Shaïnez El Haïmour : « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »(Premier Crochet. Épisode 6)

Shaïnez El Haïmour « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »
Troisième mondiale en karaté kyokushinkai, Shaïnez El Haïmour est la première Française à avoir remporté, fin 2019, la médaille de bronze au Championnat du Monde à Tokyo, au Japon. Également multiple championne d'Europe de la discipline, elle se raconte dans ce nouvel épisode du podcast Premier Crochet signé Audrey Largouët, revenant sur les événements qui lui ont permis de décrocher son titre mondial à travers son rapport à cette discipline qu'elle pratique depuis ses 6 ans.

Publié le 21 septembre 2021 à 17h00, mis à jour le 05 octobre 2021 à 11h57

« J’ai tout de suite été plongée dans un environnement de performance. Ma mère qui est très combative, qui ne lâche rien, me donnait toujours l’image d’une bouteille d’eau vide, mais où tu peux voir des petites gouttelettes à l’intérieur. Elle me disait : “ Essaye d’avoir cette image quand tu combats ou quand, dans la vie, tu n’en peux plus, pars du principe que t’as toujours ces petites gouttelettes qui restent et qui vont te permettre de faire face à l’adversité, à la difficulté. ” Et c’est quelque chose qui m’est resté. »

Dans ce nouvel épisode de Premier Crochet, Audrey Largouët nous propose d’entendre l’histoire intime de Shaïnez El Haïmour avec son sport, le karaté kyokushinkai.

©Bruno Guillard

Un sport d’abord vécu douloureusement (« J’avais toujours en tête l’objectif de mes parents, que ce soit à l’école, que ce soit dans ma vie, que ce soit dans mon comportement, et d’autant plus dans le sport où je voyais la joie que ça pouvait leur procurer. Ils étaient très présents dans les entraînements, dans les compétitions, ils en ont raté aucune et en fait je pense que, sans le vouloir, ils ont mis beaucoup de pression sur mes épaules. ») puis apprivoisé, jusqu’à devenir un élément central de sa vie.

Dans Premier Crochet, podcast sur celles qui pratiquent les sports de combat, sur leur passion pour ces sports réputés violents et longtemps réservés aux hommes, Shaïnez El Haïmour n’a pas peur de prendre la parole pour se confier sur son parcours, ses craintes, ses difficultés, ses joies aussi.

Elle nous explique son déclic pour le karaté, mais aussi son rapport au corps : comment fait-on face à la douleur et aux coups ? Comment fait-on face à la pression et aux attentes des autres ?

©Bruno Guillard

Et Shaïnez El Haïmour de s’interroger sur la place de la femme dans cet univers encore trop masculin.

« Mon objectif, ce serait aujourd’hui de démocratiser un peu plus la pratique des femmes, de revoir certaines choses, ne serait-ce que les tailles des coupes, pourquoi est-ce qu’on devrait avoir des coupes plus petites que celles des hommes ? Les hommes ont beaucoup plus de récompenses, sont beaucoup plus mis en avant dans toutes les cérémonies et je trouve que c’est quelque chose de non justifiés. Il est très important de mettre en place des moyens pour qu’on ait accès aux mêmes choses que les hommes car, homme ou femme, on ressent tous la même chose, on vit tous les choses intensément, on est tous attachés à cette pratique. »

On l’écoute ?

Photos ©Bruno Guillard

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi écouter…

Chloé Trespeuch : « J’ai grandi dans l’idée que quand on a un objectif, il faut se battre pour aller le chercher. »

Chloé Trespeuch : « J’ai grandi avec l’idée que, quand on a un objectif, il faut se battre pour aller le chercher. »

À Pékin, en février, elle décrochait une deuxième médaille olympique, l’argent, huit ans après le bronze qu’elle raflait, à 19 ans, à Sotchi. Dans le podcast « Extraterrien », signé Barthélémy Fendt, la snowboardeuse Chloé Trespeuch slalome entre des sujets aussi divers que son goût du défi et de l’adrénaline, sa sensibilité écologique, son régime végétarien ou encore sa préparation mentale. Conversation sans chichi avec une championne.

Écoutez »
Diana Nyad La nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

Diana Nyad, la nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

En 2013, elle reliait à la nage, sans aucune protection contre les requins, Cuba à Key West, en Floride. Elle avait 64 ans. L’Américaine Diana Nyad était alors surtout connue pour avoir été championne de squash dans les années 80. Mais son rêve, c’était de relever ce défi aquatique. She did it. Et elle se raconte dans cet épisode du podcast « Merci pour ce moment » signé Quentin Faure.

Écoutez »
Football

Une mère, une fille et des sports dits « de mecs »

Le Podcast signé Aïda Touihri ,« Tu seras une femme », qui explore la féminité sous l’angle de la transmission familiale, propose dans cet épisode à deux voix de revenir sur une histoire sportive générationnelle, celle d’une mère footballeuse et de sa fille rugbywoman. Et c’est à écouter (aussi) sur ÀBLOCK!

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La genèse du basket féminin, une réalisatrice qui roule sur les préjugés (via son doc Bande de Skateuses sur notre photo), une joueuse de rugby qui les plaque, une QQT (Question qui tue) pour s’ouvrir l’appétit et un Q&A (Questionnaire sportif) avec une handballeuse qui en impose, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

On y est, la première division de handball féminin a repris. L’occasion d’admirer des joueuses qui se donnent à 200 % sur le terrain. Pauline Robert, pivot de Besançon, ne fait pas exception à la règle. Elle répond à notre questionnaire sportif.

Lire plus »
Camille Grassineau, « Le tout, c'est de faire ce dont on a envie. »

Camille Grassineau : « Il y aura toujours des critiques sur une fille qui joue au rugby, moi je fais ce que je veux. »

Avec ses coéquipières de l’équipe de France de rugby à 7, elle vient de décrocher une médaille de bronze au mondial, en Afrique du Sud. Pour Camille Grassineau, c’est le signe de la grande forme d’un rugby féminin qui poursuit son développement discrètement mais sûrement. De bon augure à moins de deux ans de Paris 2024. Rencontre avec une rugbywoman dans une forme olympique.

Lire plus »
Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Elle est photographe et réalisatrice de documentaires. Son dernier film, « Bande de skateuses », est une épopée immersive sur l’explosion du skateboard féminin en France. Partie à la rencontre de plusieurs générations du milieu de la glisse sur bitume, Marion Desquenne en a rapporté un témoignage qui va au-delà de la simple pratique du skate et en dit long sur une société qui a encore du boulot en matière d’égalité des genres.

Lire plus »
Il était une fois… le basket-ball féminin

Il était une fois… le basket-ball féminin

À l’heure où les filles battent les parquets australiens pour le Mondial de basket qui se joue jusqu’au 1er octobre, si on remontait un peu le temps ? Lorsque le basket conjugué au féminin n’était que « le jeu favori des jeunes filles » et luttait pour se faire une place dans les instances.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner