Audrey Tanguy : « Savoir que j’ai le trail dans ma vie, ça me rassure. »Ultra-traileuse, 33 ans, prof d'EPS

Audrey Tanguy
Née pour être ultra traileuse. Audrey Tanguy s’est découvert, en 2017, un corps d’athlète inoxydable, endurant et ultra performant. Cette savoyarde avait beau avoir l’habitude de courir les montagnes, elle n’avait pas prévu d’en faire de la compét’. Les kilomètres, les dénivelés, désormais ça lui connaît et rien ne peut l’arrêter. La Diagonale des Fous, la Trace des Ducs de Savoie, le 90 km du Mont Blanc font partie d’une longue liste de courses avalées d’un trait et aux meilleures places. Une vraie tornade sur pattes !

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 12 février 2021 à 10h53, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h23

« Mes deux parents sont très sportifs, ils étaient éducateurs sportifs tous les deux. J’ai donc toujours fait énormément de sport avec mes frères et sœurs. J’ai pratiqué beaucoup d’activités différentes, mais surtout le patinage artistique, pendant dix ans, et le tennis, pendant huit ans.

En parallèle, j’allais courir avec ma maman. C’était vraiment pour le plaisir, je n’aimais pas la compétition. Ça créait trop de stress pour moi. Pourtant, quand je faisais du cross au collège, le plus souvent, je gagnais ! Tout a vraiment commencé avec mon beau-père qui faisait beaucoup de courses comme le marathon de New York. Il ne m’a pas lâchée et je me suis retrouvée à faire des compétitions.

Comme j’avais de bons résultats, ça m’a donné envie de continuer. C’était vraiment cette joie de réussir que je découvrais qui m’a poussée ! J’ai débuté par un 24 km et j’ai poursuivi, deux ans après, avec un grand raid de 73 km à côté de chez moi. Je me suis vite rendu compte que, malgré la longueur du trail, je n’étais pas au bout de ce que je pouvais faire. Je n’étais pas épuisée et j’en ai été très étonnée.

©DR

Je me suis alors inscrite à L’Échappée Belle qui est un trail dans le massif de Belledonne, près de Grenoble. Il y a plusieurs distances et j’ai décidé de faire la moins longue, celle de 47 km, pour commencer. Et j’ai augmenté l’année suivante avec le 85 km. Je n’avais pas conscience que c’était l’une des courses les plus difficiles de France.

À l’époque, j’habitais à Paris – j’étais professeure d’EPS là-bas – et je n’étais plus autant entraînée pour le trail en montagne. Je me suis donc inscrite à un stage de préparation avec Antoine Guillon qui est un champion de la discipline. Ça a été un déclic pour moi : il m’a repérée, on est devenus amis, et il m’a entrainée pendant un an. J’ai pu faire une vraie saison de compétition.

Ce qui est fou, c’est qu’avant tout ça, avant de faire et gagner les courses, je ne me rendais pas du tout compte que j’avais un sacré niveau ! Par exemple, quand j’ai tenté la Trace des Ducs de Savoie (TDS) en 2018, j’ai gagné ! J’ai été la première femme à boucler le parcours ! C’était vraiment cool !

©DR

Même si j’ai enchaîné des sacrées victoires – comme lorsque je me suis placée sixième sur le classement scratch à mes débuts en 2017, c’était incroyable ! – j’ai aussi eu des moments hard ou bien des moments où j’ai dû faire avec les moyens du bord… les joies du trail !

Pour ma première compétition internationale, un 85 km à Madère – je n’avais même pas encore de sponsors à l’époque – il pleuvait des cordes et j’avais seulement un K-way sans capuche. La veille, je m’étais acheté des mangues sèches pour me ravitailler. Je suis carrément partie courir avec un sachet plastique de mangues sur la tête !

Les moments durs, j’en vis sur toutes les courses. Pour la Diagonale des Fous, sur l’île de la Réunion, mon ravitaillement n’est pas arrivé. Je suis donc repartie pour deux heures de course sans avoir mangé ! J’ai fait une hypoglycémie juste après, mais c’était aussi ma faute, j’aurais dû penser à me prendre une barre.

Le plus important pour moi, c’est toujours de finir une course donc je gère mon mental. Je me dis : « C’est comme ça, il faut passer à autre chose plutôt que rester en boucle sur le fait que j’ai faim » et je me concentre sur la course.

©DR

Pour le Lavaredo Ultra Trail en Italie en 2019, j’étais malade. Au bout d’une heure de course, j’avais très mal mais il n’y a pas eu un seul moment où je me suis dit « J’abandonne ». J’ai pris sur moi et j’ai fini deuxième, c’était un peu inespéré mais il n’y avait pas trop de concurrence au final.

Et puis, l’année dernière pour la Transgrancanaria, en mars 2020, ça ne s’est pas bien passé du tout, j’ai eu de la fièvre juste avant. J’ai vraiment subi la course sur 120 km et 16 heures… Je suis tout de même arrivée quatrième !

Avant une course, je suis très stressée, mais je crois que ça fait partie de ma préparation. J’ai essayé de lutter contre parce que c’est jamais très agréable, mais ça ne m’a jamais fait perdre mes moyens. Et puis, bizarrement, à l’approche du départ, le stress s’en va, je suis contente et déterminée. En fait, maintenant, j’aime gagner ! J’ai l’esprit compétitif, désormais.

©DR

Je ne lâche jamais parce qu’en courant je rentre dans un état particulier, je me mets dans une bulle, je suis presque dans un état second, totalement focalisée sur l’objectif. À aucun moment, je ne vais abandonner une course même en étant malade. Je sais que je dois la faire, je dois la finir, je ne saurais pas trop l’expliquer.

Pour autant, je ne suis pas très bonne sur le mental parce que je n’ai pas du tout confiance en moi à la base. Dans un premier temps, j’ai très peur et puis, une fois que je suis partie, je suis bien et je donne ce que j’ai à donner.

Prendre conscience de mes capacités sportives, ça m’a apporté une belle confiance en moi, renforcée à chaque épisode de courses que ce soit plus difficile ou que ça passe comme une lettre à la poste. Et surtout, je me rends compte que j’ai presque besoin de courir au quotidien.

Savoir que j’ai le trail, c’est quelque chose qui me rassure, ça me permet de prendre du recul sur tout ce qui se passe dans ma vie.

©DR

Je suis souvent seule en montagne quand je vais courir et ce sont de vrais moments d’introspection, des moments de solitude qui m’apportent une grande plénitude. Je sais que si j’ai une contrariété dans la journée, il me suffit de prendre mes baskets et d’aller courir en montagne et je suis bien instantanément.

Et puis, les beaux paysages, les montagnes, ont toujours été mon élément. Avec le trail et l’ultra-trail, j’ai trouvé l’activité idéale pour moi, je découvre les plus beaux coins de tous les pays !

Ce qui est génial, c’est que le trail est un milieu très respectueux. Il y a vraiment une égalité en terme de salaires et de primes. Moi je suis une sportive de haut niveau, semi professionnelle car j’ai mon métier de prof d’EPS à côté.

Mais si je voulais vraiment en vivre, je pourrais le faire grâce aux sponsors et aux primes que je touche en gagnant les courses.

©DR

Ce que je dirais aux femmes qui ont peur de se lancer sur la piste du trail, c’est qu’il faut toujours tester parce que moi, par exemple, je n’aurais jamais cru être capable de faire ce que je fais aujourd’hui.

Et si quelqu’un ne m’avait pas dit « Tu es capable, je crois en toi », c’est une foule de bonheurs que je n’aurais jamais cru vivre. Alors, n’hésitez plus à courir vers votre propre bonheur ! On n’a qu’une vie !

Là, par exemple, je rentre d’un 100km sur route organisé par mon sponsor Hoka en Arizona. J’ai eu la chance d’être invitée parmi plusieurs athlètes ! C’était une première pour moi de courir sur route.

Or mon principal point faible est le plat car j’ai grandi en montagne donc je me suis dit que cette opportunité était une belle chance de m’améliorer là-dessus !

©DR

Mon rêve aujourd’hui, c’est de gagner les trois plus grosses courses du monde, la Western States 100, la Hardrock 100 et le UTMB, Ultra Trail du Mont Blanc. Je veux être numéro 1 mondial chez les femmes ! »

 

  • Audrey Tanguy en quelques courses :

 

2017 – Echappée belle Traversée Nord : 1ère Femme et 6ème scratch

2018 – Trail de l’Arclusaz (73). 28 km et 2000m d+ : 1ère Femme et 22ème scratch

– Diagonale des fous (Ile de la Réunion). 160 km et 10000m d+ : 2ème Femme

Trace des Ducs de Savoie (74) : 1ère Femme et 23ème scratch

90 kms du Mont Blanc (74) : 2ème Femme et 22ème scratch

Ultra de Madère : 2ème Femme et 8ème scratch

2019 – 12 Octobre : TransJeju Corée (50 km) : 1ère femme et 5ème scratch.

28 Août : Trace des Ducs de Savoie : 1ère femme et 23ème scratch.

28 Juin : Lavaredo Ultra Trail (Italie) : 2ème F

27 Avril : MIUT Ultra Trail de Madère : 3ème femme et 20ème scratch

6 et 7 Avril : One&1 en duo avec Katie Schide : 1ère équipe Feminine et 9ème scratch.

Drailles de la Galinette (13). 47 km et 2500m d+ : 1ère femme et 9ème scratch.

2020 – 6 Mars : Transgrancanaria : 4ème Femme

5 Juillet : Record féminin des 14 2000 des Bauges (90km/9500 d+)

25 Juillet : MXTrème Montreux : 2ème F et 13ème scratch.

23 Aout : Tour de la grande Casse : Record de l’épreuve, 1ère F et 17ème scratch.

28 Octobre au 01 Novembre: Finale des Golden Trail Séries aux Açores : 10ème femme (4 étapes, 113km, 9750 D+)

 

D'autres épisodes de "Running, après quoi courent les filles ?"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Elle s’est engagée dans un marathon à vélo de vingt-et-un jours et plus de 3 300 kilomètres ! Julia Favresse fait partie des neuf cyclistes retenues par l’association « Donnons des elles au vélo J-1 » pour parcourir les étapes du Tour de France un jour avant le peloton hommes. Un défi sportif XXL pour la Beauvaisienne dont l’ambition, à terme, est de développer le sport féminin dans les Hauts-de-France.

Lire plus »
Camille : « Le sport outdoor me permet de revenir à l'essentiel.»

Camille : « Le sport outdoor, ça permet de revenir à l’essentiel.»

Elle a quitté Paris et une vie confortable sur un coup de tête. Camille Dubois-Leipp s’est installée à Annecy avec l’envie de profiter, chaque jour, d’un terrain de jeu naturel propice à la pratique sportive. Une passionnée des grands espaces qui a mis à profit ce nouveau départ pour créer Outtrip, une plateforme dont l’ambition est de rendre les activités de pleine nature plus accessibles et plus inclusives.

Lire plus »
Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Elle a découvert ce sport acrobatique par hasard. Et n’a plus jamais cessé de pratiquer depuis. Adélaïde Gandrille, traceuse et présidente de l’association Pink Parkour, a trouvé dans le PK comme on appelle le parkour chez les initiés, un moyen de s’épanouir, physiquement et intellectuellement. Témoignage d’une fille qui sait comment franchir tous les obstacles.

Lire plus »
Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »
« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Cheerleading

Alexandrine : « Je suis une cheerleader, pas une pompom girl, et c’est du sport ! »

Elle a trouvé son sport, son club, et quand elle en parle, elle donnerait envie aux plus récalcitrantes d’enfiler la tenue pour aller goûter au « cheer spirit ». Alexandrine pratique le cheerleading à travers ses casquettes d’athlète et de coach, en parallèle de ses études. Mais ne vous y trompez pas, elle est une cheerleader et pas une pompom girl ! Pour elle, la nuance est d’importance. Témoignage d’une jeune femme à la passion communicative.

Lire plus »
Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Elle s’est engagée dans un marathon à vélo de vingt-et-un jours et plus de 3 300 kilomètres ! Julia Favresse fait partie des neuf cyclistes retenues par l’association « Donnons des elles au vélo J-1 » pour parcourir les étapes du Tour de France un jour avant le peloton hommes. Un défi sportif XXL pour la Beauvaisienne dont l’ambition, à terme, est de développer le sport féminin dans les Hauts-de-France.

Lire plus »
Il était une fois le marathon… féminin

Il était une fois le marathon… féminin

En octobre dernier, à Chicago, la Kényane Brigid Kosgei pulvérisait le record du monde de marathon détenu depuis dix-huit ans par Paula Radcliffe. Avec un temps de 2 h 14 min 04 sec, elle enlevait 1 min et 21 sec au record de la Britannique. Mais pour que ces championnes puissent gagner à grandes foulées, il a fallu que d’autres filles intrépides battent le pavé. Histoire express d’une course longue distance conjuguée au féminin.

Lire plus »
La question qui tue

Pourquoi, le soir, je suis ballonnée ?

Cette question qui tue, on nous l’a posée plusieurs fois. Genre, des sportives et des pas (toujours) sportives, si si ! Il semblerait que gonfler le soir venu soit malvenu. Et que ça concerne aussi celles qui font leurs abdos consciencieusement. Parce que (hey, on vous le dit, là, tout de suite, ça a pas forcément à voir). Alors, on va tenter une réponse avec notre coach, Nathalie Servais. Mais, on est d’accord qu’on n’est pas gastro, hein ?

Lire plus »
De la Régionale à la Division 1... Quand une petite équipe de foot devient grande Laurie Teinturier

De la Régionale à la Division 1 ou quand une petite équipe de foot devient grande…

En septembre, celles que l’on appelle les « Chouettes » vont s’envoler vers les sommets. Le petit club d’Issy-les-Moulineaux, GPSO 92 Issy, sera à l’affiche d’une rencontre de Division 1 Arkema de football féminin face à Le Havre AC. Une première depuis 2014 où après avoir concouru avec les meilleures équipes de France, le club avait été relégué jusqu’en division régionale. Récit d’une ascension compliquée, mais victorieuse, pour rejoindre l’élite.

Lire plus »
Maria Sharapova

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une lutteuse qui ne lâche rien, deux femmes dans une auto, un 5 infos pour briller au revers avec une championne dénommée Maria (Sharapova, notre photo), la fameuse question qui tue et une initiative qui a toutes les cordes à son arc, c’est la séance de rattrapage sur ÀBLOCK!

Lire plus »
15 juillet 1917 Les premiers championnats de France d’athlétisme féminins voient le jour

15 juillet 1917, les premiers championnats de France d’athlétisme féminins voient le jour

En 1917, la France compte de nombreux sportifs, mais elle compte aussi un paquet de sportives qui n’attendent que l’occasion de se mesurer les unes aux autres et de faire parler leur talent. Le moment arrive le 15 juillet avec l’organisation des premiers championnats de France d’athlétisme féminins porte de Brancion. Et qui dit première édition, dit premiers records. Découvrons ces pionnières !

Lire plus »
Lisa Pou

Lisa Pou, comme un poisson dans l’eau

Elle a 22 ans et son oxygène, elle le puise dans les flots. La nageuse de l’AS Monaco, vient de décrocher son premier titre de Championne de France d’eau libre, en solitaire, sur 10 km, et son 3e titre consécutif sur le 25 km. Une fille dans son élément.

Lire plus »
Yohan Penel : « Tout est réuni pour faire du badminton un modèle sportif d’égalité et de mixité. »

Yohan Penel : « Tout est réuni pour faire du badminton un modèle sportif d’égalité et de mixité. »

Le jeune président de la fédé de badminton qui entend faire de son mandat une réussite sur le plan des enjeux sociétaux et ainsi « mettre l’humain au cœur de la performance sportive et sociale du badminton » a bien l’intention d’attirer les filles dans ses filets…des terrains de bad. À l’heure où, hélas, les compétitions interclubs se transforment en championnat masculin faute de compétitrices.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner