Euro Foot féminin 2022Les Bleues under pressure

Euro féminin 2022, les Bleues under pressure
L'Angleterre accueille l'Euro féminin dès ce 6 juillet et pour plus de trois semaines de rencontres à haut niveau. Alors que les seize nations qualifiées ont terminé leur préparation, la pression monte petit à petit. L'équipe de France compte bien faire taire les critiques et briller sur la scène anglaise. Petit récap' de la compet' avant le coup d'envoi.

Par Alexandre Hozé

Publié le 05 juillet 2022 à 17h20, mis à jour le 05 juillet 2022 à 22h44

L’heure de gloire va-t-elle arriver ? La question est sur toutes les lèvres. Le compte à rebours s’accélère, le lancement de l’Euro féminin de l’UEFA 2022 commence ce 6 juillet. Et la pression monte pour l’équipe de France qui jouera son premier match le 10 juillet à 21h contre l’Italie. 

Les joueuses et le staff français doivent particulièrement composer avec le feu des projecteurs et le poids des attentes. 

Après une Coupe du Monde 2019 manquée devant son public, le droit à l’erreur de l’équipe de France s’est largement amenuisé. Il faut convaincre, désormais. Et la tâche est loin d’être aisée. 

Aller chercher un résultat sur le sol anglais, ça n’est simple pour personne. Même, voire surtout, pour les Anglaises !

Mais la ferveur de leurs supporters n’est plus à démontrer. Et la régularité de l’équipe des Three Lions dans les grandes compétitions leur a permis d’engranger de l’expérience. Maintenant, l’Angleterre want it all ! Et les joueuses ont bien l’intention de le démontrer dès le 6 juillet, pour le match d’ouverture à Old Trafford. 

Mais, pour ça, il va falloir composer avec les tenantes du titre. Les Néerlandaises veulent confirmer leur dynamique des dernières années.

Après avoir gagné l’Euro 2017 à domicile, elles se sont hissées en finale de la Coupe du Monde avant de chuter face des Américaines en mission. Les Oranges seront les filles à battre. 

©UEFA

Autre équipe favorite, l’Allemagne. Nos voisines d’Outre-Rhin se sont données pour mission de revenir sur le devant de la scène. Après une défaite surprise en quarts de finale en 2017, les Allemandes veulent rappeler qui elles sont : on parle d’un pays qui a remporté huit fois l’Euro, dont six de 1995 à 2013. 

Donc, attention au niveau ! Mais, bien sûr, l’équipe de France fait également partie des prétendantes au titre. Malgré plusieurs désillusions et tensions, quand on a un groupe de ce talent, le seul objectif possible, c’est la win ! 

Corinne Diacre ne vise pas moins en tout cas. C’est dans cet état d’esprit qu’elle a décidé de jouer la carte de la continuité pour sa liste. La jeunesse est à l’honneur avec Marie-Antoinette Katoto, Ella Palis… Tout en gardant certaines cadres, notamment Wendie Renard, la capitaine. 

©FFF

Et malgré leur indéniable talent, Amandine Henry et Eugénie Le Sommer restent sur la touche. Une décision cornélienne pour la sélectionneuse, mais qui croit dans ce groupe : « J’ai des choix à faire et je vais les assumer jusqu’au bout », martèle l’ancienne internationale au JT de 13h sur TF1. 

Désormais, fini le bla-bla, the show must go on ! La préparation est terminée du côté de Clairefontaine, l’équipe est prête.

Le 10 juillet sera le moment de montrer ce que les joueuses ont dans le ventre. Premier match contre l’Italie, avant d’affronter les Belges de la serial buteuse Tine de Caigny et les redoutables Islandaises.

Une phase de poule de haut niveau, à l’image de cet Euro.

Et dans un potentiel quart de finale, les Pays-Bas ou la Suède se profilent à l’horizon. Attention au choc ! 

Mais le tableau ne change rien à l’affaire, le but est clair et précis : rentrer sur la pelouse de Wembley le 31 juillet, soulever le premier trophée international de l’histoire des Bleues et danser sur le mythique We are the Champions. 

Go, ladies !

Ouverture ©FFF

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Naomi Osaka

Qui sont les femmes du sport les plus influentes en 2020 ?

Pour élargir toujours plus l’horizon du sport via le sport au féminin, une initiative a retenu l’attention d’ÀBLOCK ! : un classement annuel des femmes les plus influentes dans le monde du sport, délivré par ISportconnect, un réseau privé d’entreprises sportives internationales. Qui, selon eux, sont les nouvelles leaders à suivre en 2020 ?

Lire plus »
Laura Marino : « Ma médaille d’Europe au plongeon, je l’ai vécue comme une honte. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une reine des neiges, une sirène trop grande pour entrer dans un moule (Laura Marino sur notre photo), une danseuse sur glace devenue présidente, un festival en altitude et une compétition à haut rythme, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Bonne lecture.

Lire plus »
Charline Picon

Charline Picon : « La planche à voile, c’est clairement ce qui m’a construit. »

Apaisée, combative, imprévisible aussi. La véliplanchiste Charline Picon, championne olympique en titre depuis Rio, en 2016, médaillée d’or pour la 5e fois aux Championnats d’Europe, ce samedi au Portugal, vogue désormais vers Tokyo 2021. Car cette reine de la glisse n’a pas pris sa dernière vague et éclabousse tout sur son passage. Nous l’avions rencontrée en décembre dernier, avant qu’elle ne fête cette nouvelle victoire, l’occasion de la mettre de nouveau en avant. Car cette sportive en a des choses à dire ! Et à partager.

Lire plus »
boxeuses au mozambique

Boxeuses au Mozambique – Sur le ring pour sortir du K-O

Dans leur pays, la boxe est un sport mineur, où on a longtemps considéré que les filles n’avaient pas leur place. Mais c’était avant qu’elles ne montrent les poings et ne rapportent des médailles. Le photographe français Stéphane Bouquet a shooté les exploits de cette équipe féminine du Mozambique désormais connue comme Les Puissantes.

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo : « L’apnée m’a permis de devenir moi, pleine et entière. »

Sous l’eau, elle respire. Vice-championne du monde d’apnée, championne de France, Alice Modolo vient de signer son retour dans les profondeurs en remportant la Coupe d’Europe en poids constant monopalme. Singulière et attachante, cette sirène qui se défend d’être « illuminée » ne laisse personne lui dicter sa vie, même si c’est de la folie. Rencontre avec une apnéiste qui ne manque pas de souffle.

Lire plus »
Magalie Pottier

Magalie Pottier : « En BMX, l’inégalité des primes, ça me rend dingue ! »

Rideuse philosophe, plus artiste que casse-cou, cette multi-championne du monde et de France de BMX Race, 31 ans au compteur, s’éclate aujourd’hui en Freestyle. Première Championne de France de la discipline, Magalie Pottier excelle dans la maîtrise de son vélo, mais aussi de son mental. Favorite, elle prenait le départ ce week-end pour les Championnats de France. Et d’ouvrir la voie pour les futures rideuses dans une discipline en pleine envolée.

Lire plus »
Jeux Paralympiques Quand la flamme embrase les corps

Jeux Paralympiques : quand la flamme embrase les corps

À l’instar des Jeux Olympiques, elle est le symbole qui éclaire les Jeux Paralympiques. Ce 20 août, toutes les flammes allumées dans 47 villes du Japon n’en feront plus qu’une. Une seule et unique flamme qui allumera le feu lors de la cérémonie d’ouverture, le 24 août. Mais quelle est son histoire ?

Lire plus »

Angélique : « Éduquer par le sport, c’est aussi casser les clichés. »

Elle permet à tous d’accéder à une activité sportive. Angélique est éducatrice sportive en collectivité territoriale dans un milieu rural où les installations sportives peuvent venir à manquer. Elle apporte son savoir-faire, son matériel et son naturel généreux aux enfants qui découvrent alors une activité amusante et enrichissante en-dehors des heures d’école. Une belle école de la vie… sur des rollers ou dans une sacrée partie de hockey !

Lire plus »
Audrey Adiceom

Audrey Adiceom : « Au tir à l’arc, il ne faut jamais oublier de tirer avec le cœur.»

Le tir à l’arc pour elle, c’est avant tout une histoire de hasard. L’archère auvergnate, qui a découvert la discipline à l’école, s’est autorisée des ambitions internationales sur le tard. À 24 ans, Audrey Adiceom travaille d’arrache-pied pour assouvir ses envies de médailles et, notamment, de médailles olympiques. Même si, parfois, « ça lui broie le cœur ». Rencontre avec une athlète touchante qui a plusieurs cordes à son arc.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner