Ces sportives qui revendiquent le "No limit"

crossfit Laurene
Boxe, CrossFit, ultra-trail ou encore rugby, aujourd’hui les femmes sont de plus en plus nombreuses à truster des sports habituellement chargés en testostérone. Se battre, s’abîmer, se dépasser… ces pratiquantes et championnes n'ont peur de rien. Surtout si ça fait « mâle ».

Par Valérie Domain

Publié le 22 janvier 2020 à 17h49, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h47

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Reconstruction identitaire, revendication féministe, esprit de revanche, affirmation de soi… Qu’est-ce qui pousse de plus en plus de femmes à choisir des sports « rudes », longtemps chasse gardée des hommes  ?

La boxe, le self-défense, le rugby, l’ultra-trail ou encore le CrossFit, rien ne semble les arrêter. Aller contre les idées reçues, dépasser ses limites, endurer et ne pas moufter. « Ma mère me dit souvent : « Mais pourquoi tu te fais mal comme ça  ?« . Je lui réponds : « Parce que c’est ce que j’aime, me faire mal«  », confie Alice Varela, capitaine de l’Équipe de France féminine de rugby à XIII.

Faire de la souffrance une exquise friandise. Un point commun chez ces sportives qui veulent aller au bout d’elles-mêmes : « Le matin, si je ne me lève pas avec des courbatures, c’est comme si quelque chose clochait, raconte Stéphanie, adepte de krav maga et de parkour. Mon corps réclame sa dose de souffrance même si je sais que tout ça, finalement, c’est dans la tête. »

Elisa Savalle
©Ally

Dans la tête  ? Pour prouver quoi  ? À qui  ?

« Les femmes ont l’esprit de conquête. Psychologiquement, elles sont capables d’aller extrêmement loin, explique Guy Missoum*, docteur en psychologie, ancien directeur du laboratoire de psychologie du sport à l’INSEP. Elles n’hésitent pas à se remettre en question, à oser l’inconnu, quand les hommes sont souvent dans la comparaison permanente avec l’autre et n’aiment pas se retrouver dans la difficulté. L’idée pour celles qui se dépassent n’est pas tant de se mesurer à autrui mais de se vaincre soi-même. »

Le psychologue du sport Jean-Paul Labedade abonde : « Elles sont à la recherche d’un idéal. Il s’agit d’avoir une vie la plus pleine possible, de placer la barre très haut. Aujourd’hui, c’est à travers le sport dans ce qu’il a de plus extrême. »

street workout

Au-delà de l’effort physique, aller se frotter aux pratiques dites d’ « exténuation », comme les sports intenses type CrossFit inspiré des entraînements militaires ou encore l’ultra-trail, participerait-il à l’émancipation des femmes  ?

« C’est une tendance émergente mais on ne peut pas encore parler de tendance lourde, modère la sociologue Catherine Louveau**. Il faut attendre plusieurs années pour savoir si elle sera dominante. Mais c’est intéressant de s’interroger sur le profil de ces femmes  : Qui sont-elles ? Ont-elles une trajectoire commune ? Qu’est-ce qui les pousse à aller vers des pratiques militaires ? Ce sont en tout cas des femmes porteuses d’une certaine représentation, c’est dire aux petites filles qu’elles ne sont pas forcément destinées à être danseuses. »

rugby femme

Un combat féministe  ?

 Ces sportives qui montrent les poings, soulèvent de la fonte ou combattent au corps-à-corps, seraient-elles des féministes qui s’ignorent  ?

« Je pense que c’est très conscient au contraire, affirme Jacques Defrance***, sociologue et historien du sport. Mais c’est une prise de conscience individuelle, ce n’est pas organisé. Et c’est dommage car on pourrait attendre du sport qu’il offre des ressources originales pour défendre des valeurs féministes, ce n’est pas le cas. Les femmes se sont toujours affirmées d’un côté dans le sport, dans l’autre en politique ; ce sont deux sphères d’intervention distinctes. Cela tient au fait que le monde du sport a toujours voulu rester apolitique. Or, c’est compliqué, car pour faire bouger les choses, il faut une démarche collective. » 

Ingrid Graziani

Une démarche collective, empreinte de sororité, qui n’est pas encore d’actualité. Les femmes elles-mêmes n’étant pas toutes de ferventes admiratrices de celles qui osent aller défier les hommes sur le terrain de la force, de l’affrontement et de l’engagement physique.

D’autant qu’on les taxe souvent de vouloir reprendre les codes masculins à leur compte. Physiquement, elles correspondent rarement aux canons de beauté actuels : trop musclées, trop viriles, elles seraient l’antithèse de la séductrice.

Lil'Viber

Catherine Louveau explique très bien que si encore peu de femmes choisissent les sports « de tradition masculine », c’est qu’ils ne s’accordent pas avec les catégorisations spontanées à partir desquelles femmes et hommes jugent ce qui convient ou non à une femme.

Sandrine, adepte de boxe anglaise, confirme : « Se bagarrer dans la rue, se servir de ses poings, c’est un truc de mec. Pour nous les filles, c’est très mal vu d’exprimer cette violence qu’on a en nous. » Ainsi, la plupart s’interdisent-elles de pratiquer un sport qui ne serait pas compatible avec les diktats de la société.

Ellen Fokkema

Attention, (pas) fragile !

Pour celles, au contraire, qui considèrent que la femme doit occuper l’espace sportif sans aucune exception, y compris en pratiquant des activités considérées à tort comme masculines, il est souvent question de prouver qu’être femme ce n’est pas être fragile. Comme s’il fallait se forger une cuirasse pour mieux refuser les limites qu’on leur impose  :

« Les femmes ont de tout temps et en tout lieu été la proie des prédateurs masculins, note Jean-Paul Labedade. Par la pratique de ces sports de combat ou issus d’entraînements militaires, elles compensent une extrême vulnérabilité, là se trouve leur motivation. Et dans cette motivation on perçoit une certaine jouissance, celle de tenir leur revanche sur les hommes. »

boxe femme

Alice Varela, la rugbyman, ne cache pas sa satisfaction à prouver aux hommes qu’elle est capable de les challenger sur leur territoire : « L’idée d’être forte, l’égale des hommes, ça me parle. La majorité des gens qui viennent voir du rugby sont surpris : « Vous vous rentrez dedans  !«  Oui, on se met les mêmes tampons que les hommes, on va au contact. Les filles sont considérées comme des cadettes, pas comme l’élite. Moi je dis aux hommes : venez nous voir jouer et on en reparlera  ! »

Framboise Labat

Asexué

Sport mixte, le CrossFit serait selon Fred – propriétaire à Cergy dans le Val-d’Oise d’une « box », comme on appelle les salles de cette activité qui mêlent haltérophilie, gymnastique et cardio – un endroit quasi asexué où les femmes ne sont pas sous domination masculine.

« On va avoir des filles très sportives qui ont toujours eu l’habitude de la performance, d’autres attirées par la possibilité de faire la même chose que les hommes, mais quand le chrono est lancé, tout le monde est au même niveau, dit-il. Que l’on ait de la force ou pas, on est ici face à l’ensemble des qualités physiques de l’être humain. Le mérite n’est pas la performance dans la charge qu’on va soulever mais dans la possibilité d’aller toujours plus loin. »

Estelle Mossely
©Aiba

Aller toujours plus loin, un leitmotiv chez ces filles désireuses de montrer ce qu’elles ont dans le ventre. Mais qu’est-ce qui les pousse à vouloir mordre la poussière  ?

« Le fait qu’elles sont tout le temps cadrées, limitées, analyse Fred. Dans le dépassement de soi, plus de mesure, on donne tout ce qu’on a sans jugement. Et ici, personne ne va te regarder pour savoir si tes yeux sont bien maquillés ou si tu as mis du rouge à lèvres. Les clichés explosent car tu dois être dans le moment. Tu ne penses qu’à dompter la souffrance, tu termines en nage, parfois sale. Mais peu importe. »

crossfit

L’idée de devenir une autre l’espace de quelques heures semble également séduire les femmes en quête d’adrénaline.

« Dans la vie, je suis plutôt quelqu’un de posé, de patient. Mais quand je mets mes crampons et mon protège-dents, je ne suis plus la même. Je ne me reconnais pas et j’adore ça », dixit Alice Varela, banquière au total look féminin en dehors des matches et des entraînements.

« Personne ne peut imaginer que je fais de la boxe à l’extérieur, confie Sandrine, je suis féminine dans ma façon de marcher, de parler, de m’habiller… Ici, je croise des avocates, des femmes qui travaillent dans la finance, elles sont hyperféminines lorsqu’elles arrivent et lorsqu’elles repartent mais entre les deux, c’est autre chose, c’est la loi du ring. Tu t’en fous de ton apparence, on laisse les clichés au vestiaire. »

Jessi Combs

Ainsi, les femmes qui pratiquent des sports de « défonce », comme les appelle Guy Missoum, n’en revendiquent pas moins leur féminité.

« On peut s’investir dans ces sports à un moment de sa journée et à un autre moment, rechercher de la tendresse, rester féminine. J’appelle ça le Switch. Dans une journée, il y a plusieurs séquences. La séquence professionnelle, la séquence privée ou familiale et la séquence sociale ou loisirs. Et à chacun de ces moments différents, on peut être soi-même différent. »

Alice Varela, du haut de ses 29 ans conclut : « Capable de prouver qu’on peut réussir, c’est important. Et si ce n’est pas dans sa vie pro ou dans sa vie perso, ce peut être dans le sport. Parvenir à aller au bout de soi-même, c’est le plus beau et le plus grand des défis. »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Margaret Abbott JO 1900

JO 1900 : Margaret Abbott…la prem’s !

Quelques gourmandises historiques à picorer ? Pour patienter jusqu’aux prochains Jeux Olympiques de Tokyo, à partir du 23 juillet, ÀBLOCK! vous propose de revisiter l’Histoire de cette compétition prestigieuse via des anecdotes savoureuses à lire ici même deux fois par semaine. Place pour commencer à cette chère Margaret, glorieuse golfeuse sans le savoir.

Lire plus »
Laura Marino : « Ma médaille d’Europe au plongeon, je l’ai vécue comme une honte. »

Laura Marino : « Ma médaille d’Europe au plongeon, je l’ai tellement mal vécu ! »

Elle a connu à la fois l’envers et l’enfer du sport. Vice-championne d’Europe de plongeon en individuel, championne du monde par équipe, Laura Marino a mis des années à comprendre qu’elle ne rentrait pas, ou plus, dans le moule très formaté et parfois sclérosant de la compétition et du haut niveau. Une prise de conscience lente et douloureuse qui l’a conduite tout droit à la dépression. Avant qu’elle ne décide de tout plaquer. Rencontre avec une fille entre deux eaux, mais qui sait rebondir.

Lire plus »
Mathilde Gros

Mathilde Gros : « Je veux tout, tout de suite, alors je fonce ! »

Une étoile de la piste. À 21 ans, la coureuse cycliste, multi-médaillée en France et à l’international, est aussi précoce qu’impressionnante. Passionnée, la gagne au corps, Mathilde Gros est une pistarde qui a la vitesse dans le sang. Ses résultats décevants aux derniers Mondiaux digérés, la voilà décidée à s’imposer aux JO de Tokyo, l’an prochain. Rencontre avec une atypique intrépide.

Lire plus »
Julia Clair

Julia Clair : « Dans le saut à ski, ce qui me drive, c’est le plaisir de voler »

Elle pratique une discipline spectaculaire avec un flegme qui force le respect. Julia Clair, 26 ans, détient le record français de saut à ski féminin. Voler, rêve des humains depuis la nuit des temps, est sa spécialité, son atout, presque inné. Espérant décrocher une médaille aux prochains JO 2022, elle souhaite faire s’envoler la renommée de cette discipline féminine, trop peu médiatisée. Prenons le tremplin avec elle…

Lire plus »
Il était une fois le marathon… féminin

Il était une fois le marathon… féminin

En octobre dernier, à Chicago, la Kényane Brigid Kosgei pulvérisait le record du monde de marathon détenu depuis dix-huit ans par Paula Radcliffe. Avec un temps de 2 h 14 min 04 sec, elle enlevait 1 min et 21 sec au record de la Britannique. Mais pour que ces championnes puissent gagner à grandes foulées, il a fallu que d’autres filles intrépides battent le pavé. Histoire express d’une course longue distance conjuguée au féminin.

Lire plus »
Gabriella Papadakis

Gabriella Papadakis : « Il arrive un moment où on ne patine plus pour gagner, mais pour ne pas perdre. »

Avec son partenaire Guillaume Cizeron, elle a (presque) tout gagné : quadruple championne du monde, quintuple championne d’Europe et vice-championne olympique. L’occasion de faire le point avec Gabriella Papadakis, celle qui, à 25 ans, collectionne les honneurs avec, toujours, cette envie de surprendre, d’explorer des domaines où on ne l’attend pas. Rencontre chaleureuse avec une fille qui laisse tout sauf de glace.

Lire plus »
Amélie Mauresmo

Amélie Mauresmo : 5 infos pour briller sur les courts

Joueuse la plus titrée du tennis féminin français, Amélie Mauresmo s’est hissée au rang de légende. Malgré une carrière sportive arrivée à terme, l’ancienne numéro 1 mondiale ne se trouve jamais bien loin des courts. Retour sur les grandes dates d’Amélie Mauresmo, joueuse au remarquable revers à une main.

Lire plus »
Nita Korhonen

Nita Korhonen : « Le monde de la moto s’ouvre, mais le cas “Sharni Pinfold“ prouve qu’il y a encore du boulot. »

“L’affaire“ Sharni Pinfold a fait l’effet d’un réveil d’après-cuite pour les motards. Une pilote qui se retire de la compet’ pour cause de misogynie, ça plombe les paddocks. La FIM (Fédération Internationale de Moto) a rapidement réagi, déplorant cette décision et rappelant que le monde de la moto devait être bienveillant. Rencontre avec Nita Korhonen, la directrice de la Commission FIM “Femmes et Motocyclisme“.

Lire plus »
Althea Gibson

Althea Gibson, la première icône noire du tennis si vite oubliée

À l’heure où Wimbledon se termine, l’occasion est toute trouvée de rendre hommage à une figure du circuit qui a, à elle seule, révolutionné le monde du tennis. Douze ans avant son compatriote Arthur Ashe, Althea Gibson est la première athlète noire à s’être imposée en Grand Chelem. L’Américaine, victorieuse de Roland-Garros en 1956 a ajouté à son impressionnant palmarès deux victoires, en simple, à Wimbledon et à l’US Open. Avant de sombrer dans l’oubli.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner