de deux ans de Paris 2024. Rencontre avec une rugbywoman dans une forme olympique.

Lire plus »
« Savoir que l’on va laisser une empreinte dans le hand, c’est magnifique. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une rencontre avec une (déjà) légende du handball actuellement en plein Mondial en Espagne (Allison Pineau sur notre photo), un podcast avec une nageuse qui s’est jouée des requins, cinq infos sur une championne de la peuf, la petite histoire du handball féminin et une chorégraphie engagée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Bonne lecture !

Lire plus »
Leena Gade Première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Leena Gade, première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Pour le monde du sport automobile, elle est « une main de velours dans un gant de carbone ». Celle qui fut la première ingénieure de course à remporter les 24 heures du Mans en 2011, mais aussi le titre de… l’« Homme de l’année » du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA un an plus tard, ne freine devant aucun obstacle. Elle est aujourd’hui présidente de la Commission GT de la fédé automobile.

Lire plus »
Lyli Herse, la révélation du premier Tour de France féminin

Lyli Herse, la révélation du premier Tour de France féminin

Elle a été LA « coursière » la plus en vue du premier tour de France. Avec deux victoires d’étape et deux deuxièmes places, Lysiane Herse, dite « Lyli », petit prodige venu du cyclotourisme, a définitivement marqué de son empreinte la première tentative de « Grande Boucle » au féminin. La Normande bouclera cette course inaugurale à la quatrième place du Générale, battue au temps par la Britannique Millie Robinson.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner