Jeanne Collonge « À chaque fois que je gagne un triathlon, j’ai des petits papillons dans le ventre. »

Jeanne Collonge
Huit ans après son sacre, la triathlète a retrouvé sa couronne de Championne de France. À 33 ans, Jeanne Collonge est une forcenée. Dans l’eau, sur un vélo ou à pied, elle conjugue les bonheurs sportifs par tous les temps. Rencontre avec une fille qui donne tout.

Par Valérie Domain

Publié le 08 novembre 2020 à 11h59, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h48

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Tes parents sont de grands sportifs, tu as suivi la cadence ?

Ma mère s’est mise au triathlon après ma naissance, mon père jouait au tennis. Ils m’ont d’abord inscrite à la piscine : j’ai tout de suite adoré ça. À 7 ans, j’entrais en club de natation à Saint-Etienne.

J’ai toujours eu le goût du sport, de la compétition, j’avais beaucoup de mal à perdre. Je me souviens d’une petite compétition départementale alors que j’avais 10 ans, je concourrais sur un 50 mètres nage libre et je me suis fait battre par une copine. Je ne lui en voulais pas à elle, mais à moi, j’en pleurais.

Déjà enfant, j’étais très exigeante avec moi-même, je n’aimais pas la défaite. Ce fut une remise en question, ça m’a donné encore plus l’envie de me battre.

Je faisais aussi des cross au collège et au lycée. Je me suis rendu compte que j’avais plus de facilités en course qu’en nage. J’ai commencé à y prendre goût et je sentais que de la même façon, à vélo, il se passait quelque chose, un bon feeling.

J’ai alors voulu faire comme maman : du triathlon. Le premier, j’avais 16 ans, à Vaulx-en-Velin. Je l’ai gagné.

Jeanne Collonge
©DR

Qu’est-ce qui t’a plu dans le triathlon ?

Le fait d’associer trois sports. On a tous nos qualités, nos défauts, mais la beauté du triathlon, c’est qu’il faut être complet, savoir jouer avec ces trois sports-là. Aussi, pouvoir nager, rouler et courir en extérieur plutôt qu’être enfermée dans une piscine, c’était magnifique.

Jeanne Collonge
©Facebook Jeanne Collonge

Quel est le summum du plaisir pour toi dans ce sport ?

Monter des cols, faire de la montagne. C’est le vélo que j’ai découvert le plus tard et qui m’éclate le plus. J’aime aussi la course : j’ai de la chance, je cours vite naturellement. Finalement, c’est la nage que j’apprécie le moins, ce n’est pas mon point fort, alors que j’en fait depuis que je suis toute petite.

Jeanne Collonge
©Facebook Jeanne Collonge

Tu as commencé le triathlon par la distance olympique soit 1500 m de nage, 40 km de vélo et 10 km de course à pied, mais tu as rapidement laissé tomber pour passer sur des longues distances, pourquoi ?

J’ai fait du triathlon olympique jusqu’à mes 23 ans. Mais les distances étaient trop courtes, je n’étais pas assez rapide en natation pour ensuite pouvoir me rattraper sur le reste.

J’avais parfois une minute de retard sur les meilleurs, je n’étais donc pas dans le groupe de tête et c’était impossible à combler. Même si je courais vite, l’épreuve du vélo ne permettait pas de faire la différence, elle n’était pas très sélective, je ne pouvais pas m’y exprimer. J’étais frustrée.

©Facebook Jeanne Collonge
©Facebook Jeanne Collonge

Tu as donc fait le choix d’abandonner ton rêve olympique…

Ce ne fut pas un choix trop difficile car j’ai senti que je n’étais pas faite pour cette distance. C’est un peu comme si on demandait à un marathonien de faire du 200 mètres haies ! Je préférais réussir sur une autre distance qui me convenait mieux que de m’entraîner en vain pour une compétition qui ne me ressemblait pas.

J’ai compris ça à l’Alpe d’Huez, sur un triathlon en longue distance. J’étais arrivée deuxième, derrière la championne olympique, et j’avais pris un plaisir fou ! J’ai donc décidé de tourner la page de la courte distance sur laquelle je ne me dépassais pas suffisamment. Le plaisir passait outre mes rêves olympiques.

Jeanne Collonge
©Facebook Jeanne Collonge

Tu es passée par l’Half-Ironman (1,9 km de natation, 90 km de vélo et 21,1 km de course) avant de doubler la mise avec l’Ironman (3,8 km de natation, 180,2 km de vélo et 42,195 km de course), côté dépassement de soi, y a pas mieux !

Le Half, c’est déjà une belle distance et l’Ironman, c’est la distance reine. C’est vraiment très dur, mais j’adore ! Mon premier Ironman, j’avais 23 ans. C’était en 2010, en Floride, j’ai fini 5e. parmi les filles.

C’est tellement long qu’on passe par des émotions qu’on ne peut pas ressentir sur des courses courtes. Il faut savoir gérer les hauts, mais surtout les bas quand on se dit qu’on souffre trop pour continuer. On doit alors trouver des solutions, des ressources, pour remonter à la surface.

Ce sont des petits bouts de vie. C’est si fort de franchir la ligne d’arrivée, ça veut dire qu’on est allée au bout de soi-même, ça révèle une force mentale qu’on ne soupçonne pas.

Parfois, on se dit : « Mais, c’est pas possible, comment j’ai pu faire ça ? » On ne s’en serait jamais cru capable.

Jeanne Collonge
©Facebook Jeanne Collonge

Rapidement, en 2012, tu te lances à l’assaut des cols de montagne en participant à l’Embrunman dans les Hautes-Alpes, une course mythique. Ton entraîneur n’était pourtant pas convaincu…

La montagne, j’aime vraiment beaucoup ça. Ça me titillait, mais mon entraîneur ne me jugeait pas prête : je venais de participer aux championnats du monde de longue distance et  j’étais arrivée 7e, la course ne s’était pas passée comme je le voulais.

J’ai fait le chat de Schrek à mon entraîneur, en mode « Allez, s’il te plaît… » et après des essais, il m’a dit : « Pourquoi pas ? »

Jeanne Collonge
©Facebook Jeanne Collonge

Une bonne décision car tu as gagné. T’en es encore stupéfaite !

C’était tellement inattendu ! À 25 ans, c’était dingue, j’en revenais pas ! J’y suis allée de façon spontanée, je ne m’étais pas préparée pour grimper comme ça, je n’avais pas fait de préparation spécifique, mais en fait, j’étais forte, surtout dans ma tête. Ce fut presque plus mental que physique.

J’avais tellement envie d’y aller, avec le corps et le cœur, que ça a marché. Et ça a fait la différence. J’y suis retournée l’année suivante.

J’ai gagné aussi, mais, surtout, j’ai terminé 10e au classement général. Devant moi, que des hommes… S’ils sont plus rapides que les filles sur les distances courtes, ce n’est pas forcément vrai sur du long. Les filles ont la capacité d’être très endurantes.

Jeanne Collonge
©Facebook Jeanne Collonge

Physiquement ou mentalement ?

Physiquement, les hommes sont plus forts, c’est un fait, mais mentalement, c’est moins le cas. Dans le Vercors, à la fin aout, il faisait très froid, il a beaucoup plu, c’était des conditions dantesques.

Pourtant, quasi toutes les filles étaient à l’arrivée quand beaucoup d’hommes avaient abandonné parce qu’ils avaient froid…ça m’a étonné.

Je trouve important de démontrer qu’on est aussi capables de réaliser des exploits, ne serait-ce que pour faire bouger les choses d’un point de vue financier : je n’ai jamais trouvé ça juste que nous ne recevions pas les mêmes primes. Ça commence à changer et ça fait plaisir. Le sport au féminin commence enfin à réellement exister.

Jeanne Collonge
©Facebook Jeanne Collonge

Tu dis pourtant que dans le triathlon, l’ambiance est davantage à l’équité…

Le triathlon est une communauté, l’ambiance est bonne. Pour la simple raison qu’on sait tous qu’on fait quelque chose de difficile. Donc, on s’encourage, il y a beaucoup de respect. Quand j’ai commencé, il y avait moins de femmes, le pire étant dans les années 90. Aujourd’hui, de plus en plus de filles se lancent avec talent dans ce sport, avec un beau potentiel. Tout cela se démocratise.

Jeanne Collonge
©DR

Tu as connu plusieurs années difficiles suite à une blessure. Comment t’es-tu relevée ?

Mon problème est de toujours vouloir progresser, faire mieux, monter de niveau de difficulté. En 2014, à cause d’un surentrainement, je me suis blessée. Une fracture de fatigue au tibia…ça a été compliqué. On ressent de la frustration, de la culpabilité : on ne s’est pas écouté, on n’a pas su s’arrêter. J’avais tellement envie de bien faire que j’ai mal fait.

Se sentir indestructible, cela te pousse à avancer, coûte que coûte. Et puis, quand ça casse, on se rend compte qu’on ne l’est pas. Cela m’a beaucoup appris et j’ai décidé de davantage m’écouter, d’en faire moins, mais plus intelligemment. Outre mon entraîneur, j’ai un préparateur mental qui m’aide à mieux gérer les victoires, les défaites, les blessures… On peut faire de grandes choses avec notre force mentale !

Jeanne Collonge
©Facebook Jeanne Collonge

Il t’a presque fallu deux ans pour, de nouveau, engranger de bons résultats, notamment sur l’Ironman. Ce qui t’a permis, en 2016, de te qualifier aux championnats du monde à Hawaï, un bon souvenir ?

Le sommet ! Hawaï, c’est le Graal du longue distance. Puis, un mois avant d’y aller, j’apprends que je suis enceinte, un gros chamboulement dans ma vie ! J’y suis allée quand-même, enceinte de presque quatre mois. Mais je n’étais pas très en forme, mentalement, je n’avais pas du tout envie de me donner : l’appréhension de perdre mon bébé ne me quittait pas.

J’ai arrêté alors qu’il me restait 17 km de course, je souffrais trop, ça ne valait pas le coup de risquer mon bébé, j’étais en mode protection.

Jeanne Collonge
©Facebook Jeanne Collonge

Deux mois après la naissance de ta fille, en mars 2018, tu reprends la compétition, notamment sur un Half-Ironman, tu décroches la 3place. Et de nouveau, la blessure…

Oui, l’an dernier, une douleur fantôme… Les médecins n’ont rien trouvé. J’avais changé d’entraîneur en 2017, je me suis rendu compte que mon ancien coach me manquait : j’avais besoin d’être de nouveau en confiance. Dans ma tête, j’ai relâché la pression, je n’ai plus eu mal : on ne change pas une équipe qui gagne.

J’ai donc repris progressivement la compétition avec mon précédent entraîneur, Yves Cordier. Hélas, avec la crise sanitaire, tout s’est arrêté. Lorsqu’on a su, l’été dernier, que le Championnat de France allait se tenir le 27 septembre, je me suis dit : « Allez, j’y vais ! ».

Jeanne Collonge
©Facebook Jeanne Collonge

Et te voilà championne de France ! Un titre inespéré après toutes ces épreuves ?

Et huit ans après mon premier titre ! Je crois avoir mûri. Avec l’âge, j’ai acquis une certaine expérience, de la sagesse. J’avais une tendance à tout faire sur un coup de tête, je suis plus posée, je me gère mieux. C’est la seule façon de continuer à gagner. Car j’aime vraiment beaucoup ça. À chaque fois, j’ai des petits papillons dans le ventre. C’est une passion, ces trois sports !

J’ai un plaisir incroyable à m’entraîner et toujours cet esprit de compétition qui ne me quitte jamais. Dans compétition, j’entends : avoir du respect pour son adversaire, mais désirer être plus fort que lui. Le respecter et vouloir le battre, c’est un paradoxe, mais c’est magnifique.

Jeanne Collonge au micro du podcast “Ultra Talk” d’Armand Manzanini, en juin 2020.

  • Le Championnat de France 2020 de Triathlon longue distance, organisé par l’US Cagnes Triathlon et Trigames, s’est disputé le dimanche 27 septembre à Cagnes sur mer. 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Alizée Baron

Alizée Baron : « Je fais du skicross pour me dépasser et j’aime ce risque-là. »

Une impétueuse, toujours en quête d’adrénaline. Après une saison blanche pour cause de blessure au dos et malgré les conditions particulières liées, entre autres, à la situation sanitaire, Alizée Baron reprend du service en Coupe du monde de skicross. La skieuse d’Orcières-Merlette aborde cet hiver avec une envie décuplée. Sereine et déterminée. Rencontre avec une fille qui ne laisse pas de glace.

Lire plus »
Bethanie Mattek-Sands

Bethanie Mattek-Sands, le tennis (tatoué) dans la peau

On l’a vue rire, s’enflammer, se délecter de renvoyer la balle lors des doubles à Roland-Garros. Celle que l’on surnomme “America’s Tennis Rock Star“ est une joueuse aussi chatoyante que les tenues et les couleurs qu’elle porte sur les courts du monde entier. Pour Bethanie Mattek-Sands, la vie est un jeu, tout comme ses parties de tennis. Portrait d’une flamboyante sportive.

Lire plus »
Julie Allemand

Basket : ces Européennes qui s’offrent les States

Assistons-nous enfin à l’éclosion des joueuses européennes aux États-Unis, territoire si prisé du basket mondial ? Dans le championnat américain de basketball féminin, la WNBA, elles sont de plus en plus nombreuses à tenter le coup. Et à y parvenir. Pourquoi ? Comment ? Explications.

Lire plus »
Corse coach vocab

Une Corse ? Cékoiça ?

Ça a un peu à voir avec l’île de Beauté, mais davantage encore avec le plongeon. Mais aucun lien avec l’univers de la natation. Alors, c’est quoi ? Une technique de défense en volley-ball ! Les joueurs, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Suite de notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Shaikha Al Qassemi

Shaikha Al Qassemi, celle que le CrossFit a émancipée

Le CrossFit lui a permis de faire la paix avec son corps. À 32 ans, Shaikha Al Qassemi a puisé, dans la discipline, la force de suivre sa propre voie et de s’épanouir physiquement, loin des stéréotypes et des diktats qui régissent la norme. Désormais à l’aise dans ses baskets et bien dans sa tête, l’athlète émiratie n’a qu’une envie, servir d’exemple quitte, en levant des poids, à soulever des montagnes.

Lire plus »
Cendrine Browne

Cendrine Browne, la skieuse qui respire à fond

Elle a la glisse dans le sang. La canadienne Cendrine Browne est une fondue de ski. C’est le cas de le dire car elle, son truc, c’est le ski de fond, un sport qui la fait vibrer. Venue tardivement à la compét’, elle a découvert un espace d’expression et de liberté inattendu. Aujourd’hui, elle s’engage pour que les filles aient toute leur place dans le monde enneigé des sportifs.

Lire plus »
Eugénie Le Sommer

Dans les petits secrets des joueuses de l’OL

Cinquante ans. Voilà pile un demi-siècle que la pratique du foot par les filles a été reconnue officiellement par la fédé française. Parfaite occasion pour s’inviter sur le terrain d’une des meilleures équipes féminines au monde, celle de l’OL, star d’un documentaire qui tire en pleine lucarne !

Lire plus »
Nantenin Keïta, la fusée française du tour de piste

Nantenin Keïta, la fusée française du tour de piste

Elle est une incontournable du para athlétisme. Trois fois championne du monde du 200 et 400m, championne paralympique du 400m aux Jeux de Rio 2016, Nantenin Keïta, 36 ans, ultra-déterminée avec un mental de lionne, s’est élancée pour la finale du 400m T13 femmes ce samedi après avoir terminé première de sa série pour les qualifications. Son objectif ? Aller chercher une médaille, peu importe la couleur.

Lire plus »

8 mars : l’égalité des sexes au menu du CIO

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, ce 8 mars, le Comité international olympique a annoncé le nom des 6 lauréat.e.s de ses trophées « Femme et Sport » 2020. Des lauréat.e.s « défenseurs » de l’égalité des sexes. Le monde bouge dans l’olympisme.

Lire plus »
Lis Hartel

Lis Hartel, la cavalière pour qui aucun obstacle n’était trop grand

Première cavalière médaillée aux Jeux Olympiques, la Danoise Lis Hartel était une dresseuse hors pair. Légende du monde équestre, elle a raflé plus d’une médaille alors même qu’elle luttait contre une poliomyélite. À cheval et en béquilles, ses combats sont encore aujourd’hui source d’inspiration. À l’heure où les meilleurs cavaliers se retrouvent au Longines Paris Eiffel Jumping, l’occasion est belle de rendre hommage à cette pionnière dotée d’une remarquable force mentale.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner