Delphine CascarinoL’agréable surprise de l’attaque française

Delphine Cascarino, l’agréable surprise de l’attaque française
L’Euro Foot 2022 va-t-il la révéler ? Delphine Cascarino a marqué les esprits lors du premier match des Bleues en inscrivant le troisième but de la rencontre face à l’Italie. Son palmarès est déjà bien garni, mais une victoire lui fait de l’œil : celle qu'elle ravira sous le maillot tricolore en équipe A. Et elle a tout pour réaliser son rêve. Portrait d'une attaquante inattendue qui vaut le détour.

Par Aurore Charron

Publié le 21 juillet 2022 à 20h05, mis à jour le 21 juillet 2022 à 20h22

Courir après un ballon, c’est toute l’enfance de Delphine. La fillette découvre le football en jouant les gardiennes pour son grand frère. Mais rester dans bien sagement dans les cages, ça ne lui suffit pas. Non, elle, ce qui la botte c’est l’attaque.

Un parcours solo ? Certainement pas. Le foot chez les Cascarino c’est une affaire de famille. La joueuse peut compter sur le soutien de ses parents mais surtout de sa sœur jumelle, Estelle. Le 5 février 1997 à Saint-Priest dans le Rhône, ce n’est pas une footballeuse internationale qui a vu le jour, mais deux.

Après un court détour par le rugby, à 9 ans, Delphine et Estelle Cascarino chaussent les crampons. Toutes deux débutent leur carrière dans le club de leur ville natale, l’AS Saint-Priest. Seulement deux ans après, elles intègrent l’AS Manissieux Saint-Priest, l’autre club local.

©FFF

Les filles Cascarino ont choisi la même voie, mais chacune à leur façon. Estelle, gauchère, évolue au poste de défenseur. Quant à Delphine, droitière, son truc, c’est l’attaque.

Un duo de choc. Les deux jeunes filles se font vite repérer par l’Olympique Lyonnais (OL) qu’elles intègrent à 12 ans.

C’est en 2016 que leurs chemins footballistiques se séparent. Estelle s’envole pour le FCF Juvisy, tandis que Delphine reste dans « son club de cœur » pour lequel elle joue encore aujourd’hui.

Leurs parcours à l’OL ont de quoi inspirer – et ce n’est pas leur père qui dira le contraire. Écrivain et scénariste, Laurent Cascarino publie une BD partiellement inspirée du parcours de ses filles : « Team d’attaque, Sauvé par les gones ».

©Wikipedia

Un hommage au surnom du club qui a permis à ses filles d’envisager une carrière professionnelle.

Pas évident lorsqu’on manque de rôles modèles féminins dans le football. Mais Delphine Cascarino trouve l’inspiration en Amel Majri. Formée à l’OL, elle parvient à sortir du centre de formation pour transformer sa passion en vocation.

Une belle influence pour la footeuse de talent qui peine à trouver la place des femmes dans son sport de prédilection : « À ce moment-là, je ne me rends pas forcément compte qu’il y a des femmes qui jouent au foot et encore moins en pro, rapporte-t-elle auprès de Bros. Stories. Je n’ai pas encore de modèles féminins mais j’avais des modèles masculins. »

Depuis, l’attaquante accumule les prix au sein du club le plus médaillé du football féminin français. Sept Championnats de France, six Ligue des Champions, quatre Coupes de France et un Trophée des Championnes. De quoi être fière.

©Facebook

Le club lyonnais plonge sa joueuse dans la lumière, jusqu’à lui faire gouter le feu des projecteurs tricolores. Delphine Cascarino débute en sélection chez les moins de 16 ans (U16), au côté de sa sœur. À 15 ans, elles sont sélectionnées pour la Coupe du Monde U17 de 2012.

Une première entrée en matière qui a de quoi épater. Premier but… et première victoire collective. Le monde sourit aux Bleues qui décrochent la coupe U17. L’autre belle victoire du duo, c’est l’Euro U19 2016. Ici encore, le trophée revient aux Françaises.

Des souvenirs de famille peu communs. Pourtant, leurs chemins vont se séparer. Delphine est sélectionnée pour quarante-trois matchs en équipe A, tandis qu’Estelle n’obtiendra que cinq sélections.

Une différence qui n’empêche pas cette dernière d’être la première fan de sa sœur – et il y a de quoi faire en matière d’encouragements.

Alors qu’on ne l’attendait pas titulaire lors du premier match des Bleues pour l’Euro 2022, le 10 juillet dernier, la sélectionneuse Corinne Diacre surprend en titularisant Delphine Cascarino. La joueuse saisit l’occasion et rend la pareille en marquant le troisième des cinq buts tricolores contre les Italiennes.

©FFF

Un tournoi qui met les footballeuses au premier plan. La notoriété – qu’importe son ampleur – ça ne fait pas peur à la sportive San-Priode. C’est en rôle modèle pour les jeunes filles qu’elle aimerait s’affirmer.

« On est très médiatisées (de plus en plus d’ailleurs) donc c’est important de véhiculer une bonne image, rapporte-elle auprès de Bros. Stories. Je pense que des petites filles pourront s’identifier à l’équipe de France féminine et pourquoi pas à moi pour plus tard essayer de progresser. Je suis assez fière de ça. »

Plus loin des terrains de foot, Delphine Cascarino utilise sa visibilité pour une cause qui lui est chère : l’écologie.

Et d’expliquer son engagement face à l’enjeu climatique lors d’une interview pour Gentside et la WWF (Fond Mondial pour la Nature). L’as du ballon pratique et encourage les gestes éco-responsables comme réduire sa consommation de viande afin « d’en manger moins mais mieux ».

On compte donc sur Delphine Cascarino pour veiller sur l’avenir de la planète Bleue. Et sur l’avenir victorieux de l’équipe de France lors de cet Euro Foot.

Ouverture ©FFF

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Clémence Beretta, celle qui marche vite, très vite

Clémence Beretta, celle qui marche vite, très vite

Ce samedi 20 août, le vingt kilomètres marche féminin s’élance à Munich lors des Championnats Sportifs Européens. Et parmi les qualifiées, une athlète qui n’est pas considérée comme professionnelle mais qui en veut, Clémence Beretta. La prodige de la marche française a des choses à prouver sur les terres allemandes.

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Marie Bochet : « Quand je glisse sur mes skis, j’ai l’impression de danser sur la neige. »

Marie Bochet : « Quand je glisse sur mes skis, j’ai l’impression de danser sur la neige. »

À 28 ans, la multi-médaillée paralympique en ski alpin est auréolée d’une belle image de sportive à la fois zen et déterminée. Avant qu’elle ne s’élance pour les Jeux Paralympiques de Pékin, Marie Bochet, dernièrement double médaille d’or aux Championnats du monde de para sports en Norvège, se livre avec la fraîcheur de sa glisse désormais légendaire. Marie fonce tout schuss !

Lire plus »
Fifty Fifty Sail

Fifty Fifty Sail, une régate solidaire pour aider les femmes à larguer les amarres

Mettre les voiles pour prouver que la femme a toute sa place dans le sport. C’est tout l’enjeu de cette chouette initiative qui a surgi dans la longue vue d’ÀBLOCK!. Cette régate 100% mixte fait la course contre les clichés et s’engage contre les violences faites aux femmes. Car le sport est un formidable outil de reconstruction pour se réapproprier son cœur et son corps. Embarquement immédiat au sein d’un enthousiaste et généreux équipage…

Lire plus »
Aton

Aton, acteur, ex-héros du GIGN : « J’ai une copine qui soulève plus lourd que moi en haltérophilie, et alors ? »

On le connaît sous le nom de Philippe B., ancienne figure du GIGN, devenu Aton depuis sa reconversion dans le cinéma. Grand sportif, il mène sa vie comme un guerrier et tel que le lui a appris son père lorsqu’il était ado. Et guerrier ne veut pas dire macho. Pour lui, les femmes n’ont rien à prouver, surtout pas dans le sport. Et il sait de quoi il parle : son épouse est une ex-sportive de haut-niveau. Entretien (d)étonnant et en mode « Féral » à l’occasion de la sortie de son deuxième livre.

Lire plus »
Sarah Hauser

Sarah Hauser : « Le windsurf, c’est un mélange de peur, de chaos mais aussi de beauté. »

Ce petit bout de femme n’a pas froid aux yeux, même au creux de la vague. La windsurfeuse Sarah Hauser vient de faire une entrée fracassante dans le Guinness Book des Records après avoir dompté une vague de presque 11 mètres, la plus grosse jamais prise par une femme. Une étape plus qu’un aboutissement dans le parcours singulier de cette Néo-Calédonienne dont l’ambition est d’inspirer les filles qui n’osent pas se mouiller.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner