Ed TempleLa légende masculine du sprint féminin

Ed Temple
Il est l’un des plus grands entraîneurs que les États-Unis aient connu. Avec ses Tigerbelles, une équipe d’athlètes afro-américaines du Tennessee, Ed Temple a porté l’athlétisme féminin au pinacle et fait entrer la Perle noire, Wilma Rudolph, ou encore Wyomia Tyus alias Skeeter, dans l’histoire.

Par Sophie Danger

Publié le 12 mai 2021 à 19h08, mis à jour le 29 juillet 2021 à 12h10

Il a façonné une incroyable dynastie de championnes. Pas moins. Edward Stanley Temple, plus connu sous le nom de Ed Temple, a été le coach et le mentor des Tigerbelles, un groupe d’athlètes afro-américaines de légende.

Parmi elles Mae Faggs, Edith McGuire, Madeline Manning Mims, Willye B. White, Martha Watson, Chandra Cheeseborough ou encore Wilma Rudolph (la Perle noire, Gazelle noire ou Tennessee Tornado selon les pays) et Wyomia Tyus dite « Skeeter » (Moustique, en français), deux figures majeures de l’histoire des Jeux Olympiques.

C’est pourtant le hasard, ou plutôt une belle opportunité, qui offrira à cet entraîneur de génie une destinée historique, en marquant de son empreinte l’histoire du sprint mondial.

Né en 1927 à Harrisburg, en Pennsylvanie, Ed Temple est l’unique enfant de Christopher and Ruth N. Temple. Doué pour le sport, il excelle en athlétisme, mais aussi en football et en basketball.

Un talent qui ne passe pas inaperçu. Convoité par la Tennessee State Agricultural and Industrial School, il décroche une bourse et intègre les rangs de l’équipe d’athlétisme en 1946. Le jeune homme, alors âgé de 19 ans, va quelque peu déchanter.

À Nashville, les infrastructures sont loin d’être à la hauteur. En lieu et place de la traditionnelle piste de 400 mètres, il doit se contenter d’un 300 mètres en forme de « U », les responsables de l’université n’ayant pas jugé utile de combler la décharge adjacente.

Mais Temple s’accroche. Son diplôme en poche, l’université lui propose de prendre en charge l’équipe d’athlétisme… féminine ! « À cette époque, les gens n’étaient pas très enthousiastes à l’idée que les femmes fassent du sport, expliquait-il dans les colonnes du New York Times. À Tennessee State, tout était axé sur le football et le basket-ball. »

La mission semble impossible, il se lance avec, en tout et pour tout… deux athlètes et un budget famélique : 300 dollars de fonctionnement annuel et aucune facilité financière pour attirer les meilleures étudiantes de l’époque.

Ed Temple, homme de défi, fait avec et met au point un plan d’attaque.

Sa technique est simple : du travail, du travail et encore du travail. Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, les Tigerbelles, surnom dont il a affublé son équipe, s’entraînent.

Il les fait courir trois fois par jour, la plupart du temps à l’air libre, quelque fois dans une salle de danse, devant un miroir en pied. « Nous nous entraînions tous les matins à 5h30, à midi et aussi le soir, se remémorait Barbara Jones, membre de l’équipe, double championne olympique du 4×100 mètres avec le relais américain à Helsinki en 1952 et Rome en 1960. S’il pleuvait, qu’est-ce que cela pouvait bien faire ? Nous courions à travers les pâturages et déplacions les vaches. Nous courions en haut et en bas des collines, nous courions partout. »

La situation politique des États-Unis vient compliquer, plus encore, la tâche d’Ed Temple. La ségrégation fait rage dans le sud du pays et rude n’est qu’un doux euphémisme pour décrire la vie endurée par les athlètes afro-américains. « Les restaurants et les toilettes étaient ségrégués, rappelait-il dans son autobiographie. Lorsque nous voyagions, nous devions prévoir nos repas et prendre plutôt la direction des champs. »

Qu’à cela ne tienne ! Ses Tigerbelles, ont du talent et coach Temple le sait. Pour elles, rien d’impossible ! Il n’hésite pas à les embarquer, à sa suite, dans un road trip épuisant de vingt-deux heures au volant de sa vieille DeSoto pour rallier New York afin, simplement, de leur permettre de courir. « J’ai entraîné, j’ai massé, énonçait-il dans le New York Times. J’étais le conseiller, j’étais le parent, j’étais tout, mais je devais l’être parce qu’il n’y avait personne d’autre ».

L’engagement de Ed Temple et ses méthodes vont rapidement payer. Sous sa houlette, les virtuoses du Tennessee vont s’illustrer dès 1965 et décrocher pas moins de 34 titres nationaux : 16 en indoor, 13 en extérieur et 5 en juniors.

En 1960, dix ans seulement après son entrée en fonction, il est parachuté à la tête de l’équipe nationale. Ed Temple prépare ses athlètes pour les Jeux Olympiques de Rome en 1960 et ceux de Tokyo programmés quatre ans plus tard. Les Tigerbelles seront évidemment de la partie.

Wilma Rudolph quitte la capitale italienne trois médailles d’or autour du coup : celle du 100 et du 200 mètres, celle du relais 4×100 mètres.

Wyomia Tyus prend le relais au Japon. « Skeeter » est sacrée sur ligne droite, une performance qu’elle va réitérer à Mexico en 1968, devenant la première athlète, homme et femme confondus, à réaliser un tel exploit. Elle complètera sa moisson en décrochant les lauriers du 4×100 mètres.

Au total, coach Temple aura permis à 40 de ses Tigerbelles de représenter les États-Unis aux Jeux, 40 athlètes d’exception pour un total de 23 médailles : 13 en or, 6 en argent, 4 en bronze ! « Ces filles voulait gagner, confiera-t-il au Washington Post. J’étais avec les meilleures et je leur ai juste dit : “Je veux que vous prouviez que vous pouvez le faire. »

Une épopée extraordinaire à laquelle il mettra un terme en 1993, après plus de quatre décennies d’excellents et loyaux services. L’université du Tennessee lui rendra hommage en baptisant une piste à son nom et en érigeant une statue à son effigie, à l’extérieur du First Tennessee Park, l’antre des Nashville Sounds, une équipe de baseball.

Il s’éteindra vingt-trois ans plus tard, en 2016. Il avait 89 ans.

« C’était l’homme en lui-même plus que n’importe quoi d’autre, lui avait rendu hommage Wilma Rudolph en 1993, dans le New York Times. Il comprenait les problèmes des gens, principalement les problèmes des filles. Il travaillait avec la personne dans son entier, pas uniquement avec l’athlète. Il nous motivait et il nous inspirait. Il m’a permis de réaliser mes rêves. »

Ouverture ©Ernie Sisto/The New York Times

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Cléopatre Darleux

Cléopatre Darleux : « Le handball me donne l’impression d’être une wonderwoman ! »

Un rempart à toute épreuve. Cléopatre Darleux est une icône de l’équipe de France de handball et une gardienne de but multi-distinguée dans les compétitions internationales. La championne du monde 2017, épanouie et jeune maman, donne de la voix pour que les joueuses professionnelles soient soutenues dans leur projet perso autant que sportif. Un match qu’elle relève (encore) haut la main !

Lire plus »
Un Sacré-Coeur pour un trail à pleins poumons

Un Sacré-Coeur pour un trail à pleins poumons

Le 2 octobre, la foule de touristes sera remplacée par des sportifs tout en jambes sur la butte Montmartre et autour du Sacré-Cœur. La troisième édition de l’Urban Trail de la Fondation du Souffle accueillera 1000 volontaires, le tout pour la bonne cause. C’est déjà l’heure de s’inscrire !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de…Lil’Viber

Le questionnaire sportif de…Lil’Viber

Le week-end prochain, elle fera vrombir sa bécane au Bol d’Or. Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber formera avec sa copine des circuits, Patricia Audebert, l’unique team 100 % féminine de l’événement du Castellet pour la course du Bol d’Or Classic. Entre deux entraînements sur l’asphalte, elle répond à notre petit questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
Nicole Abar : « Pour moi, le football est un destin. »

Nicole Abar : « Pour moi, le football est un destin. »

Elle a marqué de son empreinte le football moderne. Tout au long de sa riche carrière, Nicole Abar n’a cessé de collectionner les titres et les récompenses. L’ancienne internationale, désormais âgée de 63 ans, consacre désormais la majeure partie de son temps à militer pour un sport plus juste et plus ouvert. Rencontre avec une fille qui n’était qu’une « joueuse alibi » devenue une femme engagée.

Lire plus »
God save Channel 4 !

God save Channel 4 !

La chaîne anglaise Channel 4 ne s’engage pas à moitié. Pour les Jeux Paralympiques de Pékin, tous ses consultants seront des para-athlètes. Aux côtés des commentateurs de l’équipe des sports, ils viendront offrir une expertise des plus pertinentes. Une première.

Lire plus »
Tour de France Femmes 2022 : l'histoire à coups de pédales

Tour de France Femmes 2022 : l’histoire à coups de pédales

À partir de ce dimanche et jusqu’au 31 juillet, la première édition du Tour de France Femmes se déroule dans le Grand-Est. Etapes longues, rapides ou en montagne, les cent-quarante-quatre participantes (dont Elizabeth Deignan sur notre photo) auront fort à faire pour venir à bout des 1029 kilomètres programmés. Présentation.

Lire plus »
diane mary hardy

Diane Marie-Hardy, l’athlétisme chevillé au cœur

Une tête bien faite dans un corps d’athlète. Diane Marie-Hardy, heptathlète de 24 ans, bientôt en possession d’un diplôme d’ingénieur, gravit, en parallèle, les marches du podium de l’athlétisme français et européen.

Une passion et une implication chevillées au corps (et au cœur) qu’elle a appris à gérer en se façonnant un mental d’acier. Rencontre inspirante.

Lire plus »
Louise Lenoble

Highline : Louise Lenoble, en recherche d’adrénaline

La highline est sa vie, l’air son élément. À l’occasion du Tour de France, de passage au Mont-Dore, la reine de la slack, se lance un nouveau défi. Avec ses camarades de vide, Louise Lenoble va marcher sur la deuxième plus longue ligne de France, à deux-cents mètres au-dessus de la ville. On lève les yeux ?

Lire plus »
Grace Geyoro, la métronome bleue

Grace Geyoro, la métronome bleue

Les jeunes prennent peu à peu le pouvoir en équipe de France. À force de talent et de volonté, Grace Geyoro s’est installée dans le onze de départ de Corinne Diacre. Maintenant, la milieu de terrain veut tout déchirer.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner