Tatiana : « Je me suis lancée dans le trail car je n’aimais pas courir ! Ça a ouvert en moi des portes insoupçonnées. »

Adepte de trail et de HIIT, 30 ans, juriste en immobilier

Kawah Ijengimp

Propos recueillis par Valérie Domain

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

«  Je pourrais dire que le sport coule dans mes veines. Dès toute petite, j’ai fait de la gymnastique sportive et du tennis. La gym étant devenue ma passion, j’ai arrêté le tennis pour me consacrer à 100 % à ce sport. Je dis à 100 % puisque je suis montée à vingt-deux heures de gymnastique par semaine.

Ce n’était pas un sport étude, plutôt une sorte de classe aménagée avec des horaires nous permettant d’aller nous entraîner dans la journée en plus du soir.

 

“ J’étais une vraie passionnée. Passionnée par l’effort et la précision que cela impliquait. ”

 

Puis, à la fin du lycée le rythme école/sport devenait trop intense. Parce que je ne voulais pas régresser en gymnastique, j’ai décidé d’arrêter.

Equilibre

Et je me suis tournée vers le taïkwendo, pour accompagner une amie, davantage que par coup de cœur. Finalement, je l’ai pratiqué pendant trois ans.

Je me suis rendue compte qu’au sortir de la gym, après tant de passion, il était difficile de retrouver cette petite flamme… 

 

“ Mais j’aimais bien l’idée que ce sport ne soit pas vu comme un ‘sport de fille’. Je déteste ce genre de distinction. ”

 

En fac de droit, j’ai cherché une association sportive, pour rencontrer des gens, pour partager, me défouler. Je suis tombée sur des filles qui cherchaient à renflouer leur équipe de rugby à 7. J’ai dit «  go ».

Se faire mal, ça m’attirait, mais j’avoue que je flippais un peu aussi. Et à raison : pendant les matchs, on tombait contre des filles en STAPS option rugby ! Autant vous dire qu’on a perdu un sacré bon nombre de fois… Ça apprend à perdre et à se remettre en question.

Et on profite des après-matchs : les 3e mi-temps étaient plus que sympas. Ce n’est pas un mythe !

Tuck Jumpgimp

Après le rugby à 7, j’ai testé le rugby à XV  !  J’étais en Irlande pour une année d’études et je jouais avec des nanas qui se débrouillaient vraiment bien ! J’ai aussi fait du trampoline, histoire de retrouver un peu les sensations de la gym. Très cool ! 

 

“ Mon retour en France a été plus délicat, le sport n’était plus ma priorité. ”

 

Je ne sais pas vraiment pourquoi. Par  manque de temps, par manque d’envie. Je faisais quelques cours de fitness, de temps en temps, juste pour décompresser. Puis, j’ai travaillé dans une boite qui mettait une salle à notre disposition. J’ai fini par y aller tous les midis.  Avec une collègue, on a décidé de se lancer dans la réalisation d’un trail de 15 km.

Moutain Climbergimp

 Je me suis lancée ce défi précisément parce que je n’aime pas courir. Je voulais voir si j’en étais capable. Heureusement qu’on était deux ! On l’a fait !

 

“ Pour certains, ce n’est pas un exploit, mais moi j’étais très fière et après tout, c’est tout ce qui compte. On le fait pour nous, pas pour les autres. ”

 

Ça a ouvert en moi des portes insoupçonnées.

L’année dernière, je suis partie quatre mois en Asie, seule avec mon sac sur le dos. Un super voyage, mais le sport m’a beaucoup manqué. Je n’ai pas réussi là-bas à me motiver à pratiquer, par manque de repère, par manque de routine peut-être. Car le sport quotidien s’insère à mon sens dans un minimum de routine pour pouvoir s’y tenir. 

Squat Jumpgimp

Mais j’ai quand-même vécu une super expérience. On le voit sur la photo où je saute de joie (en ouverture de cet article, ndlr) à la sortie du Cratère Kawah Ijen, volcan en Indonésie, dont la descente se fait de nuit avec une lampe frontale et un masque à gaz. Cette photo représente beaucoup pour moi : la liberté, le fait d’être allée au bout de mon rêve, celui de partir voyager seule. Et quelque chose d’incroyable : descendre dans le cratère d’un volcan.

 

“ Cette photo me fait ressentir ce que le sport m’apporte : la liberté, l’accomplissement et la fierté. ”

 

Puis, il y a eu le confinement. Comment tenir dans mon appartement  ? En me remettant au sport !

Mon frère est coach sportif, j’ai donc décidé de suivre ses cours sur Instagram. Il fait du HIIT. J’ai adoré ! Et ça me rappelle un peu la gym dans les placements de corps et l’intensité de l’effort. Je le fais pour moi, je sens que ça me fait du bien, j’adore essayer d’aller toujours plus loin, d’aller puiser dans mes réserves. La tonicité de mon corps me permet de me sentir plus ancrée, d’avoir plus de confiance en moi.

Parfois, c’est vrai, j’ai envie de rester sur mon canapé, mais quel plaisir, quelle fierté de ne pas m’être laissée aller, d’avoir fait ma séance !

“ Je me dis aussi que si ça me procure autant de plaisir, ce sera pareil pour d’autres. ”

C’est pourquoi j’avais envie de témoigner sur ÀBLOCK! Pour passer le message…

Parce que, souvent, on ne sait pas de quoi on est capable.

Si on arrive à se dépasser dans le sport, alors on se sentira capable  de surmonter les obstacles de la vie. »

Si, comme Tatiana, vous souhaitez témoigner de votre passion pour le sport, racontez-nous votre histoire sur contact@ablock.fr 💪

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elles aussi sont inspirantes...

Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Angélique : « En entrant à l’armée, je suis devenue accro au sport. »

Une warrior, une Amazone, Wonder Woman en chair et en os. Angélique Chetaneau est infirmière militaire et championne de courses d’obstacles, les Spartan Race, qui sont un peu les douze travaux d’Hercule à l’ère moderne. Sa puissance, elle se la forge à coup d’entraînements solides et surtout d’un mental d’acier. Angélique a trouvé comment être invincible.

Lire plus »
Vanessa Guerreiro

Vanessa : « Au début, le yoga, j’ai détesté ! »

Elle a travaillé dans le marketing et dans la restauration, mais c’était dans une autre vie. Vanessa Guerreiro a trouvé douceur et sérénité dans la pratique du yoga, une discipline qui l’a aidée à traverser des périodes difficiles. Elle a tout lâché pour l’enseigner. Récit d’un voyage intérieur.

Lire plus »
Yvonnette Hoareau

Yvonnette : « Le hip hop est mon oxygène, il m’a ouverte au monde. »

Son nom nous donnerait presque des envies de bouger. Yvonnette Hoareau Vela Lopez a le hip hop qui lui colle aux basques depuis ses débuts quasi révolutionnaires dans son quartier strasbourgeois. Danseuse, chorégraphe, précurseure du hip hop en Alsace, celle qui se nourrit de tout pour faire progresser sa pratique, n’oublie jamais d’où elle vient et a fait de la transmission son plus beau mouvement. Dénicheuse de nouveaux talents, elle mise tout sur les filles, « la nouvelle génération du hip hop » !

Lire plus »

Pauline : « Au sommet d’une montagne, je me sens à ma place. »

Ado, elle pratiquait déjà le ski de randonnée. Et, depuis, elle n’a jamais cessé de grimper les sommets. Le plus souvent, dans sa région d’adoption, Grenoble.
La montagne, Pauline s’y sent bien, loin de tout esprit de compétition ou de performance. Elle nous partage sa passion. Celle qui la fait vibrer, celle qui l’aide à respirer.

Lire plus »
Audrey Tanguy

Audrey Tanguy : « Savoir que j’ai le trail dans ma vie, ça me rassure. »

Née pour être ultra traileuse. Audrey Tanguy s’est découvert, en 2017, un corps d’athlète inoxydable, endurant et ultra performant. Cette savoyarde avait beau avoir l’habitude de courir les montagnes, elle n’avait pas prévu d’en faire de la compét’. Les kilomètres, les dénivelés, désormais ça lui connaît et rien ne peut l’arrêter. La Diagonale des Fous, la Trace des Ducs de Savoie, le 90 km du Mont Blanc font partie d’une longue liste de courses avalées d’un trait et aux meilleures places. Une vraie tornade sur pattes !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Laetitia Blot

Laetitia Blot : « Je veux que les femmes puissent se dire : elle, elle fait un sport de combat et elle est féminine. »

Elle est montée sur ressorts, elle déborde d’énergie. Laetitia Blot est un phénomène. Après avoir collectionné les titres en judo, en lutte et en sambo, la Française de 37 ans s’est lancée dans le MMA (Mixed Martial Arts). Victorieuse de son premier combat en octobre dernier, elle s’apprête désormais à affronter Marie Loiseau, ce 8 avril, dans le cadre du MMA Grand Prix. Rencontre avec une fille qui s’amuse à mettre « les poings » sur les « i ».

Lire plus »

Nutrition du sportif confiné : l’appel du frigo

Pas facile de savoir comment se nourrir en temps de confinement. Celui qui poursuit sa routine sportive tant bien que mal doit trouver un nouveau moyen de faire le plein d’énergie sans prendre de kilos indésirables. Pas impossible. Les conseils et 3 recettes maison de la diététicienne spécialisée dans la nutrition sportive Marion Lassagne.

Lire plus »
Pauline Ferrand-Prévot

VTT : le cyclisme féminin prend le bon virage

La crise sanitaire est passée par là. Mais si le calendrier de la discipline sportive à deux roues a été sérieusement bousculé, il y a eu plus de peur que de mal pour l’avenir du cyclisme féminin. Les filles tiennent fermement le guidon et ne sont pas prêtes à le lâcher. État des lieux d’un secteur qui roule.

Lire plus »
Tour de France féminin

En attendant le Tour de France au féminin…

À l’heure où les coureurs s’apprêtent à s’élancer pour un nouveau Tour de France, l’édition féminine n’est pas d’actualité. Selon Christian Prudhomme, directeur du Tour, elle devrait toutefois renaître en 2022. ÀBLOCK! prend les devants en donnant un coup de projo sur son histoire et son parcours semé d’embûche. Car la Grande Boucle au féminin a déjà un lourd passé derrière elle. Retour sur 5 dates marquantes de cette course féminine qui tient la route !

Lire plus »

8 mars : l’égalité des sexes au menu du CIO

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, ce 8 mars, le Comité international olympique a annoncé le nom des 6 lauréat.e.s de ses trophées « Femme et Sport » 2020. Des lauréat.e.s « défenseurs » de l’égalité des sexes. Le monde bouge dans l’olympisme.

Lire plus »
Véronique Sandler

Véronique Sandler, la vététiste qui n’a pas peur de sortir du cadre

Elle n’a d’abord vécu que pour la compétition. Avant de lui tourner le dos, notamment faute de sponsors. Depuis 2016, Véronique Sandler a décidé de ne plus rider que pour le plaisir. Un choix payant pour la vététiste néo-zélandaise qui s’engage pour le VTT au féminin et régale, à grands coups de vidéos, une communauté grandissante sur les réseaux sociaux. Portrait d’une fille qui a la tête dans le guidon. Et en redemande.

Lire plus »
Jolokia

Raphaëlle : « La voile m’a aidée à me reconstruire après mon AVC. »

Elle a su prendre la vague d’une nouvelle naissance grâce à la voile. Suite à un AVC, Raphaëlle avait quasiment perdu sa motricité. Mais il en fallait plus pour qu’elle lâche le sport. Et la voilà qui plonge dans une expérience sportive et humaine : la pratique de la voile avec la Team Jolokia, une asso qui prône l’inclusion par le sport. Une très belle leçon de vie.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin