Ces sportives qui revendiquent le "No limit"

crossfit Laurene
Boxe, CrossFit, ultra-trail ou encore rugby, aujourd’hui les femmes sont de plus en plus nombreuses à truster des sports habituellement chargés en testostérone. Se battre, s’abîmer, se dépasser… ces pratiquantes et championnes n'ont peur de rien. Surtout si ça fait « mâle ».

Par Valérie Domain

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Reconstruction identitaire, revendication féministe, esprit de revanche, affirmation de soi… Qu’est-ce qui pousse de plus en plus de femmes à choisir des sports « rudes », longtemps chasse gardée des hommes  ?

La boxe, le self-défense, le rugby, l’ultra-trail ou encore le CrossFit, rien ne semble les arrêter. Aller contre les idées reçues, dépasser ses limites, endurer et ne pas moufter. « Ma mère me dit souvent : Mais pourquoi tu te fais mal comme ça  ?. Je lui réponds : Parce que c’est ce que j’aime, me faire mal », confie Alice Varela, capitaine de l’Équipe de France féminine de rugby à XIII.

Faire de la souffrance une exquise friandise. Un point commun chez ces sportives qui veulent aller au bout d’elles-mêmes : « Le matin, si je ne me lève pas avec des courbatures, c’est comme si quelque chose clochait, raconte Stéphanie, adepte de krav maga et de parkour. Mon corps réclame sa dose de souffrance même si je sais que tout ça, finalement, c’est dans la tête. »

Elisa Savalle
©Ally

Dans la tête  ? Pour prouver quoi  ? À qui  ?

« Les femmes ont l’esprit de conquête. Psychologiquement, elles sont capables d’aller extrêmement loin, explique Guy Missoum*, docteur en psychologie, ancien directeur du laboratoire de psychologie du sport à l’INSEP. Elles n’hésitent pas à se remettre en question, à oser l’inconnu, quand les hommes sont souvent dans la comparaison permanente avec l’autre et n’aiment pas se retrouver dans la difficulté. L’idée pour celles qui se dépassent n’est pas tant de se mesurer à autrui mais de se vaincre soi-même. »

Le psychologue du sport Jean-Paul Labedade abonde : « Elles sont à la recherche d’un idéal. Il s’agit d’avoir une vie la plus pleine possible, de placer la barre très haut. Aujourd’hui, c’est à travers le sport dans ce qu’il a de plus extrême. »

street workout

Au-delà de l’effort physique, aller se frotter aux pratiques dites d’ « exténuation », comme les sports intenses type CrossFit inspiré des entraînements militaires ou encore l’ultra-trail, participerait-il à l’émancipation des femmes  ?

« C’est une tendance émergente mais on ne peut pas encore parler de tendance lourde, modère la sociologue Catherine Louveau**. Il faut attendre plusieurs années pour savoir si elle sera dominante. Mais c’est intéressant de s’interroger sur le profil de ces femmes  : Qui sont-elles ? Ont-elles une trajectoire commune ? Qu’est-ce qui les pousse à aller vers des pratiques militaires ? Ce sont en tout cas des femmes porteuses d’une certaine représentation, c’est dire aux petites filles qu’elles ne sont pas forcément destinées à être danseuses. »

rugby femme

Un combat féministe  ?

 Ces sportives qui montrent les poings, soulèvent de la fonte ou combattent au corps-à-corps, seraient-elles des féministes qui s’ignorent  ?

« Je pense que c’est très conscient au contraire, affirme Jacques Defrance***, sociologue et historien du sport. Mais c’est une prise de conscience individuelle, ce n’est pas organisé. Et c’est dommage car on pourrait attendre du sport qu’il offre des ressources originales pour défendre des valeurs féministes, ce n’est pas le cas. Les femmes se sont toujours affirmées d’un côté dans le sport, dans l’autre en politique ; ce sont deux sphères d’intervention distinctes. Cela tient au fait que le monde du sport a toujours voulu rester apolitique. Or, c’est compliqué, car pour faire bouger les choses, il faut une démarche collective. » 

Ingrid Graziani

Une démarche collective, empreinte de sororité, qui n’est pas encore d’actualité. Les femmes elles-mêmes n’étant pas toutes de ferventes admiratrices de celles qui osent aller défier les hommes sur le terrain de la force, de l’affrontement et de l’engagement physique.

D’autant qu’on les taxe souvent de vouloir reprendre les codes masculins à leur compte. Physiquement, elles correspondent rarement aux canons de beauté actuels : trop musclées, trop viriles, elles seraient l’antithèse de la séductrice.

Lil'Viber

Catherine Louveau explique très bien que si encore peu de femmes choisissent les sports « de tradition masculine », c’est qu’ils ne s’accordent pas avec les catégorisations spontanées à partir desquelles femmes et hommes jugent ce qui convient ou non à une femme.

Sandrine, adepte de boxe anglaise, confirme : « Se bagarrer dans la rue, se servir de ses poings, c’est un truc de mec. Pour nous les filles, c’est très mal vu d’exprimer cette violence qu’on a en nous. » Ainsi, la plupart s’interdisent-elles de pratiquer un sport qui ne serait pas compatible avec les diktats de la société.

Ellen Fokkema

Attention, (pas) fragile !

Pour celles, au contraire, qui considèrent que la femme doit occuper l’espace sportif sans aucune exception, y compris en pratiquant des activités considérées à tort comme masculines, il est souvent question de prouver qu’être femme ce n’est pas être fragile. Comme s’il fallait se forger une cuirasse pour mieux refuser les limites qu’on leur impose  :

« Les femmes ont de tout temps et en tout lieu été la proie des prédateurs masculins, note Jean-Paul Labedade. Par la pratique de ces sports de combat ou issus d’entraînements militaires, elles compensent une extrême vulnérabilité, là se trouve leur motivation. Et dans cette motivation on perçoit une certaine jouissance, celle de tenir leur revanche sur les hommes. »

boxe femme

Alice Varela, la rugbyman, ne cache pas sa satisfaction à prouver aux hommes qu’elle est capable de les challenger sur leur territoire : « L’idée d’être forte, l’égale des hommes, ça me parle. La majorité des gens qui viennent voir du rugby sont surpris : Vous vous rentrez dedans  ! Oui, on se met les mêmes tampons que les hommes, on va au contact. Les filles sont considérées comme des cadettes, pas comme l’élite. Moi je dis aux hommes : venez nous voir jouer et on en reparlera  ! »

Framboise Labat

Asexué

Sport mixte, le CrossFit serait selon Fred – propriétaire à Cergy dans le Val-d’Oise d’une « box », comme on appelle les salles de cette activité qui mêlent haltérophilie, gymnastique et cardio – un endroit quasi asexué où les femmes ne sont pas sous domination masculine.

« On va avoir des filles très sportives qui ont toujours eu l’habitude de la performance, d’autres attirées par la possibilité de faire la même chose que les hommes, mais quand le chrono est lancé, tout le monde est au même niveau, dit-il. Que l’on ait de la force ou pas, on est ici face à l’ensemble des qualités physiques de l’être humain. Le mérite n’est pas la performance dans la charge qu’on va soulever mais dans la possibilité d’aller toujours plus loin. »

Estelle Mossely
©Aiba

Aller toujours plus loin, un leitmotiv chez ces filles désireuses de montrer ce qu’elles ont dans le ventre. Mais qu’est-ce qui les pousse à vouloir mordre la poussière  ?

« Le fait qu’elles sont tout le temps cadrées, limitées, analyse Fred. Dans le dépassement de soi, plus de mesure, on donne tout ce qu’on a sans jugement. Et ici, personne ne va te regarder pour savoir si tes yeux sont bien maquillés ou si tu as mis du rouge à lèvres. Les clichés explosent car tu dois être dans le moment. Tu ne penses qu’à dompter la souffrance, tu termines en nage, parfois sale. Mais peu importe. »

crossfit

L’idée de devenir une autre l’espace de quelques heures semble également séduire les femmes en quête d’adrénaline.

« Dans la vie, je suis plutôt quelqu’un de posé, de patient. Mais quand je mets mes crampons et mon protège-dents, je ne suis plus la même. Je ne me reconnais pas et j’adore ça », dixit Alice Varela, banquière au total look féminin en dehors des matches et des entraînements.

« Personne ne peut imaginer que je fais de la boxe à l’extérieur, confie Sandrine, je suis féminine dans ma façon de marcher, de parler, de m’habiller… Ici, je croise des avocates, des femmes qui travaillent dans la finance, elles sont hyperféminines lorsqu’elles arrivent et lorsqu’elles repartent mais entre les deux, c’est autre chose, c’est la loi du ring. Tu t’en fous de ton apparence, on laisse les clichés au vestiaire. »

Jessi Combs

Ainsi, les femmes qui pratiquent des sports de « défonce », comme les appelle Guy Missoum, n’en revendiquent pas moins leur féminité.

« On peut s’investir dans ces sports à un moment de sa journée et à un autre moment, rechercher de la tendresse, rester féminine. J’appelle ça le Switch. Dans une journée, il y a plusieurs séquences. La séquence professionnelle, la séquence privée ou familiale et la séquence sociale ou loisirs. Et à chacun de ces moments différents, on peut être soi-même différent. »

Alice Varela, du haut de ses 29 ans conclut : « Capable de prouver qu’on peut réussir, c’est important. Et si ce n’est pas dans sa vie pro ou dans sa vie perso, ce peut être dans le sport. Parvenir à aller au bout de soi-même, c’est le plus beau et le plus grand des défis. »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Charlotte Bonnet

Charlotte Bonnet : « Quand on fait de la compétition, il faut savoir revenir plus forte, rebondir, apprendre à se faire battre. »

Elle en a fait du chemin ! Championne de natation précoce, Charlotte Bonnet, médaillée olympique alors qu’elle n’avait que 17 ans, a traversé, malgré elle, une longue et douloureuse période de doute. Presque dix ans plus tard, la Brestoise a radicalement changé. Plus mûre, plus forte, elle est parvenue à retrouver le goût de la compétition. Confessions touchantes d’une fille pour qui la natation n’est pas un long fleuve tranquille.

Lire plus »
Agathe Bessard

Agathe Bessard : « En skeleton, t’as pas le choix, il faut foncer ! »

Une fusée qui glisse comme elle respire, un sang-froid et une concentration inébranlables… Celle qui aime se surnommer « Fast & Curious » a une longueur d’avance : pionnière dans le skeleton féminin français, médaillée de bronze aux JO de La Jeunesse 2016, vice-championne d’Europe junior par deux fois et au bout du tunnel (de glace) : les JO d’hiver 2022. Rencontre tout schuss avec une reine de la luge.

Lire plus »
Charline Picon

Charline Picon : « La planche à voile, c’est clairement ce qui m’a construit. »

Apaisée, combative, imprévisible aussi. La véliplanchiste Charline Picon, championne olympique en titre depuis Rio, en 2016, médaillée d’or pour la 5e fois aux Championnats d’Europe, ce samedi au Portugal, vogue désormais vers Tokyo 2021. Car cette reine de la glisse n’a pas pris sa dernière vague et éclabousse tout sur son passage. Nous l’avions rencontrée en décembre dernier, avant qu’elle ne fête cette nouvelle victoire, l’occasion de la mettre de nouveau en avant. Car cette sportive en a des choses à dire ! Et à partager.

Lire plus »
Mélina Robert-Michon

Le questionnaire sportif de…Mélina Robert-Michon

Elle est l’athlète française qui a décroché le plus de titres nationaux. Le 21 février dernier, Mélina Robert-Michon, bluffante lanceuse de disque, a établi la meilleure performance mondiale de l’année avec 63,43 mètres aux championnats de France hivernaux de lancers longs. La vice-Championne olympique en titre et 34 fois Championne de France ne compte pas s’arrêter là. Elle sera à Tokyo en juillet. En attendant, elle répond à notre petit questionnaire vite fait, mais bien fait !

Lire plus »
Leena Gade

Leena Gade, première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Pour le monde du sport automobile, elle est « une main de velours dans un gant de carbone ». Celle qui fut la première ingénieure de course à remporter les 24 heures du Mans en 2011, mais aussi le titre de… l’« Homme de l’année » du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA un an plus tard, ne freine devant aucun obstacle. Elle est aujourd’hui présidente de la Commission GT de la fédé automobile.

Lire plus »
Charlotte Lembach

Charlotte Lembach, sabre au clair

Elle dissimule son visage sous un masque, mais n’a pas sa langue dans sa cuirasse. Honnête, trop « carrée » à son goût, Charlotte l’escrimeuse a des mots qui font mouche. Lorsqu’elle sabre, c’est à fleuret moucheté. Mais ça a toujours le mérite d’être dit. Et bien dit. Entretien à armes égales.

Lire plus »

Bouger, j’aimerais bien mais…

Avec le confinement, beaucoup tentent de saisir l’occasion de remettre leur corps en mouvement. Pas facile pourtant, surtout lorsqu’on est seul et que l’espace sportif se limite à ses quatre murs. Alors, généralement, on commence fort puis on se fatigue.
Mais pourquoi si peu d’enthousiasme, même en sachant que le bien-être est au bout de la séance ? Explications.

Lire plus »
K-Méléon

K-Méléon

Très jeune, K-Méléon développe une sensibilité aigüe pour la musique tous styles confondus. Ses premières influences

Lire plus »
Julie Allemand

Basket : ces Européennes qui s’offrent les States

Assistons-nous enfin à l’éclosion des joueuses européennes aux États-Unis, territoire si prisé du basket mondial ? Dans le championnat américain de basketball féminin, la WNBA, elles sont de plus en plus nombreuses à tenter le coup. Et à y parvenir. Pourquoi ? Comment ? Explications.

Lire plus »

Sport pendant et après le confinement : les Français gardent le cap !

Malgré le climat sanitaire anxiogène et les restrictions de sorties, les confinés français ont tout fait pour garder un esprit sain dans un corps sain. Une étude révèle en effet qu’une majorité de Français ont adapté leur pratique et leur consommation du sport à cette toute nouvelle vie. Sur le terrain, c’est ce qu’on appelle une belle action !

Lire plus »
Salomé Gilles

Salomé Gilles : « Toute petite, je rêvais d’être pilote. On m’a toujours dit que ce serait impossible… »

Petite, Salomé a fait un rêve : un jour, elle sera championne de voltige aérienne. Quelques années plus tard, c’est chose faite ! Aux manettes de sa Formule 1 des airs, la pilote à la persévérance inébranlable s’est imposée Championne de France en 2017. Détermination, progression et réussite sont les maîtres-mots d’une battante qui n’en a pas fini avec le ciel.
Son plan de vol est tout tracé. Au programme : Championnat de France et Open de France fin 2020. Pour Salomé Gilles, l’objectif de ces compétitions est ensuite d’intégrer l’équipe de France. Décollage immédiat pour une interview à 400 à l’heure !

Lire plus »
Shaikha Al Qassemi

Shaikha Al Qassemi, celle que le CrossFit a émancipée

Le CrossFit lui a permis de faire la paix avec son corps. À 32 ans, Shaikha Al Qassemi a puisé, dans la discipline, la force de suivre sa propre voie et de s’épanouir physiquement, loin des stéréotypes et des diktats qui régissent la norme. Désormais à l’aise dans ses baskets et bien dans sa tête, l’athlète émiratie n’a qu’une envie, servir d’exemple quitte, en levant des poids, à soulever des montagnes.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin