Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! » Adepte de PK, présidente de l’association Pink Parkour, 32 ans

Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »
Elle a découvert ce sport acrobatique par hasard. Et n’a plus jamais cessé de pratiquer depuis. Adélaïde Gandrille, traceuse et présidente de l’association Pink Parkour, a trouvé dans le PK comme on appelle le parkour chez les initiés, un moyen de s’épanouir, physiquement et intellectuellement. Témoignage d’une fille qui sait comment franchir tous les obstacles.

Propos recueillis par Sophie Danger

Publié le 01 juin 2022 à 17h31

« J’ai découvert le parkour par hasard, en 2014. J’étais étudiante à la fac et je souhaitais m’inscrire à une activité sportive. Au départ, je pensais à quelque chose de plus classique, mais j’ai raté la rentrée sportive. Conséquences : soit il n’y avait plus de places dans ce qui me plaisait, soit c’était très orienté compétition et je n’avais plus l’âge requis.  

C’est un ami qui, après avoir entendu mes doléances, m’a parlé du parkour. Je ne connaissais pas cette discipline. J’ai effectué des recherches sur internet et je suis tombée sur l’association Pink Parkour. Je me suis inscrite et je n’ai plus jamais arrêté de pratiquer depuis.   

Avant le parkour, j’avais testé différents sports comme la GRS, la danse, l’équitation… J’en changeais régulièrement car, si le côté social de l’activité physique m’attirait, ces disciplines en elles-mêmes ne me parlaient pas forcément et je n’avais pas réussi à trouver quelque chose qui me correspondait vraiment.  

Le parkour, c’était autre chose. J’ai découvert une discipline facile d’accès, pratiquée en extérieur dans des lieux différents et qui ne nécessitait, pour tout équipement, qu’une paire de baskets.  

L’autre avantage avec le parkour c’est que, contrairement aux sports d’équipes par exemple, ce n’était pas engageant dans le sens où le groupe ne dépend pas de toi. J’ai également été séduite par le fait que c’était à la fois un sport solitaire, car tu es seule face aux obstacles, mais avec un effet de groupe très important : on s’entraîne ensemble, on se soutien, on se donne des conseils. C’était un juste milieu entre sport individuel et sport collectif. 

Lorsque j’ai rejoint l’association, elle existait depuis quatre ans. À l’origine, il y avait deux traceuses : Stella Bencteux et Charlène Léglise qui ont débuté le parkour dans des structures qui se voulaient mixtes mais qui, dans les faits, ne l’étaient pas. Pink Parkour est née de leur envie de se rassembler entre femmes pour partager les difficultés que l’on peut rencontrer dans la pratique.  

Au début, c’était plus un rassemblement de pratiquantes. L’augmentation de la demande les a conduits à se structurer. Pink Parkour est alors devenu une association. Dans les premiers temps, elle proposait un cours par mois, puis un cours par semaine, deux cours par semaine…  

Aujourd’hui, nous sommes toujours sur ce même rythme, deux cours par semaine, avec, en plus, des activités pendant les vacances et des à-côtés durant les week-ends. 

Quand j’ai commencé, nous étions cinq-six. L’hiver, quand il faisait froid, nous pouvions nous retrouver à deux-trois et j’ai beaucoup aimé le côté cours particulier, le fait d’avoir les coachs rien que pour nous et de pouvoir bénéficier d’un entraînement très ciblé. Aujourd’hui, nous sommes une quarantaine d’adhérentes et les filles sont plus régulières.  

Cela ne nous empêche pas d’essayer de garder cette philosophie en tête en divisant notre gros groupe en petits groupes. Pink Parkour s’est fait connaître petit à petit grâce au bouche-à-oreille. La différence, aujourd’hui, c’est que les gens commencent à connaître la discipline et y viennent plus facilement. 

À ses débuts, l’image du parkour véhiculée au cinéma ou dans les médias, mettait plutôt en avant sa seule facette spectaculaire. On nous montrait des gars hyper forts, torses nus, qui faisaient des sauts énormes à des hauteurs vertigineuses. Ça n’a pas beaucoup évolué depuis alors que le parkour ne se limite pas à ça. On peut très bien pratiquer sans faire ce genre de choses.

J’ai l’impression, malgré tout, que de plus en plus de personnes ont envie de s’y essayer même si certaines se disent encore, en voyant ça, qu’elles n’ont pas le niveau ou ne parviennent pas à se projeter dedans à long terme.  

Ça change peu à peu mais, même si ces freins s’atténuent avec le temps, ils sont toujours présents. Cela étant, il y a beaucoup d’associations qui se montent partout en France et de plus en plus de créneaux féminins. Il y a une volonté de trouver des solutions pour engager un public à qui, à cause de cette image, la discipline ne parle pas forcément. Les femmes représentent désormais 15 % des licenciés de la Fédération.  

Il existe également des événements, à l’étranger, créés en priorité à destination de ce public-là.  Tout cela est très positif. On sent également que le profil des adhérentes évolue.  

Quand j’ai commencé, la plupart des filles, comme moi, cherchaient une association qui ne leur coûterait pas trop cher, où elles pourraient évoluer en petit comité pour reprendre la pratique sportive de manière agréable. Aujourd’hui, il y a un côté plus engagé, plus militant, car l’accès au parkour n’est pas aussi facile pour les filles que pour les garçons.

Pour autant, même si la pratique reste majoritairement masculine, nous avons découvert que le fait de n’être qu’entre filles pouvait poser problème. Nous nous sommes rendu compte que, lorsque nous nous déplacions sur de gros rassemblements fédéraux qui peuvent réunir entre cinq-cents et huit-cents participants, nous nous retrouvions en minorité, situation dont nous n’avions pas l’habitude et qui pouvait se révéler perturbante.  

C’est pour cela que nous avons décidé d’organiser des évènements mixtes. Ce n’est pas tant le fait de se retrouver avec des garçons qui est important mais le fait d’évoluer avec des personnes différentes.  

Ça peut être des garçons mais aussi des filles qui ne s’entraînent pas de la même manière que nous. Tout cela permet de sortir de sa zone de confort, de ses habitudes, d’échanger. La mixité permet cependant à nos adhérentes d’ouvrir la pratique à leurs amis si ces derniers ont envie d’essayer.

En huit ans de pratique, le parkour m’a apporté beaucoup de confiance en moi. Lorsque tu te rends compte que tu es capable de te débrouiller toute seule, de faire des sauts que tu n’imageais pas pouvoir réaliser un jour, tu te dis c’est incroyable !  

Ce sport qui semble n’être accessible qu’aux gens a priori très enclins au risque ou très musclés ne l’est pas, tout cela vient avec la pratique. On n’est pas obligées de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser, se renforcer, être bien et fortes. Il existe différents styles de parkour, certains se rapprochent plus de l’escalade, d’autres de la danse, ce qui permet de séduire un public varié.

Et puis, le parkour, c’est très ludique. Avec lui, le renforcement musculaire devient un plaisir. Grâce à cette discipline, je dirais que je me suis épanouie physiquement mais aussi intellectuellement car, quand je me suis inscrite, je ne ressentais pas spécialement le besoin d’être entourée de filles.

Depuis, j’ai compris l’importance d’avoir des modèles, des personnes avec qui échanger. Finalement, je crois que nous sommes toutes pareilles. Nous avons toutes hésité, toutes eu des blocages, toutes eu peur avant de commencer mais, lorsque nous nous y sommes mises, on s’est toutes dit que c’était dommage d’avoir attendu si longtemps !

Pour celles qui aimeraient se jeter à l’eau, il ne faut surtout pas hésiter, écouter sa petite voix intérieure. Si on est attiré par le parkour, c’est que l’on est prête à sauter le pas. »

  • Pour découvrir l’association Pink Parkour, rendez-vous sur leur site.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Camille : « Le sport outdoor me permet de revenir à l'essentiel.»

Camille : « Le sport outdoor, ça permet de revenir à l’essentiel.»

Elle a quitté Paris et une vie confortable sur un coup de tête. Camille Dubois-Leipp s’est installée à Annecy avec l’envie de profiter, chaque jour, d’un terrain de jeu naturel propice à la pratique sportive. Une passionnée des grands espaces qui a mis à profit ce nouveau départ pour créer Outtrip, une plateforme dont l’ambition est de rendre les activités de pleine nature plus accessibles et plus inclusives.

Lire plus »
Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »
« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »
Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Elle n’était jamais montée sur un vélo. Jusqu’à il y a quatre ans. Une révélation. En 2021, après un périple initiatique sur deux roues en Nouvelle-Zélande, Marine Gualino se frottait à la Race Across France, une course d’ultra cyclisme. Témoignage d’une nana qui avale des kilomètres jusqu’à plus soif.

Lire plus »
Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Avec la danse dans le sang et dans la peau, Isabelle Boileau ne pouvait que traverser sa vie en entrechats. C’est ce qu’elle a fait en pratiquant, très jeune, en semi-pro, avant d’opérer un petit saut de ballerine pour aller enseigner la danse. La danse comme une douce thérapie entre sport et création. En piste !

Lire plus »
Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Greta Andersen

Greta Andersen, la nageuse qui a failli se noyer aux JO

Elle a appris à nager sur le tard, ce qui ne l’a pas empêchée de marquer de son empreinte l’histoire de la natation mondiale. Greta Marie Andersen, bientôt 94 ans, a porté haut les couleurs du Danemark en bassins et en eau vive. Un parcours extraordinaire qui aurait pu connaître une issue dramatique lorsqu’elle manqua, de peu, se noyer lors des Jeux Olympiques de Londres, en 1948. Portrait d’une nageuse « à la coule ».

Lire plus »
Sarah Lezito

Sarah Lezito : « Mon objectif à moto, c’est juste de kiffer. »

Les cascades à moto des héroïnes d’Avengers ou encore de Batman, c’est elle. Sarah Lezito, 29 ans, est l’une des, si ce n’est LA, plus grandes stunteuses de la planète. Convoitée par le cinéma, elle apparaît régulièrement dans des super-productions, mais n’aime rien tant que réaliser ses propres vidéos. Elle chérit avant toute chose sa liberté, celle de faire ce qu’elle veut quand elle veut avec ses motos. Rencontre avec une fille au caractère en acier trempé !

Lire plus »
Marie Le Net : « Gagner, c’est ce qui me motive le plus ! »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une dingue du volant, une croisière solidaire, un retour sur l’histoire des volleyeuses, une winneuse dans l’âme qui s’attaque au Paris-Roubaix (Marie Le Net sur notre photo), une course mythique qui s’est déroulée ce week-end et qui n’aura plus de secrets pour vous. C’est le meilleur d’ÀBLOCK! Et c’est juste pour vous.

Lire plus »
Leïla Heurtault

Jeux Olympiques : karaté, un petit JO et puis s’en va !

Après des années à batailler pour intégrer le giron des sports olympiques, le karaté a obtenu gain de cause et sera (enfin !) de la partie aux Jeux Olympiques de Tokyo, du 23 juillet au 8 août. Avant de disparaître aussi vite du programme des JO 2024, à Paris. Retour sur une épopée éprouvante.

Lire plus »
Valeria Kechichian

Valeria Kechichian, l’emblématique pasionaria du skateboard

Elle a découvert le skate à 28 ans et en a fait une arme de lutte contre les discriminations de genre. Valeria Kechichian est à l’origine du « Longboard Girls Crew », une communauté qui rassemble des femmes autour d’une même passion, le longboard. L’Argentine de 41 ans est également à la tête d’une ONG venant en aide aux populations défavorisées. Portrait d’une rideuse militante.

Lire plus »
Ashleigh Barty, la (trop) discrète patronne du tennis mondial

Ashleigh Barty, la (trop) discrète patronne du tennis mondial

Elle est une des favorites incontestables de l’Open de Melbourne qui s’ouvre ce lundi en Australie. Ashleigh Barty n’a pas connu que des succès sur les courts, mais a toujours su rebondir. Celle qui trace sa route sans esbroufe est l’une des joueuses les plus talentueuses du moment. Portrait d’une drôle de fille devenue N°1 mondiale.

Lire plus »
Le questionnaire sportif de Déborah Ferrand

Le questionnaire sportif de… Déborah Ferrand

Militaire dans l’armée de l’air, sportive de haut niveau au sein du Centre national des sports de la défense de Fontainebleau, Déborah Ferrand collectionne depuis 2007 les titres et les médailles civiles et militaires en parachutisme, elle est notamment championne du monde de précision d’atterrissage 2018. Après la période Covid, elle reprend les voiles doucement mais sûrement. Elle a répondu à notre petit questionnaire sport entre deux séances de voltiges.

Lire plus »
Ingrid Graziani

Le questionnaire sportif de…Ingrid Graziani

Elle a été à la fois Miss Île-de-France et championne du monde de boxe française en 2003 puis, elle a balancé sa couronne pour se consacrer au combat, devenant championne d’Europe en 2006 et triple championne de France. Aujourd’hui comédienne, Ingrid Graziani allie ses deux passions, le sport et le jeu, en racontant ses histoires de fille boxeuse dans un one woman show « Du ring à la scène » qui devrait revenir après la crise sanitaire. Entre deux séances de boxe, elle a pris le temps de répondre à notre petit questionnaire ÀBLOCK!

Lire plus »
Laurence Fischer 5 infos pour briller en karatégi

Laurence Fischer : 5 infos pour briller en karatégi

Elle a marqué les tatamis et œuvre aujourd’hui au sein du ministère des Affaires étrangères pour faire du sport un outil d’influence, de développement et de reconstruction. Une sportive combinant grand cœur et mental de guerrière, ça valait bien un retour en 5 infos sur la carrière d’une des plus grandes karatékas du monde.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner