Camille : « J’ai beaucoup couru pour perdre du poids. C’était une obsession malsaine. Aujourd’hui, j’organise des runs culturels, écolos et ludiques. »"Écolorunneuse" , 28 ans, rédactrice freelance

running

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 16 mars 2020 à 10h23, mis à jour le 06 mars 2022 à 18h31

«  J’ai toujours fait du sport. Ça fait partie de mon équilibre, je m’y sens à ma place, et c’est un défouloir aussi.

Mais je ne me définis pas du tout comme une accro. J’ai beaucoup couru pour perdre du poids. C’était une obsession malsaine. Le sport ne devrait pas avoir pour objectif un physique en particulier, sauf s’il s’agit de garder la santé.

Très vite, la course à pied a été mon activité favorite. C’est après les compétitions de cross au collège, que j’ai découvert que ce sport était fait pour moi. 

Un de mes profs d’EPS m’avait alors proposée de faire partie de l’équipe de l’UNSS en athlétisme. Après des années à courir pour moi, sans autre ambition, j’ai fini par m’inscrire à des cours.

J’allais toujours courir au même endroit, j’ai eu envie d’aller voir ailleurs…

Puis il y a eu ce projet qui a commencé à me trotter dans la tête quand je suis arrivée à Paris, il y a quelques années : « Parcourir Autrement ». La course à pied était alors le seul sport accessible pour une étudiante qui débarquait de Nice sans budget.

J’allais courir toujours au même endroit, et puis j’ai eu envie d’aller voir ailleurs car je ne connaissais pas bien la capitale. Je me suis mise à visiter littéralement la ville en courant : la Tour Eiffel, le Parc Montsouris… Je me faisais des parcours avec Google Maps.

Quand je suis arrivée à la fin d’un triple CDD, j’ai senti qu’il était temps de le développer. J’ai donc créé (timidement) un blog sur lequel je proposais des parcours de courses à pied, même en voyage.

J’ai très vite eu des commentaires où l’on me demandait « Où aller courir en Croatie ? » par exemple.

J’ai lancé les premiers runs culturels, que du plaisir !

J’ai alors lancé en partenariat avec un restaurant les premiers runs culturels de « Parcourir Autrement ». Ça a été organisé tous les mois pendant un an. La deuxième année, j’ai commencé à initier des weekends voyages spécial run en Europe.

Le concept  ? Un run culturel d’environ 7 kilomètres où l’on s’arrête à chaque fois devant des lieux d’intérêts que je commente. Un guide sportif en quelque sorte.

C’est à la fois accessible et ludique, j ‘ai même avec moi des gens qui courent pour la première fois ! C’est une approche de la course à pied liée au plaisir. On n’est pas du tout dans la recherche de performance.

Aujourd’hui, je lance une nouvelle version : des retraites running dans une logique plus globale autour de la course à pied. Avec du yoga, du renforcement spécifique, de la nutrition et des talks pour parler de sujets qui gravitent autour de la discipline et de l’environnement du runner.

Je suis « écolorunneuse » mais pas extrémiste 

Dans ce cadre, je sensibilise beaucoup sur le sujet de l’écologie. J’aime beaucoup la ville quand c’est intéressant en termes d’architecture et de culture, mais sinon je suis plutôt attirée par la nature. Je fais beaucoup de trail en montagne notamment.

L’environnement me tient à cœur, j’ai fait des études dans ce domaine. J’ai travaillé sur le recul des glaciers ou encore la préservation de la biodiversité.

Être « écolorunner », c’est évidemment ramasser les déchets mais pas que. C’est réfléchir à ce que l’on consomme, choisir des produits éco-conçus, durables, tant que c’est possible.

C’est aussi sensibiliser au fait qu’on peut se déplacer en courant, tout simplement. On allie ainsi le côté pratique et physique du sport tout en (re)découvrant un endroit sans impact écologique.

Je ne suis pas dans l’extrême – tout en zéro déchet ou uniquement des vêtements éco-responsables – car c’est difficile à tenir et souvent très couteux.

Mais faire preuve de bon sens, c’est un début ! Ne serait-ce que manger une banane au lieu d’une barre emballée dans un papier plastique !

Nous devons nous remercier de l’attention portée à notre corps

Aujourd’hui, je trace ma route, je suis en pleine reconversion. Je termine une formation pour devenir coache sportive et donner des cours collectifs – techniques fitness, douce, cardio et renforcement musculaire.

J’assure déjà des cours de techniques douces, dans lesquels il y a surtout des femmes. À la fin, j’insiste toujours sur le fait qu’elles peuvent se remercier de l’effort qu’elles ont fourni, du soin et de l’attention qu’elles ont apportés à leur corps. On le fait trop peu. »

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Première femme moniteur parachutiste de l’histoire de son régiment, basé à Montauban, elle est aussi une excellente triathlète. Petite, sa famille la surnommait, “l’adjudant-chef“, autant dire que sa vocation militaire n’aura été une surprise pour personne. Et le sport dans tout ça ? Il fait partie du pourquoi de son engagement. Témoignage d’une femme de troupe.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

La question qui tue Le sport, ça met combien de temps pour faire effet ?

Le sport, ça met combien de temps pour faire effet ?

La taille affinée, les tablettes de chocolat, les muscles bombés… on est une ribambelle à se mettre au sport pour sculpter nos corps (que l’on trouve) imparfaits. Et nous voilà un peu frustrés quand, après trois séances, rien ne semble bouger. Mais combien de temps ça va donc prendre pour se réveiller ? T’impatiente pas, on t’explique tout !

Lire plus »
Florence Arthaud

Florence Arthaud, cette insatiable louve des mers

Le 9 mars 2015, il y a tout juste six ans, l’aventurière perdait la vie dans un crash d’hélico. Avec elle, le mot marin s’était conjugué au féminin. À 33 ans, en 1990, l’intrépide à la crinière bouclée et au teint halé devenait la première femme à remporter la mythique Route du Rhum. Une entrée fracassante au sein du milieu testostéroné des « vieux » loups de mer. Une grande dame qui tracera la voie pour les autres navigatrices. Portrait-hommage d’une fille qui avait tant besoin de prendre le large…

Lire plus »
Simone Biles

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière du tennis français restée dans l’ombre, une autre qui s’est offert un doublé pour la postérité à Roland-Garros, une championne folle de volley, la gymnaste la plus titrée de tous les temps (Simone Biles, notre photo), mais aussi une “question qui tue“, un film poignant sur la relation entre des ados et le foot et un nouveau campus sport business, c’est le programme à retrouver sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Laura Marino : « Ma médaille d’Europe au plongeon, je l’ai vécue comme une honte. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une reine des neiges, une sirène trop grande pour entrer dans un moule (Laura Marino sur notre photo), une danseuse sur glace devenue présidente, un festival en altitude et une compétition à haut rythme, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Bonne lecture.

Lire plus »
Camille Grassineau, « Le tout, c'est de faire ce dont on a envie. »

Camille Grassineau : « Il y aura toujours des critiques sur une fille qui joue au rugby, moi je fais ce que je veux. »

Avec ses coéquipières de l’équipe de France de rugby à 7, elle vient de décrocher une médaille de bronze au mondial, en Afrique du Sud. Pour Camille Grassineau, c’est le signe de la grande forme d’un rugby féminin qui poursuit son développement discrètement mais sûrement. De bon augure à moins de deux ans de Paris 2024. Rencontre avec une rugbywoman dans une forme olympique.

Lire plus »
Tanya Naville

Best-of 2021, nos témoignages ÀBLOCK!

Tout au long de l’année 2021, elles ont donné de la voix sur ÀBLOCK! Les parcours de vie et de sport de ces championnes du quotidien (comme celui de Tanya Naville sur notre photo) nous inspirent, nous touchent et nous dynamisent. Retour sur douze mois de témoignages ÀBLOCK!

Lire plus »
Roger Bambuck

Roger Bambuck : « J’ai fait ce que j’ai pu pour le sport féminin, je sais qu’il reste beaucoup à faire…»

Il est considéré comme l’un des meilleurs sprinters français de l’histoire. Mais Roger Bambuck fut aussi secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports de 1988 à 1991 et c’est sur cette période de sa carrière que nous avons souhaité revenir avec lui, plus précisément sur la place du sport féminin lorsqu’il était en fonction. Pour en comprendre l’évolution, les avancées ou non, il est précieux de regarder dans le rétro. Le sport féminin est un enjeu de société aujourd’hui, mais l’était-il à la fin des années 80 ?

Lire plus »
Julie Chupin tire dans le mille pour le handisport

Julie Chupin tire dans le mille pour le handisport

Amputée de la jambe gauche à l’aube de la trentaine, elle a réussi à trouver une nouvelle cible de vie : le tir à l’arc à haut niveau. Athlète handisport depuis seulement sept ans, championne de France handisport et 5e mondiale, Julie Chupin, 38 ans, se charge de « prendre du plaisir à tirer les bonnes flèches » pour les Jeux paralympiques de Tokyo 2021.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner