Diane Marie-Hardy L'athlétisme chevillé au cœur

diane mary hardy
Une tête bien faite dans un corps d’athlète. Diane Marie-Hardy, heptathlète de 24 ans, bientôt en possession d’un diplôme d’ingénieur, gravit, en parallèle, les marches du podium de l’athlétisme français et européen. Une passion et une implication chevillées au corps (et au cœur) qu’elle a appris à gérer en se façonnant un mental d’acier. Rencontre inspirante.

Par Claire Bonnot

Publié le 09 mars 2020 à 10h52, mis à jour le 06 mars 2022 à 18h34

À tout juste 24 ans, tu es un jeune espoir de l’athlétisme français. Comment s’est écrite ton histoire d’amour avec ce sport ?

Le jour où j’ai gagné le cross de mon collège, je me suis dit que je devrais aller essayer le cours d’athlétisme. J’ai adoré car on y faisait de tout  : de la course, de la longueur, du poids, des sauts de haies. En plus, j’avais un bon groupe d’amis.

Et, surtout, je gagnais les compétitions et ça aide à aimer un sport ! Au lycée, je m’entraînais 3 à 4 fois par semaine. C’est quand j’ai été Championne de France junior en 2015 que ça a été décisif pour moi.

Comme mes parents m’ont toujours poussée à faire des études, j’ai fait une prépa et je suis rentrée en école d’ingénieur à l’INSA Lyon. Mais je ne voulais pas arrêter l’athlétisme, c’était là où je m’épanouissais le plus. J’ai pu faire un cursus aménagé en sport étude.

C’était compliqué au début, j’avais du mal à trouver mon rythme et je ne savais pas m’écouter. J’étais en mode « Il faut toujours en faire plus si on veut réussir ». Mon corps m’a souvent dit non.

diane marie hardy

Comment as-tu réussi à conjuguer cette vie exigeante sur les deux tableaux ?

Tout était millimétré. Mes journées s’enchaînaient  : j’allais en cours le matin, je m’entraînais le midi, je retournais en cours et je reprenais les entraînements juste après. Si j’avais du temps de libre ou des week-end sans compétitions, je prenais du temps pour bosser mes cours. Je ne me reposais presque jamais !

J’étais dans une logique de réussite totale. Ma vraie passion était l’athlétisme mais je savais qu’il allait être compliqué de vivre du sport. Je me donnais donc tous les moyens de réussir sur les deux tableaux. Ce rythme exigeant n’était pas du tout un sacrifice pour moi !

J’ai ensuite appris – suite à une blessure et une remise en question – qu’il était important de se dégager du temps pour se reposer. Une fois en école d’ingénieur, j’ai eu moins d’heures de cours et je me suis accordée des sorties avec mes amis, de vrais jours de repos.

diane marie hardy

Tu es spécialisée en Heptathlon, un combiné de sept épreuves d’athlétisme. En quoi consiste cette discipline ?

Les épreuves se déroulent toujours sur deux jours et dans le même ordre. La première journée est dédiée aux 100 mètres haies, au saut en hauteur, au 200 mètres et au lancer de poids. La deuxième au saut en longueur, lancer de javelot et à l’épreuve du 800 mètres.

Chaque année, on se rend compte qu’il faut travailler quelque chose en particulier. Au cumulé, on a sept minutes d’effort sur deux jours – sans compter les échauffements – donc c’est hyper intensif. Soit on fait avec ses points forts et c’est agréable car valorisant, soit on décide de travailler ses points faibles en gardant, le plus possible, ses bonnes aptitudes constantes. Moi, j’aime bien le saut de haies.

Et même si je n’ai pas trop de sensations avec certaines épreuves qui me sont difficiles comme le saut en hauteur par exemple, je suis toujours heureuse de venir m’entraîner au stade parce que l’avantage de ce sport, c’est la variété. Je suis une passionnée !

Depuis 2015, tu concours en championnats avec un beau palmarès à la clé. Quelle a été ta plus grande victoire personnelle ?

Il y en a eu deux. Celle des championnats de France junior en 2015 qui m’a totalement relancée dans ma carrière après de multiples blessures  : une fracture de fatigue au dos qui m’a obligée à porter un corset pendant six mois et les ligaments croisés.

Et celle des championnats d’Europe à Berlin : petite, déjà, je me disais que ce serait exceptionnel si j’en faisais un. Y avoir eu accès à 22 ans m’a rendue hyper heureuse !

Et puis j’ai réussi à passer 1,70 mètre en hauteur ce qui était énorme pour moi. On m’avait dit que ce serait compliqué après ma reprise et j’ai réussi à faire tomber ces barrières.

Parvenir à faire quelque chose que personne ne croit possible, c’est encore mieux que de le faire seulement pour soi-même !

diane marie hardy

Comment se forge-t-on un mental d’athlète de haut niveau ?

Il y a une part d’inné je crois. Ne pas aimer perdre, vouloir toujours donner le meilleur de soi, ça peut être là depuis l’enfance et c’était mon cas… Après, ça se construit.

Moi, ça fait quatre ans que je travaille avec un préparateur mental. Au début, je me disais – et tout mon entourage aussi – « Tu es forte dans ta tête, c‘est pour ça que ça marche ! », mais il y avait quand même beaucoup de travail à faire.

On ne naît pas champion. Si on ne travaille pas sur ses aptitudes mentales, on ne peut pas atteindre le haut niveau. On a tous des points faibles mentalement et physiquement.

Pour moi, le plus gros a été la gestion des émotions et arriver à me détacher des regards extérieurs. J’ai donc appris à me recentrer sur moi-même.

En tant que femme, qu’est-ce que le sport t’apporte ?

Ça permet vraiment de bien s’affirmer, de prendre confiance en soi. Parce que je crois que ce sont des qualités qu’on ne nous inculque pas autant qu’aux hommes.

Quand on fait une course devant 60 000 personnes par exemple, eh bien, il faut pouvoir et accepter de se mettre en avant  ! J’ai tout de même eu de la chance d’évoluer dans un sport où les femmes sont bien représentées même si ce n’est pas encore parfait…

diane marie hardy

Quelle est la place des femmes dans le milieu de l’athlétisme ?

En athlétisme, il y a presque autant de femmes que d’hommes, c’est un domaine sportif très ouvert aux femmes et nos performances y sont respectées. Après, c’est une autre paire de manches au niveau du traitement médiatique. Usain Bolt, par exemple, est omniprésent par rapport à un équivalent féminin qui a autant de médailles que lui…

Il y a aussi la question du décathlon, réservé aux hommes. C’est basé sur du sexisme. À l’époque, les femmes n’étaient pas autorisées à faire du saut à la perche, c’était jugé trop dangereux. Cela n’a été possible que dans les années 2000 aux Jeux Olympiques, les femmes ne pouvaient pas faire du décathlon avant cette date-là. Ils ont donc trouvé une formule un peu raccourcie : le heptathlon.

Moi j’aimerais bien faire du décathlon, je trouve que ce serait mieux pour la parité.

Un autre point négatif  : mon entraîneur est une femme mais c’est l’une des rares du milieu. On compte 95 % d’hommes dans cette profession et c’est dommage. Car même si les entraîneurs masculins sont bien, il est plus facile d’être une femme pour comprendre et aider une autre femme dans tous les aspects du sport.

Et puis, dans la majorité des clubs, les entraînements se font le soir, entre 17h et 20h, horaires auxquelles les femmes sont généralement occupées avec les enfants… Il y a donc un manque de modèles féminins, ce qui les empêche de se projeter dans ce sport.

diane marie hardy

As-tu eu des modèles d’athlètes féminines ?

Quand j’ai commencé, je m’identifiais beaucoup à une championne du monde anglaise, Jessica Ennis, parce qu’elle avait ma petite taille. Et elle gagnait, donc je me disais « Si elle peut le faire, je peux le faire ! »

Je mesure 1,63 mètre alors que les autres athlètes font plutôt 1,75m/1,80m.

Jessica Ennis était sure d’elle. Elle assumait d’être la plus forte sans aucune arrogance. Elle ne renvoyait pas du tout l’image de la femme toute timide ou chétive qui est là on ne sait pas trop comment.

Elle assumait totalement sa position. C’est important de pouvoir s’identifier à de tels modèles  !

Que dirais-tu alors aux jeunes filles qui veulent se mettre au sport ?

Qu’il y a un sport pour toutes les femmes, qu’il ne faut se mettre aucune barrière ou ne jamais se dire « C’est un sport d’hommes donc il vaut mieux que je fasse de la danse » par exemple. 

Il faut s’écouter, oser y aller et ne pas hésiter à aller parler à d’autres femmes qui pratiquent ce sport. Via les réseaux sociaux ou au sein des clubs, échanger sur ce que ça leur apporte.

Je crois aussi en une éducation épanouissante. Que les adultes ne disent pas : « Non, tu ne feras pas de rugby, ce n’est pas un sport de filles… » car, petit(e), on n’a pas forcément le recul pour s’affirmer dans ses envies.

diane marie hardy

Avoir une communauté qui te suit – de sportives ou sur les réseaux sociaux – c’est motivant pour toi ?

Je m’inspire toujours des parcours des autres. J’ai beau avoir atteint le haut niveau de l’athlétisme, je n’en suis pas encore à décrocher des médailles internationales.

J’ai la chance au Pôle France de côtoyer des athlètes d’envergure et je n’hésite pas à aller leur parler, leur poser des questions ou même à les observer. C’est hyper important,  il ne faut jamais considérer que l’on a fini d’apprendre !

Et je me suis aussi rendu compte que beaucoup de femmes m’écrivaient sur Instagram pour me demander des conseils. Plutôt que de répondre dix fois à la même question, ça m’a donné l’impulsion pour lancer un blog.

Comment tu vois ton avenir ? L’athlé comme métier ?

Comme j’ai compris qu’il est difficile d’être à 100 % sur tous les plans, je choisis désormais où mettre mon curseur.

Aujourd’hui, j’ai décidé d’être à fond sur le sport jusqu’en juillet-août 2020 pour l’objectif de qualification aux JO et, ensuite, je ferai mon stage de fin d’études en entreprise dans le domaine du consulting.

Le sport est cependant devenu la partie centrale de ma vie. Je développe donc un projet de lancement de blog  et de commerce en ligne autour de la performance et de la santé. L’idée est de donner des conseils aux gens et d’essayer de les accompagner plus personnellement dans leur pratique du sport.

Je suis aussi très sensible à l’environnement donc j’aimerais y ajouter cette préoccupation.

diane marie hardy

Quel est ton rêve sportif ? Y-a-t-il un exploit particulier que tu souhaiterais réaliser ?

Ce serait d’aller aux JO de Tokyo cet été, puis à ceux de Paris, à la maison, en 2024.

J’ai plusieurs compétitions à venir pour me qualifier. Il me faut passer du Top 30 au Top 16 mondial.

Dans tous les cas, ce sera déterminant pour moi, car il n’y a rien de mieux que la compétition pour vraiment s’entraîner et progresser.

C’est vraiment lors de ces moment là qu’on est au sommet de l’intensité, de l’adrénaline !

diane marie hardy

Graine de championne

Diane Marie-Hardy affiche un palmarès fulgurant à tout juste 24 ans.

  • 6 sélections en équipe de France
  • Demi-finaliste aux championnats d’Europe de Berlin en 2018
  • Demi-finaliste aux championnats d’Europe espoirs (U23) en 2017
  • 10 podiums individuels aux championnats de France
  • Vice-championne de France élite en 2018
  • Championne de France junior U20 du 400m haies

Les dieux du stade… et les déesses ?

Dix épreuves pour les hommes, seulement sept pour les femmes…  Sexiste  ? Le décathlon reste la dernière épreuve d’athlétisme exclusivement réservée aux hommes dans les compétitions mondiales.

Ces « dix travaux d’Hercule » qui se déroulent eux aussi sur deux jours, ajoutent aux épreuves du heptathlon le saut à la perche et le lancer de disque. Aussi, les courses – au nombre de 4 – ont des longueurs différentes : 100m, 400m, 110m haies, 1 500m.

Pourtant, en 2001, l’IAAF* a décidé d’inscrire un décathlon féminin au calendrier des compétitions internationales.

Mais, dans les faits, ces épreuves accordées aux femmes sont très peu disputées et n’ont encore jamais été envisagées dans un grand championnat. Entre la transformation d’une discipline vue d’un mauvais œil par certaines athlètes, la peur de voir disparaître le heptathlon au profit du décathlon ou encore les coûts financiers et organisationnels de ce remaniement pour les instances sportives, le débat est toujours ouvert…

* La World Athletics est la fédération sportive internationale chargée de régir les fédérations nationales d’athlétisme et d’organiser les compétitions internationales mondiales.

diane marie hardy

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Stéphanie Gicquel

Stéphanie Gicquel : « Mes expéditions polaires, c’est fort, obsessionnel. »

Impressionnante. C’est le mot qui fuse lors de la conversation avec cette femme solide, volontaire, atypique. Stéphanie Gicquel détient le record de la plus longue expédition en Antarctique à ski sans assistance. Elle fait partie de ces athlètes que rien n’effraie. Les éléments, elle s’en fait un allié ; les peurs, elle les apprivoise. Les rêves, même glacés, elle leur donne vie. Rencontre avec une sportive étourdissante.

Lire plus »
Hey, les kids, prêts à vous dépasser ?

Hey, les kids, prêts à vous dépasser ?

Des warriors en culottes courtes. C’est ce que nous proposent les organisateurs de la Spartan Kids, première course compétitive organisée en France par Spartan Race, roi du parcours d’obstacles. Il faudra du courage pour venir à bout de l’épreuve qui se déroulera à Morzine, au creux des Alpes. Même pas peur !

Lire plus »
La question qui tue

C’est grave si j’arrête de m’entraîner quelque temps ?  

Envie de se la couler douce en vacances, blessé ou victime d’un gros coup de mou ? Rien à faire, le sport passe à la trappe. Et tu culpabilises. Parce que, forcément, ce sera dur de reprendre, tu vas perdre ton niveau (ou du muscle), tu vas grossir… Mais, en vrai, abandonner (un peu) sa routine sportive, c’est grave ou ça passe ?

Lire plus »
Cecilia Berder

Cécilia Berder, « L’escrime, c’est une conversation avec soi-même. »

La gagne chevillée au corps, la fougueuse multi-championne de France et vice-championne du monde d’escrime, manie pourtant le sabre comme un félin tournant autour de sa proie, avec stratégie, élégance et explosivité. Quand la sabreuse Cécilia Berder part à l’assaut, c’est une leçon de vie qui la fait grandir un peu plus chaque jour. En piste pour une démonstration de passion !

Lire plus »
Diana Nyad La nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

Diana Nyad, la nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

En 2013, elle reliait à la nage, sans aucune protection contre les requins, Cuba à Key West, en Floride. Elle avait 64 ans. L’Américaine Diana Nyad était alors surtout connue pour avoir été championne de squash dans les années 80. Mais son rêve, c’était de relever ce défi aquatique. She did it. Et elle se raconte dans cet épisode du podcast « Merci pour ce moment » signé Quentin Faure.

Lire plus »
zumba

Zumba, entrez dans la danse !

Une tornade, un raz de marée. Cette discipline venue de Colombie a su trouver le combo gagnant – transpirer en s’éclatant – pour séduire des femmes qui veulent bouger sans pour autant avoir l’impression de faire du sport. Reportage au pays de cette danse devenue trendy.

Lire plus »
Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner