Sophie Carpentier : « Dans la médecine comme dans le sport, il faut que les femmes y aillent ! »Métier : médecin du sport

Sophie Carpentier
Médecin de l’équipe féminine de rugby Rouen, elle a aussi été celui de l'équipe de France de rugby féminin. Militante du sport santé, Sophie Carpentier n’a pas hésité, il y a quelques années, à se spécialiser dans le sport pour apporter à son quotidien médical un souffle nouveau. Et de prouver que les femmes ont toute leur place dans un métier encore trop souvent conjugué au masculin.

Propos recueillis par Valérie Domain

Publié le 26 janvier 2021 à 18h09, mis à jour le 30 juin 2021 à 13h00

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email
  • À l’occasion de l’opération « Sport Féminin Toujours » lancée par le ministère des Sports et le CSA, ÀBLOCK! s’associe à Femix’Sports, association pour la promotion du sport au féminin. Ensemble, nous avons choisi de mettre en lumière les métiers de la sphère sportive, ces métiers à féminiser d’urgence pour davantage d’équité et d’équilibre dans cet univers encore trop masculin. 10 métiers, 10 femmes, 10 témoignages.

 

« J’ai un parcours un peu particulier. Au départ, j’ai choisi médecine dans l’intention de faire de la biologie. J’ai eu un enfant pendant mes études, les choses de la vie ont donc fait que je suis devenue médecin généraliste. Je me suis installée en campagne pour me trouver au plus près des patients, là où il n’y a pas la proximité d’un CHU, l’examen clinique des patients est plus poussé, c’est très intéressant, passionnant.

Puis, j’ai eu d’autres enfants. J’habitais à 20 km de mon cabinet, mon emploi du temps est devenu incompatible avec trois enfants en bas âge. J’ai alors quitté le libéral pour devenir médecin conseil à la Sécurité Sociale. Une belle expérience de vie car cela m’a permis d’appréhender la médecine avec du recul, par rapport à l’offre de soins sur le territoire, les recommandations…

J’y suis restée sept ans avant d’avoir envie d’évoluer. Je voulais approfondir ma spécialité, je n’avais plus le nez sur le guidon, j’avais pris en maturité, c’était le bon moment.

Le sport c’était mon truc, la médecine mon métier, je me suis dit : « On va allier les deux ! »

J’avais pratiqué beaucoup de sport quand j’étais jeune, à l’UNSS : basket, athlétisme, cross… C’est le sport qui m’a permis de m’épanouir personnellement, d’être qui je suis. Et dans mon cursus, j’avais passé un examen complémentaire, spécifique. Il me donnait le titre de médecin du sport à la fin d’une année supplémentaire lors de laquelle on aborde la traumatologie, la physiologie du sportif…

En 2009, donc, je posais ma plaque en ville, à Rouen : « Médecin du sport ». J’avais 43 ans.

©DR

J’ai intégré l’Institut Régionale de Médecine du Sport à Rouen, en vacation pour m’offrir une remise à niveau après les sept années de Sécurité Sociale où l’on travaille davantage sur des dossiers que sur des gens. Mais aussi pour me faire connaître. J’ai passé des diplômes complémentaires en traumatologie du sport, en médecine manuelle, l’ostéopathie.

Je pensais alors que je n’accompagnerais que les sportifs du coin. Je n’aurais jamais imaginé devenir le médecin d’équipes sportives.

Dans le cadre des vacations de médecine du sport, j’ai en effet eu l’occasion d’accompagner l’équipe féminine de rugby de Rouen qui cherchait un médecin. J’ai découvert cet univers et cela m’a donné envie d’aller plus loin. J’ai alors passé un diplôme spécifique de traumatologie du rugby, une formation sur deux ans.

Pendant un stage de haut niveau que j’effectuais dans le cadre de ce diplôme en 2015, j’ai eu la chance de rencontrer le médecin fédéral de l’époque qui m’a proposé d’être médecin de l’équipe de France de rugby féminin des moins de 20 ans. Une opportunité qui tombait bien, je l’ai saisie ! Puis j’ai accompagné l’équipe de France Féminine, les grandes !

Une période passionnante. Tout me plaisait. J’ai appris presque plus de choses en côtoyant des joueuses que sur le plan professionnel : découvrir ce qui les porte, c’est passionnant ! Un médecin du sport, s’il ne fait pas de terrain, perd énormément : il n’a pas approché les joueurs dans leurs motivations, leurs convictions, leur environnement. Pourtant, le côté humain est fondamental. On ne peut pas être médecin du sport qu’à travers des publications ou derrière son bureau.

Après, il faut accepter ce que cela engage. Partir de chez soi pour suivre une équipe, c’est un investissement personnel important, c’est de l’énergie et du temps à accorder, une préparation en amont des déplacements, un stress énorme pendant les matches…

Il faut s’adapter à une vie d’équipe, mais on travaille tous dans le même sens, les notions de partage, de générosité, sont omniprésentes.

Le plus angoissant, pour moi, c’est le match. Jusqu’au coup de sifflet final, c’est une période très intense. Le rugby est un sport de contact et ma hantise, c’était le traumatisme grave. J’ai cette chance de ne jamais avoir eu de pathologies graves. Et quand tout se passe bien, quand l’équipe gagne, c’est fabuleux ! C’est l’aboutissement d’un travail, la reconnaissance pour ces joueuses de leur engagement.

J’ai malheureusement dû quitter cette mission suite aux élections à la présidence de la fédération de rugby : le président a changé, le staff féminin aussi.

Mais, à côté de ça, j’étais engagée bénévolement comme médecin de la ligue de rugby de Normandie et je surveillais sur le plan médical les matches de football américain de Rouen.

En 2017, j’ai repris encore mes études pour passer un diplôme universitaire de prévention et lutte contre le dopage : l’éthique du sport est fondamental pour moi.

Je suis élue à la ville de Rouen, déléguée à la santé. Je milite pour une activité physique thérapeutique, j’ai créé une section sport santé pour le club universitaire omnisport de Rouen, participé à la création d’une des « maison sport santé » de Rouen. Je m’intéresse aussi bien au sportif de haut niveau qu’au sportif « du dimanche » ou celui qui veut se remettre d’une pathologie.

©DR

La médecine du sport, c’est une dynamique positive. Les sportifs ne veulent pas qu’on les arrête, il faut même les freiner quand ils sont blessés, ils veulent toujours avancer. Ça me plaît de les examiner, de les conseiller, de les accompagner.

Le champ d’activité d’un médecin du sport est vaste. Il est aussi bien là pour établir un diagnostic que conseiller sur un parcours de soins, accompagner, prévenir et même écouter. Écouter aide pour la compréhension de certaines blessures ou symptômes. Il faut savoir ouvrir le dialogue et laisser la confiance s’installer, on peut ainsi mettre certaines complexités en lumière.

Il faut aussi savoir leur parler car, comme je le disais, il faut souvent les modérer, qu’il y ait un accord de soins. Après ils entendent ou pas. Généralement, ils n’entendent pas et ils reviennent car ils ne sont pas à 100 % de leurs capacités, donc ils n’ont pas de bons chronos. Alors, on fait quoi ? On réexplique ! Le principal est de faire le bon diagnostic, le plus rapidement possible. Je considère avoir gagné lorsqu’ils peuvent reprendre leurs entraînements et qu’ils reviennent à leur bon niveau.

Je suis heureuse d’avoir fait ma place dans le monde de la médecine du sport. Cette spécialité était très masculine quand je me suis installée. Elle l’est encore. J’ai toujours pensé qu’on devait faire notre place, sans marcher sur la plate-bande des voisins, mais qu’il nous fallait prouver qu’une femme était aussi compétente qu’un homme.

©DR

Il faut casser des tabous, les freins qu’ont les femmes elles-mêmes, le fait qu’elles aient toujours besoin de se justifier par rapport aux autres, mais aussi à elles-mêmes, qu’elles aient des doutes sur leur capacité à faire. Un mec fonce. Il ne sait pas ? il verra bien !
Nous, on se pose la question : « Vais-je être capable ? » Nous vivons dans une certaine timidité de faire, on s’autocensure en se demandant si on est bien à notre place.

Si je suis allée sur le sport féminin, c’est parce que j’avais bien compris que ça n’intéressait pas les autres médecins du sport ou beaucoup moins en tout cas : le sport féminin n’est pas assez médiatique. Je suis allée là où ils ne voulaient pas aller. Mais, c’est assez cohérent, dans le fond : je me sens plus à l’aise à pratiquer la médecine dans un vestiaire de filles que de garçons… Et en tant que femme, je peux appréhender les pathologies de façon différente qu’un homme, notamment des pathologies féminines. C’est un atout.

Aux jeunes filles qui hésitent à entrer dans la médecine du sport, je dirais qu’il faut s’imposer car ni la médecine ni le sport ne sont masculins. Il est indispensable d’être là, de travailler avec les hommes, en mixité intelligente. Et ce métier peut aussi permettre de féminiser des sports encore trop vus comme le terrain des garçons.

Dans mon cabinet, j’ai l’opportunité de lever des freins. Je rassure, par exemple, les parents lorsqu’ils s’inquiètent que leur fille fasse ou veuillent faire du foot ou du rugby. Dans la médecine comme dans le sport, il faut que les femmes y aillent ! Rien ne justifie l’inverse. »

 

  • Devenir Médecin du sport :

 

En résumé, le médecin du sport accompagne le sportif dans sa pratique. Spécialiste des pathologies liées au sport, il soigne ses blessures, faisant en sorte de le « réparer » au mieux et au plus vite de façon à ce qu’il puisse reprendre les entraînements et revenir à son meilleur niveau. Le médecin du sport tient également un rôle de conseil et de prévention, il doit veiller à créer une relation de confiance avec le sportif. Enfin, son expertise doit s’adapter aux objectifs de l’athlète qui le consulte.

Quelle formation ? Les facultés de médecine délivrent 2 types de formations à la médecine du sport : le Diplôme d’Études Spécialisées Complémentaire (DESC) et la Capacité de médecine et biologie du sport. La formation est la même que celle d’un médecin généraliste, soit un minimum de 9 années d’études. Au cours de sa huitième année, il peut, en complément, préparer le DESC en médecine du sport puis, à l’issue du cursus, poursuivre pendant deux ans pour l’obtention du DESC. Le médecin doit effectuer 4 stages de six mois dans des centres agréés en médecine du sport par la Société Française de Médecine de l’Exercice du Sport (SFMES). Par ailleurs, les universités organisent également, sous la forme de Diplômes Inter-Universitaires (DIU) ou Universitaires (DU), des formations complémentaires ciblées en lien avec la médecine du sport.

Pour en savoir + sur les emplois et métiers autour du sport, direction le site du ministère des Sports

Le témoignage de Sophie a été recueilli dans le cadre de notre opération visant à féminiser les métiers du sport. En partenariat avec Femix’Sports, l’association qui accompagne le développement et la promotion du sport au féminin et en mixité.

Femix'Sports

Sur les réseaux sociaux, utilisez #SportFemininToujours et #PlusDeSportAuFeminin

Pour aller plus loin...

Tous nos métiers du sport

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elles aussi sont inspirantes...

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »
Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Marie-Laurence

Marie-Laurence : « En retrouvant le terrain du sport, j’ai retrouvé comme une lumière en moi… »

Marie-Laurence est totalement ÀBLOCK ! sur le sport depuis le plus jeune âge. Avec lui, elle a trouvé sa bouée de sauvetage, un moyen de canaliser son énergie. Mais c’est avec le football américain qu’elle a définitivement plaqué au sol tous ses conditionnements de vie : maintenant, le sport est un pur plaisir dans lequel elle s’engage à fond, comme une professionnelle. Elle souhaite passer le ballon aux plus jeunes, filles comme garçons : le sport peut changer des vies !

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »
Pink Power Team

Stéphanie : « Le permis moto, ça a été le début de mon émancipation. »

Rien ne prédestinait Stéphanie à devenir une motarde semi-pro rugissante. Pourtant, même une grave blessure n’aura pas abîmé sa passion de la vitesse. Cheveux roses, motos qui dépotent, elle ne lâche pas son rêve et le transmet à d’autres filles qui, comme elle, roulent des mécaniques sur les circuits amateurs mais, cette fois, en karting. La Pink Power Team est de sortie, faites place !

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Angélique : « En entrant à l’armée, je suis devenue accro au sport. »

Une warrior, une Amazone, Wonder Woman en chair et en os. Angélique Chetaneau est infirmière militaire et championne de courses d’obstacles, les Spartan Race, qui sont un peu les douze travaux d’Hercule à l’ère moderne. Sa puissance, elle se la forge à coup d’entraînements solides et surtout d’un mental d’acier. Angélique a trouvé comment être invincible.

Lire plus »
Vanessa Guerreiro

Vanessa : « Au début, le yoga, j’ai détesté ! »

Elle a travaillé dans le marketing et dans la restauration, mais c’était dans une autre vie. Vanessa Guerreiro a trouvé douceur et sérénité dans la pratique du yoga, une discipline qui l’a aidée à traverser des périodes difficiles. Elle a tout lâché pour l’enseigner. Récit d’un voyage intérieur.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Report du Tour de France ? Pas encore à l’ordre du jour…

Même si la Fédération française de cyclisme demande à ses afficionados de ne plus rouler afin de respecter les consignes de confinement en cette période de crise sanitaire, l’organisateur du Tour de France ne souhaite pas se prononcer pour l’instant sur un éventuel report de la Grande Boucle qui doit partir de Nice le 27 juin.

Lire plus »
Amy Bond

Amy Bond, la Pole danseuse qui voulait se réconcilier avec son corps

Elle est l’une des « putains » d’héroïnes à avoir trouvé dans la barre de Pole Dance un exutoire, un réconfort, puis, une deuxième vie. Nous l’avons découverte dans le docu de Netflix « Pole Dance, Haut les corps ! ». Impossible, depuis, de la quitter des yeux ! Amy Bond s’envole, sens dessus-dessous, vertigineuse. Portrait d’une fille qui balance son corps comme elle se jetterait du haut d’une falaise.

Lire plus »
Paola Calvo : « À Juárez, toutes les femmes sont des combattantes. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une vététiste que rien n’arrête, une cinéaste qui n’a pas peur de filmer des catcheuses en terrain dangereux (notre photo), une snowboardeuse qui ne lâche rien et quelques petites infos à grignoter pour se cultiver avec la suite de notre lexique Coach Vocab’, demandez le programme sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Hamburger sport la question qui tue

J’ai fait une heure de sport, je peux m’offrir un gros menu burger ?

Ah, cette chouette impression du travail accompli, cette satisfaction d’avoir tout donné ! Puis, ce besoin impérieux de récompense. Et la récompense, on va pas se le cacher, c’est souvent dans l’assiette qu’on va la chercher. Mais est-ce bien raisonnable de se jeter sur tout ce qui n’est pas light, même si on s’est bougé pendant une heure ? La réponse éclairée de notre coach, Nathalie Servais. Lisez plutôt avant de dévorer !

Lire plus »
Une georgette ? Cékoiça ?

Une Georgette ? Cékoiça ?

En selle, cavaliers ! Notre petit lexique pratique pour mieux comprendre le langage des coachs s’offre une échappée dans l’univers de l’équitation. Et je demande le G…comme Georgette.

Lire plus »

JO 1928 : Lina Radke, l’athlète trop « disgracieuse » pour courir

Elle s’appelait Karoline Radke-Batschauer dite Lina Radke. Pionnière de l’athlétisme, cette Allemande qui courait comme un lièvre fut la première médaillée d’or olympique au 800m, mais aussi la dernière jusqu’en…1960. Après sa victoire, l’épreuve fut tout bonnement supprimée. Miss Radke avait manqué de grâce en franchissant la ligne d’arrivée…

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner