Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Ça n'engage que moi...

Meganophile, et alors ?

marie petitcuenot

Par Marie Petitcuénot*

Mot issu du grec philos et du football Megan Rapinoe. J’ai bien dit «  issu du football », et non pas du « football féminin ». Megan Rapinoe étant tout ce qu’il y a de plus femme, et aucune équipe de football mixte à ce jour, hélas, l’association de tout sport avec l’adjectif féminin me paraît toujours suspect. Comme s’il fallait préciser : attention, on ne parle pas de vrai football, on parle de football féminin. Ouf, on a senti le vent du boulet.

Revenons à Megan Rapinoe. L’internationale de football a reçu le ballon d’or 2019, après avoir été sacrée meilleure joueuse de l’UEFA et de la coupe du monde de football. Rassurez-vous, dans une équipe de femmes, toujours, avec significativement moins de moyens que les hommes, naturellement.

Megan Rapinoe est une militante des droits des LGBTQ+, de l’égalité hommes-femmes. En trois ans, elle est devenue une icône de la résistance anti-Trump, annonçant bien avant la finale qu’elle n’irait pas à la Maison Blanche en cas de victoire. Trump l’a mouchée sur Twitter «  Gagne avant de parler, finis le travail ! ». Sauf qu’elle l’a fait. Depuis, elle a annoncé son soutien à Elisabeth Warren qui veut détrôner le Président.

Femme puissante

Megan Rapinoe est une femme puissante. Megan Rapinoe est une femme qui travaille sans relâche pour rester la meilleure sur le terrain. Mais aussi pour porter la lutte contre les discriminations, elle veut «  donner de la force aux autres pour qu’elles parlent haut et fort  ». Quand Colin Kaepernick, quaterback des 49ers, s’agenouille pendant l’hymne américain pour protester contre le racisme et les violences policières, elle le soutient, elle qui refuse de chanter l’hymne depuis l’arrivée de Trump.

Parce que Megan Rapinoe est une femme puissante, elle peut poser nue avec sa compagne, Sue Bird, quadruple championne olympique de basketball, en Une du désormais traditionnel numéro «  Body Issue » du célèbre magazine ESPN. Parce qu’elle a du pouvoir, elle peut parcourir le monde, mettre son influence et sa notoriété au service de l’égalité. Pour que chacun ait le droit d’être soi-même sur un terrain ou dans la vie.

Vu d’ici, l’engagement et l’énergie infatigable de Megan Rapinoe ont un furieux goût de leadership et de role model. Pendant ce temps, on a entendu que le silence de Messi – lui aussi ballon d’or 2019, le silence de Ronaldo, le silence d’Ibrahimovic, le silence de Benzema. Go Megan  !

*Marie Petitcuénot est la créatrice du podcast  Michelle  qui raconte des histoires de femmes libres. Pour ÀBLOCK!, elle donne la parole à des “sportives libres”…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi…

Manon : « J’ai longtemps cru que certains sports étaient réservés aux mecs ! »

Sportive tous azimuts depuis toujours – de l’équitation au tennis en passant par la course à pied, Manon n’aurait cependant jamais pensé soulever de la fonte un jour. Dans son esprit, c’était du « sport de mecs ! ». La passion communicative de son copain lui a fait pousser la porte d’une salle de CrossFit et, depuis, elle se sent plus forte. Un joli parcours d’ouverture d’esprit et d’émancipation par le sport.

Lire plus »
violette morris

Violette Morris, cette amazone qui voulait vivre comme un homme

« Ce qu’un homme fait, Violette peut le faire ! ». Ce cri féministe date des années 1920. Son porte-voix ? Violette Morris, athlète omnisports qui fit sensation sur les terrains. Esprit libre s’habillant en homme et aimant des femmes, la sportive aux seins coupés fit scandale, traçant la voie d’un féminisme ultra contemporain. Histoire peu ordinaire d’une pionnière du sport féminin au destin hors du commun.

Lire plus »

Le sport féminin post-Covid-19 ? Attention, fragile !

La belle avancée du sport féminin a-t-elle vu son élan brisé par la crise sanitaire ? En passe d’être la variable d’ajustement, le sport féminin n’a pas dit son dernier mot et reste mobilisé, malgré la crise, pour atteindre son but : plus de médiatisation, plus de moyens, plus de pratiquantes. Un jeu de stratégies tout en vigilance et continuité qui pourrait bel et bien dessiner un « monde sportif d’après ».

Lire plus »
Stacey Allaster

Stacey Allaster, la nouvelle boss de choc de l’US Open

Elle est la première femme à prendre les rênes du tournoi américain. Responsable de la Fédération américaine de tennis, la Canadienne ajoute ainsi une ligne prestigieuse à son CV. Elle préside désormais aux destinés de l’US Open tout en conservant ses prérogatives au sein de la fédé. Portrait.

Lire plus »
Khadjou Sambe

Khadjou Sambe, le surf comme planche de salut

Première surfeuse pro du Sénégal devenue symbole d’émancipation, elle glisse sur l’eau pour mieux noyer les préjugés. Changer les mentalités est son crédo dans un pays où certains sports ne se conjuguent pas au féminin. Khadjou Sambe s’entraîne dur pour se qualifier aux prochains JO de Tokyo et ça va tanguer !

Lire plus »
Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »