Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email
Alice Varela

Alice : « Nous sommes des filles athlétiques, courageuses, mais nous sommes loin d’être des bonhommes. »

Alice Varela*, 31 ans, employée de banque, capitaine de l'équipe de France de rugby à XIII

Capitaine de l'équipe de France, mais aussi des Zoulouzen, l’équipe féminine de rugby du Toulouse Ovalie XIII, elle n'a pas sa langue dans sa poche... Avec cette fonceuse, mieux vaut avoir les crampons bien accrochés !

« Mon père jouait au rugby à XV, j’ai toujours adoré le suivre dans ses matchs. A 16 ans, j’ai finalement choisi de faire du rugby à XIII, mais c’est le même ressenti  : cette solidarité qu’on ne retrouve nulle part ailleurs.

On partage le difficile, alors forcément il y a beaucoup de complicité entre nous. Et ce n’est pas une question de fille ou de garçon.

Alice varela rugby à 13

Le plus dur, c’est d’encaisser les coups mais on se reprend vite mentalement, grâce à l’esprit d’équipe, à la cohésion. On ne peut pas baisser les bras, sinon on pénalise l’équipe.

A part ça  ? notre jeu est plus déployé que celui des hommes, même si on est moins techniques qu’eux. Mais on se met de sacrés tampons ! Et je dis aux mecs : « Venez nous voir jouer, vous allez être surpris ! »

Alice Varela

C’est vrai, c’est un sport, le rugby, où il ne faut pas avoir peur de s’abîmer, on ne doit pas écouter la tête, se forcer à se faire mal pour avoir des résultats.

Quand je fais du sport, il faut qu’à la fin, je sois oxy, vidée, sinon c’est que j’ai pas assez donné.

Nous sommes des filles athlétiques, courageuses, mais nous sommes loin d’être des bonhommes. J’essaye de ne pas être trop masculine, mais quand on enfile les crampons…

Au travail, c’est une autre histoire, je ressens l’obligation d’être plus féminine. C’est comme ça. Le poids d’une certaine vision de la société sans doute… »

*Capitaine de l’équipe de France de rugby à XIII féminine, Alice Varela évolue au Toulouse Ovalie XIII.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous...)

Elles aussi sont inspirantes...

Christine Gossé

Christine Gossé : « L’entraîneur est là pour mener ses athlètes à la victoire, peu importe qu’il soit un homme ou une femme ! »

Médaillée olympique d’aviron, aujourd’hui responsable des équipes de France féminines d’aviron Élite et U23 ainsi que du Pôle France à l’INSEP, elle a sauté du bateau pour atterrir sur le ponton depuis lequel elle coache son équipe de France féminine. Passée par l’entraînement des équipes masculines et les plus grandes compétitions internationales, Christine Gossé ne lâche jamais les rames, que ce soit pour gagner un podium ou pour offrir de meilleures conditions à ses athlètes. Un capitaine de choc à suivre !

Lire plus »
Mélanie Briot

Mélanie Briot : « Gérer une équipe de mecs et l’adrénaline pendant les courses… C’est sport ! »

Pionnière dans un monde de mecs. Seule femme dans le cyclisme à être devenue directrice sportive d’une équipe de Nationale 1, Dinan Sport Cycling, Mélanie est une passionnée de vélo depuis toujours. Vivre au plus près des courses cyclistes, voilà ce qui la motive à partir sur la route toute la sainte journée. Et elle pourrait bien entraîner d’autres filles à prendre ce virage nécessaire pour la féminisation des métiers du sport…

Lire plus »
Mathilde Mignier

Mathilde Mignier : « Ce que j’apprends à mes élèves résonne avec mon parcours de championne… »

Pour elle, le sport c’est comme un jeu, mais un jeu sérieux. Montée sur un ring très jeune, rien ne peut mettre cette fille K.O. Triple championne du monde de savate boxe française, multi championne de France et d’Europe, Mathilde Mignier est aussi prof d’EPS. Une double vie sportive, en solo et avec ses élèves, toujours tournée vers le sport plaisir, passion et… progression !

Lire plus »

Julie Cukierman : « J’aime transmettre le goût de l’effort, la volonté d’aller au bout de soi-même… »

Elle a le sport dans la peau. Une passion jubilatoire qu’elle transmet à merveille, elle qui rêve de prouver que nous sommes tous des sportifs dans l’âme. Préparateur sportif d’athlètes de haut niveau, Julie pratique un métier dans lequel les femmes sont peu nombreuses. Et elle s’y sent bien. Également coach (à ne pas confondre !), elle nous raconte son quotidien entre grands champions et sportifs amateurs.

Lire plus »
Agathe Runs Bordeaux

Agathe : « La course m’a appris à ne plus fuir la difficulté. Je n’abandonne plus, je fonce ! »

Jamais elle n’aurait imaginé se sentir aussi bien dans ses baskets. Dans tous les sens du terme. Agathe est devenue addict à la course à pied après avoir commencé le running pour perdre ses kilos en trop. Aujourd’hui, elle s’offre des shoots d’adrénaline en multipliant les marathons. Une aventureuse profondément inspirante qui donne envie de parcourir le monde à grandes foulées pour mieux se réconcilier avec soi-même.

Lire plus »
Fanny Caspar

Fanny : « Quelques minutes sur des skis et c’est le bonheur infini… »

Le ski pour passion, la montagne comme inspiration, les femmes par conviction. Championne du monde junior et multi-championne de France de ski de bosses, membre de l’équipe de France de freestyle dès ses 15 ans, coach de l’équipe d’Australie, Fanny Caspar a eu plusieurs vies sur ses skis. Résiliente après deux genoux cassés et un arrêt brutal de sa carrière, la montagnarde partage désormais son expérience avec les autres femmes en les poussant à croire en elles via les sports de glisse. Témoignage survitaminé.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

sport feminin

Le sport féminin ? En pleine lucarne !

L’été dernier, les records d’audience de la Coupe du monde féminine de foot et quelques mois plus tôt du Championnat d’Europe de handball féminin à la télévision ont prouvé que le public se passionnait de plus en plus pour les compétitions féminines. Et les dernières études ne font que réaffirmer cette réelle tendance. Pour autant, les jeux ne sont pas faits. Décryptage.

Lire plus »