Rechercher

Charlotte Bilbaut  Entre foot et engagement sociétal, le juste milieu (de terrain)

Charlotte Bilbaut, entre foot et engagement sociétal, le juste milieu (de terrain)
On ne compte plus les sélections de Charlotte Bilbaut pour les Bleues. Milieu de terrain expérimentée, elle continue sur sa lancée avec l’Euro 2022. L’occasion pour elle de s’engager sur la pelouse comme dans la vie. Portrait d'une joueuse qui a le cœur sur la main.

Par Aurore Charron

Publié le 05 juillet 2022 à 17h15

Née seulement quelques jours avant la Coupe du Monde de 1990, Charlotte Bilbaut a toujours baigné dans l’univers du football. Car ce sport, c’est une histoire de famille. 

La joueuse de l’équipe de France a grandi avec pour modèles un père et un frère dont les cœurs balançaient entre le rugby et le foot, mais c’est le ballon rond qui finira par prendre le pas sur l’ovale. Elle a 6 ans et l’envie, elle aussi, de prendre la balle au bond. 

Dans son village, les filles sur le terrain, c’est une anomalie, avant de devenir une belle surprise : « C’était pas très bien vu que les filles jouent avec les garçons, confie Charlotte Bilbaut à Cœurs de Foot. Au début, j’ai eu du mal à m’intégrer dans les cours de récréation avec les garçons. Et puis au fur et à mesure, ils ont vu que je me débrouillais pas mal et ils ne disaient plus rien. »  

Ce qui marquera sérieusement ses débuts en crampons ? La section sport-études du collège de sa ville natale, à Saint-Doulchard, qu’elle intègre avec la volonté, déjà farouche, de montrer qu’elle en a sous le pied.

Lors de ses débuts en professionnel, Charlotte Bilbaut multiplie les changements d’équipes. En vingt-six ans de carrière, son CV compte plus de dix clubs. Parmi eux : Soyaux, Yzeure, Paris et Bordeaux.  

Premier de la série : le Centre National de Formation et d’Entraînement de Clairefontaine. « Le Temple », comme on dit chez les footeux, est également le lieu d’entraînement de l’équipe de France.

Sa préparation actuelle pour l’Euro 2022 a donc lieu sur ce lieu du Dream. Retour aux sources, Charlotte ! 

Mais elle est déjà une grande habituée de Clairefontaine. Forte de plus de quarante sélections en équipe nationale, la footballeuse a su prendre goût à son numéro 14. Et ça ne date pas d’hier. 

Sa première sélection Bleue remonte à 2010 avec la Coupe du Monde U20 (disputée par des joueuses de moins de 20 ans), et en 2015 pour l’équipe de France féminine. 

Charlotte Bilbaut ne manque pas un seul match de la coupe du monde 2018. En 2019, la milieu de terrain marque son premier but en équipe de France lors d’une rencontre amicale contre l’Uruguay.  

Ses prestations sont rapidement remarquées. La même année, c’est sous la casquette de capitaine, qu’elle intègre les Girondins de Bordeaux. Une occasion pour elle de côtoyer Mylène Chavas, Eve Perriset, et Ella Palis : ses coéquipières bordelaises – mais également en bleu. 

Un parcours qui ne manque toutefois pas de rebondissements – et pas toujours positifs. Dès 2020, la girondine cumule les blessures et problèmes de santé comme des malaises en plein match, une lésion méniscale dont elle doit être opérée l’année suivante. Mais il en faut plus pour faire de l’ombre à sa carrière sportive. 

C’est tout autre chose qui lui fera ôter son maillot de capitaine bordelaise. Elle signe pour revenir à Montpellier, club qui l’avait déjà accueillie pendant quatre ans. L’impression de « revenir à la maison », déclare-t-elle sur son compte Instagram. 

Malgré ses changements fréquents de clubs, Charlotte Bilbaut est une sentimentale. Et Bordeaux ne fait pas exception : « Des victoires, des rencontres, des rires et parfois des larmes, de la joie, de la force et du soutien mais surtout beaucoup d’amour. Vous garderez toujours une place à part », écrit-elle sur les réseaux sociaux. 

Hors ligne, c’est bien plus concrètement qu’elle remercie le football féminin en s’engageant pour montrer le chemin des terrains aux jeunes filles.  

Sa méthode : intervenir dans les écoles, collèges et lycées, mais aussi marrainer plusieurs clubs de foot féminins tel que le FC Chartres. Une manière d’apporter sa pierre à l’édifice. Ses prises de positions sonnent comme une revanche pour que les footballeuses en herbe connaissent un meilleur accueil dans les cours de récré. 

Charlotte Bilbaut apporte également son soutien à d’autres causes, de celles qui vous touchent au quotidien : l’aide aux enfants malades.

Elle soutient les Liens du Cœur, association bordelaise qui lutte pour venir en aide aux enfants souffrant de malformations, ainsi que Tom’ Espoir, asso qui a pour objet de récolter des fonds pour les recherches génétiques sur des maladies rares. « J’ai pas mal de temps à côté du foot, donc le consacrer à des enfants qui en ont besoin et pour leur faire découvrir aussi mon quotidien, c’est primordial et c’est aussi une reconversion à laquelle je pense», explique-t-elle à Cœur de Foot.  

Mais, l’heure de raccrocher le maillot n’a pas sonné. Charlotte Bilbaut est appelée à courir pour aller chercher le titre de Championne d’Europe 2022 avec une équipe de France en ordre de bataille.  

Le 10  juillet, à Rotherham, Angleterre, elle entrera sur la pelouse pour le premier match qui opposera la France à l’Italie.  

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Audrey Adiceom

Audrey Adiceom : « Au tir à l’arc, il ne faut jamais oublier de tirer avec le cœur.»

Le tir à l’arc pour elle, c’est avant tout une histoire de hasard. L’archère auvergnate, qui a découvert la discipline à l’école, s’est autorisée des ambitions internationales sur le tard. À 24 ans, Audrey Adiceom travaille d’arrache-pied pour assouvir ses envies de médailles et, notamment, de médailles olympiques. Même si, parfois, « ça lui broie le cœur ». Rencontre avec une athlète touchante qui a plusieurs cordes à son arc.

Lire plus »
Pauline Ferrand-Prévot

Best-of 2020 : les exquises paroles de nos championnes

Elles nous ont inspirés, nous ont émus, soufflés, amusés ou encore étonnés. Par leurs mots, leurs émotions si bien exprimées. Leurs confidences sont des cadeaux et nous sommes fiers de les accueillir toutes ces filles ÀBLOCK! Merci, girls, d’avoir fait de 2020, année troublée, une année de partage. Merci d’avoir accompagné notre nouveau média. Cela valait bien de réunir ici quelques pépites glanées au gré de nos rencontres. Le choix a été si difficile que nous reviendrons prochainement mettre en lumière d’autres championnes pour d’autres délicieuses petites phrases. Vive 2021 avec vous ! Savourez !

Lire plus »
1er août JO 1936 Berlin

1er août 1936 : les Jeux Olympiques s’ouvrent à Berlin

Ils vont vite prendre une signification très politique. Les Jeux Olympiques de Berlin, en 1936, vont devenir le lieu idéal d’une propagande du parti nazi par le sport. Ce 1er août, c’est donc dans une atmosphère festive, mais néanmoins tendue, que s’ouvrent ces Jeux de la XIe olympiade de l’ère moderne.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner