Les triathlètes (re)débarquent à Paris !

Les triathlètes (re)débarquent à Paris !
Le 26 juin, le Triathlon de Paris fait son grand retour. Accessible à toutes et tous, les inscrits vont pouvoir mélanger sport et visite de la capitale. Ou comment allier l'utile à l'agréable. Allez, zou, enfilez la combi !

Par Alexandre Hozé

Publié le 05 mai 2022 à 7h59, mis à jour le 21 mai 2022 à 10h49

Une balade dans la capitale, ça vous tente ? C’est en quelque sorte la chance qu’auront les participants du Triathlon de Paris le 26 juin prochain. En quelque sorte, car un triathlon n’est pas de tout repos. Plutôt qu’une promenade de santé, c’en est une pour la santé qui attend les inscrits. 

Mettez dans un sac (à dos) de la natation, du cyclisme et de la course à pied, secouez bien et ce qui en sort, c’est le triathlon. Sport olympique et d’une intensité incroyable à haut niveau, il s’adapte également très bien à des objectifs plus modestes. 

Goût du challenge, défi entre amis, bon pour la santé… cette discipline permet de varier les efforts tout en soulageant les articulations (spécial dédicace au marathon). 

Et quoi de mieux comme cadre pour un triathlon que la Ville Lumière ? Défi de taille pour les triathlètes : il conviendra de ne pas se concentrer uniquement sur son effort, ce serait dommage de ne pas profiter du parcours… 

Après un départ Parc de la Villette et un peu de natation, c’est entre la place de la Bastille, le Louvre, la Tour Eiffel, le Bois de Boulogne et l’Arc de Triomphe que les sportifs et sportives se “baladeront”. 

Pour les plus déterminés et préparés d’entre eux, le format olympique les attend de pied ferme. 1500 mètres en mode torpille, 40 kilomètres de vélo et 10 kilomètres à pied pour conclure. Un sacré programme… 

Si ces distances vous impressionnent (on se demande bien pourquoi), pas d’inquiétudes, vous pouvez diviser pour mieux arriver. À deux ou trois, l’esprit d’équipe vous tirera vers le finish (on l’espère, en tout cas). 

Mais si vous n’êtes pas des habitués du triathlon, un autre format est prévu. Plus light, le Sprint est accessible à toutes et tous. Franchement, 500 mètres de nage, 20 kilomètres de vélo et 5 à pied, ça va ! Easy, même ! 

Entre potes, pour découvrir la discipline ou Paris d’une autre façon, le tout est d’arriver. Gérez votre rythme, les Jeux Olympiques 2024 ne sont pas pour tout de suite. 

Les rues de la capitale vous seront réservées, nul besoin d’esquiver les voitures. Quant à vos poumons, ils se rempliront uniquement d’air. Excepté pour ceux qui boiront la tasse… 

Mais, non, on plaisante. Allez, direction le triathlon !

Pour plus d’infos et les inscriptions, rendez-vous sur le site du Triathlon de Paris.

Ouverture A.S.O./Jacvan/A.Brebant

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Euro de natation 2022, les Tricolores vont faire des vagues !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le récap’ historique du mois d’août, une cycliste pleine d’espoir, une championne dans les nuages, un Euro dans l’eau, une Coupe du Monde sur la vague, neuf championnats d’Europe en un, le retour sur les femmes et la natation et un trail pour transpirer, c’est sur ÀBLOCK! cette semaine. À lire on the rocks.

Lire plus »
14 août 1982 Deux femmes en tête du Rallye du Brésil

14 août 1982, deux femmes en tête du Rallye du Brésil

La conduite et la direction sont leurs atouts. Depuis quatre jours, pilotes et copilotes sont lancés dans la 4e édition du Rallye du Brésil. L’arrivée de la course est plus attendue que jamais. D’autant plus quand, dans la première voiture, deux femmes sont à la manoeuvre, Michèle Mouton et Fabrizia Pons !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Luc Arrondel « En France, le salaire moyen d’une joueuse de foot est à peu près celui d’un footballeur des années 70. »

Luc Arrondel : « En France, le salaire moyen d’une joueuse de foot est à peu près celui d’un footballeur des années 70. »

Économiste du sport, directeur de recherche au CNRS, Luc Arrondel s’est penché sur l’aspect business du football et plus particulièrement du foot féminin. Son livre « Comme des garçons ? » propose de mieux comprendre son essor et ses opportunités dans notre pays où la discipline conjuguée au féminin en est encore à ses balbutiements.

Lire plus »
Sarah Fuller

Sarah Fuller : Un petit coup de pied dans le foot US, un grand pas pour le sport féminin

Elle a participé, au pied levé, à un match de l’équipe masculine de son université américaine et, d’un coup, d’un seul, elle est entrée dans l’Histoire… Sarah Fuller, 21 ans, powerful kicker de son équipe féminine, Vanderbilt Women’s Soccer, est devenue, le 28 novembre dernier, la première femme à participer à un match du « Power 5 », une organisation qui regroupe au niveau universitaire les cinq meilleures divisions américaines de football américain. Ou comment une sportive dégomme le plafond de verre…

Lire plus »
Fanny Horta : « Depuis les Jeux, j’ai coupé avec le rugby, j’en avais besoin. »

Fanny Horta : « Depuis les Jeux, j’ai coupé avec le rugby, j’en avais besoin. »

Elle a mis un terme à sa carrière à l’issue des JO de Tokyo. Fanny Horta, vice-championne olympique de rugby à 7, en a terminé avec la compétition mais pas avec le terrain. Engagée dans la commission des athlètes pour Paris 2024, elle ambitionne, à l’avenir, d’accompagner, à son tour, des groupes sur le chemin de la performance et de la réalisation de soi. Rencontre avec une fille qui sort de la mêlée.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner