Rechercher

Hilary Knight L'élève surdouée du hockey sur glace féminin

Hilary Knight poses for a portrait at Allied Memorial Rink in Everett, MA, USA on 16 November, 2015. // Brian Nevins / Red Bull Content Pool // SI201511190238 // Usage for editorial use only //
Meilleure buteuse dans l’histoire du Championnat du monde de hockey féminin, l'Américaine n’en est pas à son premier exploit sur des patins et pour ce qui est de la place des femmes dans le sport. Hilary Knight est une multi-championne olympique qui sait briser la glace quand il s’agit de faire avancer le jeu côté hockey féminin. Totalement ÀBLOCK!

Par Claire Bonnot

Publié le 19 mai 2022 à 10h43, mis à jour le 15 juin 2022 à 10h33

Hilary Knight a le parcours d’une première de la classe du hockey sur glace : elle débute sa carrière dans la ligue universitaire de hockey féminin NCAA dans le Wisconsin. Lors de sa première saison en 2007-2008, à tout juste 18 ans, elle se place seconde de l’équipe en nombre de buts marqués (vingt buts, c’est pas rien !) et septième nationale des nouvelles recrues américaines.

Seconde saison et la voici première du championnat avec ses seize buts marqués. Hilary Knight est efficace, stratège et rapide. En 2008, son équipe remporte la Division I du championnat NCAA. Troisième année et la Californienne devient la meilleure pointeuse de Division I du NCAA.

Son palmarès impressionne : elle termine l’université avec un total de carrière de 262 points et devient ainsi la joueuse des Badgers du Wisconsin avec le plus grand nombre de buts (143), de buts gagnants (30), de buts en supériorité numérique (37) et de buts directs (8). Indéboulonnable !

©Josh Campbell / Red Bull Content Pool

La suite ? Hilary Knight entre dans la Ligue canadienne de Hockey féminin (LCHF) en 2012 avec les Blades de Boston et devient la première américaine à recevoir le prix de CWHL’S Most Valuable Player.

En 2015, celle qui porte le N°21 en l’honneur de son modèle, la joueuse de hockey Cammi Granato, entre chez les Pride de Boston et termine la saison comme la première buteuse de la ligue avant de signer avec les Canadiennes de Montréal en 2018. 

C’est tout ? Non. En parallèle de sa carrière en ligue, la pro du palet intègre l’équipe nationale senior des États-Unis dès 2006, elle a 17 ans et joue pour la première fois en compétition internationale lors de la Coupe des quatre nations. Hilary Knight est alors la plus jeune joueuse de l’histoire de l’équipe.

©Josh Campbell / Red Bull Content Pool

Aux championnats du monde de 2007, Hilary Knight remporte sa première médaille d’argent en équipe. C’est la spécialiste des premières fois : elle entre au firmament du sport en participant à ses tous premiers Jeux Olympiques en 2010 à Vancouver et se hisse, avec son équipe, sur la deuxième marche du podium.

Bluffante fureur sur glace, elle marque le but gagnant aux championnats du monde 2011 et permet à son équipe nationale de remporter sa troisième médaille d’or consécutive contre le Canada, la ville de Sun Valley dans l’Idaho décrète alors que le 19 mai 2011 sera « Jour d’Hilary Knight ».

En 2014 et 2018, Hilary Knight est de la partie pour les JO où son équipe nationale décroche la médaille d’argent puis la médaille d’or.

©Ryan Taylor/Red Bull Content Pool

Son petit truc non négligeable qui fait d’elle une incontournable du hockey sur glace ? Le hat trick ou coup de chapeau, à savoir marquer trois buts au cours de la même partie.

Pourtant, la pro de la glace garde la tête froide. Humble et déterminée, une véritable étoile du sport : « C’est un sport d’humilité parce que tu ne réussis jamais à le perfectionner complètement. Il y a quelque chose de spécial à enfiler l’équipement et à se sentir une espèce de guerrier. Il faut apprendre à bien patiner et quand c’est fait, il faut apprendre à bien manier la rondelle. Quand c’est fait, il faut développer la vision du jeu. Quand c’est fait, il faut s’attarder aux habiletés mentales. Après ça, il faut tout mettre ensemble. Et quand tu te débrouilles enfin à bien faire tout en même temps, il faut que tu améliores encore chacun des aspects en coordonnant ton jeu avec celui de tes coéquipières. Ensuite, pendant que tu fais tout ça, tu affrontes quelqu’un d’autre qui essaie, comme toi, de tout maîtriser en même temps », explique t-elle sur Radio Canada.

©Ryan Taylor/Red Bull Content Pool

Profondément engagée dans la cause féminine du sport, Hilary Knight – la bien-nommée – est un vrai chevalier servant du sport féminin. Fervente partisane de la création d’une ligue professionnelle de hockey féminin nord-américain, l’octuple championne du monde a joué un rôle déterminant dans la création de la Professional Women’s Hockey Players Association (PWHPA) en 2019, qui se consacre à la promotion du hockey sur glace féminin.

En 2019, avec ses coéquipières, elle boycotte la saison à la suite de la fermeture de l’unique ligue canadienne. « Notre prise de position a eu l’effet d’une bombe parce qu’en plus, le tournoi se passait aux États-Unis. Pour accepter de jouer, on exigeait une meilleure mise en marché du hockey féminin, plus de matchs au calendrier de la saison, des avantages sociaux et un meilleur salaire », racontait-elle en 2019.

#BeBoldForChange en étendard ! « Nous nous sommes tenues debout au nom des générations futures », dit-elle.  

©Ryan Taylor/Red Bull Content Pool

Hilary Knight a été dans les premiers rangs pour militer en faveur de salaires réévalués et de l’amélioration des conditions de travail dans le hockey féminin : « La PWHPA n’est pas un effort individuel, c’est un effort d’équipe. Je suis juste heureuse d’être l’une des nombreuses joueuses à être prête à créer un avenir meilleur pour le sport au niveau professionnel et à essayer de combler le fossé entre ce que nous avons maintenant et, espérons-le, ce que nous aurons après, à savoir une ligue durable au niveau professionnel. »

La meilleure buteuse de l’histoire du championnat du monde de hockey féminin est certaine que le hockey féminin tient aujourd’hui le bon bout… du palet: « L’avenir du hockey sur glace féminin est extrêmement prometteur. Nos sponsors et partenaires croient en nous, et ils veulent en faire plus, pour nous aider à nous défendre et faire passer les choses à la vitesse supérieure. Cela a commencé par de petites étapes de tournée ici et là, et l’année dernière, nous avons joué au Madison Square Garden, à l’Enterprise Center et au United Center. Ce n’est pas un mince exploit, compte tenu de Covid. Je suis vraiment excitée par ce que nous avons accompli, mais encore plus excitée pour l’avenir. » 

©Tal Roberts/Red Bull Content Pool

Et Hilary Knight ne lâchera rien pour les futures générations de sportives qui n’ont plus qu’à mettre leurs patins dans ses marques : « Imaginez que vous êtes un enfant et que vous pouvez vous inscrire et dire : « C’est ce que je veux faire comme cheminement de carrière ». Il y a beaucoup de choses qui doivent se produire pour continuer sur cette voie, mais pour avoir la possibilité de gagner un salaire décent, d’avoir des prestations de santé et toutes ces autres choses, ainsi que la visibilité que le sport et le talent méritent, ce qu’il se passe aujourd’hui est une opportunité incroyable ! »

Ses efforts pour mettre en lumière son sport ont récemment abouti à l’inclusion d’équipes féminines dans la franchise de jeux vidéo NHL d’EA Sports, un grand pas vers la reconnaissance de ce sport conjugué au féminin.

©Simon Bruty/Red Bull Content Pool

Le mot de la fin ultra ÀBLOCK ! de Hilary Knight ? 

« Un jour, les joueuses de hockey seront traitées de la même façon que leurs homologues masculins. Un jour, il y aura un repêchage professionnel après l’université. Un jour, une jeune joueuse se fera repêcher et elle gagnera assez d’argent pour bien vivre et même en déposer dans un compte-épargne. Un jour, elle pourra poursuivre une carrière professionnelle en faisant ce qu’elle aime le plus au monde. » 

Ouverture ©Red Bull

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Du yoga pour mieux vivre le confinement

Si le temps est à l’enfermement, si l’on se prive des autres, que l’on se coupe de l’extérieur, l’ouverture peut être intérieure. C’est ce que propose ce nouveau podcast via des séances guidées de yoga et réalisé par la yogi Isabelle Morin-Larbey. Un cadeau précieux.

Lire plus »
Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Kadidiatou Diani, celle par qui la victoire a failli arriver

Kadidiatou Diani, la prodige bleue

Parisienne de cœur, Kadidiatou Diani partage son temps entre le PSG et l’équipe de France. Après la Coupe du Monde U17 en 2012 et le Championnat de France 2021, l’attaquante rêvait d’un nouveau trophée collectif. Et elle a bien failli être décisive lors de la demi-finale de l’Euro 2022 avec les Bleues… Ce n’est que partie remise.

Lire plus »
Il était une fois la boxe... féminine

Il était une fois la boxe… féminine

Alors comme ça, la boxe serait une affaire d’hommes ? Que nenni, les gants vont aussi bien aux filles qu’aux garçons ! Et certaines n’ont pas attendu d’autorisation pour le faire savoir. Retour sur l’histoire de ces pionnières gantées.

Lire plus »
Marie-Amélie Le Fur

Marie-Amélie Le Fur : « JO 2024 ? Une candidature valorisable au-delà du sport. »

Espoir de l’athlétisme français, victime d’un accident de scooter en 2004, Marie-Amélie Le Fur est devenue une figure du handisport français, huit fois médaillée aux jeux Paralympiques, dont trois titres olympiques. À 32 ans, ancienne co-présidente avec Teddy Riner du comité des athlètes pour la candidature de Paris à l’organisation des JO 2024, elle est aujourd’hui à la tête du Comité paralympique et sportif français (CPSF).

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Tjiki : « Mes muscles, c’est mon armure. »

Tjiki : « Mes muscles, c’est mon armure. »

Vice-championne du monde et championne d’Europe de body fitness, mannequin à ses heures pour Gucci ou Jean-Paul Gaultier. Khoudièdji Sidibé alias Tjiki est une cover girl qui, adolescente, a eu du mal à accepter son corps et veut aujourd’hui casser les codes grâce à une musculature assumée. Elle est la nouvelle invitée du podcast ÀBLOCK!

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner