Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email
foot US femme

Élisa, 22 ans, attachée de direction, joueuse de football américain, runningback.

« Le football américain nous montre, à nous les femmes, qu’on peut être fortes. »

Elle a la gagne dans le sang. Ancienne championne de lutte, elle se passionne aujourd'hui pour le foot américain. Running back au sein de l’équipe féminine des Léopards de Rouen, elle pulvérise tout sur son passage, y compris les clichés. Témoignage d'une Féline.

«  Ma mère m’a toujours poussée à faire du sport. Pour éviter l’ennui, pour que je sorte de la maison… 

J’ai fait de la natation, de la danse orientale et j’allais au forum des sports avec elle pour trouver d’autres idées. Par hasard, j’ai découvert la lutte. J’avais six ans.

Mon frère cherchait à faire un sport de combat. Le président du club de lutte nous a alors invités tous les deux à assister à son cours. Comme je m’ennuyais sur le banc, le président du club m’a dit de venir essayer. Ça m’a tout de suite plu.

J’ai été, par la suite, cinq fois championne de France de cette discipline que j’ai pratiquée pendant quatorze ans.

J’étais en Pôle Espoir Lutte et on nous apprenait à faire d’autres sports, du ski l’hiver, des sports Co l’été. Quand je suis revenue à Rouen en septembre 2016, je n’étais plus aussi motivée.

Là, des joueurs de football américain m’ont proposé de venir voir un match, j’ai immédiatement eu envie de pratiquer ce sport, même si je ne comprenais aucune règle. C’était beau et intense, ça me procurait de nombreuses sensations en à peine quelques secondes.

Elisa Savalle
©Ally

J’ai alors commencé à jouer avec les Léopards de Rouen tout en continuant la lutte, mais après mon premier match, j’ai annoncé à mon coach que j’arrêtais.

Une passion s’éteint au bout d’un moment et on en découvre d’autres…

Le fait de pratiquer le sport à plusieurs, ça a été une autre belle découverte pour moi ! Le point positif avec le football américain, ce sont les émotions partagées sur le terrain.

Le football américain nous montre, à nous les femmes, qu’on peut être fortes. Il ne faut pas avoir peur, l’équipement nous protège dans les plaquages. Ce sport me prouve que je peux me dépasser tout le temps.

Il autorise tous les physiques, différents postes demandent différentes qualités : des personnes plus imposantes pour bloquer des joueuses, des plus grandes pour rattraper les balles ou des plus petites pour plaquer. Comme le dit l’un des coachs : « Venez comme vous êtes »… comme le slogan de McDo !

Elisa Savalle
©Ally

Il y a très peu d’équipes féminines de football américain en France – c’est toujours très peu médiatisé – mais ça se développe : c’est aux clubs d’essayer de recruter un maximum de joueuses. Mais c’est vrai que ça reste un milieu très masculin. En ce moment, je suis coach pour les seniors, une équipe masculine !

L’autre jour, j’ai croisé les arbitres dans les couloirs, ils m’ont dit : «  Ah, vous allez encourager vos copains ? » Forcément, le cliché de la copine…

Dès le premier entraînement, les joueurs masculins me regardaient un peu de haut en mode «  C’est pas elle qui va m’apprendre le football ». Quand on leur a dit que j’étais dix fois meilleure qu’eux et qu’ils m’ont vue à l’entraînement, j’ai vite pu prouver que j’étais à leur niveau, même au-delà.

Dans tous les cas, il faut se dire qu’il n’y a pas d’âge pour avoir de nouveaux rêves. Il ne faut pas avoir peur de changer de sport. Quand j’ai voulu abandonner la lutte pour le football américain, ma mère m’a tout de suite demandé si j’allais être capable de tout recommencer à zéro. Si on y croit, on peut réussir.  »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous...)

Elles aussi sont inspirantes...

Manon : « J’ai longtemps cru que certains sports étaient réservés aux mecs ! »

Sportive tous azimuts depuis toujours – de l’équitation au tennis en passant par la course à pied, Manon n’aurait cependant jamais pensé soulever de la fonte un jour. Dans son esprit, c’était du « sport de mecs ! ». La passion communicative de son copain lui a fait pousser la porte d’une salle de CrossFit et, depuis, elle se sent plus forte. Un joli parcours d’ouverture d’esprit et d’émancipation par le sport.

Lire plus »
Cheerleading

Alexandrine : « Je suis une cheerleader, pas une pompom girl, et c’est du sport ! »

Elle a trouvé son sport, son club, et quand elle en parle, elle donnerait envie aux plus récalcitrantes d’enfiler la tenue pour aller goûter au “cheer spirit”. Alexandrine pratique le cheerleading à travers ses casquettes d’athlète et de coach, en parallèle de ses études. Mais ne vous y trompez pas, elle est une cheerleader et pas une pompom girl ! Pour elle, la nuance est d’importance. Témoignage d’une jeune femme à la passion communicative.

Lire plus »
Jolokia

Raphaëlle : « La voile m’a aidée à me reconstruire après mon AVC. »

Elle a su prendre la vague d’une nouvelle naissance grâce à la voile. Suite à un AVC, Raphaëlle avait quasiment perdu sa motricité. Mais il en fallait plus pour qu’elle lâche le sport. Et la voilà qui plonge dans une expérience sportive et humaine : la pratique de la voile avec la Team Jolokia, une asso qui prône l’inclusion par le sport. Une très belle leçon de vie.

Lire plus »
Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Andrina la sirène

« Je nage en sirène… et c’est du sport ! »

Voisine de l’Océan Atlantique, l’apprentie comédienne et modèle s’est un jour réveillée dans un corps et un mental de… sirène. Fascinée par le monde magique de ces créatures ondulantes, elle a fait de son rêve une réalité en devenant sirène professionnelle. Une féérie qui se travaille !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

sport sedentarite

Les Françaises, encore trop sédentaires

Dans leur agenda hebdomadaire, moins de la moitié des Françaises n’ont pas encore pris pour habitude de noter une séance de sport par semaine. Les études sont là pour rappeler que la sédentarité est toujours un problème de santé publique en France.

Lire plus »
Khadjou Sambe

Khadjou Sambe, le surf comme planche de salut

Première surfeuse pro du Sénégal devenue symbole d’émancipation, elle glisse sur l’eau pour mieux noyer les préjugés. Changer les mentalités est son crédo dans un pays où certains sports ne se conjuguent pas au féminin. Khadjou Sambe s’entraîne dur pour se qualifier aux prochains JO de Tokyo et ça va tanguer !

Lire plus »