Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email
Agathe Runs Bordeaux

Agathe : « La course m’a appris à ne plus fuir la difficulté. Je n’abandonne plus, je fonce ! »

Runneuse, 31 ans, graphiste

Jamais elle n’aurait imaginé se sentir aussi bien dans ses baskets. Dans tous les sens du terme. Agathe est devenue addict à la course à pied après avoir commencé le running pour perdre ses kilos en trop. Aujourd’hui, elle s’offre des shoots d’adrénaline en multipliant les marathons. Une aventureuse profondément inspirante qui donne envie de parcourir le monde à grandes foulées pour mieux se réconcilier avec soi-même.

« Quand j’ai commencé le sport, je n’étais bien que dans l’eau… Courir ? Je ne voulais pas en entendre parler. J’ai fait de la natation en compétition pendant dix ans tout au long de mon adolescence. Quand j’ai arrêté, c’était pour me consacrer à mes études puis à mon boulot. Comme j’ai mis un peu de temps à me stabiliser dans mon milieu professionnel, ça a influé sur mon équilibre personnel et le sport n’était alors plus dans mes priorités.

La conséquence de tout ça ? Une importante prise de poids. Je faisais plus de 90 kilos pour 1,65m. Même si je n’étais pas dans une obésité morbide, les chiffres de l’IMC étaient là et, de toute évidence, je ne me sentais pas bien dans mon corps.

©Modaliza

Le déclic, ça a été en 2016, quand j’ai signé mon CDI comme graphiste dans un club de rugby professionnel à Bordeaux. J’avais enfin trouvé une stabilité, ça se passait bien et j’évoluais dans un lieu et milieu où le sport était évidemment omniprésent. Le petit coup de pouce ? En tant qu’employée, j’ai eu droit à une carte de sport gratuite. Mine de rien, le coût est souvent un frein à la pratique du sport. Comme il était levé, je me suis dit « Pourquoi pas ! » Et quand je me lance dans un truc, je m’y mets à fond donc… ça a été un cercle vertueux.

J’ai fait attention à ce que je mangeais sans pour autant suivre de régime strict, un rééquilibrage alimentaire en fait grâce à une application sur laquelle je notais ce que je mangeais dans la journée. Je gardais cependant toujours le côté plaisir lors de quelques repas dans la semaine. J’ai perdu très vite, mes collègues étaient impressionnés, je fondais à vue d’œil !

Car, en parallèle, j’avais un meilleur rythme de vie qui incluait la reprise du sport : beaucoup de salle, des cours collectifs qui m’empêchaient de filer avant la fin et de la musculation pour continuer à brûler des calories. J’ai perdu trente kilos en sept mois.

 

©Modaliza

Je n’ai pas commencé la course à pied tout de suite. Je me souviens du déclic comme si c’était hier. On était en novembre, aux alentours de 18h, il faisait nuit, hyper froid, je n’étais pas très motivée pour aller à la salle qui se trouvait un peu loin de chez moi.

Alors je me suis dit : « Je vais enfiler mes baskets et je vais aller courir ! ». Au début, je ne faisais que 30 minutes et puis je me suis mise à faire 2/3 séances de running par semaine et le weekend, toujours dans mon optique de perte de poids. Je pense que j’y ai tout de suite trouvé un certain plaisir car sinon je n’aurais pas continué !

C’est à ce moment-là que les collègues m’ont dit que j’allais pouvoir m’inscrire au semi-marathon de Bordeaux ! Moi, quand on me challenge, ça marche ! Et j’ai couru…

©Modaliza

J’ai acheté de vraies baskets, une montre connectée, je me suis entraînée via un programme pendant deux mois, toute seule. J’ai vraiment pris du plaisir à faire ça, du début à la fin, et j’ai même fait un bon temps le jour J !

Un mois après, je faisais le semi-marathon de Poitiers et ainsi de suite. J’ai adoré collectionner les médailles, je me suis lancée comme ça, c’était vraiment du plaisir.

L’année suivante, je me suis inscrite sur un marathon. Je pensais être capable de m’y préparer toute seule, mais j’ai fait des erreurs et, un mois avant la course, je me suis blessée, je pleurais de douleur. Je me suis fait une tendinite du long fibulaire. J’ai dû faire de la rééducation pendant quelques mois, j’ai changé de baskets, j’ai porté des semelles… Ça s’est guéri et j’ai repris les courses.

©Jordan Billard

J’ai eu envie de me challenger pour ne pas me reposer sur ces difficultés et, en 2018, j’ai commencé à penser au projet du marathon de la Grande Muraille de Chine (plus de 5000 marches à gravir !). J’adore pratiquer ma passion en voyageant – j’ai participé à des courses aux Pays-Bas ou encore en Norvège. Mais la Grande Muraille… c’est un très gros défi, l’un des marathons les plus durs au monde.

J’ai donc commencé à me faire accompagner par des préparateurs, physique et mental, pour mettre toutes les chances de mon côté. J’ai aussi monté un dossier pour trouver des financements, des partenaires. L’entraînement était plutôt exigeant, 4 à 5 séances par semaine à conjuguer avec mon boulot. Avec le Coronavirus, j’ai dû abandonner le projet pour 2020. Ça a été une grosse déception et un peu de découragement car j’avais énormément bossé et tout était préparé, réservé… Mais ce qui m’a tenue, c’est que j’ai eu la chance de faire d’autres courses depuis cette annulation.

©Modaliza

L’une d’entre elles a agi comme un tournant dans ma pratique et, malgré la difficulté, a été un enseignement pour la suite. C’était le marathon de Bilbao, en Espagne, en octobre 2020. Il a lieu de nuit et, là, il pleuvait des cordes, j’avais mes règles, il n’y avait pas de public au bord de la route, le parcours était horrible ! Bref, c’était loin d’être tout beau tout rose ! Pourtant, je préfère ça car je peux m’en servir sur le plan du mental maintenant : j’ai eu un gros passage à vide pendant environ dix kilomètres, il me devenait impossible de continuer à courir, je n’avais plus de jambes et j’étais tellement trempée que mon sac à dos rajoutait du poids à celui de mon corps épuisé.

À cinq kilomètres de la fin, la voiture-balai m’a proposé d’abandonner ou alors il me fallait aller plus vite car ils allaient bientôt démonter la ligne d’arrivée. Tout ça pour rien ? Il en était hors de question. Alors, j’ai accéléré. Et je serais incapable de dire où je suis allée chercher cette énergie ! J’ai passé la ligne d’arrivée pile au bon moment et j’ai pu récupérer ma médaille. Ce sont les moments difficiles qui nous forgent et j’ai compris que j’avais des ressources incroyables.

 

©DR

Le fait de courir m’a permis de trouver un équilibre dans ma vie, de m’épanouir dans autre chose que dans mon boulot et d’y être d’ailleurs plus efficace. Maintenant, grâce au sport et au running, quand je suis face à une difficulté, au lieu d’abandonner, je fonce et ça repart ! Je me réfère toujours à ça désormais et ça m’aide à avancer dans la vie de tous les jours.

En fait, en courant, tu sens lorsque les endorphines sont lâchées, et là t’es tellement bien ! Enfiler mes baskets et y aller, ça me permet d’évacuer le stress et la frustration de la journée. Depuis que j’ai quitté Bordeaux centre pour la campagne alentour, c’est encore mieux parce que je cours dans les vignes…

Depuis cet été, j’ai la chance d’être coachée par Marine Leleu qui s’est installée à Bordeaux. Elle correspond exactement à ce que je cherchais : un coaching centré sur l’humain. En plus, on avait toutes les deux le même objectif, celui de participer au marathon de la Grande Muraille de Chine et elle me prépare pour mai 2021. Si ce n’est pas maintenu, je réfléchirai à un raid féminin. J’ai envie de partager une course, j’aime l’idée de se surpasser à plusieurs !

©DR

Les courses, les semi-marathons et marathons, me permettent de sortir de ma zone de confort, de me surpasser. C’est un travail exigeant dans lequel toute la phase de préparation en amont est hyper intéressante sur tous les plans, physique et mental. La course n’est pas une fin une soi, ce qui est formateur, c’est tout ce qu’il faut mettre en œuvre avant pour y arriver. Sans se mettre trop de pression car en partant tout de suite sur de gros objectifs, on risque de se décourager et on va avoir tendance à se dire qu’on n’y arrivera pas.

Mon conseil pour se lancer dans le défi du sport, c’est de se fixer des petits objectifs intermédiaires, c’est plus motivant ! Personnellement, concernant ma perte de poids, je savais que ça ne se ferait pas du jour au lendemain, j’ai accepté que ça prenne du temps et les choses se sont faites peu à peu.

©Jordan Billard

Ce qui peut aider aussi, c’est la communauté que l’on se crée ou que l’on suit sur les réseaux sociaux. Elle m’a accompagnée dans ma perte de poids et m’a inspirée car je me disais : « Cette fille va à sa séance de sport, ça fonctionne, je vais tenter aussi. » Parfois, c’est vrai, ça peut procurer de la frustration, mais dans ces cas-là, il faut vraiment bien choisir les comptes que l’on suit.

De mon côté, c’était important de partager et de témoigner sur ce qui marchait pour moi. Ça m’a boostée, ça m’a permis de prendre confiance en moi et j’étais heureuse de pouvoir apporter quelque chose aux autres. Même si je ne suis pas une pro, je pouvais donner des conseils ou du moins apporter une expérience sur ma perte de poids et les bienfaits du sport. C’est incroyable de se dire qu’on peut être, pour certains, un modèle…»

Agathe en mouvement, ça se passe comme ça !

 

  • Pour prendre de la graine du parcours sportif motivant de Agathe, c’est sur son site internet
  • Pour la suivre dans ses grandes foulées au jour le jour, direction son compte Instagram
Modaliza
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous...)

Elles aussi sont inspirantes...

Angélique : « Éduquer par le sport, c’est aussi casser les clichés. »

Elle permet à tous d’accéder à une activité sportive. Angélique est éducatrice sportive en collectivité territoriale dans un milieu rural où les installations sportives peuvent venir à manquer. Elle apporte son savoir-faire, son matériel et son naturel généreux aux enfants qui découvrent alors une activité amusante et enrichissante en-dehors des heures d’école. Une belle école de la vie… sur des rollers ou dans une sacrée partie de hockey !

Lire plus »
Sophie Carpentier

Sophie Carpentier : « Dans la médecine comme dans le sport, il faut que les femmes y aillent ! »

Médecin de l’équipe féminine de rugby Rouen, elle a aussi été celui de l’équipe de France de rugby feminin, d’abord des moins de 20 ans puis de France Feminine. Militante du sport santé, Sophie Carpentier n’a pas hésité, il y a quelques années, à se spécialiser dans le sport pour apporter à son quotidien médical un souffle nouveau. Et de prouver que les femmes ont toute leur place dans un métier encore trop souvent conjugué au masculin.

Lire plus »
Mélanie Briot

Mélanie Briot : « Gérer une équipe de mecs et l’adrénaline pendant les courses… C’est sport ! »

Pionnière dans un monde de mecs. Seule femme dans le cyclisme à être devenue directrice sportive d’une équipe de Nationale 1, Dinan Sport Cycling, Mélanie est une passionnée de vélo depuis toujours. Vivre au plus près des courses cyclistes, voilà ce qui la motive à partir sur la route toute la sainte journée. Et elle pourrait bien entraîner d’autres filles à prendre ce virage nécessaire pour la féminisation des métiers du sport…

Lire plus »
Mathilde Mignier

Mathilde Mignier : « Ce que j’apprends à mes élèves résonne avec mon parcours de championne… »

Pour elle, le sport c’est comme un jeu, mais un jeu sérieux. Montée sur un ring très jeune, rien ne peut mettre cette fille K.O. Triple championne du monde de savate boxe française, multi championne de France et d’Europe, Mathilde Mignier est aussi prof d’EPS. Une double vie sportive, en solo et avec ses élèves, toujours tournée vers le sport plaisir, passion et… progression !

Lire plus »

Julie Cukierman : « J’aime transmettre le goût de l’effort, la volonté d’aller au bout de soi-même… »

Elle a le sport dans la peau. Une passion jubilatoire qu’elle transmet à merveille, elle qui rêve de prouver que nous sommes tous des sportifs dans l’âme. Préparateur sportif d’athlètes de haut niveau, Julie pratique un métier dans lequel les femmes sont peu nombreuses. Et elle s’y sent bien. Également coach (à ne pas confondre !), elle nous raconte son quotidien entre grands champions et sportifs amateurs.

Lire plus »
Fanny Caspar

Fanny : « Quelques minutes sur des skis et c’est le bonheur infini… »

Le ski pour passion, la montagne comme inspiration, les femmes par conviction. Championne du monde junior et multi-championne de France de ski de bosses, membre de l’équipe de France de freestyle dès ses 15 ans, coach de l’équipe d’Australie, Fanny Caspar a eu plusieurs vies sur ses skis. Résiliente après deux genoux cassés et un arrêt brutal de sa carrière, la montagnarde partage désormais son expérience avec les autres femmes en les poussant à croire en elles via les sports de glisse. Témoignage survitaminé.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Jessi Combs

Jessi Combs, la femme-badass la plus rapide de la planète

Sa vie de pionnière, elle l’a vécue à cent à l’heure, entre sa passion pour la mécanique et son goût pour la vitesse. Tragiquement décédée l’an dernier à l’âge de 39 ans, celle qui fut “la femme la plus rapide du monde” était une casse-cou féministe un peu dingue mais adorable. Elle restera à jamais dans la course. Moteur !

Lire plus »
louise lenoble highline

Louise Lenoble – Totalement perchée

Grande prêtresse de la highline, elle passe sa vie à marcher sur des sangles au-dessus du vide, là où le vent l’emporte. Le monde lui tend les bras et elle nous raconte son histoire, celle d’une étudiante en médecine devenue nomade pour s’offrir une existence vertigineuse. Zoom sur une fille d’exception. 

Lire plus »
Jessy Trémoulière

Jessy Trémoulière : « Le rugby m’a fait grandir. »

Elle a à peine 30 ans, mais déjà une riche carrière derrière elle. L’Auvergnate Jessy Trémoulière, devenue une figure incontournable du paysage rugbystique international, vient d’être sacrée meilleure joueuse de la décennie, deux ans après avoir été élue meilleure joueuse du monde, rien que ça ! Rencontre avec une fille qui sait merveilleusement transformer l’essai.

Lire plus »