Benedicte Pernet : « Le sport n’est pas réservé à une élite ou à une classe d’âge. »Préparatrice en pharmacie, crossfiteuse, 56 ans

Benedicte Pernet : « Le sport n’est pas réservé à une élite ou a une classe d’âge. »
Elle vient de remporter les French Throwdown, l’équivalent des championnats de France de CrossFit, catégorie plus de 55 ans. Benedicte Pernet est une warrior tardive. Chez cette nana qui a toujours besoin de se lancer des défis, le sport a tout chamboulé. Et la voilà qui rêve d’une finale internationale aux Games, le Graal des crossfiteurs. Un rêve...vraiment ?

Propos recueillis par Julie Begon

Publié le 18 août 2022 à 18h00, mis à jour le 19 août 2022 à 11h18

« J’ai toujours fait du sport. Quand j’étais petite, c’était de la danse classique, du tennis, un peu de piscine… Mais le CrossFit, c’est arrivé tard.

Il y a six ans, alors que j’avais déjà 49 ans. Je passais mon BPJEPS, un diplôme d’État me permettant de devenir coach sportif et, pour terminer la saison avec les adhérentes d’une des associations pour laquelle je coachais, je leur ai proposé une soirée dans une « box », une salle de CrossFit, qui venait d’ouvrir.

Ça a été une découverte, un coup de foudre. J’ai fait la séance et je me suis dit : « Oh la la, c’est ça ! C’est ce sport que je veux faire ! » C’était vraiment incroyable, je n’en avais jamais fait auparavant.

J’ai participé à une séance et, en sortant, j’ai signé direct un abonnement pour un an !

C’est l’immense variété du CrossFit qui me plaît, c’est toujours différent. Ce que j’aime par-dessus tout, c’est le cardio et l’haltérophilie. Tout ce qui est barres olympiques avec les poids… c’est vraiment les deux filières que j’adore.

Après, tout ce qui est gym suspendue, c’est plus compliqué pour moi, parce que c’est très technique. Comme je n’en ai jamais fait quand j’étais jeune, c’est un gros point faible que je dois bosser beaucoup plus que les autres disciplines.

Mais au delà de ça, c’est aussi le défi qui m’anime parce que, à chaque fois, c’est un challenge. Un défi personnel permanent de progresser, apprendre de nouveaux mouvements, monter plus fort en charge… Et puis c’est le plaisir d’être avec d’autres personnes.

C’est un sport individuel, la plupart du temps, mais on le pratique en groupe. Sur une tranche horaire, on peut être jusqu’à douze à se dépasser ensemble. On fait le même « WOD », la même activité du jour.

On n’est jamais seul, en fait. Ça devient un défi contre soi-même, un défi avec les autres… Le dernier va être encouragé par le premier et ça devient un effort collectif.

Le CrossFit, c’est un sport accessible à tout le monde et qui peut être commencé à n’importe quel âge. Surtout, c’est un sport qui s’adapte à vos capacités physiques. Si vous avez un souci au dos, par exemple, c’est pas grave, on change le mouvement.

J’en parlais avec mon coach, Guillaume Nordey, je trouve dommage de ne pas communiquer là-dessus, sur les possibilités qu’offre le CrossFit pour se remettre au sport ou tout simplement pour découvrir le plaisir de bouger, de prendre soin de soi, de se faire plaisir, de retrouver des copines… Juste sortir de chez soi.

Je suis préparatrice en pharmacie à mi-temps, mais aussi coach sportif en association et je me rends bien compte qu’il y a des femmes qui pourraient, qui voudraient faire du sport mais qui n’osent pas. La peur du regard, de l’âge… Et c’est dommage.

Je pense à toutes ces femmes qui ont des enfants, qui travaillent, qui enchaînent les journées et qui ne font rien juste pour elles. Et bien voilà, le CrossFit c’est épanouissant.

Benedicte avec son coach, Guillaume.

Après, c’est comme tout, certaines ne vont pas aimer, mais si vous franchissez les portes d’une box et qu’elle est accueillante, que vous faites des rencontres… ça peut changer une vie.

J’ai vu des personnes arriver dans une salle de CrossFit et se transformer, reprendre confiance en elles, retrouver le plaisir de bouger, voir son corps se transformer… C’est un ensemble vertueux.

On a envie d’aller bien, de continuer, parce que ça amène une image positive dans la vie de tous les jours, pas seulement pendant une heure d’entraînement.

Le sport, ce n’est pas réservé à une élite ni à une classe d’âge. Tout le monde a sa chance, tout le monde peut faire du sport à son niveau.

L’avantage du CrossFit, c’est que même si c’est un peu cher, vous êtes encadré. Vous vous entraînez avec une équipe formée, dédiée à vous suivre, à adapter les exercices en fonction de vous…

Ça permet la pratique d’un sport en toute sécurité et ça peut redonner confiance. Vous n’êtes pas anonyme dans une salle. À force de revenir dans votre box, le coach vous connaît, vous pouvez lui dire ce que vous pouvez ou ne pouvez pas faire et ainsi avoir une pratique sportive adaptée à vos capacités.

Voilà, c’est comme ça que je vois la pratique du CrossFit. Pour moi, c’est cinq jours d’entraînement par semaine. Entre deux et trois heures à chaque fois. Quand je ne suis pas au travail, je m’entraîne.

J’ai commencé la compétition il y a cinq ans, alors que j’avais 50 ans. Un des coachs de ma box m’a dit : « Ah, mais attends, franchement pour ton âge, tu te débrouilles bien, ça ne t’intéresserait pas la compet’ ? ». Et voilà, c’est parti comme ça.

J’ai commencé par ce qu’on appelle les Opens. C’est ouvert à toutes les personnes inscrites dans les salles de CrossFit, partout dans le monde. Une épreuve sort chaque semaine, pendant six semaines. On la fait au sein de la box et il y a un classement mondial. C’était ça, ma première expérience en compétition, mais à distance donc.

Après, j’ai commencé les déplacements en compétition. D’abord, des événements indépendants organisés par des box chez elles. Et puis, une chose en entraînant une autre, j’ai remporté les French, l’équivalent des championnats de France, au vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, le 26 juin 2022, dans la catégorie + 55 ans.

Voilà, la compétition, je ne sais pas trop où ça me mènera, mais c’est vrai que le Graal ça serait les Games : vous allez aux États-Unis et vous participez à LA finale du CrossFit mondial.

Ça commence par les Opens, après vous vous qualifiez pour les quarts, les demis et puis ils gardent les dix meilleurs dans chaque catégorie d’âge pour les faire s’affronter aux Games.

Ça, c’est dans un coin de ma tête… Quand j’ai commencé, je me disais que jamais je ne pourrais me mesurer à ces athlètes, et puis, petit à petit, on s’y met et on se prend au jeu…

Alors, ça reste un rêve, mais en même temps je vais tout faire pour qu’il se réalise. En attendant, ça me permet de faire de belles rencontres, de me dépasser à chaque fois et de continuer à progresser. »

D'autres épisodes de "Muscu, haltéro, CrossFit, ça envoie du lourd !"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Première femme moniteur parachutiste de l’histoire de son régiment, basé à Montauban, elle est aussi une excellente triathlète. Petite, sa famille la surnommait, “l’adjudant-chef“, autant dire que sa vocation militaire n’aura été une surprise pour personne. Et le sport dans tout ça ? Il fait partie du pourquoi de son engagement. Témoignage d’une femme de troupe.

Lire plus »
Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Elle s’est engagée dans un marathon à vélo de vingt-et-un jours et plus de 3 300 kilomètres ! Julia Favresse fait partie des neuf cyclistes retenues par l’association « Donnons des elles au vélo J-1 » pour parcourir les étapes du Tour de France un jour avant le peloton hommes. Un défi sportif XXL pour la Beauvaisienne dont l’ambition, à terme, est de développer le sport féminin dans les Hauts-de-France.

Lire plus »
Camille : « Le sport outdoor me permet de revenir à l'essentiel.»

Camille : « Le sport outdoor, ça permet de revenir à l’essentiel.»

Elle a quitté Paris et une vie confortable sur un coup de tête. Camille Dubois-Leipp s’est installée à Annecy avec l’envie de profiter, chaque jour, d’un terrain de jeu naturel propice à la pratique sportive. Une passionnée des grands espaces qui a mis à profit ce nouveau départ pour créer Outtrip, une plateforme dont l’ambition est de rendre les activités de pleine nature plus accessibles et plus inclusives.

Lire plus »
Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Elle a découvert ce sport acrobatique par hasard. Et n’a plus jamais cessé de pratiquer depuis. Adélaïde Gandrille, traceuse et présidente de l’association Pink Parkour, a trouvé dans le PK comme on appelle le parkour chez les initiés, un moyen de s’épanouir, physiquement et intellectuellement. Témoignage d’une fille qui sait comment franchir tous les obstacles.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Kim Ng

Kim Ng, la nouvelle boss du baseball qui frappe fort

Elle a su s’imposer dans un monde d’hommes. À 51 ans, Kim Ng est devenue manager général de l’équipe de baseball Miami Marlins. Une vraie révolution dans l’univers, jusqu’alors uni-genré, des sports majeurs aux Etats-Unis. Portrait d’une infatigable battante.

Lire plus »
Naomi Osaka

Naomi Osaka, la petite prodige engagée du tennis

Sportive la mieux payée de l’Histoire devant sa challenger Serena Williams, la toute jeune Naomi Osaka a plus d’une corde à sa raquette de tennis. Au top 10 du classement mondial WTA, forte de deux titres consécutifs de Grand Chelem, elle garde la tête froide et donne l’exemple en haussant la voix contre le racisme. Portrait de l’une des sportives les plus influentes en 2020.

Lire plus »
Jeanne et Julia Courtois

La Transat Jacques Vabre à travers des jumelles

Elles en sont cap et c’est bien pour ça que les organisateurs de la Transat Jacques Vabre avaient lancé un appel à projet féminin, le 8 mars dernier. Histoire d’encourager les filles à prendre le large. L’objectif : accompagner deux navigatrices passionnées pour mieux braver l’Atlantique en duo lors de la prochaine transat, le 7 novembre. L’opé « Cap pour Elle » est aujourd’hui bouclée, le nom des lauréates révélés : ce sont des sœurs jumelles, Jeanne et Julia Courtois, qui seront sur la ligne de départ. Faisons les présentations.

Lire plus »
Jackie Joyner-Kersee, la légende du tartan

Jackie Joyner-Kersee, la légende du tartan

Plus de vingt ans après avoir raccroché les crampons, elle continue de régner sur les épreuves combinées. L’Américaine Jackie Joyner-Kersee, meilleure performeuse de tous les temps à l’heptathlon, n’a, en deux décennies passées loin des pistes, toujours pas trouvé rivale à sa hauteur. Portrait d’une athlète toujours à la pointe.

Lire plus »
Hashimoto Seiko, l’olympisme et l’égalité à cœur et à cris

Hashimoto Seiko, l’olympisme et l’égalité à cœur et à cris

Couronnée du Trophée mondial « Femme et Sport » 2021 par le CIO, Hashimoto Seiko, présidente du Comité d’organisation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et septuple olympienne dans deux disciplines différentes, est plus que jamais une femme ÀBLOCK! Portrait d’une influente au royaume du sport mondial qui a l’olympisme et ses valeurs dans la peau.

Lire plus »
Sarah Bouhaddi

Sarah Bouhaddi : l’Amérique était son but

Cent-quarante-neuf sélections. Pas une de plus. En tout cas sur le sol français. La gardienne star des Bleues et de l’OL lâche Lyon pour l’Utah. Direction les States pour la footballeuse qui rejoindra cet été les Royals de Salt Lake City. Un contrat négocié il y a déjà plusieurs semaines. Goal baby, goal !

Lire plus »

Rallye des Gazelles : Anne et Sandra attendront encore un peu…

Elles se sont lancées un défi un peu fou : participer au Rallye Aïcha des Gazelles au Maroc, le seul Rallye-Raid hors-piste 100% féminin au monde. Elles, ce sont Anne et Sandra. Elles devaient nous faire partager leur préparation jusqu’au départ, en 2021, mais le COVID-19 est passé par là et décision a été prise de reporter d’un an. Mais ce n’est que partie remise.

Lire plus »
Ella Palis : pour elle, le foot, c'est de la balle !

Ella Palis : pour elle, le foot, c’est de la balle !

Petite dernière d’une famille accro au sport, Ella Palis ne fait pas exception. Elle perpétue la tradition à grands coups de crampons dans le milieu du ballon rond. Un rêve de carrière qui devient réalité avec sa première campagne internationale sous le maillot tricolore pour l’Euro 2022.

Lire plus »
Cap Optimist, ou comment faire du paddle un acte de solidarité

Cap Optimist, ou comment faire du paddle un acte de solidarité

Elle est sauveteuse en mer et au-delà. Stéphanie Barneix accompagnée de cinq autres waterwomen rallient actuellement Monaco et Athènes en paddleboard. Un échauffement avant le défi Cap Optimist, qui se déroulera entre le Pérou et la Polynésie Française en janvier 2023. Un défi à la seule force des bras pour soutenir les personnes atteintes de cancer.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner