Ed TempleLa légende masculine du sprint féminin

Ed Temple
Il est l’un des plus grands entraîneurs que les États-Unis aient connu. Avec ses Tigerbelles, une équipe d’athlètes afro-américaines du Tennessee, Ed Temple a porté l’athlétisme féminin au pinacle et fait entrer la Perle noire, Wilma Rudolph, ou encore Wyomia Tyus alias Skeeter, dans l’histoire.

Par Sophie Danger

Publié le 12 mai 2021 à 19h08, mis à jour le 29 juillet 2021 à 12h10

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Il a façonné une incroyable dynastie de championnes. Pas moins. Edward Stanley Temple, plus connu sous le nom de Ed Temple, a été le coach et le mentor des Tigerbelles, un groupe d’athlètes afro-américaines de légende.

Parmi elles Mae Faggs, Edith McGuire, Madeline Manning Mims, Willye B. White, Martha Watson, Chandra Cheeseborough ou encore Wilma Rudolph (la Perle noire, Gazelle noire ou Tennessee Tornado selon les pays) et Wyomia Tyus dite « Skeeter » (Moustique, en français), deux figures majeures de l’histoire des Jeux Olympiques.

C’est pourtant le hasard, ou plutôt une belle opportunité, qui offrira à cet entraîneur de génie une destinée historique, en marquant de son empreinte l’histoire du sprint mondial.

Né en 1927 à Harrisburg, en Pennsylvanie, Ed Temple est l’unique enfant de Christopher and Ruth N. Temple. Doué pour le sport, il excelle en athlétisme, mais aussi en football et en basketball.

Un talent qui ne passe pas inaperçu. Convoité par la Tennessee State Agricultural and Industrial School, il décroche une bourse et intègre les rangs de l’équipe d’athlétisme en 1946. Le jeune homme, alors âgé de 19 ans, va quelque peu déchanter.

À Nashville, les infrastructures sont loin d’être à la hauteur. En lieu et place de la traditionnelle piste de 400 mètres, il doit se contenter d’un 300 mètres en forme de « U », les responsables de l’université n’ayant pas jugé utile de combler la décharge adjacente.

Mais Temple s’accroche. Son diplôme en poche, l’université lui propose de prendre en charge l’équipe d’athlétisme… féminine ! « À cette époque, les gens n’étaient pas très enthousiastes à l’idée que les femmes fassent du sport, expliquait-il dans les colonnes du New York Times. À Tennessee State, tout était axé sur le football et le basket-ball. »

La mission semble impossible, il se lance avec, en tout et pour tout… deux athlètes et un budget famélique : 300 dollars de fonctionnement annuel et aucune facilité financière pour attirer les meilleures étudiantes de l’époque.

Ed Temple, homme de défi, fait avec et met au point un plan d’attaque.

Sa technique est simple : du travail, du travail et encore du travail. Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, les Tigerbelles, surnom dont il a affublé son équipe, s’entraînent.

Il les fait courir trois fois par jour, la plupart du temps à l’air libre, quelque fois dans une salle de danse, devant un miroir en pied. « Nous nous entraînions tous les matins à 5h30, à midi et aussi le soir, se remémorait Barbara Jones, membre de l’équipe, double championne olympique du 4×100 mètres avec le relais américain à Helsinki en 1952 et Rome en 1960. S’il pleuvait, qu’est-ce que cela pouvait bien faire ? Nous courions à travers les pâturages et déplacions les vaches. Nous courions en haut et en bas des collines, nous courions partout. »

La situation politique des États-Unis vient compliquer, plus encore, la tâche d’Ed Temple. La ségrégation fait rage dans le sud du pays et rude n’est qu’un doux euphémisme pour décrire la vie endurée par les athlètes afro-américains. « Les restaurants et les toilettes étaient ségrégués, rappelait-il dans son autobiographie. Lorsque nous voyagions, nous devions prévoir nos repas et prendre plutôt la direction des champs. »

Qu’à cela ne tienne ! Ses Tigerbelles, ont du talent et coach Temple le sait. Pour elles, rien d’impossible ! Il n’hésite pas à les embarquer, à sa suite, dans un road trip épuisant de vingt-deux heures au volant de sa vieille DeSoto pour rallier New York afin, simplement, de leur permettre de courir. « J’ai entraîné, j’ai massé, énonçait-il dans le New York Times. J’étais le conseiller, j’étais le parent, j’étais tout, mais je devais l’être parce qu’il n’y avait personne d’autre ».

L’engagement de Ed Temple et ses méthodes vont rapidement payer. Sous sa houlette, les virtuoses du Tennessee vont s’illustrer dès 1965 et décrocher pas moins de 34 titres nationaux : 16 en indoor, 13 en extérieur et 5 en juniors.

En 1960, dix ans seulement après son entrée en fonction, il est parachuté à la tête de l’équipe nationale. Ed Temple prépare ses athlètes pour les Jeux Olympiques de Rome en 1960 et ceux de Tokyo programmés quatre ans plus tard. Les Tigerbelles seront évidemment de la partie.

Wilma Rudolph quitte la capitale italienne trois médailles d’or autour du coup : celle du 100 et du 200 mètres, celle du relais 4×100 mètres.

Wyomia Tyus prend le relais au Japon. « Skeeter » est sacrée sur ligne droite, une performance qu’elle va réitérer à Mexico en 1968, devenant la première athlète, homme et femme confondus, à réaliser un tel exploit. Elle complètera sa moisson en décrochant les lauriers du 4×100 mètres.

Au total, coach Temple aura permis à 40 de ses Tigerbelles de représenter les États-Unis aux Jeux, 40 athlètes d’exception pour un total de 23 médailles : 13 en or, 6 en argent, 4 en bronze ! « Ces filles voulait gagner, confiera-t-il au Washington Post. J’étais avec les meilleures et je leur ai juste dit : “Je veux que vous prouviez que vous pouvez le faire. »

Une épopée extraordinaire à laquelle il mettra un terme en 1993, après plus de quatre décennies d’excellents et loyaux services. L’université du Tennessee lui rendra hommage en baptisant une piste à son nom et en érigeant une statue à son effigie, à l’extérieur du First Tennessee Park, l’antre des Nashville Sounds, une équipe de baseball.

Il s’éteindra vingt-trois ans plus tard, en 2016. Il avait 89 ans.

« C’était l’homme en lui-même plus que n’importe quoi d’autre, lui avait rendu hommage Wilma Rudolph en 1993, dans le New York Times. Il comprenait les problèmes des gens, principalement les problèmes des filles. Il travaillait avec la personne dans son entier, pas uniquement avec l’athlète. Il nous motivait et il nous inspirait. Il m’a permis de réaliser mes rêves. »

Ouverture ©Ernie Sisto/The New York Times
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Marguerite Broquedis

Marguerite Broquedis, la Déesse du tennis trop vite éclipsée par la Divine Lenglen

Elle a régné sur le tennis hexagonal quelques années avant que Suzanne Lenglen ne rafle tout sur son passage. Tout comme « la Divine », Marguerite Broquedis a, elle aussi, marqué de son empreinte l’histoire de son sport. La « Déesse », sacrée deux fois en simple, Porte d’Auteuil, à une époque où les Internationaux de France étaient réservés aux seuls joueurs du cru, est également la première Française à avoir été sacrée olympique et ce, toutes disciplines confondues.

Lire plus »
Claire la sirène

Sport de sirène : enquête sur une vague déferlante

Dans la famille natation, je demande le dernier-né palmé : le “mermaiding“ ou comment nager comme une sirène. Désormais reconnu comme une activité sportive, à l’enseignement encadré, il prend dans ses filets de plus en plus d’adeptes heureux de plonger dans leurs rêves d’enfant. Immersion toute !

Lire plus »
Jessi Combs

10 femmes de sport, 10 récits de pionnières

S’imposer dans toutes les sphères de sa vie grâce au sport, c’est tout le propos d’ÀBLOCK! qui s’associe, cette semaine, à l’opération menée conjointement par le ministère des Sports et le CSA, « Sport Féminin Toujours », en redonnant à quelques pionnières de l’univers sportif, à l’instar de Jessi Combs sur notre photo, la place qu’elles méritent. Grâce à elles, les femmes ont pu (peuvent), peu à peu, changer le monde et leur monde.

Lire plus »

Mathilde Rivière : « Pour avoir ma place aux JO, j’ai galéré, mais je n’ai rien laissé passer ! »

Elle a bien failli ne pas voir Tokyo. Handicapée par une sévère blessure au dos, la triple championne de France de lutte a finalement décroché son billet, début mai, en Bulgarie, pour les Jeux Olympiques japonais. Une joie immense pour Mathilde Rivière qui nourrit désormais un seul et unique objectif : la médaille. Rencontre avec une fille qui ne se laisse pas facilement mettre au tapis.

Lire plus »
Laura Tarantola

Le questionnaire sportif de… Laura Tarantola

Elle vient de remporter le titre de championne de France indoor d’aviron. Sans réelle surprise, toutefois : Laura Tarantola a les épaules larges ! Mais c’est sur l’eau que la Championne du Monde 2018 passe la plupart de son temps, s’entraînant pour décrocher l’or aux prochains JO de Tokyo. Entre deux coups de rame, elle a bien voulu nous éclairer sur quelques pans de sa personnalité.

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo : « L’apnée m’a permis de devenir moi, pleine et entière. »

Sous l’eau, elle respire. Vice-championne du monde d’apnée, championne de France, Alice Modolo vient de signer son retour dans les profondeurs en remportant la Coupe d’Europe en poids constant monopalme. Singulière et attachante, cette sirène qui se défend d’être « illuminée » ne laisse personne lui dicter sa vie, même si c’est de la folie. Rencontre avec une apnéiste qui ne manque pas de souffle.

Lire plus »
Nita Ambani

Nita Ambani, la First Lady du sport en Inde

Première femme indienne membre du Comité International Olympique et copropriétaire de l’équipe star de cricket « Mumbai Indians », Nita Ambani est une philanthrope qui compte dans le monde sportif. Portrait de l’une des leaders les plus influentes du sport en 2020.

Lire plus »

Bouger, j’aimerais bien, mais…

Avec le confinement, beaucoup tentent de saisir l’occasion de remettre leur corps en mouvement. Pas facile pourtant, surtout lorsqu’on est seul et que l’espace sportif se limite à ses quatre murs. Alors, généralement, on commence fort puis on se fatigue.
Mais pourquoi si peu d’enthousiasme, même en sachant que le bien-être est au bout de la séance ? Explications.

Lire plus »
Mélanie et Guillaume Touzot

Wasani, l’appli qui veut faire bouger le sport

Rassembler les amateurs et acteurs du sport, soutenir les fédérations, c’est l’ambition de Wasani. Cette application, lancée il y a trois ans, souhaite faciliter la pratique sportive et permettre à tous de partager des valeurs et des moments inoubliables. Tout simplement.

Lire plus »

Sport et Coronavirus : le vrai du faux

On dit (et on entend) souvent que le sport aide à lutter contre les virus. Mais est-ce la vérité ? Ne rien changer à sa routine sportive aide-t-il vraiment à lutter contre la maladie et plus particulièrement contre le Coronavirus COVID-19 ? Pourquoi faut-il continuer à pratiquer, mais dans quels cas faut-il impérativement mettre son corps en mode « pause » ? Éléments de réponse.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner