Eve Périsset À force de détermination

Eve Périsset, à force de détermination
La constance paye. Grâce à ses années d'expérience dans différents clubs, Eve Périsset semble avoir sécurisé sa place de titulaire au sein de l'équipe de France et pour cet Euro de football 2022 qui se déroule jusqu'au 31 juillet. Sa polyvalence, ses ambitions et sa (déjà) grande connaissance du terrain ont fait la différence.

Par Alexandre Hozé

Publié le 11 juillet 2022 à 17h00

Les places de titulaire pour l’Euro de foot féminin valent chères. Toutes les sélectionnées en rêvent mais, à la fin, il n’en reste que onze.

Dans le groupe choisi par la sélectionneuse Corinne Diacre, certaines joueuses sont assurées depuis longtemps de débuter les rencontres. Mais d’autres ont dû batailler pour retirer le chasuble. 

À 27 ans, Eve Périsset semble avoir définitivement mis le pied sur le poste d’arrière droit de l’équipe de France. Une récompense logique pour une jeune joueuse qui n’arrête (toujours) pas de progresser. 

Il faut dire qu’à force de tâter le ballon rond, quelques automatismes ont bien dû faire leur apparition. Depuis ses 6 ans, Eve Périsset parcourt les pelouses de la métropole lyonnaise. Dans un premier temps, à Saint-Priest, commune de son enfance. Puis, quand des places de sports-études avec l’Olympique Lyonnais deviennent disponibles, Eve Périsset ne se pose pas de question.

Soutenue à 200 % par sa famille, elle débarque dans le plus grand club de foot féminin français à 15 ans. 

©FFF

Pendant trois ans, elle s’entraîne dur, apprend des coachs et progresse. Assez en tout cas pour se faire remarquer par l’équipe A.

Le 7 novembre 2012, en fin de rencontre de Ligue des Champions, Eve Périsset participe, du haut de ses 17 ans, à son premier match professionnel. 

Cette rentrée en jeu récompense l’acharnement de la joueuse. Malgré de grosses blessures, rien ne l’a détournée de sa route vers le haut niveau. Et ce premier succès n’est qu’une étape… 

Mais dans un club comme l’OL, il est bien difficile de s’imposer. Si Eve Périsset reste déterminée, son temps de jeu n’est pas plus élevé. En trois saisons, elle ne dispute même pas trente matchs pour le club lyonnais. Pas question, pour la joueuse, de rester dans cette impasse. 

©FFF

En 2016, le Paris-Saint-Germain saute sur l’occasion et ajoute la jeune prodige à son groupe. Et, immédiatement, c’est le déclic. Le 16 septembre, Eve Périsset porte pour la première fois le maillot bleu.

Et son rythme ne baissera plus. La joueuse se révèle au grand jour, notamment grâce à une polyvalence facilitant la vie de ses entraîneurs. Et les Bleues ne se passent plus de ses services. 

Jusqu’en 2020, elle porte le maillot de l’équipe de la capitale. Et, pour le coup, plus de problème de temps de jeu ! Idem avec l’équipe de France, Eve Périsset s’installe à force de bonnes performances.

Lors de la Coupe du monde 2019, elle dispute trois matchs, confirmant son changement de statut aux yeux de Corinne Diacre. 

Après quatre saisons sous les couleurs parisiennes, Eve Périsset part du côté de Bordeaux. Que ce soit en tant que latérale ou milieu de terrain, elle contribue au développement de l’équipe et permet l’accumulation d’une sacrée expérience pour une jeune femme d’alors 25 ans. 

Il faut dire qu’entre l’équipe de France, la Ligue des Champions avec l’OL et le PSG, mais aussi de nombreuses batailles pour le championnat national, Eve Périsset a déjà vécu de belles choses. Et pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? 

Le 8 juin 2022, la jeune femme s’engage avec Chelsea FC et devient la première joueuse française à porter le maillot des Blues. Mais, avant de faire ses grands débuts avec sa nouvelle équipe outre-manche, elle entend bien briller sur leurs terrains anglais avec son équipe nationale.

Attention aux coups de Blues pour ses adversaires. 

Ouverture ©FFF

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Jessy Trémoulière

Jessy Trémoulière : « Le rugby m’a fait grandir. »

Elle a à peine 30 ans, mais déjà une riche carrière derrière elle. L’Auvergnate Jessy Trémoulière, devenue une figure incontournable du paysage rugbystique international, vient d’être sacrée meilleure joueuse de la décennie, deux ans après avoir été élue meilleure joueuse du monde, rien que ça ! Rencontre avec une fille qui sait merveilleusement transformer l’essai.

Lire plus »
MMA

MMA, dans la cage aux lionnes

Ça s’appelle le MMA et c’est l’assurance…d’un spectacle explosif. Acronyme de Mixed Martial Arts, ce sport de combat, conceptualisé il y a vingt-cinq ans, a très vite enflammé le monde. Légalisé il y a un an en France, il compte, chez nous, environ 50 000 pratiquants dont 25 % de filles. Ce 8 avril, le MMA Grand Prix sera diffusé en live mondial avec 12 “warriors“ dont 2 femmes. L’occasion de mettre en avant la discipline et quelques-unes de ses combattantes acharnées.

Lire plus »
Agnès Fanjaud

Agnès Fanjaud : « De l’Or en 2024 pour…les dirigeant.e.s ? »

13 septembre 2017, Lima, Pérou. Sur l’écran géant du CREPS de Dijon est diffusée, en direct, la cérémonie qui va révéler le grand organisateur des Jeux 2024. S’affichent les officiels dans l’attente de la décision de la ville hôte. Joies et réjouissances à l’annonce de Paris ! Et que voit-on sur l’écran pour la photo de famille des fédérations… ?

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner