Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Alice Varela*, 31 ans, employée de banque, capitaine de l'équipe de France de rugby à XIII

« Nous sommes des filles athlétiques, courageuses, mais nous sommes loin d’être des bonhommes. »

Alice varela rugby à 13

« Mon père jouait au rugby à XV, j’ai toujours adoré le suivre dans ses matchs. A 16 ans, j’ai finalement choisi de faire du rugby à XIII, mais c’est le même ressenti  : cette solidarité qu’on ne retrouve nulle part ailleurs.

On partage le difficile, alors forcément il y a beaucoup de complicité entre nous. Et ce n’est pas une question de fille ou de garçon.

Le plus dur, c’est d’encaisser les coups mais on se reprend vite mentalement, grâce à l’esprit d’équipe, à la cohésion. On ne peut pas baisser les bras, sinon on pénalise l’équipe.

A part ça  ? notre jeu est plus déployé que celui des hommes, même si on est moins techniques qu’eux. Mais on se met de sacrés tampons ! Et je dis aux mecs : « Venez nous voir jouer, vous allez être surpris ! »

C’est vrai, c’est un sport, le rugby, où il ne faut pas avoir peur de s’abîmer, on ne doit pas écouter la tête, se forcer à se faire mal pour avoir des résultats.

Quand je fais du sport, il faut qu’à la fin, je sois oxy, vidée, sinon c’est que j’ai pas assez donné.

Nous sommes des filles athlétiques, courageuses, mais nous sommes loin d’être des bonhommes. J’essaye de ne pas être trop masculine, mais quand on enfile les crampons…

Au travail, c’est une autre histoire, je ressens l’obligation d’être plus féminine. C’est comme ça. Le poids d’une certaine vision de la société sans doute… »

*Capitaine de l’équipe de France de rugby à XIII féminine, Alice Varela évolue au Toulouse Ovalie XIII.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous...)

Elles aussi sont inspirantes...

Vous aimerez aussi…

Le sport féminin post-Covid-19 ? Attention, fragile !

La belle avancée du sport féminin a-t-elle vu son élan brisé par la crise sanitaire ? En passe d’être la variable d’ajustement, le sport féminin n’a pas dit son dernier mot et reste mobilisé, malgré la crise, pour atteindre son but : plus de médiatisation, plus de moyens, plus de pratiquantes. Un jeu de stratégies tout en vigilance et continuité qui pourrait bel et bien dessiner un « monde sportif d’après ».

Lire plus »
diane mary hardy

Diane Marie-Hardy, l’athlétisme chevillé au cœur

Une tête bien faite dans un corps d’athlète. Diane Marie-Hardy, heptathlète de 24 ans, bientôt en possession d’un diplôme d’ingénieur, gravit, en parallèle, les marches du podium de l’athlétisme français et européen.

Une passion et une implication chevillées au corps (et au cœur) qu’elle a appris à gérer en se façonnant un mental d’acier. Rencontre inspirante.

Lire plus »
Kon Hiyori

Kon Hiyori, la little miss Sumo qui lutte pour la cause féminine

Elle a été élue l’une des femmes les plus inspirantes et influentes de la planète par la BBC. Lutteuse de sumo japonaise, connue pour défendre le droit des femmes à concourir professionnellement au Japon, Kon Hiyori est une force de la nature, déterminée à faire bouger les solides traditions de cette discipline ancestrale. Portrait.

Lire plus »