Nouran Gohar, la « Terminator » du squash mondial

Nouran Gohar, la « Terminator » du squash mondial
La First One du squash mondial est une lionne puissante aux cheveux longs et au lancer de balles imparables. Nouran Gohar, déterminée et grande tacticienne de la discipline, est une championne ÀBLOCK! à suivre.

Par Claire Bonnot

Publié le 15 mai 2022 à 20h28, mis à jour le 05 juin 2022 à 15h17

Nouran Gohar, 25 ans, fait partie de la formidable génération d’athlètes égyptiens qui s’impose comme un raz de marée sur le squash mondial. Elle a à peine 16 ans, en 2013, quand la jeune athlète remporte son premier titre à l’Open de Prague.

La suite de son parcours fait office d’un service envoyé à la vitesse de l’éclair : un titre à l’Irish Open et une victoire dans la finale du Monte-Carlo Squash Classic, en 2014, titre qui lui vaut de se placer dans le Top 20 mondial à tout juste 18 ans.

©Red Bull

Puis, c’est l’Open du Texas en 2015 et la voilà remontant dans le Top 15. Cette année-là, Nouran Gohar remporte le Championnat du monde junior, accède à la finale de l’Open de Chine et de l’Open de Monaco.

Elle s’est donc hissée en à peine quelques mois dans le Top 10, à la force de ses bras et de sa tactique impeccable. 

La folie des grandeurs débute en 2016 lorsque Nouran Gohar devient la deuxième plus jeune finaliste British Open de l’ère moderne en atteignant une première finale des World Series et qu’elle remporte son premier titre majeur lors du Hong Kong Open.

Une performance fera date en avril 2019 et lui redonne tout son lustre après une petite période de stagnation -tout de même toujours dans le Top 10 mondial- : elle élimine la championne du monde et N°2 mondiale, Nour El Sherbini, lors du tournoi platinium El Gouna International avant de perdre face à la N°1 mondiale, Raneem El Weleily. Mais la revanche ne va pas tarder à sonner.

©Red Bull

Car l’Égyptienne n’a pas la raquette dans sa poche : elle confirme son statut de championne des courts de squash en prenant sa revanche contre Raneem El Weleily et en s’imposant à la fois en finale du British Open et lors du platinium US Open de la saison 2019-2020, elle devient alors la plus jeune championne de ce tournoi.

Un doublé légendaire ! Consécration : en juillet 2020, Nouran Gohar se classe N°1 mondial à la suite du retrait de Raneem El Weleily. 

©Red Bull

Ce que ce titre lui procure ? « C’est Raneem El Weleily qui m’a annoncé la nouvelle : « Je prends ma retraite et félicitations, tu es la nouvelle numéro 1 mondial », raconte-t-elle dans Red Bull magazine. C’était très inattendu car depuis que j’ai commencé à jouer, Raneem était déjà une championne bien établie. Je l’admirais beaucoup et elle a toujours été un modèle pour moi. Je n’aurais jamais imaginé vivre le jour où elle prendrait sa retraite, j’avais l’impression qu’elle allait être là pour toujours.» 

Si elle perd le titre quatre mois plus tard, fidèle à sa puissance, elle reprend sa couronne en avril 2022. Une queen du squash !

Et pourtant, Nouran Gohar a bien failli déserter les courts… En 2018, sa carrière perd son rythme endiablé et le jeu se fait moins attrayant.

Elle songe à raccrocher la raquette après l’US Open 2018.  « J’ai atteint le N°2 mondiale pour la première fois à 18 ans, explique-t-elle encore. J’étais l’outsider et je n’avais aucune pression. Je n’avais rien en tête, juste l’amour du sport. Vous pensez que c’est ainsi que les choses iront pour toujours, alors je l’ai pris pour acquis. À ce moment-là, je regardais le classement et j’étais très proche de la place de N°1 mais, en termes de confiance et de performance, je ne me sentais pas aussi à l’aise. Je suis tombé à la huitième place et il a fallu du temps pour revenir à nouveau à cet endroit. Ce fut un très long voyage avec des hauts et des bas. » 

©Red Bull

Comment la jeune championne a-t-elle (re)pris la balle au bond ? « J’ai dû me ressaisir mentalement et physiquement mais j’étais vraiment démotivée à ce moment-là. J’ai tout essayé. J’ai voyagé en France pour changer mon programme d’entraînement et essayé de résoudre mes problèmes de blessures, mais je suis revenue de nouveau blessée. J’avais l’impression que les choses s’effondraient et que le puzzle ne pouvait pas se regrouper. Mais parfois, lorsque vous touchez le fond, le seul chemin est vers le haut et il n’y a rien à perdre. »

Compétitive et entêtée, Nouran Gohar était « une mauvaise perdante », un caractère qui peut empêcher de… gagner : « Ce n’est probablement que pendant la période 2018-19 que j’ai commencé à apprendre qu’il n’y a rien de mal à perdre et à apprendre de ses erreurs. »

Aujourd’hui, toujours en tête du classement mondial, à quoi rêve la meilleure squasheuse du monde ? « Atteindre la première place est quelque chose de grand, mais être au sommet pendant longtemps est de plus en plus difficile. Je dois être au top tous les jours pour garder cette place. C’est parfois stressant et terrifiant, mais j’aime les défis. J’ai hâte d’être sur le court et de ressentir ce nouveau genre de défi .»  

Une championne définitivement ÀBLOCK ! 

  • Pour prendre la balle au bond avec Nouran Gohar, c’est sur Instagram : @nourangohar 
Ouverture ©Red Bull

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Il était une fois le snowboard….féminin

Il était une fois le snowboard… féminin

En 2016, le film documentaire Full Moon sortait sur les écrans. Le grand public découvre alors que, oui les femmes peuvent rider ! À l’occasion de cette riche période olympique d’hiver, ÀBLOCK! (re)met en lumière cette discipline née en 1965 et l’une de ses plus grandes rideuses, la pionnière française qui a marqué la neige… et les esprits. Elle s’appelait Karine Ruby.

Lire plus »
Elisa Savalle

Sportives, faites du bruit !

Elles en ont des choses à dire, des émotions à partager ! Ça tombe bien, ÀBLOCK! adore recueillir leurs confidences de sportive, mais aussi de femme bien dans ses baskets. À l’occasion de l’opération « Sport Féminin Toujours » lancée par le ministère des Sports et le CSA, nous mettons en avant ces pratiquantes qui ont appris à se dépasser pour mieux s’imposer et qui en parlent avec exaltation. Des témoignages bruts qui donnent des Elles.

Lire plus »
28 août 2016, la Fédé de tennis suspend Caroline Garcia

28 août 2016, la fédé de tennis suspend Caroline Garcia

Coup de tonnerre dans le tennis féminin français. Caroline Garcia, jeune espoir à la « french touch » depuis qu’elle joue sur le circuit international, s’emballe. Son comportement lui joue des tours… La fédération française de tennis la suspend à titre conservatoire. Nous sommes le 28 août 2016…

Lire plus »
La question qui tue : pourquoi, quand je cours, j'ai un point de côté ?

Pourquoi, quand je cours, j’ai un point de côté ?

Ce sentiment désagréable d’avoir un doigt coincé dans la poitrine, on le connaît tous… On commence son footing, tranquillement, et tout à coup PAF, un point de côté ! Minute, prend une grande respiration, ÀBLOCK! te dit d’où ils viennent et comment s’en débarrasser.

Lire plus »

Hilary Knight, l’élève surdouée du hockey sur glace féminin

Meilleure buteuse dans l’histoire du Championnat du monde de hockey féminin, l’Américaine n’en est pas à son premier exploit sur des patins et pour ce qui est de la place des femmes dans le sport. Hilary Knight est une multi-championne olympique qui sait briser la glace quand il s’agit de faire avancer le jeu côté hockey féminin. Totalement ÀBLOCK!

Lire plus »
26 juillet 2015, les nageuses synchronisées russes Natalia Ishchenko et Svetlana Romashina s’offre l’or mondial en duo technique

26 juillet 2015, les nageuses synchronisées Natalia Ishchenko et Svetlana Romashina s’offre l’or mondial

La Russie s’impose en… Russie. Les nageuses synchronisées russes Natalia Ishchenko et Svetlana Romashina, multiples médaillées mondiales et olympiques ont encore frappé. Le 26 juillet 2015, elles s’emparent de l’or mondial en duo technique à Kazan. Une médaille parmi d’autre sur ces championnats du monde où elles remporteront, en plus, un solo chacune mais aussi l’or sur le duo libre.

Lire plus »
Rugby

Rugby : les mots qui plaquent ! (Le dessous des Pelouses. Épisode 12)

« Alors, les filles, vous vous broutez la chatte ? », « Dans l’équipe, vous êtes toutes des lesbiennes ? »… Elles en ont entendu des phrases pétries de préjugés, ces joueuses de rugby d’une équipe de Fédérale 1, la 3e division du championnat de France ! Et elles en parlent sans tabou dans ce nouvel épisode du « Dessous des Pelouses »…

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner