Clara Matéo À fond les ballons

Clara Matéo, à fond les ballons
Here we go ! L'Euro de foot féminin vient de commencer. Les Bleues sont en ordre de marche et la sélectionneuse Corinne Diacre peut compter sur les services de la jeune prodige Clara Matéo. Portrait d'une attaquante qui a faim de titres et de buts.

Par Alexandre Hozé

Publié le 06 juillet 2022 à 16h30, mis à jour le 06 juillet 2022 à 17h24

Grande première pour Clara Matéo. L’attaquante du Paris FC découvre la scène internationale avec le maillot bleu. Sa montée en puissance avec son club a été récompensée par Corinne Diacre.

Et en à peine dix matchs, la joueuse chi va piano va sano s’est installée dans le groupe de l’équipe de France.

Vite fait bien fait comme intégration ! Mais Clara Matéo est une habituée. Son arrivée dans le football professionnel a également été une affaire rondement menée.

Née le 28 novembre 1997 à Nantes, elle découvre le ballon rond dans la cour de récré. Et c’est le coup de foudre.

À 7 ans, elle débarque dans son premier club, l’US Sainte-Luce-sur-Loire. Pas le plus connu des clubs, mais c’est ici qu’une future membre de l’équipe de France fait ses débuts.

Après, c’était un amour de jeunesse. L’US Sainte-Luce-sur-Loire n’est pas encore au niveau pour conserver la crème de la crème du foot féminin. Car, très vite, cela ne fait aucun doute : Clara Matéo déchire tout ballon aux pieds.

Et un potentiel de la sorte, ça a tendance à capter les regards. La Roche-sur-Yon parvient à la séduire. La saison 2014-2015 signe l’arrivée de l’attaquante dans le football des grandes. D’abord en deuxième division, puis en première la saison suivante.

Mais une fois de plus, le talent de la Nantaise est trop grand pour son club. Et la crème du foot français ne compte pas laisser passer une telle occasion. Clara Matéo atterrit donc à Juvisy, qui devient le Paris FC en 2017.

De 2016 à 2020, l’attaquante se forme, progresse et poursuit ses études à l’Ecole polytechnique universitaire. Car, oui, mademoiselle ne fait pas comme tout le monde.

En sus de son métier de footballeuse pro (et de très bon niveau), Clara Matéo est également business developer sur le marché du sport (quelle surprise !) pour la boîte Arkema.

Et l’équilibre est trouvé pour une sportive qui cherche aussi la stabilité professionnelle car la miss a la tête sur les épaules. Le foot, c’est bien, mais autant assurer ses arrières, ou plutôt son avenir.

Sa double carrière ne fait que commencer, mais pour le football en tout cas, tout roule.

©Paris FC

Sa saison 2020-2021 l’installe dans le lot des meilleures attaquantes du championnat français. Treize buts en une saison, c’est loin d’être à la portée de toutes. La vitesse balle aux pieds de Clara Matéo fait très mal aux défenses.

Et, sacrée coïncidence, pendant cette même saison, Corinne Diacre décide de l’ajouter à sa liste. Le 27 novembre 2020, l’attaquante devient membre de l’équipe de France.

Pour autant, la jeune prodige s’efforce de garder les pieds sur terre. « Je suis consciente que tout va très vite dans le foot, dans le bon sens comme dans le mauvais, confie-t-elle. Je sais que le chemin est long. Le plus dur est de rester performante sur la durée. »

©Paris FC

Mais peu d’inquiétudes subsistent sur ce point, surtout au vu de sa dernière saison. En 2021-2022, Clara Matéo fait trembler les filets à onze reprises. Et cerise sur la gâteau, elle fait partie de l’équipe de la saison de D1.

Le plein de confiance est réalisée pour la jeune buteuse. Et ça tombe bien, les Bleues débarquent en Angleterre dans un seul objectif : ramener la coupe à maison.

Un premier trophée international en moins de vingt sélections, ça ressemble à un bon lancement pour Clara Matéo.

Ouverture ©Paris FC

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Charlotte Bonnet

Charlotte Bonnet : « Quand on fait de la compétition, il faut savoir revenir plus forte, rebondir, apprendre à se faire battre. »

Elle en a fait du chemin ! Championne de natation précoce, Charlotte Bonnet, médaillée olympique alors qu’elle n’avait que 17 ans, a traversé, malgré elle, une longue et douloureuse période de doute. Presque dix ans plus tard, la Brestoise a radicalement changé. Plus mûre, plus forte, elle est parvenue à retrouver le goût de la compétition. Confessions touchantes d’une fille pour qui la natation n’est pas un long fleuve tranquille.

Lire plus »
Déborah Ferrand

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un questionnaire sportif de haut vol avec une parachutiste joyeusement perchée (Déborah Ferrand sur notre photo), une rencontre avec les reines du bobsleigh français Margot Boch et Carla Sénéchal, deux filles pas si givrées que ça, l’histoire du tennis de table conjugué au féminin ou une expression de coach décryptée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Régalez-vous !

Lire plus »
Tessa Worley

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Quelques idées pour entretenir sa culture du sport féminin, un trail nocturne et enneigé, des descentes à 250 km/h, une délégation olympique française qu’on espère bientôt en or aux JO de Beijing 2022 (dont Tessa Worley sur notre photo), le retour de notre fameuse « question qui tue », une rugbywoman qui défonce les préjugés et une athlète qui les prend de vitesse, c’est le Best-of ÀBLOCK! de la semaine. Enjoy !

Lire plus »
18 juillet 2021 Alice Modolo s'offre un record du monde d’apnée féminin

Alice Modolo : 100 mètres, le rêve !

La divine descente en eaux troubles d’un poisson nommé Modolo. L’apneiste française vient de réaliser son rêve de toujours : plonger à plus de 100 mètres dans les profondeurs. Et, hop, un nouveau record de France !

Lire plus »
Aurélie Groizeleau : « Être arbitre, ça endurcit le caractère »

Aurélie Groizeleau : « Être arbitre, ça endurcit le caractère. »

Elle est sur tous les fronts. Aurélie Groizeleau, 32 ans, manie le sifflet aussi bien sur les terrains internationaux que lors des rencontres de ProD2. Professionnelle depuis le mois de septembre, la Rochelaise pourrait, sous peu, relever un nouveau challenge : arbitrer des matches lors de la Coupe du monde féminine de rugby l’an prochain en Nouvelle-Zélande. Portrait d’une battante qui refuse de rester sur la touche.

Lire plus »
Véronique Sandler

Véronique Sandler, la vététiste qui n’a pas peur de sortir du cadre

Elle n’a d’abord vécu que pour la compétition. Avant de lui tourner le dos, notamment faute de sponsors. Depuis 2016, Véronique Sandler a décidé de ne plus rider que pour le plaisir. Un choix payant pour la vététiste néo-zélandaise qui s’engage pour le VTT au féminin et régale, à grands coups de vidéos, une communauté grandissante sur les réseaux sociaux. Portrait d’une fille qui a la tête dans le guidon. Et en redemande.

Lire plus »
Paris-Roubaix : l'Enfer des dames, saison 2 !

Paris-Roubaix : l’Enfer des dames, saison 2 !

Elles s’apprêtent à rouler en éclaireuses. Ce samedi 16 avril, la veille du départ des hommes, la deuxième édition du Paris-Roubaix féminin s’élancera sous le soleil nordiste. Des coureuses qui vont battre le pavé. Ou presque, car ces acharnées-là savent très bien où elles vont et pourquoi elles roulent : vers une plus grande reconnaissance des filles dans le cyclisme. Parcours mythique, casting de rêve… Attention au blockbuster !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner