Rechercher

Camille : « J’ai beaucoup couru pour perdre du poids. C’était une obsession malsaine. Aujourd’hui, j’organise des runs culturels, écolos et ludiques. »"Écolorunneuse" , 28 ans, rédactrice freelance

running

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 16 mars 2020 à 10h23, mis à jour le 28 juin 2024 à 15h24

«  J’ai toujours fait du sport. Ça fait partie de mon équilibre, je m’y sens à ma place, et c’est un défouloir aussi.

Mais je ne me définis pas du tout comme une accro. J’ai beaucoup couru pour perdre du poids. C’était une obsession malsaine. Le sport ne devrait pas avoir pour objectif un physique en particulier, sauf s’il s’agit de garder la santé.

Très vite, la course à pied a été mon activité favorite. C’est après les compétitions de cross au collège, que j’ai découvert que ce sport était fait pour moi. 

Un de mes profs d’EPS m’avait alors proposée de faire partie de l’équipe de l’UNSS en athlétisme. Après des années à courir pour moi, sans autre ambition, j’ai fini par m’inscrire à des cours.

J’allais toujours courir au même endroit, j’ai eu envie d’aller voir ailleurs…

Puis il y a eu ce projet qui a commencé à me trotter dans la tête quand je suis arrivée à Paris, il y a quelques années : « Parcourir Autrement ». La course à pied était alors le seul sport accessible pour une étudiante qui débarquait de Nice sans budget.

J’allais courir toujours au même endroit, et puis j’ai eu envie d’aller voir ailleurs car je ne connaissais pas bien la capitale. Je me suis mise à visiter littéralement la ville en courant : la Tour Eiffel, le Parc Montsouris… Je me faisais des parcours avec Google Maps.

Quand je suis arrivée à la fin d’un triple CDD, j’ai senti qu’il était temps de le développer. J’ai donc créé (timidement) un blog sur lequel je proposais des parcours de courses à pied, même en voyage.

J’ai très vite eu des commentaires où l’on me demandait « Où aller courir en Croatie ? » par exemple.

J’ai lancé les premiers runs culturels, que du plaisir !

J’ai alors lancé en partenariat avec un restaurant les premiers runs culturels de « Parcourir Autrement ». Ça a été organisé tous les mois pendant un an. La deuxième année, j’ai commencé à initier des weekends voyages spécial run en Europe.

Le concept  ? Un run culturel d’environ 7 kilomètres où l’on s’arrête à chaque fois devant des lieux d’intérêts que je commente. Un guide sportif en quelque sorte.

C’est à la fois accessible et ludique, j ‘ai même avec moi des gens qui courent pour la première fois ! C’est une approche de la course à pied liée au plaisir. On n’est pas du tout dans la recherche de performance.

Aujourd’hui, je lance une nouvelle version : des retraites running dans une logique plus globale autour de la course à pied. Avec du yoga, du renforcement spécifique, de la nutrition et des talks pour parler de sujets qui gravitent autour de la discipline et de l’environnement du runner.

Je suis « écolorunneuse » mais pas extrémiste 

Dans ce cadre, je sensibilise beaucoup sur le sujet de l’écologie. J’aime beaucoup la ville quand c’est intéressant en termes d’architecture et de culture, mais sinon je suis plutôt attirée par la nature. Je fais beaucoup de trail en montagne notamment.

L’environnement me tient à cœur, j’ai fait des études dans ce domaine. J’ai travaillé sur le recul des glaciers ou encore la préservation de la biodiversité.

Être « écolorunner », c’est évidemment ramasser les déchets mais pas que. C’est réfléchir à ce que l’on consomme, choisir des produits éco-conçus, durables, tant que c’est possible.

C’est aussi sensibiliser au fait qu’on peut se déplacer en courant, tout simplement. On allie ainsi le côté pratique et physique du sport tout en (re)découvrant un endroit sans impact écologique.

Je ne suis pas dans l’extrême – tout en zéro déchet ou uniquement des vêtements éco-responsables – car c’est difficile à tenir et souvent très couteux.

Mais faire preuve de bon sens, c’est un début ! Ne serait-ce que manger une banane au lieu d’une barre emballée dans un papier plastique !

Nous devons nous remercier de l’attention portée à notre corps

Aujourd’hui, je trace ma route, je suis en pleine reconversion. Je termine une formation pour devenir coache sportive et donner des cours collectifs – techniques fitness, douce, cardio et renforcement musculaire.

J’assure déjà des cours de techniques douces, dans lesquels il y a surtout des femmes. À la fin, j’insiste toujours sur le fait qu’elles peuvent se remercier de l’effort qu’elles ont fourni, du soin et de l’attention qu’elles ont apportés à leur corps. On le fait trop peu. »

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Maman d’un enfant en bas âge, la trentenaire Noëlie n’a pourtant jamais lâché le guidon et s’est fait une place de choix dans le monde du vélo. Son prochain défi ? La course reine de l’ultra-cyclisme, la RAF 2500km, sans assistance et en totale autonomie. Avec sa coéquipière Elsa, elles seront le premier duo féminin de toute l’histoire de la RAF. De vraies Indiana Jones au féminin !

Lire plus »
Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Aussi solaire que son Sud natal et dopée à l’énergie du sport-passion, elle envoie du lourd. Mais désormais, c’est tout en douceur. Ou presque. La coach Jessica Vetter, ex-gymnaste et championne de CrossFit, désire aujourd’hui aider les autres à se sentir bien dans leur corps, sans jamais se départir de son humour communicatif. Les muscles n’ont qu’à bien se tenir !

Lire plus »
Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Elle a donné un an de sa vie pour la Transat Jacques Vabre qui vient de s’élancer du Havre. Elle, c’est Charlotte Cormouls-Houlès, 27 ans, navigatrice passionnée qui n’aurait jamais imaginé pouvoir s’embarquer dans pareille aventure. Nous l’avons rencontrée deux jours avant son grand départ. Avec sa co-skippeuse Claire-Victoire de Fleurian, la voilà à flot pour voguer vers un rêve devenu réalité.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Marthe Robert

Marthe Robert, aussi libre que sa nage

Championne du monde de natation, c’est pourtant en traversant pour la première fois, en 1904, le lac de Neuchâtel que Marthe Robert a marqué son temps. Sportive sauvage, nature et authentique, la Suissesse force le respect par son humilité, sa passion de la natation et son courage à toute épreuve, à une époque où les nageurs étaient portés au-dessus des flots, au contraire des nageuses…

Lire plus »
Marielle Goitschel : « À 7 ans, j’écrivais déjà sur des papiers que je serais championne de ski. »

Marielle Goitschel : « À 7 ans, j’écrivais déjà sur des papiers que je serais championne du monde de ski. »

Elle a marqué l’Histoire du ski. En à peine dix ans de carrière, Marielle Goitschel (au centre sur notre photo) a tout raflé. Multiple championne du monde et olympique, l’Avaline continue d’espérer qu’une skieuse française lui succède sur la plus haute marche du podium de géant et de slalom à l’heure où les meilleures de la planète dévalent les pistes de ces JO de Pékin. Conversation avec une légende.

Lire plus »
Nouran Gohar, la « Terminator » du squash mondial

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une reine de glace, une number one du squash (Nouran Gahor sur notre photo), du vélo en mode détente, des filles sur les courts de tennis, une question qui tue spécial été, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas que…

Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas seulement…

Le sport féminin n’en était qu’à ses prémices lorsque Lucienne Velu s’est invitée au stade. Douée pour l’athlétisme, la Parisienne, recordwoman du disque en 1924, ne s’est pas contentée de briller sur les pistes. Footballeuse reconnue, elle excelle également en basket et deviendra championne du monde de la discipline à l’issue des Jeux Mondiaux Féminins de 1934. Retour sur le parcours d’une pionnière qui a su saisir la balle au bond.

Lire plus »
Le sport féminin ébranlé par la crise sanitaire ?

Le sport féminin post-Covid-19 ? Attention, fragile !

La belle avancée du sport féminin a-t-elle vu son élan brisé par la crise sanitaire ? En passe d’être la variable d’ajustement, le sport féminin n’a pas dit son dernier mot et reste mobilisé, malgré la crise, pour atteindre son but : plus de médiatisation, plus de moyens, plus de pratiquantes. Un jeu de stratégies tout en vigilance et continuité qui pourrait bel et bien dessiner un « monde sportif d’après ».

Lire plus »
Pauline Déroulède

Pauline Déroulède, tenniswoman en fauteuil, mais toujours debout.

Une guerrière, une winneuse. Sur une seule jambe. Il y a un an, percutée par une voiture, Pauline Déroulède a été amputée de la jambe gauche. Depuis, cette droguée au sport s’entraîne dans le but de se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Paris 2024. Sa discipline : le tennis fauteuil. Mais ne vous y fiez pas, ce qu’elle aime avant tout, c’est taper dans la balle…comme avant. Rencontre bouleversante avec une femme toujours debout.

Lire plus »
FISE

Festival International des Sports Extrêmes (FISE) : les filles, prêtes à devenir des « rideuses » ?

Hervé André-Benoit organise le Festival International des Sports Extrêmes alias FISE depuis plus de vingt ans. Une compétition annuelle de sports urbains qui se déroule chaque année à Montpellier. COVID-19 oblige, ce passionné de BMX et de wakeboard, propose une édition 100 % digital dont le top départ vient d’avoir lieu. Rencontre avec un rider qui tente de convaincre les filles de truster des terrains de jeu traditionnellement masculins.

Lire plus »
Catherine Louveau

Catherine Louveau : « Le monde du sport a beaucoup de mal avec les filles performantes, efficaces, musclées… »

Elle n’a pas l’habitude de mâcher ses mots. Elle affirme, qu’aujourd’hui encore, c’est : « aux hommes la performance et aux femmes l’apparence. » Sociologue, professeure émérite à l’Université de Paris-Sud, son champ de recherches concerne le sport et, plus précisément, les problématiques sexuées dans la sphère sportive. Catherine Louveau, forte de plus de trente ans d’expérience dans le domaine, met à mal les représentations traditionnelles dans le sport et analyse les raisons d’un clivage qui a la vie dure. Rencontre éclairante.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner