Charlotte Bilbaut  Entre foot et engagement sociétal, le juste milieu (de terrain)

Charlotte Bilbaut, entre foot et engagement sociétal, le juste milieu (de terrain)
On ne compte plus les sélections de Charlotte Bilbaut pour les Bleues. Milieu de terrain expérimentée, elle continue sur sa lancée avec l’Euro 2022. L’occasion pour elle de s’engager sur la pelouse comme dans la vie. Portrait d'une joueuse qui a le cœur sur la main.

Par Aurore Charron

Publié le 05 juillet 2022 à 17h15

Née seulement quelques jours avant la Coupe du Monde de 1990, Charlotte Bilbaut a toujours baigné dans l’univers du football. Car ce sport, c’est une histoire de famille. 

La joueuse de l’équipe de France a grandi avec pour modèles un père et un frère dont les cœurs balançaient entre le rugby et le foot, mais c’est le ballon rond qui finira par prendre le pas sur l’ovale. Elle a 6 ans et l’envie, elle aussi, de prendre la balle au bond. 

Dans son village, les filles sur le terrain, c’est une anomalie, avant de devenir une belle surprise : « C’était pas très bien vu que les filles jouent avec les garçons, confie Charlotte Bilbaut à Cœurs de Foot. Au début, j’ai eu du mal à m’intégrer dans les cours de récréation avec les garçons. Et puis au fur et à mesure, ils ont vu que je me débrouillais pas mal et ils ne disaient plus rien. »  

Ce qui marquera sérieusement ses débuts en crampons ? La section sport-études du collège de sa ville natale, à Saint-Doulchard, qu’elle intègre avec la volonté, déjà farouche, de montrer qu’elle en a sous le pied.

Lors de ses débuts en professionnel, Charlotte Bilbaut multiplie les changements d’équipes. En vingt-six ans de carrière, son CV compte plus de dix clubs. Parmi eux : Soyaux, Yzeure, Paris et Bordeaux.  

Premier de la série : le Centre National de Formation et d’Entraînement de Clairefontaine. « Le Temple », comme on dit chez les footeux, est également le lieu d’entraînement de l’équipe de France.

Sa préparation actuelle pour l’Euro 2022 a donc lieu sur ce lieu du Dream. Retour aux sources, Charlotte ! 

Mais elle est déjà une grande habituée de Clairefontaine. Forte de plus de quarante sélections en équipe nationale, la footballeuse a su prendre goût à son numéro 14. Et ça ne date pas d’hier. 

Sa première sélection Bleue remonte à 2010 avec la Coupe du Monde U20 (disputée par des joueuses de moins de 20 ans), et en 2015 pour l’équipe de France féminine. 

Charlotte Bilbaut ne manque pas un seul match de la coupe du monde 2018. En 2019, la milieu de terrain marque son premier but en équipe de France lors d’une rencontre amicale contre l’Uruguay.  

Ses prestations sont rapidement remarquées. La même année, c’est sous la casquette de capitaine, qu’elle intègre les Girondins de Bordeaux. Une occasion pour elle de côtoyer Mylène Chavas, Eve Perriset, et Ella Palis : ses coéquipières bordelaises – mais également en bleu. 

Un parcours qui ne manque toutefois pas de rebondissements – et pas toujours positifs. Dès 2020, la girondine cumule les blessures et problèmes de santé comme des malaises en plein match, une lésion méniscale dont elle doit être opérée l’année suivante. Mais il en faut plus pour faire de l’ombre à sa carrière sportive. 

C’est tout autre chose qui lui fera ôter son maillot de capitaine bordelaise. Elle signe pour revenir à Montpellier, club qui l’avait déjà accueillie pendant quatre ans. L’impression de « revenir à la maison », déclare-t-elle sur son compte Instagram. 

Malgré ses changements fréquents de clubs, Charlotte Bilbaut est une sentimentale. Et Bordeaux ne fait pas exception : « Des victoires, des rencontres, des rires et parfois des larmes, de la joie, de la force et du soutien mais surtout beaucoup d’amour. Vous garderez toujours une place à part », écrit-elle sur les réseaux sociaux. 

Hors ligne, c’est bien plus concrètement qu’elle remercie le football féminin en s’engageant pour montrer le chemin des terrains aux jeunes filles.  

Sa méthode : intervenir dans les écoles, collèges et lycées, mais aussi marrainer plusieurs clubs de foot féminins tel que le FC Chartres. Une manière d’apporter sa pierre à l’édifice. Ses prises de positions sonnent comme une revanche pour que les footballeuses en herbe connaissent un meilleur accueil dans les cours de récré. 

Charlotte Bilbaut apporte également son soutien à d’autres causes, de celles qui vous touchent au quotidien : l’aide aux enfants malades.

Elle soutient les Liens du Cœur, association bordelaise qui lutte pour venir en aide aux enfants souffrant de malformations, ainsi que Tom’ Espoir, asso qui a pour objet de récolter des fonds pour les recherches génétiques sur des maladies rares. « J’ai pas mal de temps à côté du foot, donc le consacrer à des enfants qui en ont besoin et pour leur faire découvrir aussi mon quotidien, c’est primordial et c’est aussi une reconversion à laquelle je pense», explique-t-elle à Cœur de Foot.  

Mais, l’heure de raccrocher le maillot n’a pas sonné. Charlotte Bilbaut est appelée à courir pour aller chercher le titre de Championne d’Europe 2022 avec une équipe de France en ordre de bataille.  

Le 10  juillet, à Rotherham, Angleterre, elle entrera sur la pelouse pour le premier match qui opposera la France à l’Italie.  

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Nantenin Keïta, la fusée française du tour de piste

Nantenin Keïta, la fusée française du tour de piste

Elle est une incontournable du para athlétisme. Trois fois championne du monde du 200 et 400m, championne paralympique du 400m aux Jeux de Rio 2016, Nantenin Keïta, 36 ans, ultra-déterminée avec un mental de lionne, s’est élancée pour la finale du 400m T13 femmes ce samedi après avoir terminé première de sa série pour les qualifications. Son objectif ? Aller chercher une médaille, peu importe la couleur.

Lire plus »
Un petit break ? C’est le Battle Pro !

Un petit break ? C’est le Battle Pro !

Vous avez le rythme dans la peau ? Ça tombe bien, le 5 décembre, au théâtre du Châtelet à Paris, on fête les 20 ans de l’évènement Battle Pro ! Les meilleur.e.s breakdanceurs et breakdanceuses vont s’affronter dans cette salle qui accueille régulièrement des cérémonies comme le Ballon d’Or ou les Césars.

Lire plus »
sport de combat

Sports de combat, bien plus qu’un exutoire

Sur ring ou sur tatamis, on les confond souvent. Pourtant, entre la boxe anglaise, le judo, l’escrime en passant par la lutte ou le krav maga, il en existe de très différents. Et si certains les disent violents, ils peuvent aussi et surtout apporter des bénéfices inattendus. Décryptage.

Lire plus »

Report du Tour de France ? Pas encore à l’ordre du jour…

Même si la Fédération française de cyclisme demande à ses afficionados de ne plus rouler afin de respecter les consignes de confinement en cette période de crise sanitaire, l’organisateur du Tour de France ne souhaite pas se prononcer pour l’instant sur un éventuel report de la Grande Boucle qui doit partir de Nice le 27 juin.

Lire plus »
Charlotte Bonnet

Charlotte Bonnet : « Quand on fait de la compétition, il faut savoir revenir plus forte, rebondir, apprendre à se faire battre. »

Elle en a fait du chemin ! Championne de natation précoce, Charlotte Bonnet, médaillée olympique alors qu’elle n’avait que 17 ans, a traversé, malgré elle, une longue et douloureuse période de doute. Presque dix ans plus tard, la Brestoise a radicalement changé. Plus mûre, plus forte, elle est parvenue à retrouver le goût de la compétition. Confessions touchantes d’une fille pour qui la natation n’est pas un long fleuve tranquille.

Lire plus »
Géraldine Rey

Géraldine Rey : « Dans le désert, on est toutes sur un pied d’égalité. »

Une baroudeuse, une femme sensible et volontaire. Une rêveuse aussi. Mais pas que. Sur les pistes comme au boulot, la créatrice de rallyes 100% féminins dont le Trophée Roses des Sables, est une boule d’énergie. Passionnée d’automobile, Géraldine Rey encourage les femmes à se surpasser en 4X4 ou à moto. Parce qu’elle en est sûre : femmes au volant, époustouflantes au tournant !

Lire plus »
Erica Wiebe

Erica Wiebe, la lutteuse qui envoie les clichés au tapis !

Une guerrière, une passionaria, une femme de tête. Championne olympique 2016 en lutte libre, la Canadienne remettra son titre en jeu sur le tapis des prochains JO, à Tokyo. Ambassadrice de la lutte féminine, Erica Wiebe se bat pour que les jeunes filles soient intégrées dans l’arène sportive. Go for showtime !

Lire plus »
Euro de natation 2022, les Tricolores vont faire des vagues !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le récap’ historique du mois d’août, une cycliste pleine d’espoir, une championne dans les nuages, un Euro dans l’eau, une Coupe du Monde sur la vague, neuf championnats d’Europe en un, le retour sur les femmes et la natation et un trail pour transpirer, c’est sur ÀBLOCK! cette semaine. À lire on the rocks.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner