Ces sportives qui revendiquent le "No limit"

crossfit Laurene
Boxe, CrossFit, ultra-trail ou encore rugby, aujourd’hui les femmes sont de plus en plus nombreuses à truster des sports habituellement chargés en testostérone. Se battre, s’abîmer, se dépasser… ces pratiquantes et championnes n'ont peur de rien. Surtout si ça fait « mâle ».

Par Valérie Domain

Publié le 22 janvier 2020 à 17h49, mis à jour le 10 mars 2022 à 8h13

Reconstruction identitaire, revendication féministe, esprit de revanche, affirmation de soi… Qu’est-ce qui pousse de plus en plus de femmes à choisir des sports « rudes », longtemps chasse gardée des hommes  ?

La boxe, le self-défense, le rugby, l’ultra-trail ou encore le CrossFit, rien ne semble les arrêter. Aller contre les idées reçues, dépasser ses limites, endurer et ne pas moufter. « Ma mère me dit souvent : « Mais pourquoi tu te fais mal comme ça  ?« . Je lui réponds : « Parce que c’est ce que j’aime, me faire mal«  », confie Alice Varela, capitaine de l’Équipe de France féminine de rugby à XIII.

Faire de la souffrance une exquise friandise. Un point commun chez ces sportives qui veulent aller au bout d’elles-mêmes : « Le matin, si je ne me lève pas avec des courbatures, c’est comme si quelque chose clochait, raconte Stéphanie, adepte de krav maga et de parkour. Mon corps réclame sa dose de souffrance même si je sais que tout ça, finalement, c’est dans la tête. »

Elisa Savalle
©Ally

Dans la tête  ? Pour prouver quoi  ? À qui  ?

« Les femmes ont l’esprit de conquête. Psychologiquement, elles sont capables d’aller extrêmement loin, explique Guy Missoum*, docteur en psychologie, ancien directeur du laboratoire de psychologie du sport à l’INSEP. Elles n’hésitent pas à se remettre en question, à oser l’inconnu, quand les hommes sont souvent dans la comparaison permanente avec l’autre et n’aiment pas se retrouver dans la difficulté. L’idée pour celles qui se dépassent n’est pas tant de se mesurer à autrui mais de se vaincre soi-même. »

Le psychologue du sport Jean-Paul Labedade abonde : « Elles sont à la recherche d’un idéal. Il s’agit d’avoir une vie la plus pleine possible, de placer la barre très haut. Aujourd’hui, c’est à travers le sport dans ce qu’il a de plus extrême. »

street workout

Au-delà de l’effort physique, aller se frotter aux pratiques dites d’ « exténuation », comme les sports intenses type CrossFit inspiré des entraînements militaires ou encore l’ultra-trail, participerait-il à l’émancipation des femmes  ?

« C’est une tendance émergente mais on ne peut pas encore parler de tendance lourde, modère la sociologue Catherine Louveau**. Il faut attendre plusieurs années pour savoir si elle sera dominante. Mais c’est intéressant de s’interroger sur le profil de ces femmes  : Qui sont-elles ? Ont-elles une trajectoire commune ? Qu’est-ce qui les pousse à aller vers des pratiques militaires ? Ce sont en tout cas des femmes porteuses d’une certaine représentation, c’est dire aux petites filles qu’elles ne sont pas forcément destinées à être danseuses. »

rugby femme

Un combat féministe  ?

 Ces sportives qui montrent les poings, soulèvent de la fonte ou combattent au corps-à-corps, seraient-elles des féministes qui s’ignorent  ?

« Je pense que c’est très conscient au contraire, affirme Jacques Defrance***, sociologue et historien du sport. Mais c’est une prise de conscience individuelle, ce n’est pas organisé. Et c’est dommage car on pourrait attendre du sport qu’il offre des ressources originales pour défendre des valeurs féministes, ce n’est pas le cas. Les femmes se sont toujours affirmées d’un côté dans le sport, dans l’autre en politique ; ce sont deux sphères d’intervention distinctes. Cela tient au fait que le monde du sport a toujours voulu rester apolitique. Or, c’est compliqué, car pour faire bouger les choses, il faut une démarche collective. » 

Ingrid Graziani

Une démarche collective, empreinte de sororité, qui n’est pas encore d’actualité. Les femmes elles-mêmes n’étant pas toutes de ferventes admiratrices de celles qui osent aller défier les hommes sur le terrain de la force, de l’affrontement et de l’engagement physique.

D’autant qu’on les taxe souvent de vouloir reprendre les codes masculins à leur compte. Physiquement, elles correspondent rarement aux canons de beauté actuels : trop musclées, trop viriles, elles seraient l’antithèse de la séductrice.

Lil'Viber

Catherine Louveau explique très bien que si encore peu de femmes choisissent les sports « de tradition masculine », c’est qu’ils ne s’accordent pas avec les catégorisations spontanées à partir desquelles femmes et hommes jugent ce qui convient ou non à une femme.

Sandrine, adepte de boxe anglaise, confirme : « Se bagarrer dans la rue, se servir de ses poings, c’est un truc de mec. Pour nous les filles, c’est très mal vu d’exprimer cette violence qu’on a en nous. » Ainsi, la plupart s’interdisent-elles de pratiquer un sport qui ne serait pas compatible avec les diktats de la société.

Ellen Fokkema

Attention, (pas) fragile !

Pour celles, au contraire, qui considèrent que la femme doit occuper l’espace sportif sans aucune exception, y compris en pratiquant des activités considérées à tort comme masculines, il est souvent question de prouver qu’être femme ce n’est pas être fragile. Comme s’il fallait se forger une cuirasse pour mieux refuser les limites qu’on leur impose  :

« Les femmes ont de tout temps et en tout lieu été la proie des prédateurs masculins, note Jean-Paul Labedade. Par la pratique de ces sports de combat ou issus d’entraînements militaires, elles compensent une extrême vulnérabilité, là se trouve leur motivation. Et dans cette motivation on perçoit une certaine jouissance, celle de tenir leur revanche sur les hommes. »

boxe femme

Alice Varela, la rugbyman, ne cache pas sa satisfaction à prouver aux hommes qu’elle est capable de les challenger sur leur territoire : « L’idée d’être forte, l’égale des hommes, ça me parle. La majorité des gens qui viennent voir du rugby sont surpris : « Vous vous rentrez dedans  !«  Oui, on se met les mêmes tampons que les hommes, on va au contact. Les filles sont considérées comme des cadettes, pas comme l’élite. Moi je dis aux hommes : venez nous voir jouer et on en reparlera  ! »

Framboise Labat

Asexué

Sport mixte, le CrossFit serait selon Fred – propriétaire à Cergy dans le Val-d’Oise d’une « box », comme on appelle les salles de cette activité qui mêlent haltérophilie, gymnastique et cardio – un endroit quasi asexué où les femmes ne sont pas sous domination masculine.

« On va avoir des filles très sportives qui ont toujours eu l’habitude de la performance, d’autres attirées par la possibilité de faire la même chose que les hommes, mais quand le chrono est lancé, tout le monde est au même niveau, dit-il. Que l’on ait de la force ou pas, on est ici face à l’ensemble des qualités physiques de l’être humain. Le mérite n’est pas la performance dans la charge qu’on va soulever mais dans la possibilité d’aller toujours plus loin. »

Estelle Mossely
©Aiba

Aller toujours plus loin, un leitmotiv chez ces filles désireuses de montrer ce qu’elles ont dans le ventre. Mais qu’est-ce qui les pousse à vouloir mordre la poussière  ?

« Le fait qu’elles sont tout le temps cadrées, limitées, analyse Fred. Dans le dépassement de soi, plus de mesure, on donne tout ce qu’on a sans jugement. Et ici, personne ne va te regarder pour savoir si tes yeux sont bien maquillés ou si tu as mis du rouge à lèvres. Les clichés explosent car tu dois être dans le moment. Tu ne penses qu’à dompter la souffrance, tu termines en nage, parfois sale. Mais peu importe. »

crossfit

L’idée de devenir une autre l’espace de quelques heures semble également séduire les femmes en quête d’adrénaline.

« Dans la vie, je suis plutôt quelqu’un de posé, de patient. Mais quand je mets mes crampons et mon protège-dents, je ne suis plus la même. Je ne me reconnais pas et j’adore ça », dixit Alice Varela, banquière au total look féminin en dehors des matches et des entraînements.

« Personne ne peut imaginer que je fais de la boxe à l’extérieur, confie Sandrine, je suis féminine dans ma façon de marcher, de parler, de m’habiller… Ici, je croise des avocates, des femmes qui travaillent dans la finance, elles sont hyperféminines lorsqu’elles arrivent et lorsqu’elles repartent mais entre les deux, c’est autre chose, c’est la loi du ring. Tu t’en fous de ton apparence, on laisse les clichés au vestiaire. »

Jessi Combs

Ainsi, les femmes qui pratiquent des sports de « défonce », comme les appelle Guy Missoum, n’en revendiquent pas moins leur féminité.

« On peut s’investir dans ces sports à un moment de sa journée et à un autre moment, rechercher de la tendresse, rester féminine. J’appelle ça le Switch. Dans une journée, il y a plusieurs séquences. La séquence professionnelle, la séquence privée ou familiale et la séquence sociale ou loisirs. Et à chacun de ces moments différents, on peut être soi-même différent. »

Alice Varela, du haut de ses 29 ans conclut : « Capable de prouver qu’on peut réussir, c’est important. Et si ce n’est pas dans sa vie pro ou dans sa vie perso, ce peut être dans le sport. Parvenir à aller au bout de soi-même, c’est le plus beau et le plus grand des défis. »

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Marit Bjørgen, la reine des neiges

Marit Bjørgen, la reine des neiges

Elle est tout simplement l’athlète la plus titrée de l’Histoire des Jeux Olympiques d’hiver et ce, tous sexes confondus. Avec quinze médailles, dont huit en or, la skieuse norvégienne Marit Bjørgen devance, sur le podium, ses compatriotes Ole Einar Bjørndalen et Bjørn Dæhlie. Retour sur le parcours d’une fondeuse d’exception.

Lire plus »
Il était une fois l’équitation…féminine

Il était une fois l’équitation…féminine

C’est l’heure de monter à cheval ! Alors que les Championnats du Monde de Saut d’Obstacles, dressage, para-dressage et voltige s’ouvrent à Herning, au Danemark, ÀBLOCK! vous invite à démonter les vieux clichés autour de l’équitation et des femmes via les cavalières qui ont marqué l’Histoire. Et au trot !

Lire plus »
Kumba Larroque

Koumba Larroque : « Je suis une fille qui fait de la lutte, je n’aurais pas pensé, qu’un jour, on me prendrait pour exemple. »

Elle a bien failli voir le Japon devant sa télévision. Touchée au ménisque en 2018, Koumba Larroque a cru, un temps, que les Jeux Olympiques allaient lui échapper. Il n’en sera rien ! La lutteuse française a su prendre son mal en patience pour revenir plus forte. Et saisir sa chance, en mars dernier, en validant sa présence à Tokyo. Rencontre avec une combattante que rien ne peut mettre au tapis.

Lire plus »
Lisa Pou

Lisa Pou, comme un poisson dans l’eau

Elle a 22 ans et son oxygène, elle le puise dans les flots. La nageuse de l’AS Monaco, vient de décrocher son premier titre de Championne de France d’eau libre, en solitaire, sur 10 km, et son 3e titre consécutif sur le 25 km. Une fille dans son élément.

Lire plus »

Plongée libre : les femmes comme des poissons dans l’eau

Nouvelle pépite sur les écrans dans le viseur de ÀBLOCK! : la série documentaire « Sports d’ailleurs » sur Netflix. Une plongée fascinante dans diverses cultures et les sports originaux que ces communautés pratiquent. On vous emmène faire un voyage dans « Le Grand bleu » avec l’épisode 3 consacré à la plongée libre, sport national aux Philippines où les femmes règnent sur les mers…

Lire plus »
Salomé Gilles

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La semaine dernière, on fêtait les femmes. Et même si, sur ÀBLOCK!, le 8 mars, c’est toute l’année, on a fait fort : une ministre, deux sociologues, une arbitre, sans compter nos pratiquantes et championnes (comme l’aviatrice Salomé Gilles sur notre photo), les rencontres se sont succédé. Alors, on est aux anges, comme d’hab’. Allez, on vous partage tout !

Lire plus »
Simone Biles

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière du tennis français restée dans l’ombre, une autre qui s’est offert un doublé pour la postérité à Roland-Garros, une championne folle de volley, la gymnaste la plus titrée de tous les temps (Simone Biles, notre photo), mais aussi une “question qui tue“, un film poignant sur la relation entre des ados et le foot et un nouveau campus sport business, c’est le programme à retrouver sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Diana Nyad La nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

Diana Nyad, la nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

En 2013, elle reliait à la nage, sans aucune protection contre les requins, Cuba à Key West, en Floride. Elle avait 64 ans. L’Américaine Diana Nyad était alors surtout connue pour avoir été championne de squash dans les années 80. Mais son rêve, c’était de relever ce défi aquatique. She did it. Et elle se raconte dans cet épisode du podcast « Merci pour ce moment » signé Quentin Faure.

Lire plus »
Marthe Robert

Marthe Robert, aussi libre que sa nage

Championne du monde de natation, c’est pourtant en traversant pour la première fois, en 1904, le lac de Neuchâtel que Marthe Robert a marqué son temps. Sportive sauvage, nature et authentique, la Suissesse force le respect par son humilité, sa passion de la natation et son courage à toute épreuve, à une époque où les nageurs étaient portés au-dessus des flots, au contraire des nageuses…

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner