Rechercher

BREAKdance//NORD Le documentaire qui entre dans la danse

BREAKdance//NORD : Le breaking, l’avenir en dansant
Le breaking prend ses marques. Bientôt en compétition pour la première fois aux Jeux Olympiques de Paris 2024, le voilà au coeur d'un documentaire signé Sophie Vernet et qui met sur le devant de la scène les coulisses d’un mouvement français, autant sportif que culturel et social. Un mouvement qui a notamment pris racine dans le Nord. Zoom sur des Bboys et Bgirls qui ont la Breakdance dans la peau.

Par Claire Bonnot

Publié le 19 décembre 2023 à 15h53, mis à jour le 02 février 2024 à 17h36

« L’histoire du break français, à ses débuts, est ancrée dans le Nord ». Aujourd’hui chorégraphe reconnu et Chevalier des Arts et des lettres, Brahim, la cinquantaine athlétique, est l’un des premiers à avoir « breaké » sur le territoire français, grâce notamment au pionnier, Jean-Pierre alias JP, qui a débuté en Belgique et a su transmettre sa passion car « partager, c’est ça l’esprit hip-hop ».

Roubaix, Grande-Shynte, Lille, Tourcoing, Dunkerque, Hazbrouck, Hénin-Beaumont… toutes ces villes des Hauts de France portent en elle l’histoire du hip-hop en France, tout droit venu des ghettos du Bronx à New-York dans les années 1970. « Le Nord qui a été ravagé par la pauvreté et le chômage a été un terrain favorable à la création de cette culture hip-hop », explique Malik, responsable projets du Centre des Cultures Urbaines à Lille (FLOW).

Alors que la breakdance (ou le breakdance selon les écoles), s’apprête à faire son entrée en piste pour la première fois de son histoire aux Jeux Olympiques, à Paris en 2024, un documentaire sensible et éclairant, écrit et réalisé par Sophie Vernet va à la rencontre de ces champions et espoirs du breaking dans le Nord Pas-de-Calais. Programmé dans « La France en vrai » sur France 3 le 7 décembre dernier, Break//Nord est actuellement visible en replay et c’est que du bonus !

« Le plus souvent, les populations du Nord sont des gens venus de l’étranger pour travailler dans les mines (ainsi que les usines textiles, et, après-guerre, pour reconstruire la France, Ndlr). Jamais j’aurais pu croire qu’un Bboy comme moi puisse être un jour salarié du ministère des Sports », révèle Abdel, entraîneur et coordinateur de l’équipe de France de breakdance. 

Le break français porte ainsi en lui, comme aux États-Unis où il est né dans la rue pour montrer sa force face à un autre gang sans en venir aux armes, un terreau social : « Mon premier souvenir du break en France, c’est l’émission H.I.P. H.O.P en 1984. Ça parlait comme dans la street, voir tout ce métissage à la télé, c’était énorme. On voyait nos semblables être au premier plan ! », raconte Malik. Notre génération issue de l’immigration et des différentes colonisations, était capable de briller, de montrer qu’elle pouvait représenter la France elle aussi. » 

Selon Malik, le break a vraiment explosé à Roubaix, « ville la plus pauvre de France » : « Quand les usines de textiles ont disparu, il n’y avait plus rien. Avec le break, en fait, quand tu as des trucs à l’intérieur, tu vas défendre ça en dansant. Je dis pas que les danseurs venant des quartiers résidentiels ne peuvent pas breaker, c’est pas vrai, mais nous on a du vécu à raconter ».

Si, aujourd’hui, certains craignent que l’âme contestataire du hip-hop vacille sous les feux des projecteurs de la reconnaissance publique et de sa structuration pour les Jeux Olympiques, la discipline est aussi célébrée comme un art avec des représentations sur les scènes des théâtres nationaux et s’ouvre à tout un chacun. « Ils veulent effacer les codes du Bboying pour les JO. Pour moi, il y a un problème et en même temps, la raison me fait dire que c’est peut-être mieux. (…) Et puis, le hip-hop est aujourd’hui partout avec la pop-culture. Il n’est plus l’apanage des quartiers difficiles. On avait tendance à créer nos propres ghettos en disant « on laisse pas entrer les autres du style parce que c’est un petit blanc qui vient de tel quartier. Désolée mais c’était comme ça. Ce n’est plus vrai aujourd’hui. Tu peux venir de n’importe quelle origine sociale, de n’importe quelle ville. Si t’es un Bboy qui va défoncer tout le monde, tu seras mis sur le devant de la scène ! ». 

Emma, Martin, Matheo alias Kid Mario représentent la nouvelle génération des breakdancers français pour qui l’émancipation personnelle est venue prendre la suite de l’expression sociale. Une passion déclenchée par Michael Jackson pour Kid Mario, l’un des espoirs pour les JO de Paris, qui lui a offert un beau destin : « J’aimerais dire à mes enfants que j’ai réussi ma vie en dansant. Avant, je faisais le con dehors avec mes potes. À l’heure où je vous parle, ils sont tous en prison ».

Son acolyte de toujours, Bboy Martin, vice-champion olympique de break aux JO de la jeunesse de Buenos Aires en 2018, invoque la « liberté » que lui apporte cette danse. Emma, elle, se sent désormais légitime pour faire partie de cette culture du hip-hop et du break, qui lui a permis de prendre confiance en elle. Territoire d’expression absolu, le breakdance offre d’être « écouté avec son talent », comme le résume si bien Brahim. 

Chargé d’histoire, de multiples parcours de vie et de combats, et de si beaux espoirs, le breakdance aux Jeux Olympiques s’avère être la battle à venir la plus excitante et émouvante qui soit. De l’Histoire en marche ou, plutôt, dirons-nous, en dansant, en breakant ! 

  • Le documentaire « BREAKdance//Nord » (52′) produit par Bo Travail ! et réalisé par Sophie Vernet, est visible sur la plateforme de France 3 pendant un mois à compter du 7 décembre 2023
Ouverture : Sophie Vernet

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Le Best-of ÀBLOCK!

Une crack qui nage à très grande vitesse, une fille qui prend son envol, une danseuse qui rêve de JO, les pionnières du baseball, une championne qui grimpe, une autre qui nous booste avec ses tutos (Jess Vetter sur notre photo) et un nouveau mercredi où les KIDS ont pris le MIC, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Kids

À la puberté, faut limiter le sport oui ou non ?

Le sport, quand on est parents d’un ado, c’est un peu « Je t’aime, moi non plus ». Qu’il pratique une activité sportive, évidemment… mais pas trop quand même. « Pense aussi à l’école » ! Et puis, il paraît que le sport et la puberté ne font pas bon ménage. Il paraît…

Lire plus »
Il était une fois le baseball... féminin

Il était une fois le baseball… féminin

Il débarquera aux Jeux Olympiques 2028 de Los Angeles. Rien de très surprenant pour un sport made in America. Les femmes en ont d’abord été écartées, mais elles ont vite pris les battes en main ! Retour sur l’histoire des pionnières du baseball.

Lire plus »
Premier Round, un combat ÀBLOCK! Kids

Premier Round, un combat ÀBLOCK!

S’engager pour l’insertion socioprofessionnelle des jeunes des quartiers prioritaires, lutter contre la maltraitance envers les enfants sous toutes ses formes, ce sont les missions musclées de Premier Round, asso lancée par la boxeuse Rima Ayadi.

Lire plus »
Sandrine Alouf : « Mes photos de sportives, c’est une loupe sur une société ultra genrée. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière qui a le break dans le sang, une asso qui se bouge, des fonds pour donner une chance à mille petites filles, une photographe qui met à terre les préjugés et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Bon rattrapage !

Lire plus »
Mélissa Plaza : « Le slam est très thérapeutique. Quand je répare ces femmes en mettant les mots justes aux bons endroits, je me répare moi-même. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une ex-footeuse qui rejoint la Team ÀBLOCK! pour slamer sur des championnes inspirantes (Mélissa Plaza sur notre photo), un nouvel éclairage juridique sur le sport, la présentation d’un mondial qui fait des vagues et une rubrique Kids qui nous donne des ailes, c’est le top de la semaine ! Enjoy !

Lire plus »
Justine Pedemonte : « Je fais de la moto, je suis une fille… au lycée, ça fait parler. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une histoire de raquettes et volants, une femme engagée qui donne de la voix pour réparer les corps, le retour des Kids (avec la pilote moto de 16 ans, Justine Pedemonte) et une double journée de grimpe en salle, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Angelina Favario : « Le sport automobile est un sport macho, mais ça ne m’atteint pas. »

Angelina Favario : « Le sport automobile est un sport macho, mais ça ne m’atteint pas. »

Elle n’a pas encore 20 ans mais déjà une détermination de fer. Angelina Favario, jeune pilote, n’a qu’une idée en tête : devenir pro et, pourquoi pas, évoluer, à l’avenir, en Formule 1. La Savoyarde, qui a fait ses gammes l’an passé en F4, sait qu’elle devra, pour cela, se battre tout au long du chemin contre adversaires et préjugés. Rencontre avec une demoiselle que rien ne peut freiner.

Lire plus »
David Rochefort « Monica Seles ne voulait qu’une chose, être la meilleure. »

David Rochefort : « Monica Seles ne voulait qu’une chose, être la meilleure. »

C’était il y a tout juste trente ans. Le 30 avril 1993, Monica Seles est victime d’une agression au couteau alors qu’elle dispute un match de tennis en Allemagne. Le coupable s’appelle Günter Parche, chômeur de l’ex-RDA, amoureux fou de Steffi Graf, grande rivale de la jeune Serbe. Un évènement dramatique dont David Rochefort s’est emparé pour écrire « Le prix fort », roman passionnant dans lequel il reconstitue les faits qui ont amené à cette journée dramatique.

Lire plus »
Coralie Lassource

Coralie Lassource : « Tokyo, je veux en profiter et kiffer ! »

Rio lui avait échappé en raison d’une blessure. Elle ne laissera pas passer Tokyo. Coralie Lassource, 29 ans, s’apprête à disputer les premiers Jeux Olympiques de sa carrière de handballeuse, au Japon, du 23 juillet au 8 août. L’ailière gauche de Brest, toute récente finaliste de la Ligue des Champions, endossera, pour l’occasion, le rôle de capitaine de l’équipe de France. Rencontre avec une championne qui va droit au but.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner