Agathe : « La course m’a appris à ne plus fuir la difficulté. Je n’abandonne plus, je fonce ! »Runneuse, 31 ans, graphiste

Agathe Runs Bordeaux
Jamais elle n’aurait imaginé se sentir aussi bien dans ses baskets. Dans tous les sens du terme. Agathe est devenue addict à la course à pied après avoir commencé le running pour perdre ses kilos en trop. Aujourd’hui, elle s’offre des shoots d’adrénaline en multipliant les marathons. Une aventureuse profondément inspirante qui donne envie de parcourir le monde à grandes foulées pour mieux se réconcilier avec soi-même.

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 11 janvier 2021 à 11h22, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h31

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« Quand j’ai commencé le sport, je n’étais bien que dans l’eau… Courir ? Je ne voulais pas en entendre parler. J’ai fait de la natation en compétition pendant dix ans tout au long de mon adolescence. Quand j’ai arrêté, c’était pour me consacrer à mes études puis à mon boulot. Comme j’ai mis un peu de temps à me stabiliser dans mon milieu professionnel, ça a influé sur mon équilibre personnel et le sport n’était alors plus dans mes priorités.

La conséquence de tout ça ? Une importante prise de poids. Je faisais plus de 90 kilos pour 1,65m. Même si je n’étais pas dans une obésité morbide, les chiffres de l’IMC étaient là et, de toute évidence, je ne me sentais pas bien dans mon corps.

©Modaliza

Le déclic, ça a été en 2016, quand j’ai signé mon CDI comme graphiste dans un club de rugby professionnel à Bordeaux. J’avais enfin trouvé une stabilité, ça se passait bien et j’évoluais dans un lieu et milieu où le sport était évidemment omniprésent. Le petit coup de pouce ? En tant qu’employée, j’ai eu droit à une carte de sport gratuite. Mine de rien, le coût est souvent un frein à la pratique du sport. Comme il était levé, je me suis dit « Pourquoi pas ! » Et quand je me lance dans un truc, je m’y mets à fond donc… ça a été un cercle vertueux.

J’ai fait attention à ce que je mangeais sans pour autant suivre de régime strict, un rééquilibrage alimentaire en fait grâce à une application sur laquelle je notais ce que je mangeais dans la journée. Je gardais cependant toujours le côté plaisir lors de quelques repas dans la semaine. J’ai perdu très vite, mes collègues étaient impressionnés, je fondais à vue d’œil !

Car, en parallèle, j’avais un meilleur rythme de vie qui incluait la reprise du sport : beaucoup de salle, des cours collectifs qui m’empêchaient de filer avant la fin et de la musculation pour continuer à brûler des calories. J’ai perdu trente kilos en sept mois.

 

©Modaliza

Je n’ai pas commencé la course à pied tout de suite. Je me souviens du déclic comme si c’était hier. On était en novembre, aux alentours de 18h, il faisait nuit, hyper froid, je n’étais pas très motivée pour aller à la salle qui se trouvait un peu loin de chez moi.

Alors je me suis dit : « Je vais enfiler mes baskets et je vais aller courir ! ». Au début, je ne faisais que 30 minutes et puis je me suis mise à faire 2/3 séances de running par semaine et le weekend, toujours dans mon optique de perte de poids. Je pense que j’y ai tout de suite trouvé un certain plaisir car sinon je n’aurais pas continué !

C’est à ce moment-là que les collègues m’ont dit que j’allais pouvoir m’inscrire au semi-marathon de Bordeaux ! Moi, quand on me challenge, ça marche ! Et j’ai couru…

©Modaliza

J’ai acheté de vraies baskets, une montre connectée, je me suis entraînée via un programme pendant deux mois, toute seule. J’ai vraiment pris du plaisir à faire ça, du début à la fin, et j’ai même fait un bon temps le jour J !

Un mois après, je faisais le semi-marathon de Poitiers et ainsi de suite. J’ai adoré collectionner les médailles, je me suis lancée comme ça, c’était vraiment du plaisir.

L’année suivante, je me suis inscrite sur un marathon. Je pensais être capable de m’y préparer toute seule, mais j’ai fait des erreurs et, un mois avant la course, je me suis blessée, je pleurais de douleur. Je me suis fait une tendinite du long fibulaire. J’ai dû faire de la rééducation pendant quelques mois, j’ai changé de baskets, j’ai porté des semelles… Ça s’est guéri et j’ai repris les courses.

©Jordan Billard

J’ai eu envie de me challenger pour ne pas me reposer sur ces difficultés et, en 2018, j’ai commencé à penser au projet du marathon de la Grande Muraille de Chine (plus de 5000 marches à gravir !). J’adore pratiquer ma passion en voyageant – j’ai participé à des courses aux Pays-Bas ou encore en Norvège. Mais la Grande Muraille… c’est un très gros défi, l’un des marathons les plus durs au monde.

J’ai donc commencé à me faire accompagner par des préparateurs, physique et mental, pour mettre toutes les chances de mon côté. J’ai aussi monté un dossier pour trouver des financements, des partenaires. L’entraînement était plutôt exigeant, 4 à 5 séances par semaine à conjuguer avec mon boulot. Avec le Coronavirus, j’ai dû abandonner le projet pour 2020. Ça a été une grosse déception et un peu de découragement car j’avais énormément bossé et tout était préparé, réservé… Mais ce qui m’a tenue, c’est que j’ai eu la chance de faire d’autres courses depuis cette annulation.

©Modaliza

L’une d’entre elles a agi comme un tournant dans ma pratique et, malgré la difficulté, a été un enseignement pour la suite. C’était le marathon de Bilbao, en Espagne, en octobre 2020. Il a lieu de nuit et, là, il pleuvait des cordes, j’avais mes règles, il n’y avait pas de public au bord de la route, le parcours était horrible ! Bref, c’était loin d’être tout beau tout rose ! Pourtant, je préfère ça car je peux m’en servir sur le plan du mental maintenant : j’ai eu un gros passage à vide pendant environ dix kilomètres, il me devenait impossible de continuer à courir, je n’avais plus de jambes et j’étais tellement trempée que mon sac à dos rajoutait du poids à celui de mon corps épuisé.

À cinq kilomètres de la fin, la voiture-balai m’a proposé d’abandonner ou alors il me fallait aller plus vite car ils allaient bientôt démonter la ligne d’arrivée. Tout ça pour rien ? Il en était hors de question. Alors, j’ai accéléré. Et je serais incapable de dire où je suis allée chercher cette énergie ! J’ai passé la ligne d’arrivée pile au bon moment et j’ai pu récupérer ma médaille. Ce sont les moments difficiles qui nous forgent et j’ai compris que j’avais des ressources incroyables.

 

©DR

Le fait de courir m’a permis de trouver un équilibre dans ma vie, de m’épanouir dans autre chose que dans mon boulot et d’y être d’ailleurs plus efficace. Maintenant, grâce au sport et au running, quand je suis face à une difficulté, au lieu d’abandonner, je fonce et ça repart ! Je me réfère toujours à ça désormais et ça m’aide à avancer dans la vie de tous les jours.

En fait, en courant, tu sens lorsque les endorphines sont lâchées, et là t’es tellement bien ! Enfiler mes baskets et y aller, ça me permet d’évacuer le stress et la frustration de la journée. Depuis que j’ai quitté Bordeaux centre pour la campagne alentour, c’est encore mieux parce que je cours dans les vignes…

Depuis cet été, j’ai la chance d’être coachée par Marine Leleu qui s’est installée à Bordeaux. Elle correspond exactement à ce que je cherchais : un coaching centré sur l’humain. En plus, on avait toutes les deux le même objectif, celui de participer au marathon de la Grande Muraille de Chine et elle me prépare pour mai 2021. Si ce n’est pas maintenu, je réfléchirai à un raid féminin. J’ai envie de partager une course, j’aime l’idée de se surpasser à plusieurs !

©DR

Les courses, les semi-marathons et marathons, me permettent de sortir de ma zone de confort, de me surpasser. C’est un travail exigeant dans lequel toute la phase de préparation en amont est hyper intéressante sur tous les plans, physique et mental. La course n’est pas une fin une soi, ce qui est formateur, c’est tout ce qu’il faut mettre en œuvre avant pour y arriver. Sans se mettre trop de pression car en partant tout de suite sur de gros objectifs, on risque de se décourager et on va avoir tendance à se dire qu’on n’y arrivera pas.

Mon conseil pour se lancer dans le défi du sport, c’est de se fixer des petits objectifs intermédiaires, c’est plus motivant ! Personnellement, concernant ma perte de poids, je savais que ça ne se ferait pas du jour au lendemain, j’ai accepté que ça prenne du temps et les choses se sont faites peu à peu.

©Jordan Billard

Ce qui peut aider aussi, c’est la communauté que l’on se crée ou que l’on suit sur les réseaux sociaux. Elle m’a accompagnée dans ma perte de poids et m’a inspirée car je me disais : « Cette fille va à sa séance de sport, ça fonctionne, je vais tenter aussi. » Parfois, c’est vrai, ça peut procurer de la frustration, mais dans ces cas-là, il faut vraiment bien choisir les comptes que l’on suit.

De mon côté, c’était important de partager et de témoigner sur ce qui marchait pour moi. Ça m’a boostée, ça m’a permis de prendre confiance en moi et j’étais heureuse de pouvoir apporter quelque chose aux autres. Même si je ne suis pas une pro, je pouvais donner des conseils ou du moins apporter une expérience sur ma perte de poids et les bienfaits du sport. C’est incroyable de se dire qu’on peut être, pour certains, un modèle…»

Agathe en mouvement, ça se passe comme ça !

 

  • Pour prendre de la graine du parcours sportif motivant de Agathe, c’est sur son site internet
  • Pour la suivre dans ses grandes foulées au jour le jour, direction son compte Instagram
Modaliza

D'autres épisodes de "Running, après quoi courent les filles ?"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elles aussi sont inspirantes...

Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »
Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Marie-Laurence

Marie-Laurence : « En retrouvant le terrain du sport, j’ai retrouvé comme une lumière en moi… »

Marie-Laurence est totalement ÀBLOCK ! sur le sport depuis le plus jeune âge. Avec lui, elle a trouvé sa bouée de sauvetage, un moyen de canaliser son énergie. Mais c’est avec le football américain qu’elle a définitivement plaqué au sol tous ses conditionnements de vie : maintenant, le sport est un pur plaisir dans lequel elle s’engage à fond, comme une professionnelle. Elle souhaite passer le ballon aux plus jeunes, filles comme garçons : le sport peut changer des vies !

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »
Pink Power Team

Stéphanie : « Le permis moto, ça a été le début de mon émancipation. »

Rien ne prédestinait Stéphanie à devenir une motarde semi-pro rugissante. Pourtant, même une grave blessure n’aura pas abîmé sa passion de la vitesse. Cheveux roses, motos qui dépotent, elle ne lâche pas son rêve et le transmet à d’autres filles qui, comme elle, roulent des mécaniques sur les circuits amateurs mais, cette fois, en karting. La Pink Power Team est de sortie, faites place !

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Angélique : « En entrant à l’armée, je suis devenue accro au sport. »

Une warrior, une Amazone, Wonder Woman en chair et en os. Angélique Chetaneau est infirmière militaire et championne de courses d’obstacles, les Spartan Race, qui sont un peu les douze travaux d’Hercule à l’ère moderne. Sa puissance, elle se la forge à coup d’entraînements solides et surtout d’un mental d’acier. Angélique a trouvé comment être invincible.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Ed Temple

Ed Temple, la légende masculine du sprint féminin

Il est l’un des plus grands entraîneurs que les États-Unis aient connu. Avec ses Tigerbelles, une équipe d’athlètes afro-américaines du Tennessee, Ed Temple a porté l’athlétisme féminin au pinacle et fait entrer la Perle noire, Wilma Rudolph, ou encore Wyomia Tyus alias Skeeter, dans l’histoire.

Lire plus »
Esther Vergeer, la légende vivante du tennis fauteuil

Esther Vergeer, la légende vivante du tennis fauteuil

Comportement exemplaire, talent incontestable et records de victoires, Esther Vergeer est la référence néerlandaise du handisport. Sur les courts de tennis, lorsqu’elle prépare les athlètes pour les Jeux Paralympiques ou au sein de sa fondation, elle incarne parfaitement son rôle de pionnière, faisant de son handicap une force. Portrait d’une championne au mental de guerrière.

Lire plus »
sport feminin

Le sport féminin ? En pleine lucarne !

L’été dernier, les records d’audience de la Coupe du monde féminine de foot et quelques mois plus tôt du Championnat d’Europe de handball féminin à la télévision ont prouvé que le public se passionnait de plus en plus pour les compétitions féminines. Et les dernières études ne font que réaffirmer cette réelle tendance. Pour autant, les jeux ne sont pas faits. Décryptage.

Lire plus »
Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis

Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis

Championne paralympique de judo en 2016, à Rio, deux fois médaillée d’argent et douze fois Championne de France, Sandrine Martinet, porte-drapeau de la délégation française aux Jeux Paralympiques qui débutent le 24 août, est une incontournable du parajudo qui s’avance, plus forte que jamais, sur le tatami pour ses cinquièmes Jeux. Attention, elle va faire ippon à Tokyo 2021 !

Lire plus »
Émilie le Fur

Émilie Le Fur : « Les sports mécaniques font partie du monde d’avant, il faut les repenser…»

Après plus de dix ans à évoluer en F1, moto et rallye, Émilie Le Fur a choisi d’emprunter une voie plus verte. La triple Championne d’Europe Xterra, ancienne ingénieure piste et essais des pilotes Sébastien Loeb ou encore Sébastien Ogier, s’est reconvertie dans l’alimentation durable et milite pour une pratique sportive plus écologique. Rencontre avec une fille nature.

Lire plus »
Audrey Tanguy

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Nostalgie pré-JO avec nos championnes du passé, confidences sportives avec une ultra-traileuse inoxydable (Audrey Tanguy, notre photo), échanges de haut vol avec une championne de saut à ski ou encore pionnières contemporaines dans des milieux de mecs, on est ÀBLOCK! et on aime ça ! Petit tour d’horizon de nos sujets de la semaine passée, mais toujours d’actu…

Lire plus »
Camille Prigent

Camille Prigent : « Le kayak, ça t’apprend la résilience… »

Tombée dans la marmite tourbillonnante du kayak quand elle était petite, la kayakiste de 22 ans semble voler sur l’eau depuis son titre aux JO de la Jeunesse et ses victoires en championnats nationaux, européens et mondiaux. La tête sur les épaules et armée d’une motivation sans faille, Camille Prigent trace avec détermination son sillon pour Paris 2024.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner