Rechercher

Tjiki « Mes muscles, c’est mon armure. »

Tjiki : « Mes muscles, c’est mon armure. »
Vice-championne du monde et championne d'Europe de body fitness, mannequin à ses heures pour Gucci ou Jean-Paul Gaultier. Khoudièdji Sidibé alias Tjiki est une cover girl qui, adolescente, a eu du mal à accepter son corps et veut aujourd’hui casser les codes grâce à une musculature assumée. Elle est la nouvelle invitée du podcast ÀBLOCK!

Par Valérie Domain

Publié le 21 mai 2023 à 20h27, mis à jour le 22 mai 2023 à 9h42

Elle veut avoir du muscle mais demeurer féminine, c’est son crédo. Elle peut emmener son corps sur le terrain masculin mais aussi sur le terrain féminin. Elle aime travailler l’ambiguïté et elle assume. Tjiki, de son vrai nom Khoudièdji Sidibé, sculpte son corps telle une œuvre d’art.

Le sport, pour elle, ce fut d’abord de l’athlétisme, du rugby aussi. Mais la discipline qui lui a apporté la consécration, c’est le body fitness. Et elle en parle sans tabou dans notre 3e épisode du podcast ÀBLOCK!

Extraits choisis :

« Ma mère voyait d’un mauvais œil mon envie de faire du sport, elle pensait que faire du sport, c’était vouloir changer d’identité. Alors que, pour moi, c’était révéler mon identité, révéler qui j’étais vraiment. »

« Le culturisme ne s’est pas imposé à moi, mais il m’a ouvert les yeux. J’ai découvert que je pouvais sculpter mon corps. Plus je me muscle, plus je m’entraîne, plus cela me permet de révéler ma puissance. Et accepter qui je suis. »

« Je n’avais pas envie d’être comme un homme, mais de montrer que j’étais capable de faire la même chose que les hommes. Sortir et bousculer les stéréotypes, les codes traditionnels. »

« Je savais en commençant dans le monde du body-fitness que j’allais être la source de critiques, mais je ne m’y attarde pas. J’ai décidé de faire de mon corps musclé une armure, j’estime que c’est un travail. Je n’accepte pas qu’on critique mon travail lorsque ce n’est pas valorisant. À l’entraînement, en compétition, je suis dans mon cocon et je suis bien. »

On l’écoute ?

 

  • Un podcast à retrouver également sur la plateforme myLymedias et sur toutes les plateformes d’écoute
  • Présenté par la journaliste Valérie Domain, fondatrice d’ÀBLOCK!

D'autres épisodes de "Muscu, haltéro, CrossFit, ça envoie du lourd !"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi écouter…

Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « J’ai toujours été pote avec mon corps. »

Toujours la plus petite de sa classe, mais qu’à cela ne tienne, sa priorité est le half-pipe depuis un certain hiver 1992, quand les Jeux Olympiques ont fait escale dans sa vallée de la Tarentaise. La skieuse Marie Martinod a fait de sa taille une force dans un sport où il est préférable d’avoir un centre de gravité bas. Et c’est ce qu’elle nous raconte à l’occasion de notre partenariat avec le podcast 1m60max.

Écoutez »
Kids

La parité aux JO fera-t-elle bouger les jeunes filles ?

Cet été, à Paris, les premiers Jeux paritaires de l’histoire vont s’ouvrir. Mais le sport français fait-il pour autant la part belle aux jeunettes ? Le podcast le plus déjanté de la parentalité, Papas Poules, met le sujet sur la table dans ce nouvel opus dont ÀBLOCK! est partie prenante.

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « Quand j’ai découvert le ski freestyle, j’avais 8 ans, j’ai été subjuguée. »

Double championne du monde de sa spécialité, le half-pipe, elle a décroché l’argent aux JO de Sotchi en 2014 et de Pyeongchang en 2018, mais aussi la victoire aux X-Games à Aspen en 2017. La skieuse acrobatique Marie Martinod, aujourd’hui consultante dans les médias, a beau être un petit format, elle n’a pas sa langue dans sa poche. Et elle nous le prouve dans cet entretien signé du podcast 1m60max et ÀBLOCK!

Lire plus »
Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « J’ai toujours été pote avec mon corps. »

Toujours la plus petite de sa classe, mais qu’à cela ne tienne, sa priorité est le half-pipe depuis un certain hiver 1992, quand les Jeux Olympiques ont fait escale dans sa vallée de la Tarentaise. La skieuse Marie Martinod a fait de sa taille une force dans un sport où il est préférable d’avoir un centre de gravité bas. Et c’est ce qu’elle nous raconte à l’occasion de notre partenariat avec le podcast 1m60max.

Lire plus »

Marjorie Delassus et Camille Prigent : « Aux Jeux Olympiques, on sera là l’une pour l’autre, pour se soutenir et partager nos émotions. »

Elles sont amies et sont parvenues, toutes deux, à décrocher leur place pour Paris 2024. Marjorie Delassus et Camille Prigent tenteront de se hisser sur la première place du podium olympique de slalom canoë monoplace pour l’une et de slalom kayak monoplace et kayak cross pour l’autre. Rencontre avec deux filles qui aiment les remous et l’eau vive.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner