Croisière des AlizésLa voile comme bouée de sauvetage

Croisière des Alizés : la voile comme bouée de sauvetage
« Offrir l’horizon et les vertus thérapeutiques de la voile en partage ». C’est la très belle initiative de l’association québécoise, La Croisière des Alizés, qui initie à la voile des jeunes filles vivant des troubles alimentaires et en chemin vers le rétablissement. Un élan de solidarité venu tout droit d’un vécu ou l’histoire d’une résilience par le sport. Larguons les amarres avec Nathaly, la mère d’Ariane, qui en sont les deux fondatrices.

Par Claire Bonnot

Publié le 12 avril 2022 à 6h00, mis à jour le 08 mai 2022 à 16h29

« Tout a commencé lorsque nous avons traversé la maladie de notre fille Ariane, en 2012. Elle a subi une sorte de grave dépression et suite à son hospitalisation en pédopsychiatrie, elle a développé une anorexie. Il y avait un mélange de beaucoup de mal-être avec des comportements à risque, raconte Nathaly. Elle a été hospitalisée pendant très longtemps, de l’âge de 14 ans à celui de 21 ans.

Ça a été une période extrêmement difficile. Dans ce cadre, la voile a été, pour elle comme pour moi, sa mère, un moyen de mieux-être. Ce sport nécessitait de l’énergie mais pas non plus en excès, on faisait donc de la voile avec plaisir. C’est aussi une activité qui l’obligeait à être dans le ici, maintenant.

On s’est alors jurées, quand elle irait mieux et quand elle serait prête, qu’on allait aider les autres jeunes filles dans la même situation. La Croisière des Alizés nous a alors été inspirée par La Croisière des Guerrières lancée par le pédopsychiatre Xavier Pommereau, en 2017, avec la navigatrice Florence Arthaud. »

©Laurence Labat

Telle une profession de foi, Ariane se lance dans ce défi avec sa mère, contre vents et marées : « Parce que nous voulons aider les jeunes filles et leurs familles à vaincre cette maladie, parce que nous savons que le combat peut être long et difficile et que nous souhaitons par-dessus tout qu’elles retrouvent le plaisir de vivre, nous mettons en place un projet de voile à vocation thérapeutique : la Croisière des Alizés. »

©Laurence Labat

Les premières excursions ? Elles ont lieu à l’été 2021 autour d’un projet pilote qui embarque dans l’aventure la Maison L’Éclaircie (OBNL d’aide et de sensibilisation aux troubles alimentaires) et le groupe de recherche sur les troubles alimentaires, Loricorps.

Des jeunes filles de 14 à 25 ans – en voie de rétablissement – sont alors initiées à la voile, le temps d’un week-end. Le but ? Tester scientifiquement les bienfaits de la voile sur une population en voie de guérison, de manière à élargir à un public plus sensible et en besoin.

Au programme de ces sorties en mer : des cours de navigation encadrés par des skippers expérimentés.

©Laurence Labat

« Prendre le gouvernail, c’est comme prendre le contrôle de sa vie, naviguer en fonction des éléments naturels et contre vents et marées, c’est comme faire avec ce que nous donne la vie, diriger le bateau, c’est savoir trouver des solutions malgré là où le vent nous mène ». Nathaly présente la voile comme une métaphore de la vie et c’est limpide.

Une croisière ou une excursion en bateau ramène à l’essentiel et demande de se battre et de persévérer pour avancer et ne pas sombrer.

Témoignage d’une navigatrice en herbe ? « Naviguer en étant acteur au sein d’un équipage redonne confiance, confiance en soi et confiance dans les autres. C’est une réelle école de la vie… en harmonie avec la nature ». Tout est dit.

©Laurence Labat

Le projet de l’association est de perpétuer ces sorties en mer afin d’aider ces jeunes filles ainsi que leurs familles. Mais, également, de sensibiliser le personnel du milieu de la santé et de l’univers psychosocial aux bénéfices d’une telle activité.

Place est faite aux recherches de partenariats avec des écoles de voile, comme Mercator qui s’est déjà embarqué dans l’aventure, et équipementiers.

Cet été, La Croisière des Alizés plongera dans sa grande traversée. Elle sélectionne déjà des navigatrices en quête de résilience, celles qui veulent larguer les amarres pour se (re-trouver), grâce au concours expert de la maison de l’Éclaircie.

On leur souhaite bon vent !

  • Pour suivre la formidable vague de résilience de cette association, direction son compte Facebook

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Julie Allemand

Basket : ces Européennes qui s’offrent les States

Assistons-nous enfin à l’éclosion des joueuses européennes aux États-Unis, territoire si prisé du basket mondial ? Dans le championnat américain de basketball féminin, la WNBA, elles sont de plus en plus nombreuses à tenter le coup. Et à y parvenir. Pourquoi ? Comment ? Explications.

Lire plus »
Simone Biles

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière du tennis français restée dans l’ombre, une autre qui s’est offert un doublé pour la postérité à Roland-Garros, une championne folle de volley, la gymnaste la plus titrée de tous les temps (Simone Biles, notre photo), mais aussi une “question qui tue“, un film poignant sur la relation entre des ados et le foot et un nouveau campus sport business, c’est le programme à retrouver sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Karolina Muchova

Karolina Muchova, c’est de la balle !

OK, elle vient de s’incliner face à Jennifer Brady, mais elle lui a donné du fil à retordre. Et nous, on l’aime bien cette tenniswoman, spécialiste des coups de théâtre. À l’Open d’Australie, Karolina Muchova, 27e mondiale au classement WTA, a réussi à mettre la N°1 mondiale, Ashleigh Barty, au tapis. Le monde du tennis est de plus en plus séduit par la Tchèque de 24 ans, elle qui s’est offert sa première demi-finale en Grand Chelem et sa deuxième victoire contre une joueuse du top 5. Portrait d’une fille qui nous a pris de court.

Lire plus »
Madeleine Larcheron

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une footballeuse à la détermination sans faille, une tireuse qui ne compte pas louper sa cible à Tokyo, une nageuse olympique de légende, deux skateuses qui vont “rider“ dur aux Jeux (dont Madeleine Larcheron sur notre photo), un 5 infos sur la porte-drapeau française, une course en treillis et un camp sportif pour l’été, c’est la séance ÀBLOCK! de rattrapage !

Lire plus »
Il était une fois le rugby…féminin

Il était une fois le rugby… féminin

La fédé anglaise de rugby vient (enfin) de retrouver le trophée originel de la Coupe du monde de rugby féminin, égaré depuis quinze ans. Un trophée découvert par un ancien administrateur dans le grenier de la maison de ses parents. L’anecdote valait bien un petit rappel historique. C’est ce qui s’appelle prendre la balle au bond. Ou transformer l’essai.

Lire plus »
La question qui tue Le sport, ça met combien de temps pour faire effet ?

Le sport, ça met combien de temps pour faire effet ?

La taille affinée, les tablettes de chocolat, les muscles bombés… on est une ribambelle à se mettre au sport pour sculpter nos corps (que l’on trouve) imparfaits. Et nous voilà un peu frustrés quand, après trois séances, rien ne semble bouger. Mais combien de temps ça va donc prendre pour se réveiller ? T’impatiente pas, on t’explique tout !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner