Agathe : « La course m’a appris à ne plus fuir la difficulté. Je n’abandonne plus, je fonce ! »Runneuse, 31 ans, graphiste

Agathe Runs Bordeaux
Jamais elle n’aurait imaginé se sentir aussi bien dans ses baskets. Dans tous les sens du terme. Agathe est devenue addict à la course à pied après avoir commencé le running pour perdre ses kilos en trop. Aujourd’hui, elle s’offre des shoots d’adrénaline en multipliant les marathons. Une aventureuse profondément inspirante qui donne envie de parcourir le monde à grandes foulées pour mieux se réconcilier avec soi-même.

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 11 janvier 2021 à 11h22, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h31

« Quand j’ai commencé le sport, je n’étais bien que dans l’eau… Courir ? Je ne voulais pas en entendre parler. J’ai fait de la natation en compétition pendant dix ans tout au long de mon adolescence. Quand j’ai arrêté, c’était pour me consacrer à mes études puis à mon boulot. Comme j’ai mis un peu de temps à me stabiliser dans mon milieu professionnel, ça a influé sur mon équilibre personnel et le sport n’était alors plus dans mes priorités.

La conséquence de tout ça ? Une importante prise de poids. Je faisais plus de 90 kilos pour 1,65m. Même si je n’étais pas dans une obésité morbide, les chiffres de l’IMC étaient là et, de toute évidence, je ne me sentais pas bien dans mon corps.

©Modaliza

Le déclic, ça a été en 2016, quand j’ai signé mon CDI comme graphiste dans un club de rugby professionnel à Bordeaux. J’avais enfin trouvé une stabilité, ça se passait bien et j’évoluais dans un lieu et milieu où le sport était évidemment omniprésent. Le petit coup de pouce ? En tant qu’employée, j’ai eu droit à une carte de sport gratuite. Mine de rien, le coût est souvent un frein à la pratique du sport. Comme il était levé, je me suis dit « Pourquoi pas ! » Et quand je me lance dans un truc, je m’y mets à fond donc… ça a été un cercle vertueux.

J’ai fait attention à ce que je mangeais sans pour autant suivre de régime strict, un rééquilibrage alimentaire en fait grâce à une application sur laquelle je notais ce que je mangeais dans la journée. Je gardais cependant toujours le côté plaisir lors de quelques repas dans la semaine. J’ai perdu très vite, mes collègues étaient impressionnés, je fondais à vue d’œil !

Car, en parallèle, j’avais un meilleur rythme de vie qui incluait la reprise du sport : beaucoup de salle, des cours collectifs qui m’empêchaient de filer avant la fin et de la musculation pour continuer à brûler des calories. J’ai perdu trente kilos en sept mois.

 

©Modaliza

Je n’ai pas commencé la course à pied tout de suite. Je me souviens du déclic comme si c’était hier. On était en novembre, aux alentours de 18h, il faisait nuit, hyper froid, je n’étais pas très motivée pour aller à la salle qui se trouvait un peu loin de chez moi.

Alors je me suis dit : « Je vais enfiler mes baskets et je vais aller courir ! ». Au début, je ne faisais que 30 minutes et puis je me suis mise à faire 2/3 séances de running par semaine et le weekend, toujours dans mon optique de perte de poids. Je pense que j’y ai tout de suite trouvé un certain plaisir car sinon je n’aurais pas continué !

C’est à ce moment-là que les collègues m’ont dit que j’allais pouvoir m’inscrire au semi-marathon de Bordeaux ! Moi, quand on me challenge, ça marche ! Et j’ai couru…

©Modaliza

J’ai acheté de vraies baskets, une montre connectée, je me suis entraînée via un programme pendant deux mois, toute seule. J’ai vraiment pris du plaisir à faire ça, du début à la fin, et j’ai même fait un bon temps le jour J !

Un mois après, je faisais le semi-marathon de Poitiers et ainsi de suite. J’ai adoré collectionner les médailles, je me suis lancée comme ça, c’était vraiment du plaisir.

L’année suivante, je me suis inscrite sur un marathon. Je pensais être capable de m’y préparer toute seule, mais j’ai fait des erreurs et, un mois avant la course, je me suis blessée, je pleurais de douleur. Je me suis fait une tendinite du long fibulaire. J’ai dû faire de la rééducation pendant quelques mois, j’ai changé de baskets, j’ai porté des semelles… Ça s’est guéri et j’ai repris les courses.

©Jordan Billard

J’ai eu envie de me challenger pour ne pas me reposer sur ces difficultés et, en 2018, j’ai commencé à penser au projet du marathon de la Grande Muraille de Chine (plus de 5000 marches à gravir !). J’adore pratiquer ma passion en voyageant – j’ai participé à des courses aux Pays-Bas ou encore en Norvège. Mais la Grande Muraille… c’est un très gros défi, l’un des marathons les plus durs au monde.

J’ai donc commencé à me faire accompagner par des préparateurs, physique et mental, pour mettre toutes les chances de mon côté. J’ai aussi monté un dossier pour trouver des financements, des partenaires. L’entraînement était plutôt exigeant, 4 à 5 séances par semaine à conjuguer avec mon boulot. Avec le Coronavirus, j’ai dû abandonner le projet pour 2020. Ça a été une grosse déception et un peu de découragement car j’avais énormément bossé et tout était préparé, réservé… Mais ce qui m’a tenue, c’est que j’ai eu la chance de faire d’autres courses depuis cette annulation.

©Modaliza

L’une d’entre elles a agi comme un tournant dans ma pratique et, malgré la difficulté, a été un enseignement pour la suite. C’était le marathon de Bilbao, en Espagne, en octobre 2020. Il a lieu de nuit et, là, il pleuvait des cordes, j’avais mes règles, il n’y avait pas de public au bord de la route, le parcours était horrible ! Bref, c’était loin d’être tout beau tout rose ! Pourtant, je préfère ça car je peux m’en servir sur le plan du mental maintenant : j’ai eu un gros passage à vide pendant environ dix kilomètres, il me devenait impossible de continuer à courir, je n’avais plus de jambes et j’étais tellement trempée que mon sac à dos rajoutait du poids à celui de mon corps épuisé.

À cinq kilomètres de la fin, la voiture-balai m’a proposé d’abandonner ou alors il me fallait aller plus vite car ils allaient bientôt démonter la ligne d’arrivée. Tout ça pour rien ? Il en était hors de question. Alors, j’ai accéléré. Et je serais incapable de dire où je suis allée chercher cette énergie ! J’ai passé la ligne d’arrivée pile au bon moment et j’ai pu récupérer ma médaille. Ce sont les moments difficiles qui nous forgent et j’ai compris que j’avais des ressources incroyables.

 

©DR

Le fait de courir m’a permis de trouver un équilibre dans ma vie, de m’épanouir dans autre chose que dans mon boulot et d’y être d’ailleurs plus efficace. Maintenant, grâce au sport et au running, quand je suis face à une difficulté, au lieu d’abandonner, je fonce et ça repart ! Je me réfère toujours à ça désormais et ça m’aide à avancer dans la vie de tous les jours.

En fait, en courant, tu sens lorsque les endorphines sont lâchées, et là t’es tellement bien ! Enfiler mes baskets et y aller, ça me permet d’évacuer le stress et la frustration de la journée. Depuis que j’ai quitté Bordeaux centre pour la campagne alentour, c’est encore mieux parce que je cours dans les vignes…

Depuis cet été, j’ai la chance d’être coachée par Marine Leleu qui s’est installée à Bordeaux. Elle correspond exactement à ce que je cherchais : un coaching centré sur l’humain. En plus, on avait toutes les deux le même objectif, celui de participer au marathon de la Grande Muraille de Chine et elle me prépare pour mai 2021. Si ce n’est pas maintenu, je réfléchirai à un raid féminin. J’ai envie de partager une course, j’aime l’idée de se surpasser à plusieurs !

©DR

Les courses, les semi-marathons et marathons, me permettent de sortir de ma zone de confort, de me surpasser. C’est un travail exigeant dans lequel toute la phase de préparation en amont est hyper intéressante sur tous les plans, physique et mental. La course n’est pas une fin une soi, ce qui est formateur, c’est tout ce qu’il faut mettre en œuvre avant pour y arriver. Sans se mettre trop de pression car en partant tout de suite sur de gros objectifs, on risque de se décourager et on va avoir tendance à se dire qu’on n’y arrivera pas.

Mon conseil pour se lancer dans le défi du sport, c’est de se fixer des petits objectifs intermédiaires, c’est plus motivant ! Personnellement, concernant ma perte de poids, je savais que ça ne se ferait pas du jour au lendemain, j’ai accepté que ça prenne du temps et les choses se sont faites peu à peu.

©Jordan Billard

Ce qui peut aider aussi, c’est la communauté que l’on se crée ou que l’on suit sur les réseaux sociaux. Elle m’a accompagnée dans ma perte de poids et m’a inspirée car je me disais : « Cette fille va à sa séance de sport, ça fonctionne, je vais tenter aussi. » Parfois, c’est vrai, ça peut procurer de la frustration, mais dans ces cas-là, il faut vraiment bien choisir les comptes que l’on suit.

De mon côté, c’était important de partager et de témoigner sur ce qui marchait pour moi. Ça m’a boostée, ça m’a permis de prendre confiance en moi et j’étais heureuse de pouvoir apporter quelque chose aux autres. Même si je ne suis pas une pro, je pouvais donner des conseils ou du moins apporter une expérience sur ma perte de poids et les bienfaits du sport. C’est incroyable de se dire qu’on peut être, pour certains, un modèle…»

Agathe en mouvement, ça se passe comme ça !

 

  • Pour prendre de la graine du parcours sportif motivant de Agathe, c’est sur son site internet
  • Pour la suivre dans ses grandes foulées au jour le jour, direction son compte Instagram
Modaliza

D'autres épisodes de "Running, après quoi courent les filles ?"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Elle s’est engagée dans un marathon à vélo de vingt-et-un jours et plus de 3 300 kilomètres ! Julia Favresse fait partie des neuf cyclistes retenues par l’association « Donnons des elles au vélo J-1 » pour parcourir les étapes du Tour de France un jour avant le peloton hommes. Un défi sportif XXL pour la Beauvaisienne dont l’ambition, à terme, est de développer le sport féminin dans les Hauts-de-France.

Lire plus »
Camille : « Le sport outdoor me permet de revenir à l'essentiel.»

Camille : « Le sport outdoor, ça permet de revenir à l’essentiel.»

Elle a quitté Paris et une vie confortable sur un coup de tête. Camille Dubois-Leipp s’est installée à Annecy avec l’envie de profiter, chaque jour, d’un terrain de jeu naturel propice à la pratique sportive. Une passionnée des grands espaces qui a mis à profit ce nouveau départ pour créer Outtrip, une plateforme dont l’ambition est de rendre les activités de pleine nature plus accessibles et plus inclusives.

Lire plus »
Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Elle a découvert ce sport acrobatique par hasard. Et n’a plus jamais cessé de pratiquer depuis. Adélaïde Gandrille, traceuse et présidente de l’association Pink Parkour, a trouvé dans le PK comme on appelle le parkour chez les initiés, un moyen de s’épanouir, physiquement et intellectuellement. Témoignage d’une fille qui sait comment franchir tous les obstacles.

Lire plus »
Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »
« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Le questionnaire sportif de… Lucie Tumoine

Le questionnaire sportif de… Lucie Tumoine

Championne du monde en équipe, vice-championne du monde en individuel. Le 19 novembre, aux Mondiaux de gymnastique à Bakou en Azerbaïdjan, Lucie Tumoine, reine du tumbling, s’offrait le Monde après l’Europe. À Sotchi, en avril dernier, elle raflait en effet la médaille d’or aux Championnats d’Europe avec ses co-équipières. À peine sortie de la piste, elle a répondu à notre petit questionnaire proustien sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
Madeleine Larcheron

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une footballeuse à la détermination sans faille, une tireuse qui ne compte pas louper sa cible à Tokyo, une nageuse olympique de légende, deux skateuses qui vont “rider“ dur aux Jeux (dont Madeleine Larcheron sur notre photo), un 5 infos sur la porte-drapeau française, une course en treillis et un camp sportif pour l’été, c’est la séance ÀBLOCK! de rattrapage !

Lire plus »
Il était une fois le tir à l’arc… féminin

Il était une fois le tir à l’arc… féminin

Les femmes ont manié l’arc dès la Grèce Antique… De cette époque à la naissance des premières championnes, l’archerie s’est toujours composée au féminin. À l’occasion de la Coupe du Monde organisée du 21 au 26 juin à Paris, retour sur ces archères qui ont tiré en plein dans le mille.

Lire plus »

Y a-t-il une vie après le sport ?

Elles ont été des championnes, elles ont gagné, ont tout donné. Puis vint le temps de raccrocher. Comment alors se reconstruire, envisager une autre sorte de victoire : le retour à une vie ordinaire ?

Lire plus »
Tour de France femmes 2022 : la razzia orange

Tour de France femmes 2022 : le recap’

Le Tour de France Femmes vient de s’achever sur le sacre de la Néerlandaise Annemiek Van Vleuten. Les cyclistes oranges ont tout ramassé sur la Grande Boucle malgré des Françaises en forme et qui reviendront plus fortes. Si on faisait le Tour de cette première édition ?

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner