Rechercher

Justine Pedemonte : « Je fais de la moto, je suis une fille… au lycée, ça fait parler. »

Justine Pedemonte : « Je fais de la moto, je suis une fille… au lycée, ça fait parler. »
En période de compétition, si la course a lieu le samedi, on doit partir le mercredi ou le jeudi. À chaque fois, je loupe presque une semaine de lycée et je dois rattraper les cours, mais je m’arrange, je rattrape quand je suis dans le camion, sur la route, sur les circuits...

Par Justine Pedemonte, pilote moto, 16 ans au compteur

Publié le 23 janvier 2024 à 18h26, mis à jour le 19 mars 2024 à 17h07

Je vous raconte ma vie ? Je suis en première dans un lycée sportif. C’est du 8h-18h et comme j’habite en montagne, il faut ajouter une heure de bus. Direct, vers 19h, j’enchaîne avec mon entraînement du soir pendant une heure et demie voire deux heures. Je suis à la salle, au CrossFit, je peux aussi aller courir, ça dépend. Et puis après c’est classique : douche, dîner, devoirs et au lit !

La moto, c’est particulier en termes d’entraînements. On va s’exercer sur les circuits sur lesquels il va y avoir une compétition prochainement, on ne peut pas s’entraîner toutes les semaines comme au foot. Par exemple, au mois d’avril, je vais aller rouler au Mans une semaine avant la course de ce circuit, afin d’être prête pour le jour J (je vous raconterai !).

C’est ça qui est compliqué, notamment par rapport aux cours. Les entraînements en amont de la compèt’, les roulages, sont très souvent en semaine. Et quand c’est une période de compétition, si la course a lieu le samedi, on doit partir le mercredi ou le jeudi. Donc, à chaque fois, je loupe presque une semaine de lycée et je dois rattraper les cours, je le fais quand je suis dans le camion, sur la route, sur les circuits…

C’est une habitude à prendre, mais ça change par rapport au collège. Je suis en Première, donc j’ai les épreuves du Bac, mes spécialités à assurer… C’est plus compliqué, mais bon, il faut gérer tout ça quoiqu’il arrive.

Au collège, c’était différent, mon proviseur était un ancien sportif, donc il me comprenait bien. Lors du Brevet, il avait appelé le rectorat pour que je puisse louper une épreuve afin d’aller faire une course ! Et vu que j’avais eu mention Bien aux épreuves que j’avais déjà passées, il a même réussi à m’éviter les rattrapages.

Mon lycée est plutôt pour les sports d’hiver, donc au début ça faisait bizarre, j’étais la seule à ne pas faire ça ! Et en plus, je fais de la moto, je suis une fille… Donc, ça fait parler. Mais, en fin de compte, l’ambiance est vraiment très sympa : quand je reviens d’une course tout le monde me demande comment ça s’est passé, dès que j’ai besoin de rattraper des cours, on m’aide… C’est important pour suivre le rythme de l’école.

Malgré tout, je n’arrive pas tout le temps à rattraper l’intégralité des cours. Quand j’ai des entraînements importants, mes journées sont vraiment chargées, alors je travaille le soir comme je peux.

©C’est qui en pole ?

Récemment, après avoir obtenu une deuxième place lors de mon championnat, j’ai été placée sur liste ministérielle, je suis sportive espoir désormais. Les profs vont devoir un peu s’adapter et davantage m’aider, ça va sûrement faciliter les choses : je vais pouvoir avoir les cours en avance, des rattrapages de contrôle… Ça va me faire du bien, parce que les spécialités ne sont vraiment pas faciles… Être inscrite sur liste ministérielle comme sportive espoir était d’ailleurs un objectif, je m’étais renseignée sur le sujet. C’est un soulagement d’avoir ce nouveau statut, ça va clairement être une aide supplémentaire.

De toute façon, je me donne toujours au maximum, mon esprit de compétition marche aussi pour l’école. Quand je suis en cours, je suis à fond, je pose beaucoup de questions pour rattraper tout ce que je peux. Mais ça reste un travail et une pression supplémentaire, surtout que j’ai envie de réussir ! Je veux avoir les meilleures moyennes possibles, bien comprendre… Ce n’est pas simple, ça peut vraiment être fatiguant. Avec le sport tous les soirs, quand j’ai de gros contrôles, je me couche tard, et ça peut devenir une sorte de cercle vicieux.

Mais quand je suis sur les circuits, je me concentre uniquement sur ça, je me dis que c’est mon moment de compétition et que je dois à être à 100 % sur la moto. J’essaye de ne pas me prendre la tête avec les cours en compétition et de m’en occuper une fois la course passée. Et j’y arrive plutôt bien, surtout pour les compétitions importantes.

Je comprends que beaucoup trouvent ça très compliqué et pourraient avoir envie d’abandonner mais, moi, j’ai toujours voulu m’accrocher. Et puis, ma mère est très claire : « S’il n’y a pas d’école, pas de moto ! » En fin de compte, je prends le lycée comme une deuxième compétition.

Allez, je m’arrête là ! Promis, je vous en dirai (encore) plus dans quinze jours. On se donne rendez-vous ici le 7 février pour la suite ? En attendant, soyez ÀBLOCK!

*Justine Pedemonte a 16 ans et est pilote moto, engagée en championnat de France de Superbike (FSBK), Championnat de France SuperSport 300. Après avoir remporté plusieurs podiums, elle a terminé en octobre 2023, vice-championne de France. Vous pouvez la suivre sur son compte Instagram @justinepedemonte 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Bgirl India Sardjoe, un flow olympique

Bgirl India Sardjoe, un flow olympique

Plus que quelques mois avant que le breaking ne fasse officiellement son apparition aux Jeux Olympiques. Un rendez-vous qui fait rêver les Bgirls et Bboys. La Néerlandaise India Sardjoe est prête à se lancer dans la battle pour l’or. Portrait d’une breakeuse d’exception.

Lire plus »
Perrine Laffont, 5 infos pour briller sur les cimes

Perrine Laffont, 5 infos pour briller sur les bosses enneigées

Une belle glissade qui n’en finit pas. Au lendemain de son sacre sur l’épreuve simple, elle a remporté, ce dimanche, le parallèle, son deuxième titre mondial des bosses en 24h lors des Mondiaux de Bakuriani. Perrine Laffont devient à 24 ans la skieuse la plus titrée de l’histoire des Mondiaux. Zoom sur la carrière d’une skieuse qui sait si bien rouler sa bosse.

Lire plus »
Alexia Chartereau

Alexia Chartereau, la boss des parquets

Vice-capitaine des Bleues, actuellement en train de chasser cette coupe d’Europe qui échappe aux tricolores depuis plus de dix ans, Alexia Chartereau compte bien inscrire cette génération dorée au panthéon du basket français. Retour sur la carrière de la meneuse de femmes la plus en vogue de l’hexagone.

Lire plus »
Camille Lecointre

Camille Lecointre : « En voile, j’aime jouer avec l’incertitude, les éléments qu’on ne maîtrise pas… »

Matelot de l’équipe de France olympique en 470, dériveur en duo, médaillée de bronze aux JO, championne d’Europe et médaille de bronze aux Championnats du monde 2019, désignée Marin de l’année 2019 par la fédé de voile avec sa coéquipière Aloïse Retornaz, Camille Lecointre navigue avec sagesse et précision…sur l’eau, mais aussi dans la vie. Comme le vent l’emporte.

Lire plus »
Une trappe ? Cékoiça ?

Une trappe ? Cékoiça ?

Le terme est connu des initiés de sports Co dont le hockey sur glace, mais si vous n’êtes pas un spécialiste, il est pour le moins compliqué de s’imaginer à quoi peut bien ressembler une trappe sur une patinoire. Alors, c’est quoi, à votre avis ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Géraldine Rey

Géraldine Rey : « Dans le désert, on est toutes sur un pied d’égalité. »

Une baroudeuse, une femme sensible et volontaire. Une rêveuse aussi. Mais pas que. Sur les pistes comme au boulot, la créatrice de rallyes 100% féminins dont le Trophée Roses des Sables, est une boule d’énergie. Passionnée d’automobile, Géraldine Rey encourage les femmes à se surpasser en 4X4 ou à moto. Parce qu’elle en est sûre : femmes au volant, époustouflantes au tournant !

Lire plus »
JUJITSUFFRAGETTES

Les Jujitsuffragettes ou quand le self-defense devint une arme féministe

Ça ne date pas d’hier, mais c’est toujours d’actualité. Cent ans plus tôt, les femmes se sont battues pour leurs droits en retournant la violence contre ceux qui les muselaient. La ruse ? Le sport de self-défense qu’est le jujitsu. Un formidable enseignement de l’Histoire qui a bousculé les mentalités sur les aptitudes féminines. La femme est son propre bodyguard, qu’on se le dise !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner