Marion Salace : « Si on mariait culture et sport au féminin ? »

Marion Salace
Tout comme la culture, le sport au féminin est durement touché par la crise sanitaire. Mais alors que le théâtre a bénéficié d’une mise en avant grâce à une programmation régulière de ses pièces à la télévision, le sport au féminin n’a pas eu cette chance. Et si on le mettait en scène, lui aussi ?

Par Marion Salace, ex-présidente de la Fondation Alice Milliat*

Publié le 01 juin 2021 à 14h30, mis à jour le 12 septembre 2022 à 11h18

Lors de cette (longue) période de confinement, le théâtre a pu vivre de belles heures sur le service public via de formidables pièces diffusées en première partie de soirée. Le résultat est concluant, les audiences satisfaisantes.

Et pourquoi pas…. mettre aussi le sport au féminin en lumière ?

Tous les spécialistes font le même constat. Le sport au féminin manque de visibilité. D’ailleurs, la population française en réclame davantage*. Ce serait innovant de proposer fréquemment, à des heures de grande écoute, des documentaires accessibles à tous.

Au-delà des chaînes traditionnelles, les plateformes de streaming sont aussi une option à privilégier. Elles connaissent une belle croissance. Netflix a franchi la barre des 200 millions d’abonnés fin 2020. Cet auditoire représente un fabuleux potentiel auprès duquel les documentaires sportifs se taillent un franc succès.

Les documentaires dédiés aux sportives, peu nombreux pour l’heure, pourraient avantageusement étoffer le catalogue de ces médias. C’est une occasion à saisir et un élan positif que de proposer un répertoire plus riche dont le but est d’initier un maximum de novices.

Et pourquoi pas …. aller encore un peu plus loin ? Les performances de certaines séries font rêver. Comment ne pas citer la série « The Last Dance » visionnée par plus de 23 millions de foyers (hors USA).

« The Last Dance » sur Netflix

Aussi, la Formule 1, sport qui était en perte de vitesse** connaît un regain d’intérêt avec la série « Drive to Survive ». Ainsi propulsé, les résultats suivent. Le nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux (tous confondus) a augmenté de 36 % et de 47 % en ce qui concerne les vues de vidéo pour l’année 2020***.

Le rajeunissement et la féminisation des spectateurs font partis des effets positifs de l’évolution de ce sport mécanique. Pour preuve de ce succès, la motoGP réfléchit sérieusement à créer sa propre série documentaire pour espérer bénéficier des mêmes retombées.

Une série, voire plusieurs, est un excellent moyen d’augmenter de manière drastique la présence du sport au féminin dans les médias.

« Drive to Survive » sur Netflix

Celui-ci a tout à gagner à avoir lui aussi ses propres séries documentaires permettant à toutes les générations d’admirer autant les exploits des sportives que ceux de leurs homologues masculins. La tribune est très large.

Si l’offre est de qualité, un grand nombre de téléspectateurs sera au rendez-vous et la couverture médiatique s’étendra en conséquence. Les compétitions seront d’autant plus suivies par un public qui les plébiscite….

Et pourquoi pas….

 

*Marion Salace est l’ex-présidente de la Fondation Alice Milliat, première fondation européenne en faveur du sport féminin, et membre du board ÀBLOCK! 

*Selon une étude Odexa réalisée en décembre 2020, 54 % des Français souhaitent voir plus de sport au féminin à la télévision et à la radio

**Article publié le 19 mars 2021 sur France TV Info : 600 millions de téléspectateurs dans le monde en 2008 contre 350 millions en 2017

***Chiffres publiés par Formula1.com le 8 février 2021

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Un WOD ? Cékoiça ?

Un WOD ? Cékoiça ?

Parfois, ils ne sont pas faciles à décrypter. Les coachs ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Sur ÀBLOCK! on a pensé défricher tout ça avec un lexique pratique. C’est le petit dico « Coach Vocab' » Et on commence par le terme WOD propre au CrossFit.

Lire plus »
Mélissa Plaza

Mélissa Plaza : « Le foot a été l’échauffement de ma vie, mais j’étais promise à autre chose. »

Une survivante. Une battante pour le moins singulière. Mélissa Plaza avait un rêve, petite, celui de devenir footballeuse professionnelle. Un choix de vie auquel, malgré les obstacles, elle n’a jamais voulu renoncer. À présent retraitée, l’ex-joueuse de l’OL prête sa voix aux femmes et milite, sans s’économiser, pour une société plus égalitaire. Rencontre avec une fille percutante, forte et généreuse.

Lire plus »
Senda Berenson, celle qui a conjugué le basket au féminin

Senda Berenson, celle qui a conjugué le basket au féminin

Longtemps réfractaire à l’éducation physique, Senda Berenson s’est servie du sport pour renforcer sa constitution fragile. Devenue professeure de sport à Boston, elle s’est mise en tête d’y convertir ses élèves en les initiant à une discipline toute jeune, le basketball. Retour sur le parcours d’une pionnière qui a su saisir la balle au bond.

Lire plus »
Diane de Navacelle de Coubertin : « Coubertin n’était pas là pour faire un débat sur la place de la femme dans la société, pourtant c’est ce qu’on lui reproche. »

Diane de Navacelle de Coubertin : « Coubertin n’était pas là pour faire un débat sur la place de la femme dans la société, pourtant c’est ce qu’on lui reproche. »

Elle est l’arrière-arrière-petite nièce du Baron Pierre de Coubertin. Diane de Navacelle de Coubertin, membre du bureau de l’association Familiale Pierre de Coubertin, a pour mission de s’assurer que l’idéal olympique imaginé par son glorieux aïeul continue à être respecté. Alors que nous venons de boucler les Jeux Olympiques d’hiver et juste avant que ne soient lancés les Jeux Paralympiques à Pékin, elle revient sur les rapports, parfois complexes, entretenus par le rénovateur des Jeux avec la femme sportive.

Lire plus »
Foot marocain

Maroc : la révolution du football féminin aura-t-elle lieu ?

Une avancée majeure, une priorité. C’est en tout cas le message que la Fédération Royale Marocaine de Football entend faire passer en signant des accords visant à booster le foot féminin dans son pays. Elle vient en effet d’entériner un contrat-objectifs avec les différents acteurs de la discipline. Preuve de l’intérêt grandissant que porte le pays à son développement. Et de son ambition à la faire entrer dans un Nouveau Monde. Explications.

Lire plus »
Le Money Time, Cékoiça ?

Le Money Time ? Cékoiça ?

Les fans de basket comprendront ce terme, d’autres amateurs de sports collectifs aussi, mais les autres… Car même avec une traduction assez simple à obtenir, ce terme n’est pas clair. C’est quoi, à votre avis ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Laurence Prudhomme-Poncet : « Le football pratiqué par les femmes reste marginal et peu visible. » Pierre Payssé

Laurence Prudhomme-Poncet : « Le football pratiqué par les femmes reste marginal et peu visible. »

Vous reprendrez bien un peu de foot ? Certes, l’Euro 2022 est bouclé, mais on reste ÀBLOCK! sur le sujet. Voilà plus d’un siècle que les femmes se sont invitées sur les terrains de football et, en cent ans, peu de choses ont changé. Ou presque. Malgré un coup de projecteur de plus en plus prononcé lors des grands rendez-vous internationaux, la réalité quotidienne des footballeuses reste complexe. Retour sur cette histoire mouvementée avec Laurence Prudhomme-Poncet, auteure de « Histoire du football féminin au XXe siècle ».

Lire plus »
Marie Patouillet la para cycliste qui veut rouler sur l’or

Marie Patouillet, la para cycliste qui veut rouler sur l’or

Devenir sportive de haut niveau était son rêve d’enfant. Mais Marie Patouillet est née avec des malformations au pied et à la cheville. Son envie de sport la distance : elle n’y croit plus… Pourtant, en 2017, le vélo lui offre une percée fantastique dans le monde du sport de haut niveau. Une lancée dans le cyclisme fulgurante : vice-championne du monde en 2020 et double championne de France de paracyclisme dans sa catégorie. Portrait d’une fille qui tient la piste.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner