Tour de France Femmes 2022 L'histoire à coups de pédales

Tour de France Femmes 2022 : l'histoire à coups de pédales
À partir de ce dimanche et jusqu'au 31 juillet, la première édition du Tour de France Femmes se déroule dans le Grand-Est. Etapes longues, rapides ou en montagne, les cent-quarante-quatre participantes (dont Elizabeth Deignan sur notre photo) auront fort à faire pour venir à bout des 1029 kilomètres programmés. Présentation.

Par Alexandre Hozé

Publié le 24 juillet 2022 à 0h38

En piste, mesdames ! Alors que leurs homologues masculins ont honoré la 109e édition de la Grande Boucle, 144 cyclistes féminines rentreront dans l’histoire comme les premières à participer au Tour de France Femmes dès ce 24 juillet. Mieux vaut tard que jamais ! 

Jusqu’au 31 juillet, ces athlètes se disputeront l’une si ce n’est LA victoire la plus prestigieuse du monde de la bicyclette. Un mois de juillet chargé pour les amateurs de vélo, les messieurs ayant devancé les dames sur la route. 

Alors que les hommes termineront leur odyssée sur les Champs-Elysées, les femmes s’élanceront de la légendaire avenue pour une première étape 100 % parisienne : 84 kilomètres dans la Ville Lumière, une mise en jambes en douceur, avant le(s) plat(s) de résistance.

Aux commandes de ce Tour de France Femmes nouvelle génération : l’ex-cycliste, Marion Rousse, présidente du Tour et commentatrice pour France Télévisions.

Marion Rousse, au centre, lors de l’annonce du Tour de France Femmes 2022

Car si l’épreuve féminine est plus courte, les coureuses n’en seront pas pour autant choyées ! 1029 kilomètres en huit jours, c’est du très costaud. Ajoutez un final en haute altitude et on arrive sur la crème de la crème. 

Contrairement aux garçons qui finissent “tranquille” dans la capitale, les filles auront droit à deux étapes de montagne pour achever leur Tour de France. Et le Jura puis les Vosges, ça ne rigole pas du tout. 

La conclusion se déroulera au sommet de la Planche des Belles Filles, lieu iconique de la Grande Boucle. en Haute-Saône. Arrivée à 1140 mètres avec une dernière ascension de sept kilomètres à un pourcentage de 8,7. Pour faire simple, ça va grimper sévère. 

Le suspense devrait donc s’étendre jusqu’au bout, tous les scénarios les plus fous étant possible sur les pentes françaises. Et quand on jette un coup d’œil à la saison de cyclisme féminin en cours, ça promet du spectacle. 

Les 24 équipes participantes élaboreront bien des stratégies pour ramasser des victoires d’étapes et des bons classements. Et les favorites ont bien l’intention de remporter le premier Tour de France Femmes. Une victoire de ce genre laissera un souvenir indélébile dans les livres d’histoire du vélo. 

On attend de l’audace pour les cinq équipes françaises en lice. À domicile, il faudra profiter de la ferveur du public tricolore pour les coureuses de Cofidis, FDJ Nouvelle-Aquitaine, Saint Michel Auber 93, Stade Rochelais et Arkéa. 

Mais la meilleure chance d’exploit français, ça reste Audrey Cordon-Ragot. Si la Bretonne ne vise pas le maillot jaune, plusieurs trajets lui font de l’œil : “Pourquoi pas aller chercher une étape sur ce Tour ! C’est un de mes objectifs”, confie-t-elle. 

La puncheuse tricolore pourrait bien jouer les trouble-fêtes chez les grandes favorites. Sans compter qu’elle soutiendra sa coéquipière italienne Elisa Longo Borghini, gagnante du Paris-Roubaix 2022. La formation Trek-Segafredo arrive ambitieuse dans l’Hexagone. 

Et de l’ambition il en faut, car la concurrence sera rude. Après avoir remporté le Tour des Flandres, la Belge Lotte Kopecky veut conclure sa saison sur les chapeaux de roue. Idem pour Annemiek Van Vleuten, qui débarque en France, gonflée ÀBLOCK! suite à sa victoire dans la classique Liège-Bastonne-Liège. 

Marianne Vos et Elizabeth Deignan, cadors du peloton, comptent bien également tirer leur épingle du jeu. 

Ces femmes talentueuses récoltent les récompenses obtenues à coup de pédales et d’engagements. Après des années de combat de pionnières déterminées, le monde du vélo avance vitesse grand V vers une plus grande reconnaissance des femmes. 

Un soulagement pour Audrey Cordon-Ragot : “La première chose que demande le spectateur lamba quand vous êtes cycliste, c’est si vous faites le Tour de France, explique-t-elle. Aujourd’hui, je pourrai dire oui. 

Et ce n’est que justice. Place maintenant à l’action sur la Grande Boucle, girls ! 

Ouverture Elizabeth Deignan ©FFC

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Bouger, j’aimerais bien, mais…

Avec le confinement, beaucoup tentent de saisir l’occasion de remettre leur corps en mouvement. Pas facile pourtant, surtout lorsqu’on est seul et que l’espace sportif se limite à ses quatre murs. Alors, généralement, on commence fort puis on se fatigue.
Mais pourquoi si peu d’enthousiasme, même en sachant que le bien-être est au bout de la séance ? Explications.

Lire plus »
Tanya Naville

Des femmes, des films et des cimes

La montagne est inspirante et les femmes qui s’y frottent n’ont rien à lui envier. Le festival de films “Femmes en Montagne“ qui aura lieu en Haute-Savoie et en version digitale, s’apprête à mettre en avant, pour sa deuxième édition, des sommets conquis et filmés par des grimpeuses, des réalisatrices ou même des spectatrices.

Lire plus »

Plongée libre : les femmes comme des poissons dans l’eau

Nouvelle pépite sur les écrans dans le viseur de ÀBLOCK! : la série documentaire « Sports d’ailleurs » sur Netflix. Une plongée fascinante dans diverses cultures et les sports originaux que ces communautés pratiquent. On vous emmène faire un voyage dans « Le Grand bleu » avec l’épisode 3 consacré à la plongée libre, sport national aux Philippines où les femmes règnent sur les mers…

Lire plus »
Le questionnaire sportif de…Lil’Viber

Le questionnaire sportif de…Lil’Viber

Le week-end prochain, elle fera vrombir sa bécane au Bol d’Or. Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber formera avec sa copine des circuits, Patricia Audebert, l’unique team 100 % féminine de l’événement du Castellet pour la course du Bol d’Or Classic. Entre deux entraînements sur l’asphalte, elle répond à notre petit questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
Diane de Navacelle de Coubertin : « Coubertin n’était pas là pour faire un débat sur la place de la femme dans la société, pourtant c’est ce qu’on lui reproche. »

Diane de Navacelle de Coubertin : « Coubertin n’était pas là pour faire un débat sur la place de la femme dans la société, pourtant c’est ce qu’on lui reproche. »

Elle est l’arrière-arrière-petite nièce du Baron Pierre de Coubertin. Diane de Navacelle de Coubertin, membre du bureau de l’association Familiale Pierre de Coubertin, a pour mission de s’assurer que l’idéal olympique imaginé par son glorieux aïeul continue à être respecté. Alors que nous venons de boucler les Jeux Olympiques d’hiver et juste avant que ne soient lancés les Jeux Paralympiques à Pékin, elle revient sur les rapports, parfois complexes, entretenus par le rénovateur des Jeux avec la femme sportive.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner