Rechercher

Justine Pedemonte : « Je fais de la moto, je suis une fille… au lycée, ça fait parler. »

Justine Pedemonte : « Je fais de la moto, je suis une fille… au lycée, ça fait parler. »
En période de compétition, si la course a lieu le samedi, on doit partir le mercredi ou le jeudi. À chaque fois, je loupe presque une semaine de lycée et je dois rattraper les cours, mais je m’arrange, je rattrape quand je suis dans le camion, sur la route, sur les circuits...

Par Justine Pedemonte, pilote moto, 16 ans au compteur

Publié le 23 janvier 2024 à 18h26, mis à jour le 23 janvier 2024 à 18h28

Je vous raconte ma vie ? Je suis en première dans un lycée sportif. C’est du 8h-18h et comme j’habite en montagne, il faut ajouter une heure de bus. Direct, vers 19h, j’enchaîne avec mon entraînement du soir pendant une heure et demie voire deux heures. Je suis à la salle, au CrossFit, je peux aussi aller courir, ça dépend. Et puis après c’est classique : douche, dîner, devoirs et au lit !

La moto, c’est particulier en termes d’entraînements. On va s’exercer sur les circuits sur lesquels il va y avoir une compétition prochainement, on ne peut pas s’entraîner toutes les semaines comme au foot. Par exemple, au mois d’avril, je vais aller rouler au Mans une semaine avant la course de ce circuit, afin d’être prête pour le jour J (je vous raconterai !).

C’est ça qui est compliqué, notamment par rapport aux cours. Les entraînements en amont de la compèt’, les roulages, sont très souvent en semaine. Et quand c’est une période de compétition, si la course a lieu le samedi, on doit partir le mercredi ou le jeudi. Donc, à chaque fois, je loupe presque une semaine de lycée et je dois rattraper les cours, je le fais quand je suis dans le camion, sur la route, sur les circuits…

C’est une habitude à prendre, mais ça change par rapport au collège. Je suis en Première, donc j’ai les épreuves du Bac, mes spécialités à assurer… C’est plus compliqué, mais bon, il faut gérer tout ça quoiqu’il arrive.

Au collège, c’était différent, mon proviseur était un ancien sportif, donc il me comprenait bien. Lors du Brevet, il avait appelé le rectorat pour que je puisse louper une épreuve afin d’aller faire une course ! Et vu que j’avais eu mention Bien aux épreuves que j’avais déjà passées, il a même réussi à m’éviter les rattrapages.

Mon lycée est plutôt pour les sports d’hiver, donc au début ça faisait bizarre, j’étais la seule à ne pas faire ça ! Et en plus, je fais de la moto, je suis une fille… Donc, ça fait parler. Mais, en fin de compte, l’ambiance est vraiment très sympa : quand je reviens d’une course tout le monde me demande comment ça s’est passé, dès que j’ai besoin de rattraper des cours, on m’aide… C’est important pour suivre le rythme de l’école.

Malgré tout, je n’arrive pas tout le temps à rattraper l’intégralité des cours. Quand j’ai des entraînements importants, mes journées sont vraiment chargées, alors je travaille le soir comme je peux.

©C’est qui en pole ?

Récemment, après avoir obtenu une deuxième place lors de mon championnat, j’ai été placée sur liste ministérielle, je suis sportive espoir désormais. Les profs vont devoir un peu s’adapter et davantage m’aider, ça va sûrement faciliter les choses : je vais pouvoir avoir les cours en avance, des rattrapages de contrôle… Ça va me faire du bien, parce que les spécialités ne sont vraiment pas faciles… Être inscrite sur liste ministérielle comme sportive espoir était d’ailleurs un objectif, je m’étais renseignée sur le sujet. C’est un soulagement d’avoir ce nouveau statut, ça va clairement être une aide supplémentaire.

De toute façon, je me donne toujours au maximum, mon esprit de compétition marche aussi pour l’école. Quand je suis en cours, je suis à fond, je pose beaucoup de questions pour rattraper tout ce que je peux. Mais ça reste un travail et une pression supplémentaire, surtout que j’ai envie de réussir ! Je veux avoir les meilleures moyennes possibles, bien comprendre… Ce n’est pas simple, ça peut vraiment être fatiguant. Avec le sport tous les soirs, quand j’ai de gros contrôles, je me couche tard, et ça peut devenir une sorte de cercle vicieux.

Mais quand je suis sur les circuits, je me concentre uniquement sur ça, je me dis que c’est mon moment de compétition et que je dois à être à 100 % sur la moto. J’essaye de ne pas me prendre la tête avec les cours en compétition et de m’en occuper une fois la course passée. Et j’y arrive plutôt bien, surtout pour les compétitions importantes.

Je comprends que beaucoup trouvent ça très compliqué et pourraient avoir envie d’abandonner mais, moi, j’ai toujours voulu m’accrocher. Et puis, ma mère est très claire : « S’il n’y a pas d’école, pas de moto ! » En fin de compte, je prends le lycée comme une deuxième compétition.

Allez, je m’arrête là ! Promis, je vous en dirai (encore) plus dans quinze jours. On se donne rendez-vous ici le 7 février pour la suite ? En attendant, soyez ÀBLOCK!

*Justine Pedemonte a 16 ans et est pilote moto, engagée en championnat de France de Superbike (FSBK), Championnat de France SuperSport 300. Après avoir remporté plusieurs podiums, elle a terminé en octobre 2023, vice-championne de France. Vous pouvez la suivre sur son compte Instagram @justinepedemonte 

Toutes nos chroniques

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Alexandra Tavernier

Alexandra Tavernier : « Je suis une athlète, certes, mais je suis aussi une femme, une sœur, une copine… il faut me prendre dans ma globalité. »

Lorsqu’elle lance le marteau, c’est avec une force aussi bien physique que mentale. Alexandra Tavernier, 28 ans au compteur, a un joli palmarès : médaillée de bronze aux Mondiaux de Pékin en 2015, d’argent aux championnats d’Europe de Berlin en 2018, recordwoman de France avec un lancer de 75,38m. Pourtant, cette athlète sensible avoue sans détour les doutes, la dépression, le mal-être qui l’ont affaiblie. Aujourd’hui, elle est une autre et nous raconte. Échange percutant.

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo, le cœur en apnée

En avril, elle remportait la compétition internationale d’apnée qui se tenait au Blue Hole de Dahab, en Égypte, battant à trois reprises le record de France en se propulsant en bi-palmes à 85, 87 et 89 mètres. L’apnésite française Alice Modolo est de nouveau dans la place pour le Championnat de France en eau libre, ce week-end.

Lire plus »
Laura Gauché, l'étoile bleue qui grimpe…

Laura Gauché, l’étoile bleue qui grimpe…

Atteindre des sommets, c’est ce qui l’a toujours fait vibrer. Depuis plusieurs années, skis aux pieds, Laura Gauché glisse vers un avenir glorieux. Les Championnats du Monde de ski alpin qui viennent de s’ouvrir à Courchevel-Méribel sont un jeu de pistes extra pour une enfant de la région.

Lire plus »
Il était une fois l’aviron… féminin

Il était une fois l’aviron… féminin

Jusqu’au 5 juin, rameuses et rameurs s’affrontent sur l’Allier. Vichy accueille les championnats de France bateaux longs pendant trois journées de compet’. Une occasion en or de revenir sur l’histoire des femmes dans l’aviron. Une histoire qui a débuté par des canotières à la réputation sulfureuse…

Lire plus »
Mathilde Gros

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière du tennis, une cycliste en piste pour Tokyo (Mathilde Gros sur notre photo), une tireuse qui vise juste, une handballeuse qui veut mettre le Japon en cage, les Jeux Olympiques décryptés, une nouvelle « question qui tue » et une initiative bien trempée… On est toujours ÀBLOCK! et c’est juste pour vous !

Lire plus »
Maame Biney, la black short-track attitude

Maame Biney, la black short-track attitude

Elle est la première femme noire à faire partie de l’équipe olympique américaine de patinage de vitesse sur piste courte et le revendique haut et fort. Cette reine du 500 m, sa discipline préférée dans le short-track, est une étoile de ce sport fascinant, toujours le sourire aux lèvres et la foulée explosive. Maame Biney sait comme personne briser la glace.

Lire plus »
Léa Labrousse

Léa Labrousse : « En trampoline, voir un garçon aller plus haut que moi, ça me booste ! »

Pétillante, fraîche et aérienne, elle pourrait bien faire ses plus belles figures aux prochains JO de Tokyo. En attendant, Léa Labrousse, trampoliniste française, continue de prendre d’assaut la toile en compétitions internationales. Du haut de ses 23 ans, elle sait comme personne déchausser les baskets pour se propulser dans les airs avec une puissance et une précision dont elle seule a le secret. Rencontre avec une fille d’une autre dimension. En toute légèreté.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner