Il était une fois le canoë-kayak… féminin !

Il était une fois le canoë-kayak… féminin !
En mars, on pagaie ! Le week-end dernier, l’Open de France lançait la saison 2022 de nombreux ceïstes et kayakistes sur les plans d’eau. Parmi eux, des femmes aujourd’hui à l’aise sur les flots. Mais ne l’ont-elles pas toujours été ?

Par Clotilde Boudet

Publié le 24 mars 2022 à 14h30, mis à jour le 05 avril 2022 à 14h27

Dès 1895, dans le tableau « Le saut du barrage » du peintre Ferdinand Gueldry, on remarque la présence d’une embarcation en bois – appelée à l’époque « baladeuse » – occupée à l’arrière par un homme et à l’avant par… une femme !

Preuve, puisqu’il en faut toujours une, que le kayak est pratiqué par des femmes depuis toujours, au moins dans le cadre des loisirs.

« Le saut du barrage » de Ferdinand Gueldry

Les clubs de tourisme justement, comme le Touring Club de France et le Canoë Club de France ont vu passer beaucoup d’équipes mixtes, constituées notamment de couples mariés ou prêts à l’être.

Très vite, ces dames s’émancipent de leur conjoint pour braver seules les rapides, mais le canoë-kayak féminin reste un sport auquel on ne donne pas toute la place qu’il mérite !

Aux Jeux de Londres, en 2012, les athlètes féminines n’avaient qu’une épreuve de slalom contre trois pour les athlètes masculins. Quant au sprint, deux tiers des douze catégories étaient masculines.

En expédition ou en compétition, les femmes canoëistes (ou céistes) ne cessent pourtant de repousser les limites. À l’image de la Française Nouria Newman qui, après avoir arrêté les compétitions officielles, est devenue en 2014 la première femme à descendre le Grand Canyon de la Stikine, au Canada.

Pas une mince affaire quand on sait que ces rapides, de classe V / V+, font partie des plus difficiles et des plus dangereux au Monde ! Mais rien n’arrête Nouria… Entre 2014 et 2017, elle a été sacrée trois fois championne du monde de kayak extrême.

Nouria Newman…©Dean Treml/Red Bull

On parle le plus souvent de « canoë-kayak », mais il faut noter que jusqu’à l’année dernière, le canoë était l’un des derniers bastions masculins aux JO et les femmes ne pouvait prétendre à un titre olympique qu’en kayak…

Mais pourquoi a-t-on longtemps poussé les femmes hors des canoë (où l’on est à genoux, armé·e d’une seule pagaie) sans leur interdire le kayak (où l’on est assis·e, avec deux pagaies) ? La « légende » voulait que la pratique intense du canoë déforme le bassin et finisse donc par nuire, sur le long terme, à une possible grossesse…

Du coup, puisque le canoë leur est interdit, c’est à bord de kayaks que les femmes se sont imposées dans ce sport. Dès 1938, elles sont admises aux premiers championnats du monde de course en ligne (en kayak monoplace), à Vaxholm en Suède.

En 1949, elles se font aussi une place lors des premiers championnats du monde d’eaux vives en slalom à Genève (en kayak toujours).

©CGC

Les femmes en ont sous la pagaie et le prouvent encore aujourd’hui. Grâce à l’investissement de canoëistes engagées comme Haley Daniels, les choses évoluent : des athlètes ont pu prétendre, l’été dernier à Tokyo, aux premières médailles olympiques de l’histoire du canoë féminin.

Ouverture ©Wikipedia

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Benoit Beaufils : « Quand j’ai commencé la natation artistique, on s’est bien foutu de ma gueule. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une militante ÀBLOCK! depuis toujours, une Parisienne en short à paillettes, un défi qui fait des vagues, un nageur artistique qui se jette à l’eau (Benoit Beaufils sur notre photo) et un portrait en 5 infos sur une skieuse de tous les records, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »
Clarisse Agbegnenou

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un nageur artistique et une pilote moto confrontés tous les deux au sexisme, une boxeuse ambitieuse ou encore 5 infos clés sur l’une des meilleures judokates mondiales, Clarisse Agbegnenou (sur notre photo), c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
Mikaela Shiffrin, 5 infos sur la fille de tous les records

Mikaela Shiffrin, 5 infos sur la skieuse de tous les records

La queen de la glisse a encore frappé ! On ne parle pas de Lindsey Vonn, mais de sa cadette, Mikaela Shiffrin. Si leur talent est comparable, la plus jeune des deux est bien partie pour supplanter le palmarès de son aînée. Une skieuse américaine qui détrône Lindsey Vonn ? Ça mérite bien un 5 infos pour cerner le personnage…

Lire plus »
Clara Direz

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Cinq infos sur la nouvelle queen de la glisse, un Top des événements de l’année (avec la skieuse Clara Direz sur notre photo) une musher en pleine odyssée ou encore une puncheuse aux grands objectifs, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Bonne lecture !

Lire plus »
Charlotte Cagigos : « En hockey, si nous voulons performer, nous sommes contraintes de nous entraîner avec les garçons. »

Le Maxi Best-of ÀBLOCK! des dernières semaines

Fêtes de fin d’année ou pas, on est restés ÀBLOCK! Des récap’ de l’année 2022 comme s’il en pleuvait, des initiatives #ablockensemble, des questionnaires sportifs en vidéo, des paroles de photographe, des rencontres ébouriffantes… Voici le Maxi Best-of spécial rattrapage !

Lire plus »
Laura Gauché

2023, le Top 10 des événements sportifs féminins

Mieux vaut avoir profité des fêtes pour souffler un peu car 2023 promet un sacré programme ! Ski, judo, rugby, football, athlé, tennis ou hand… buffet à volonté, messieurs-dames ! Mais pour éviter une overdose sportive, on a fait un tri (certes drastique) en vous dégotant les 10 plus gros événements féminins à ne pas manquer cette année.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Aurélie Groizeleau : « Être arbitre, ça endurcit le caractère »

Aurélie Groizeleau : « Être arbitre, ça endurcit le caractère. »

Elle est sur tous les fronts. Aurélie Groizeleau, 32 ans, manie le sifflet aussi bien sur les terrains internationaux que lors des rencontres de ProD2. Professionnelle depuis le mois de septembre, la Rochelaise pourrait, sous peu, relever un nouveau challenge : arbitrer des matches lors de la Coupe du monde féminine de rugby l’an prochain en Nouvelle-Zélande. Portrait d’une battante qui refuse de rester sur la touche.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner