Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »Adepte de cross-country et duathlon, militaire parachutiste, 31 ans

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »
Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Propos recueillis par Valérie Domain

Publié le 19 avril 2022 à 8h48, mis à jour le 21 mai 2022 à 10h48

« Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours fait du sport. Pas à haut niveau, mais constamment. Du handball, de la gym, du vélo, je courrais pour le plaisir, je marchais aussi. Je vivais dans l’Ariège où une tante, qui pratiquait le cyclisme sur route à haut niveau, m’emmenait faire de la randonnée, j’adorais ça. J’avais 8 ans et la montagne, je la parcourais à pied, à vélo…

Pourtant, je viens d’une famille modeste, pas très sportive, mais j’avais besoin de bouger, ça me permettait de m’évader. J’étais à l’école, au lycée, lorsque j’ai su que j’entrerais dans l’armée. On se demande alors ce qu’on va faire comme métier et je me suis dit : cohésion, sport, patriotisme, trois mots qui me définissent bien.

Et puis, je n’étais pas faite pour rester derrière un bureau.

©3eRPIMa

Les campagnes de recrutement pour servir dans l’armée m’ont tout de suite plu : les militaires se tirent la bourre, ils ont un côté “tout ce que je fais, je le fais à fond“, ce challenge permanent dans le but de gagner, de se dépasser. Je voulais jouer la gagne, par fierté, certes, mais en faisant les choses avec le cœur.

Je suis entrée à L’École nationale des sous-officiers d’active à Saint-Maixent puis au Centre national d’entraînement commando, à Mont-Louis, dans les Pyrénées-Orientales.

Dans ce centre, je me suis régalée ! On multipliait les stages : brevet d’alpinisme militaire, brevet de skieur militaire, brevet parachutiste et activités commando avec des parcours d’obstacles, des pistes d’audace (exercices d’escalade, entraînements en milieu humide, de jour comme de nuit… le tout visant à lutter contre ses peurs, Ndlr), mise en œuvre d’explosifs, techniques de combat, techniques d’optimisation du potentiel… Il faut aimer se faire mal et c’est mon cas !

©3eRPIMa

J’ai ensuite été mutée dans un Groupement de soutien de la base de défense de Carcassonne. C’était différent, il y avait moins d’action. Mais je poursuivais mon sport. Où que je sois, je continue le sport. Le militaire se doit de s’entretenir un minimum.

En 2016. J’ai rejoint le 3e RPIMa, toujours à Carcassonne. Un régiment para avec des critères exigeants, des tests d’entrée pour devenir parachutiste. Physiquement, il faut tenir la distance, mais c’est possible, la preuve. Il faut du physique, c’est vrai, mais le mental joue beaucoup. Quand les jambes ne suivent plus, la tête fait le reste.

©3eRPIMa

Je m’y sens à ma place. Nous sommes peu de femmes ici, mais le regard des hommes n’est pas un problème. Je pense, qu’à un moment donné, un homme sera plus fort qu’une femme, même si je cours plus vite que certains, la nature est ainsi. Mais les hommes voient tout de suite si vous mettez du votre : celle qui montre qu’elle se dépassent, celle qui est dans l’effort.

Je me rappelle avoir fait des marches pendant mes formations, où les hommes arrêtaient avant moi. C’est une fierté personnelle, c’est vrai. Pour eux, pour leur égo, la pilule est parfois dure à faire passer, mais, derrière, c’est du respect.

Un respect qui vient des deux mondes : militaire et sportif. Le sport aide à être respecté, le résultat impose le tempo. Il y a quelques filles, ici, quand elles mettent des gants de boxe, les mecs viennent les voir sur le ring et les regardent au début comme deux femmes qui se battent, et s’aperçoivent très vite, que ce n’est pas que ça, que ça tape dur.

©3eRPIMa

Je suis plutôt réservée de nature mais, un jour, d’autres coureuses sont venues me voir, dans l’idée de se préparer pour les championnats sportifs militaires par équipe. Ça a « matché » et j’ai dit ok.

Au programme, séance de sport tous les matins, entre 8h et 9h30. On s’entraîne ensemble, pour notre unité. Peu importe le grade. On est en mode sport, la hiérarchie n’est pas un problème.

En 2018, nous avons été Championnes de France militaire par équipe de cross-country armée de Terre et interarmées en 2019. Cette année-là, j’ai aussi décroché la 3e place au championnat de France militaire de duathlon et j’ai été vice-championne armée de Terre de cross-country individuelle.

C’est singulier, on ne court pas face à des athlètes de haut niveau, même s’il y en a certaines. Mais j’en suis fière !

©3eRPIMa

Et puis, il y a les sauts en parachute : j’ai passé le brevet de chuteur militaire. C’est un mode de vie d’être parachutiste. Tout le monde ne saute pas d’un avion en vol. C’est une grande famille, les paras, on est là dans les bons et les mauvais moments : cohésion, dépassement, il faut le vivre !

Mon compagnon est également militaire, ex-parachutiste. Mais on ne fait pas forcément du sport en couple car on pratique des disciplines différentes ou alors en mode détente, même s’il arrive qu’on se challenge, je crois qu’on ne sait pas faire sans ça !

À travers le sport, on en apprend beaucoup sur soi-même, sur nos propres limites. Après treize ans de service, je connais mieux mon corps, c’est aujourd’hui que je fais mes meilleures performances.

©3eRPIMa

Je vais bientôt rejoindre un Groupement de soutien du Gabon. J’espère, là-bas, pouvoir pratiquer mon sport comme ici, participer à quelques compétitions. Je vais emmener le vélo, on va chasser, pratiquer la pêche sous-marine. J’aime l’idée de me renouveler dans le sport. Ça permet de se découvrir.

J’ai déjà fait l’Afrique et je sais qu’il faut le temps de s’adapter au climat, mais ça va le faire, le sport, c’est pas loin d’être ma vie. »

Ouverture ©3eRPIMa

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Elle s’est engagée dans un marathon à vélo de vingt-et-un jours et plus de 3 300 kilomètres ! Julia Favresse fait partie des neuf cyclistes retenues par l’association « Donnons des elles au vélo J-1 » pour parcourir les étapes du Tour de France un jour avant le peloton hommes. Un défi sportif XXL pour la Beauvaisienne dont l’ambition, à terme, est de développer le sport féminin dans les Hauts-de-France.

Lire plus »
Camille : « Le sport outdoor me permet de revenir à l'essentiel.»

Camille : « Le sport outdoor, ça permet de revenir à l’essentiel.»

Elle a quitté Paris et une vie confortable sur un coup de tête. Camille Dubois-Leipp s’est installée à Annecy avec l’envie de profiter, chaque jour, d’un terrain de jeu naturel propice à la pratique sportive. Une passionnée des grands espaces qui a mis à profit ce nouveau départ pour créer Outtrip, une plateforme dont l’ambition est de rendre les activités de pleine nature plus accessibles et plus inclusives.

Lire plus »
Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Elle a découvert ce sport acrobatique par hasard. Et n’a plus jamais cessé de pratiquer depuis. Adélaïde Gandrille, traceuse et présidente de l’association Pink Parkour, a trouvé dans le PK comme on appelle le parkour chez les initiés, un moyen de s’épanouir, physiquement et intellectuellement. Témoignage d’une fille qui sait comment franchir tous les obstacles.

Lire plus »
« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Su-Wei Hsieh

Su-Wei Hsieh, l’esprit libre du tennis qui n’a rien à perdre

Elle inaugure son 16e Roland-Garros. En double, c’est la magicienne des courts. En simple, elle aime jouer les coupeuses de têtes du circuit féminin, même si elle n’a pas encore trouvé la recette pour gravir les marches des podiums. Mais, à 35 ans, la Taïwanaise Sue-Wei Hseih est l’une des joueuses de tennis les plus attachantes. Polyvalence, jeu atypique et force mentale, la numéro 1 mondiale en double, 64e en simple, séduit le monde de la raquette. Portrait d’une fille aux nombreux rebonds.

Lire plus »
Simone Biles

Quand Simone Biles s’envole…

Son retour à la compet’ est un feu d’artifices. Deux ans après les Mondiaux et ses 5 médailles, Simone Biles a encore fait parler d’elle en réalisant un saut inédit dans un cadre officiel. C’était le week-end dernier lors de l’U.S Classic et elle a, elle-même, du mal à y croire !

Lire plus »
Betty Cuthbert

Betty Cuthbert ou la légende d’une “Golden Girl” du sprint

Elle fut la grande fierté des Australiens. Icône de l’athlétisme dès sa participation aux Jeux Olympiques de Melbourne, en 1956, l’or autour du cou était son plus bel accessoire. Sur les pistes comme dans la vie où elle eut à lutter contre une maladie incurable, Betty Cuthbert mena ses combats avec acharnement. Une pionnière au courage et à la détermination légendaires.

Lire plus »
MMA

MMA, dans la cage aux lionnes

Ça s’appelle le MMA et c’est l’assurance…d’un spectacle explosif. Acronyme de Mixed Martial Arts, ce sport de combat, conceptualisé il y a vingt-cinq ans, a très vite enflammé le monde. Légalisé il y a un an en France, il compte, chez nous, environ 50 000 pratiquants dont 25 % de filles. Ce 8 avril, le MMA Grand Prix sera diffusé en live mondial avec 12 “warriors“ dont 2 femmes. L’occasion de mettre en avant la discipline et quelques-unes de ses combattantes acharnées.

Lire plus »
Aloïse Retornaz

Aloïse Retornaz : « J’ai beaucoup de mal à rester loin de la mer, loin de l’eau. »

Une tête bien faite dans un corps bien entraîné. Championne de France Elite, Championne d’Europe, médaillée d’or en Coupe du monde de 470, la Brestoise Aloïse Retornaz vient de remporter la médaille de bronze sur 470, avec sa coéquipière Camille Lecointre, aux JO de Tokyo. Nous l’avions rencontrée en mai dernier. Échanges passionnants avec une fille qui mord la mer à pleines dents, sans prendre la tasse.

Lire plus »
Lauriane Lamperim

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une ex-gymnaste devenue surfeuse (Lauriane Lamperim sur notre photo), une basketteuse emblématique, une parachutiste qui a fait du ciel son univers, une patineuse qui a bousculé l’ordre établi, une Simone qui a roulé sa bosse ou encore une championne de karaté qui se raconte dans notre podcast, c’était le menu de la semaine dernière sur ÀBLOCK! et c’est à (re)découvrir sans modération…

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner