Kenza Dali La surprise à répétition

Kenza Dali, la surprise à répétition
Les Bleues sont prêtes à aller au charbon pour ramener la coupe à la maison. Avec en première ligne, Kenza Dali. Habituée à déjouer les pronostics, la milieu de terrain veut valider un come-back renversant de la plus belle des manières.

Par Alexandre Hozé

Publié le 15 juillet 2022 à 17h02

La concurrence est rude pour cet Euro 2022. L’Angleterre, les Pays-Bas, l’Espagne, la Suède… Comme pour nos Bleues, ces équipes veulent la coupe ou rien.

Pour se hisser en finale le 31 juillet, les Françaises devront surprendre. La bonne nouvelle, c’est que, parmi les sélectionnées de Corinne Diacre, il y a Kenza Dali. Et déjouer les pronostics, madame sait faire ! 

La milieu de terrain a roulé sa bosse dans le foot. Et son expérience s’est acquise de bien des manières. Crampons aux pieds évidemment, mais également dans la douleur. Et à la fin, peu importe la chute, Kenza Dali s’est toujours relevée. 

Guidée par une détermination sans faille et un amour du ballon rond inépuisable, la native de Sainte-Colombe, dans le Rhône, a tracé son chemin dans le monde professionnel. Et comme pour tous les amoureux de football, son aventure a commencé sur les city.

Pour cette joueuse acharnée, qui a su faire montre de son talent sur les pelouses, elle se poursuivra au centre de formation de l’Olympique Lyonnais.

Autant dire que Kenza Dali a trouvé là de quoi l’inspirer : dans le plus grand club de foot féminin de France, elle apprend des meilleures et s’entraîne rapidement avec les pro. 

Mais, en trois ans, la jeune espoir ne joue qu’un seul petit match et ce sera lors de la saison 2009-2010. La milieu de terrain n’a pas 20 ans et elle ne compte pas rester sur le banc plus longtemps. Certains, pourtant, lui conseillent d’attendre, son heure viendra. 

À la surprise générale, elle part à Rodez, autre club de D1 mais d’un calibre bien inférieur à l’OL. Mais ce n’est pas ce qui importe pour Kenza Dali. Elle veut jouer, prouver qu’elle est au niveau.

Et pendant une saison, la joueuse répond à toutes les attentes. Une fois le marché des transferts ouvert, le Paris-Saint-Germain n’hésite pas et l’accueille sur sa pelouse parisienne. 

Pour le PSG comme pour la joueuse, c’est le conte de fées. Kenza Dali confirme le choix de l’équipe parisienne. Pendant cinq ans, elle continue de s’améliorer et embarque l’équipe vers les sommets. Philippe Bergeroo, alors sélectionneur de l’équipe de France, n’en rate pas une miette.

Le 20 août 2014, Kenza Dali connaît sa première sélection sous le maillot bleu. Elle ne sortira plus du groupe, participant à la Coupe du Monde 2015 et s’imposant de plus en plus au sein de l’équipe nationale. 

Pourtant, le vent va tourner. En l’espace de quelques mois, deux grosses désillusions s’enchaînent. Un conflit avec le nouvel entraîneur du PSG éclate. Le départ est inévitable pour Kenza Dali. Et si sa signature avec l’OL la satisfait, la fin de son aventure parisienne lui laisse un goût amer. Mais peu importe, l’amour du jeu la tire vers l’avant. 

Deux semaines après son transfert pour Lyon, la milieu porte le maillot bleu face à la Bulgarie. Et sept minutes à peine après le coup d’envoi, Kenza Dali se retrouve au sol, blessée. “Je me suis fait les croisés, le tendon rotulien et le ligament interne”, se rappelle-t-elle. “Je n’avais plus rien dans la jambe. La partie basse de ma jambe ne tenait plus avec la partie haute. J’ai directement senti que c’était grave.

Les médecins sont pessimistes quant à la suite de sa carrière. 

Mais, pendant un an et demi, loin des terrains, la joueuse se reconstruit et s’entraîne sans relâche. Elle n’a pas fait tout ce chemin pour abandonner. “Quand ce sera fini, ce sera ma décision, pas celle de quelqu’un d’autre”, assène-t-elle. 

Et la magie opère. Avec Dijon, lors de la saison 2018-2019, Kenza Dali confirme son retour aux affaires. Et dans la foulée, elle part à la conquête de l’Angleterre et de West Ham.

Durant deux saisons, elle découvre un football féminin différent, plus médiatisé et soutenu. Et lors de son transfert à Everton pour la saison 2021-2022, le phénomène est amplifié. 

L’Euro sur les terres anglaises la remplit de joie. Pour la première fois depuis 2015, elle portera le maillot bleu lors d’une compétition internationale. Rien de plus logique vu son niveau, ces derniers mois. 

Du haut de ses 30 ans et de ses quarante-quatre sélections, Kenza Dali veut gagner. Avec ce trophée, son retour au plus haut niveau prendra une saveur égale à nulle autre. D’autant plus que la finale a lieu le 31 juillet, jour de son anniversaire. Un signe ? On l’espère… 

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Le questionnaire sportif de… Lucie Tumoine

Le questionnaire sportif de… Lucie Tumoine

Championne du monde en équipe, vice-championne du monde en individuel. Le 19 novembre, aux Mondiaux de gymnastique à Bakou en Azerbaïdjan, Lucie Tumoine, reine du tumbling, s’offrait le Monde après l’Europe. À Sotchi, en avril dernier, elle raflait en effet la médaille d’or aux Championnats d’Europe avec ses co-équipières. À peine sortie de la piste, elle a répondu à notre petit questionnaire proustien sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
Laure Coanus

Le questionnaire sportif de…Laure Coanus

Arbitre de Jeep Elite, Pro B et Ligue Féminine de Basket (LFB), Laure Coanus est sur tous les terrains, sifflet juste et gestes assurés. Entre deux rencontres sportives, elle répond à quelques questions simples, mais si révélatrices !

Lire plus »
Chloé Anderson

Chloé Anderson, l’athlète transgenre qui bouscule les codes

Joueuse de volley transgenre, elle lutte contre un monde sportif trop peu inclusif. Chloé Anderson, née garçon, est l’une des premières à avoir intégré une équipe féminine universitaire de haut-niveau. Aujourd’hui, l’Américaine veut aider la communauté LGBT+ à investir les terrains. Tous les terrains. Être fier de qui l’on est, malgré les préjugés, voilà ce que défend miss Anderson. Portrait d’une fille pas comme les autres.

Lire plus »
FISE

Le FISE s’offre un campus

Le Festival international des sports extrêmes (FISE) s’apprête à varier les plaisirs. L’organisateur d’événements sportifs va s’associer à Keyce Business School pour proposer un nouveau campus dédié aux métiers du sport et plus particulièrement aux sports émergents. La FISE Academy by Keyce ouvrira ses portes à la rentrée.

Lire plus »
Aurélie Tourte, l’arbitre de chaise qui sait prendre de la hauteur

Aurélie Tourte, l’arbitre de chaise qui sait prendre de la hauteur

Incontournable du paysage tennistique, arbitre féminine française la plus gradée avec le badge d’argent en 2014 puis le badge d’or en 2017, Aurélie Tourte, qui a fait ses classes dans le circuit féminin, a aussi réussi à se faire sa place sur la terre battue au masculin en étant la première femme à accéder à cette chaise. Portrait d’une fille qui parcourt le monde pour l’amour de la balle jaune.

Lire plus »
Jean Griffet : « Le corps féminin culturiste est une forme d’égalitarisme extrêmement puissant .» Bev Francis

Jean Griffet : « Le corps féminin culturiste est une forme d’égalitarisme extrêmement puissant .»

La culture du muscle chez la femme. C’est tout l’objet de l’étude de Jean Griffet qui s’est intéressé au corps féminin culturiste. Un corps, aujourd’hui disparu en France, dans lequel ce professeur émérite en sciences et techniques des activités physiques et sportives à l’université d’Aix-Marseille II, voit un profond vecteur d’équité entre hommes et femmes.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner