Rechercher

Mélanie Hénique 5 infos sur une nageuse qui torpille les obstacles

Mélanie Henique, 5 infos sur une nageuse qui torpille les obstacles
Intrépide, elle trace son chemin dans la natation avec détermination et persévérance. Exploits sportifs ou défis personnels, Mélanie Henique défie les vagues et repousse les limites. La nageuse française incarne aussi bien la combativité que la résilience. Retour en 5 infos sur le parcours d'une guerrière.

Par Quentin Haton

Publié le 03 mai 2024 à 14h27

1- Se sentir comme un poisson dans l’eau 

Dans le grand océan de la natation, Mélanie Henique n’est pas imposante avec son 1,70 mètre. Mais cette nageuse originaire de la terre picarde est une combattante de l’adversité. Son périple aquatique commence à l’âge tendre de 6 ans, lorsqu’elle suit son grand frère, Sylvain, à la piscine d’Amiens, le Coliseum, tout près de la maison. Les maîtres-nageurs remarquent la petite effrontée qui ne respecte pas les couloirs de nage. À 10 ans, elle intègre son premier club, et à 12 ans, elle navigue vers le Pôle Espoirs d’Amiens. 

Pour Mélanie Henique, l’eau n’est pas simplement un élément, c’est son domaine, son royaume sous-marin : « Je crois que j’ai compris très tôt que c’était mon élément. Quand je nage, je fais le vide, je peux oublier le stress du quotidien, m’amuser, repousser mes limites. ». Elle se sent comme un poisson dans l’eau.

En 2009, tel un trésor caché au fond de l’océan, Mélanie est repérée. Elle éblouit le monde aquatique lors de compétitions régionales et nationales. Aux championnats de France en 2009, elle bat le record national sur 50m papillon. 

Hygiène de vie, récupération, suivi médical – voilà autant de défis sur lesquels Mélanie Henique doit naviguer avec habileté. Elle fend les flots avec une vitesse fulgurante sur de courtes distances. Mais malheureusement, le 50m papillon n’existe pas aux Jeux. Le défi qui se dresse devant elle, tel un iceberg menaçant, est le 100m papillon aux Jeux olympiques.

C’est là que se trouve son objectif ultime : comment tenir bon sur 100 mètres de pure intensité ? Mélanie Henique trouve le moyen de transformer ce défi en une épopée légendaire. 

©Facebook/Mélanie Hénique

2- Voler comme un papillon  

En avril 2010, à Saint-Raphaël, Mélanie Henique devient pour la première fois championne de France du 50m papillon. Puis, au cœur de Budapest, elle se pare de bronze lors des Championnats d’Europe, sur cette même distance. Lors des championnats mondiaux de 2011, elle monte sur le podium à la troisième place. Elle bat son propre record personnel et celui de France avec un temps de 25s 86 centièmes.

Deux ans plus tard, lors des championnats du monde de natation à Barcelone, la musique de la victoire ne résonne pas aussi fort pour Mélanie Henique. Elle termine sixième en finale. 

Aux Jeux Olympiques de Rio en 2016, la nageuse française éblouit le monde. Elle prend part au 50m nage libre avec une détermination ardente. Mais ce n’est pas sa seule prouesse. Elle écrit une nouvelle page dans l’histoire de la natation française en battant le record de France du 50m papillon lors des championnats du monde à Budapest. En finale, elle remporte la médaille d’argent.  

Dans le ballet des records, Mélanie Henique continue d’inscrire son nom en lettres d’or. Des performances magistrales aux Championnats du monde en petit bassin à Melbourne en 2022, où elle domine avec ses compatriotes le relais 4 x 50m nage libre mixte. Les Bleus enregistrent un temps record du monde de 1 min 27s 33 centièmes.  

Son dernier fait majeur date de février 2024. Aux Championnats du monde de Doha, elle débloque le compteur de la France avec une médaille d’argent au 50m papillon. À 31 ans, Mélanie Henique torpille les obstacles, décroche ainsi sa troisième médaille mondiale sur cette distance bien-aimée. Une performance d’autant plus remarquable que cela marque quinze ans de succès depuis ses premiers pas dans l’équipe de France.  

©Facebook/Mélanie Henique

3- Se relever d’une agression homophobe 

En 2015, un simple dîner entre amies dans le quartier de Saint-Leu se transforme en cauchemar lorsque quatre individus sèment la discorde dans la nuit. Une fois sortie du restaurant, quatre ombres dans la rue fixent Mélanie avec insistance. Ils l’interpellent, elle et ses copines. La nageuse sent dans l’air une tension sourde, bien au-delà de leur simple demande de cigarettes. 

Et d’un coup, une insulte homophobe puis une droite inattendue. Sous le choc, la confusion, Mélanie Henique tombe KO à terre. La nageuse se retrouve aux urgences, le nez cassé et les pensées tourbillonnant dans un océan de questions sans réponses. 

Mais Mélanie Henique est une nageuse, une guerrière dans l’eau, pas dans la rue. Elle n’a pas cherché vengeance, mais une voix. Une semaine après l’incident, elle dépose plainte, clamant son droit à la dignité et à la sécurité. Pourtant, la justice ne répondra pas à son appel, laissant les coupables impunis. 

Mélanie Henique ne s’attarde pas sur ce sombre chapitre de sa vie. La nageuse flotte déjà loin de ces remous, déterminée à ne pas laisser le passé la retenir. Elle choisit de se concentrer sur ses futurs exploits aquatiques, laissant les eaux troubles derrière elle, prête à briller de nouveau sous les projecteurs de la victoire. Car dans le monde de Mélanie Hénique, chaque défi est une nouvelle chance de briller, chaque vague une opportunité de surmonter l’adversité avec détermination. 

©Facebook/Mélanie Henique

4- Surmonter les épreuves  

Dans l’appartement du quartier du Pigeonnier, la vie n’est pas aisée. Les querelles sont fréquentes, surtout pour Sylvain, le grand frère, qui se retrouve souvent au cœur des disputes. Il avait du mal à s’entendre avec son père et a dû se débrouiller seul pour avancer dans la vie.  

Mais le destin frappe d’un coup fatal, le 4 janvier. Mélanie Henique perd ce frère tant aimé, un pilier de sa vie. C’est grâce à lui qu’elle commence à nager dès l’âge de 5 ans, à Amiens. Brisée par la douleur, elle ne lâche pourtant pas prise sur ses rêves. Son regard reste fixé sur un objectif éblouissant : monter sur le podium à Paris en 2024. Lors de chacune de ses courses, Mélanie Henique nage au nom de son frère. 

À l’entraînement, elle se transforme. Elle modifie son crawl, passant des bras tendus aux bras pliés. Sa préparation physique se renouvelle, cherchant encore plus de puissance, comme une quête de force intérieure pour surmonter les vagues déferlantes de la vie.  

Mais un défi monumental se dresse devant elle. À un an des Jeux olympiques de Paris 2024, Mélanie Henique doit presque changer de peau. Spécialiste du 50m papillon, discipline non olympique, elle doit désormais s’adapter au 50m nage libre, la distance reine des Jeux. C’est un nouveau monde à explorer, mais elle n’est pas une étrangère dans ces contrées. Avec son record national en poche et son expérience des Jeux olympiques de Rio et de Tokyo, elle avance avec détermination vers son nouveau défi. 

En décembre 2022, elle prouve sa valeur en remportant l’or avec un record du monde au 4 x 50m nage libre mixte aux Mondiaux petit bain à Melbourne. Dans tout cet océan tumultueux, Mélanie Henique reste une nageuse intrépide, prête à braver les vagues les plus hautes pour atteindre les rives de la gloire. 

Avec son frère Sylvain… ©Facebook/Mélanie Henique

5- Trouver une alternative  

Lors des Jeux Olympiques de Tokyo, la nageuse olympique d’Amiens se retrouve dans une situation pour le moins singulière. Avant les Championnats d’Europe, consciente de la difficulté de changer d’équipementier juste avant les JO, elle demande la reconduction de son contrat d’un an. Mais la réponse de son équipementier est à la fois étonnante et déconcertante : « On te renouvellera ton contrat pour un an de plus lorsque tu auras atteint les 10 000 followers sur Instagram. » 

Mélanie Henique, prête à briller dans la piscine olympique, se retrouve donc confrontée à un sponsor qui refuse de renouveler son contrat tant qu’elle n’a pas fait ses preuves sur… Instagram. Un cas de figure « WTF ». Face à cette absurdité, Mélanie doit emprunter un maillot à une autre nageuse, Pernille Blume. 

C’est ainsi qu’une vague de solidarité se propage sur les réseaux sociaux, incitant les internautes à suivre en masse Mélanie Henique sur Instagram. Car dans le monde étrange des médias sociaux, parfois, la réussite sportive dépend du nombre de clics et de likes. 

©Facebook/Mélanie Henique

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Manaé Feleu : « Quand t'es une fille et que tu dis que tu joues au rugby, on te répond que c’est un sport de brutes . »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète qui marche vers les sommets, une capitaine de l’équipe de France de rugby qui sait comment apprivoiser le ballon ovale (Manae Feleu sur notre photo), une fille qui court, qui court, et le décryptage d’un baromètre sur les jeunes et le sport, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »
Baromètre UCPA, le sport s'offre une seconde jeunesse !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une judokate de poche mais qui regarde le sommet, une journaliste ÀBLOCK! pour la sortie de son livre sur Alice Milliat, une arbitre de rugby pionnière et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine ! Bonne lecture !

Lire plus »
Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Le jour où l’aîné de la famille est venu te demander de lui acheter des protéines, tu n’as pas su quoi lui répondre… Déjà que ces produits ne font pas consensus chez les adultes, alors quid de leur effet sur des ados ? Pas de panique, ÀBLOCK! t’éclaire sur les besoins nutritionnels d’un corps en pleine croissance.

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une gymnaste qui a dépassé la dépression et les embûches pour mieux performer, une warrior qui a passé la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo) ou encore une nageuse ambitieuse et une runneuse qui nous emmène dans les coulisses de sa vie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le témoignage d’une grimpeuse qui veut passer la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo), une snowboardeuse qui s’est offert un podium au Canada ou encore notre rendez-vous spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Léa Labrousse : « J’ai envie de marquer mon nom dans l'histoire du trampoline français. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une championne du rebond (Léa Labrousse sur notre photo), une traileuse qui a écrit l’histoire, une torpille tricolore, une nouvelle chronique de notre marathonienne ÀBLOCK! et un festival sportif sur grand écran, c’est le meilleur de la semaine. Enjoy !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Charlie Moss

Speakers dans les stades : les femmes aussi donnent de la voix !

Elles chauffent des stades de foot et de rugby blindés de supporters prêts à en découdre. Elles, ce sont les speakers femmes, ces voix de l’ombre qui s’expriment haut et fort dans un milieu souvent majoritairement masculin. Des matchs ambiancés d’une main de maître…de cérémonie. Lançons la Ola pour ces ladies du micro !

Lire plus »
Maud Fontenoy

Maud Fontenoy : 5 infos pour briller en mer

L’eau, c’est son élément ! Navigatrice aux multiples exploits, Maud Fontenoy est presque née en mer. Battante dans l’âme, elle est l’une des « premières ». Première femme à traverser l’Atlantique Nord et le Pacifique à la rame. Première Française à réaliser le tour du monde à contre-courant.
À travers sa fondation, elle se bat désormais pour la protection des eaux : sauver l’océan, c’est sauver l’homme.

Lire plus »
Melina Robert Michon Mélina Robert-Michon, la lanceuse de disque qui connaît la chanson

Mélina Robert-Michon, la lanceuse de disque qui connaît la chanson

Elle a été de toutes les campagnes olympiques depuis les Jeux du millénaire à Sydney, en 2000. Mélina Robert-Michon, médaillée d’argent au disque aux Jeux Olympiques de Rio, participe, à 42 ans, aux sixièmes JO de sa carrière et avait pour seule et unique ambition de décrocher le Graal à Tokyo. Elle a échoué, mais nous donne rendez-vous à Paris 2024. Retour sur le parcours d’une athlète inoxydable.

Lire plus »
JujuFitcats

JujuFitcats : « Le sport a été ma porte de sortie de l’anorexie. »

Elle affiche des mensurations sociales impressionnantes : 3,2 millions de followers sur Tik Tok, 2,3 millions sur YouTube, autant sur Instagram ; près de 45 000 abonnés sur Twitter et sur Facebook. Au total, près de 10 millions d’ados suivent les aventures de Justine alias JujuFitcats. Tout à la fois admirée, méprisée, jugée, elle est à 25 ans, de celles que l’on appelle « les influenceuses ». Adoubée (aimée) par un autre poids lourd des réseaux sociaux, le coach Tibo InShape, cette girl next door fait la promo du sport à sa façon.
Conversation avec un « petit chat » pas si « fit » que ça et qui, désormais, le revendique haut et fort.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner