Rechercher

Anaïs Quemener : « Retourner courir sur piste, c’est comme retourner en enfance ! »

Anaïs Quemener : « Retourner courir sur piste, c’est comme retourner en enfance ! »
L'échéance des Championnats de France de 10 000 mètres sur piste approche ! Ma prépa' se passe bien, même si ce n'est pas facile, j'ai pris l'habitude de m'entraîner sur route. Mais on arrive quand même à faire des séances de qualité, toujours avec La Meute et ça me motive !

Par Anaïs Quemener, championne de marathon, ambassadrice ÀBLOCK!*

Publié le 29 avril 2024 à 16h24

La dernière fois, je vous avais dit qu’avec les séances de dédicace de mon livre qui s’ajoutent à mon programme d’entraînement, je tirais un peu la langue…

D’ailleurs, je suis toujours fatiguée, c’est véritablement un marathon ! Entre l’entraînement, le travail, plus tout le côté médiatique depuis la sortie du livre, c’est vrai que ça me prend pas mal d’énergie, mais c’est tellement positif ! Je fais vivre mon livre avec tout ça ! Et je vois le bout, il ne me reste plus que quelques semaines à ce rythme…

Les championnats de France de 10 000 mètres sur piste qui auront lieu le 4 mai prochain sont vraiment un challenge. Je suis moins habituée au stade, mais je viens quand même de l’athlétisme, faire de la compét’ sur piste, c’est un retour aux bases !

La piste, ça me rappelle vraiment mon enfance, quand je faisais les courses jeunes. Ça me ramène quelques années en arrière et ça me fait du bien ! Je crée de nouveau du lien avec mon sport, avec les bases de l’athlé.

Et puis le 10 000 mètres, c’est une distance que je n’avais jamais faite jusque-là, j’avais vraiment envie de le tester. La distance en soit ne m’impressionne pas, j’ai fait du 3000 mètres, du 5000, du 10 kilomètres sur route… Il ne me manquait plus que le 10 000 sur piste, c’était parfait, ça coïncidait avec mon calendrier. C’est donc rapidement devenu un objectif, d’autant que je suis curieuse de connaître mon niveau par rapport aux meilleures, le challenge n’en est que plus grand !

©Jean-Yves Quemener

Forcément, avec mon père, nous avons adapté mes séances pour l’occasion. On a un peu réduit le volume, la distance de course lors des entraînements pour construire des séances qui sont beaucoup plus axées sur la vitesse et la technique.

Pour que vous compreniez bien, en prépa’ marathon, je devais faire plusieurs fois 1000 mètres en 3 minutes et 25 secondes lors de la séance. Pour le 10 000 mètres, on est passé à 3 minutes et 10 secondes. Ça va beaucoup plus vite, je fais moins de répétition lors de l’entraînement. Ce qui ne m’empêche pas d’être complétement au bout de ma vie une fois les 1000 mètres terminés !

La prépa me plaît, je sentais que j’avais besoin de retourner sur piste avant de me lancer là-dedans. Pourtant, je peux vous dire qu’on galère, c’est vraiment exigeant, les allures sont très élevées. Je me souviens que mon premier entraînement sur piste en amont des championnats était en Corse, j’étais en stage avec Salomon à ce moment-là. Je me suis dit que tenir ce rythme pendant 25 tours sans m’arrêter le jour J, ça allait être chaud ! D’ailleurs, même lors de ma dernière séance, je peux vous dire qu’à la fin, j’étais rassasiée !

Mais à chaque fin d’entraînement, je suis trop satisfaite ! Et je suis sûre que la compet’ me plaira tout autant.

©Salomon

Pour ces championnats de France du 4 mai, deux autres athlètes de la Meute sont inscrits avec moi. C’est un vrai boost, car même si je connais très bien l’athlé, cette compétition, ça reste l’inconnu ! Avoir deux co-équipiers du club avec moi, qui vont aussi faire partie de la fête, c’est rassurant. On récupère un mobil-home en Bretagne où se déroule le championnat, on sera trois athlètes plus mon père… J’ai l’impression qu’on part en week-end en famille !

Mais bon, je me mets quand même un peu la pression, j’aimerais bien finir sur le podium. C’est un gros objectif lors d’un championnat de France, encore plus dans un format que je n’ai jamais fait, et avec une très grosse concurrence, les meilleures de la discipline seront là. Pour monter sur la boîte, il va falloir tourner autour d’un chrono de 33 minutes je pense. Mais ça me motive encore plus, je crois en mes chances ! J’ai trop hâte !

Je vous raconterai l’épilogue de cette course dans deux semaines…

* Anaïs Quemener est notre ambassadrice ÀBLOCK! Elle est aide-soignante et athlète, spécialiste des courses de fond. Atteinte d’un cancer du sein, elle trouvera dans le sport une thérapie, un outil de réparation. Le , elle devient championne de France de marathon en 2h40’36, après son titre de 2016. Le  au marathon de Paris, elle bat son record en 2h32’12, première Française à passer la ligne d’arrivée. Elle s’entraîne aujourd’hui à sa qualification à l’épreuve de marathon des Jeux Olympiques en 2024 et/ou 2028. 

Ouverture ©Margaux Le Map/Salomon

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Baronne Raymonde de Laroche

Raymonde de Laroche ou l’histoire de la baronne qui ne manque pas d’air

Elle a, sans regret, délaissé les arts pour la mécanique. Élisa Léontine Deroche, dite Baronne Raymonde de Laroche, a été comédienne avant de tout quitter pour grimper dans un aéroplane. Première femme au monde à décrocher un brevet de pilote-aviateur, la Parisienne a marqué de son empreinte les débuts de l’aviation. Récit d’une actrice devenue casse-cou.

Lire plus »
Manon Brunet-Apithy : « Après deux années difficiles, il fallait que je retrouve le mode conquête. »

Manon Apithy-Brunet : « Après deux années difficiles, il fallait que je retrouve le mode conquête. »

Dans la vie, elle est maréchale des logis au sein de la gendarmerie. Mais dans la vie, elle est aussi une sabreuse de haut vol. Double médaillée de bronze aux JO de Tokyo, Manon Apithy-Brunet avait déserté les pistes pour cause de blessure à l’épaule. La voilà de retour en force avec un titre européen et en forme pour les Mondiaux d’escrime qui débutent à Milan. Rencontre avec une fille coriace qui tire plus vite que son ombre.

Lire plus »
Il était une fois le skateboard…féminin

Il était une fois le skateboard…féminin

Aujourd’hui, si le monde du skate doit compter sur les filles, elles aussi présentes aux Jeux Olympiques où la discipline a fait son entrée, quelques pionnières ont ouvert la voie pour leur permettre d’être sous les feux de la rampe. Petite histoire du skateboard conjugué au féminin.

Lire plus »
Sophia Flörsch

24 Heures du Mans : les filles vont faire fumer l’asphalte !

Une (quasi) première dans l’histoire du sport automobile : un équipage 100 % féminin est sur la grille de départ de la mythique course d’endurance, en LMP2. Un seul précédent : le trio Lyn St. James, Desiré Wilson et Cathy Muller, en 1991, qui avaient finalement dû abandonner la course. Prouver que les femmes ont leur place dans le sport auto, trop souvent trusté par les hommes, est l’ambition clairement affichée par son sponsor, l’horloger Richard Mille. Entretien sans langue de bois avec sa directrice marketing, Amanda Mille.

Lire plus »
Jeux Paralympiques Quand la flamme embrase les corps

Jeux Paralympiques : quand la flamme embrase les corps

À l’instar des Jeux Olympiques, elle est le symbole qui éclaire les Jeux Paralympiques. Ce 20 août, toutes les flammes allumées dans 47 villes du Japon n’en feront plus qu’une. Une seule et unique flamme qui allumera le feu lors de la cérémonie d’ouverture, le 24 août. Mais quelle est son histoire ?

Lire plus »
Marie-Laurence

Marie-Laurence : « En retrouvant le terrain du sport, j’ai retrouvé comme une lumière en moi… »

Marie-Laurence est totalement ÀBLOCK ! sur le sport depuis le plus jeune âge. Avec lui, elle a trouvé sa bouée de sauvetage, un moyen de canaliser son énergie. Mais c’est avec le football américain qu’elle a définitivement plaqué au sol tous ses conditionnements de vie : maintenant, le sport est un pur plaisir dans lequel elle s’engage à fond, comme une professionnelle. Elle souhaite passer le ballon aux plus jeunes, filles comme garçons : le sport peut changer des vies !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

On y est, la première division de handball féminin a repris. L’occasion d’admirer des joueuses qui se donnent à 200 % sur le terrain. Pauline Robert, pivot de Besançon, ne fait pas exception à la règle. Elle répond à notre questionnaire sportif.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner