Grace Geyoro La métronome bleue

Grace Geyoro, la métronome bleue
Les jeunes prennent peu à peu le pouvoir en équipe de France. À force de talent et de volonté, Grace Geyoro s'est installée dans le onze de départ de Corinne Diacre. Maintenant, la milieu de terrain veut tout déchirer.

Par Alexandre Hozé

Publié le 07 juillet 2022 à 17h00, mis à jour le 07 juillet 2022 à 18h00

L’avenir de l’équipe de France féminine s’annonce radieux. Les petites jeunes s’installent mine de rien dans le groupe et le tirent vers le haut en apprenant de l’expérience des anciennes. Marie-Antoinette Katoto, Griedge Mbock, Eve Périsset… Le futur leur appartient. 

Et Grace Geyoro a bien l’intention de le prouver dès cette année. La Coupe du Monde 2023, les JO 2024… Evidemment, ce sont des objectifs pour la milieu de terrain. Mais bon, si elle pouvait, dès le 31 juillet, ramener un Euro à la maison avec ses coéquipières, ce serait bien aussi. 

©FFF

Grace Geyoro a les crocs. Comme pour le reste du groupe, un seul résultat sera satisfaisant aux yeux de la footeuse : la victoire. 

Née le 2 juillet 1997 à Kolwezi, en République démocratique du Congo, elle débarque à Orléans à l’âge de 2 ans. Et très vite, c’est l’appel du ballon rond. Un aimant tenace. Avec son grand frère, elle multiplie les heures sur les city.

Tant et si bien que sa mère n’a pas le choix : Grace Geyoro va fouler les pelouses de l’US Orléans. Elle a 8 ans et le but en ligne de mire. 

©PSG

À partir de là, la jeune fille entame un sacré parcours qui est encore loin d’être terminé. À 13 ans, elle tape dans l’œil des recruteurs du centre de formation de Clairefontaine. Le Paris-Saint-Germain est également on ne peut plus séduit par la milieu de terrain. 

Grace Geyoro rejoint donc le club parisien. Et pendant quatre ans, elle va s’entraîner, progresser et s’accrocher. Car tout n’a pas été simple pour la demoiselle : « Je venais d’Orléans, il fallait que je fasse seule les trajets, se rappelle-t-elle. Ce n’était pas évident, surtout que j’étais très proche de mes parents. C’était dur de les quitter. Mais ma passion a pris le dessus. J’ai cru en moi, je me suis fixé un objectif et j’ai tout fait pour l’atteindre. »

Et ça a payé. À force de détermination, de rigueur et de talent, elle ne cesse de progresser.

©Wikipedia

Elle remporte le championnat d’Europe des moins de 17 ans en 2012. Et, deux saisons plus tard, à 17 ans, elle débute en première division avec le PSG. 

Le temps de s’habituer à l’exigence du monde professionnel et d’aller en finale du championnat du monde des moins de 20 ans, Grace Geyoro finit par s’imposer comme une titulaire indiscutable dans son club.

Ses capacités athlétiques, sa qualité de passe et sa compréhension du jeu ont séduit tous les observateurs. Et la sélectionneuse Corinne Diacre n’a pas pu y résister. 

A 20 ans, Grace Geyoro honore sa première sélection avec les Bleues le 22 janvier 2017. Avec son club et l’équipe de France, elle continue de s’investir et cherche à s’améliorer.

Frustrée par son faible temps de jeu à la Coupe du Monde 2019 et par les secondes places du PSG, la milieu de terrain veut faire mieux. Et, une fois de plus, sa volonté fait la différence. L’équipe parisienne se met à regarder l’Olympique Lyonnais droit dans les yeux et à performer sur tous les tableaux.

La D1 2020-2021, elle est pour Grace Geyoro et ses coéquipières. Et en équipe de France, une place de titulaire est désormais réservée à son nom. 

Avec quarante-neuf sélections, elle a gagné la confiance de Corinne Diacre et compte bien briller sur les terrains anglais.

Après avoir goûté à la victoire, miss Geyoro veut s’y habituer. Et ça commence avec cet Euro. 

Ouverture ©PSG

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Le questionnaire sportif de…Lorette Charpy

Le questionnaire sportif de…Lorette Charpy

Médaillée de bronze à la poutre aux championnats d’Europe de 2019, en Pologne, couplé à l’argent au concours général individuel des Jeux européens de Minsk, en Biélorussie, la gymnaste de Saint-Etienne, Lorette Charpy, victime d’une grave blessure au genou en mars dernier, n’avait pas pu participer aux JO de Tokyo et ne sera pas non plus aux Championnats du monde, le mois prochain. Mais elle ne lâche rien et se prépare déjà pour Paris 2024. Entre deux séances de rééducation, elle a répondu à notre petit questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
Leena Gade Première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Leena Gade, première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Pour le monde du sport automobile, elle est « une main de velours dans un gant de carbone ». Celle qui fut la première ingénieure de course à remporter les 24 heures du Mans en 2011, mais aussi le titre de… l’« Homme de l’année » du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA un an plus tard, ne freine devant aucun obstacle. Elle est aujourd’hui présidente de la Commission GT de la fédé automobile.

Lire plus »
En basket...sur les pistes !

En basket…sur les pistes !

Courir en haute altitude pour la bonne cause ? Un combo qui vaut le détour et ce sera le 15 mai, lors de la première édition du Marathon des Alpes qui s’engage pour la recherche contre la sclérose en plaques. On vous explique tout.

Lire plus »
Diane de Navacelle de Coubertin : « Coubertin n’était pas là pour faire un débat sur la place de la femme dans la société, pourtant c’est ce qu’on lui reproche. »

Diane de Navacelle de Coubertin : « Coubertin n’était pas là pour faire un débat sur la place de la femme dans la société, pourtant c’est ce qu’on lui reproche. »

Elle est l’arrière-arrière-petite nièce du Baron Pierre de Coubertin. Diane de Navacelle de Coubertin, membre du bureau de l’association Familiale Pierre de Coubertin, a pour mission de s’assurer que l’idéal olympique imaginé par son glorieux aïeul continue à être respecté. Alors que nous venons de boucler les Jeux Olympiques d’hiver et juste avant que ne soient lancés les Jeux Paralympiques à Pékin, elle revient sur les rapports, parfois complexes, entretenus par le rénovateur des Jeux avec la femme sportive.

Lire plus »
Le questionnaire sportif de…Célia Serber

Le questionnaire sportif de… Célia Serber

Sur les tapis depuis ses 6 ans, Célia Serber est l’une des meilleures gymnastes françaises de sa génération. Championne de France junior 2017, médaillée d’argent au saut et de bronze au sol sur ces mêmes championnats de France élite ou encore médaillée de bronze la saison précédente au FOJE… À 18 ans, la gamine en a encore sous les chaussons ! Elle a répondu au petit questionnaire ÀBLOCK!

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner