Rechercher

Il était une fois le judo… féminin

Art martial, il a longtemps été une « histoire de bonhommes ». Les compétitions de judo, littéralement « voie de la souplesse », ne se sont ouvertes aux femmes qu’en 1980. Une certaine Rena « Rusty » Kanokogi trouva pourtant un subterfuge pour fouler les tatamis bien avant l’heure…

Par Clotilde Boudet

Publié le 12 octobre 2022 à 16h51, mis à jour le 17 avril 2023 à 16h48

Impossible de raconter l’histoire du judo féminin sans parler de Rena « Rusty » Kanokogi (sur notre photo ci-dessus). Cette américaine affectueusement surnommée « Mère des femmes du Judo » s’est imposée toute sa vie sur les tatamis.

Si le judo féminin a mis du temps à être reconnu, Rena « Rusty » Kanokogi a vite pris les devants.

Malgré une compétition féminine organisée à Paris en marge du mondial de 1950, le judo a, en effet, été longtemps considéré comme une affaire d’hommes.

Compétition féminine en 1950

Les premiers championnats du monde féminins ne furent organisés qu’en 1980, à New York. Le Judo fit son entrée aux Jeux Olympiques de Séoul huit ans plus tard mais seulement comme sport de démonstration avant de devenir officiel à Barcelone en 1992.

Avant ça, les femmes étaient tenues à l’écart des compétitions officielles.

Rena Kanokogi fut alors contrainte de trouver un subterfuge pour concourir. Lequel ? Se travestir en homme pour participer au championnat YMCA de New York de 1959.

La judokate gagne la médaille d’or, mais une fois démasquée par le jury, elle est contrainte de déclarer forfait et de rendre son trophée.

Après cette humiliation, Rena Kanokogi part sur les terres natales du judo. À Tokyo, au Japon, elle intègre le Kodokan, dojo mythique fondé en 1882 par le créateur de la pratique, Jigorō Kanō.

Ce dernier, en avance sur son temps, enseigne l’art du judo aux femmes dès 1893. Keiko Fukuda, qui fut une de ses dernières élèves, est devenue en 2011 la première femme – et la seule à ce jour – à être promue ceinture noire 10e dan.

Quant à Rena Kanokogi, elle est devenue la première femme autorisée à s’entraîner dans le groupe des hommes du fameux Kodokan.

Par la suite, elle est rentrée aux Etats-Unis et a hypothéqué sa maison pour organiser, en 1980, les premiers championnats du monde de judo féminin. En 2008, elle reçoit des mains de l’empereur lui-même, la plus haute distinction japonaise : l’Ordre du Soleil Levant.

Keiko Fukuda, judokate la mieux classée de l’histoire du sport de combat, unique femme à atteindre le plus haut grade de judan.

En France, aujourd’hui, on compte plus d’une star des tatamis. En commençant par l’une des meilleures combattantes mondiales, Clarisse Agbegnenou, médaillée en trois couleurs et porte-drapeau des derniers JO de Tokyo.

Mais aussi, la championne paralympique de judo en 2016, à Rio, deux fois médaillée d’argent et douze fois Championne de France, Sandrine Martinet.

Ou encore, last but not least, celle qui vient tout juste de décrocher l’or aux Mondiaux 2022 face à la Brésilienne Beatriz Souza, Romane Dicko. À 23 ans, elle s’est imposée en finale des +78kg à Tachkent, en Ouzbékistan, un an après sa médaille de bronze aux Jeux de Tokyo.

Une performance, une vraie : c’était sa première participation aux Championnats du monde de judo. Le top, tout simplement.

Romane Dicko…©FFJudo

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Le Best-of ÀBLOCK!

Une crack qui nage à très grande vitesse, une fille qui prend son envol, une danseuse qui rêve de JO, les pionnières du baseball, une championne qui grimpe, une autre qui nous booste avec ses tutos (Jess Vetter sur notre photo) et un nouveau mercredi où les KIDS ont pris le MIC, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Kids

À la puberté, faut limiter le sport oui ou non ?

Le sport, quand on est parents d’un ado, c’est un peu « Je t’aime, moi non plus ». Qu’il pratique une activité sportive, évidemment… mais pas trop quand même. « Pense aussi à l’école » ! Et puis, il paraît que le sport et la puberté ne font pas bon ménage. Il paraît…

Lire plus »
Il était une fois le baseball... féminin

Il était une fois le baseball… féminin

Il débarquera aux Jeux Olympiques 2028 de Los Angeles. Rien de très surprenant pour un sport made in America. Les femmes en ont d’abord été écartées, mais elles ont vite pris les battes en main ! Retour sur l’histoire des pionnières du baseball.

Lire plus »
Premier Round, un combat ÀBLOCK! Kids

Premier Round, un combat ÀBLOCK!

S’engager pour l’insertion socioprofessionnelle des jeunes des quartiers prioritaires, lutter contre la maltraitance envers les enfants sous toutes ses formes, ce sont les missions musclées de Premier Round, asso lancée par la boxeuse Rima Ayadi.

Lire plus »
Sandrine Alouf : « Mes photos de sportives, c’est une loupe sur une société ultra genrée. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière qui a le break dans le sang, une asso qui se bouge, des fonds pour donner une chance à mille petites filles, une photographe qui met à terre les préjugés et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Bon rattrapage !

Lire plus »
Mélissa Plaza : « Le slam est très thérapeutique. Quand je répare ces femmes en mettant les mots justes aux bons endroits, je me répare moi-même. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une ex-footeuse qui rejoint la Team ÀBLOCK! pour slamer sur des championnes inspirantes (Mélissa Plaza sur notre photo), un nouvel éclairage juridique sur le sport, la présentation d’un mondial qui fait des vagues et une rubrique Kids qui nous donne des ailes, c’est le top de la semaine ! Enjoy !

Lire plus »
Justine Pedemonte : « Je fais de la moto, je suis une fille… au lycée, ça fait parler. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une histoire de raquettes et volants, une femme engagée qui donne de la voix pour réparer les corps, le retour des Kids (avec la pilote moto de 16 ans, Justine Pedemonte) et une double journée de grimpe en salle, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Badass, le nouveau mag carrément ÀBLOCK!

Badass, le nouveau mag carrément ÀBLOCK!

Ce seize pages sympa à lire – en mode « posterzine » – va « droit au but » pour mettre toutes les sportives sur le podium. De quoi être dans les starting-blocks pour son premier numéro et sa collecte participative. Nous, on adhère !

Lire plus »
Maame Biney, la black short-track attitude

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un mix de course, natation et paysages, une flèche sur glace (Maame Biney sur notre photo), une artiste tatouée, une monumentale capitaine et une question qui tue, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Bon rattrapage !

Lire plus »
Amélie Mauresmo

Amélie Mauresmo : 5 infos pour briller sur les courts

Joueuse la plus titrée du tennis féminin français, Amélie Mauresmo s’est hissée au rang de légende. Malgré une carrière sportive arrivée à terme, l’ancienne numéro 1 mondiale ne se trouve jamais bien loin des courts. Retour sur les grandes dates d’Amélie Mauresmo, joueuse au remarquable revers à une main.

Lire plus »
Cori Schumacher

Cori Schumacher, la surfeuse indignée

Ses trois titres de championne du monde de longboard lui ont permis, non seulement, de marquer l’histoire du surf mais aussi, et surtout, de se faire entendre. Depuis vingt ans, Cori Schumacher se bat pour un monde plus juste. L’Américaine, retraitée du circuit mondial depuis neuf ans, a choisi, pour se faire, d’entrer en politique. Portrait d’une activiste qui ne se contente pas de surfer sur la vague.

Lire plus »
Charlie Moss

Speakers dans les stades : les femmes aussi donnent de la voix !

Elles chauffent des stades de foot et de rugby blindés de supporters prêts à en découdre. Elles, ce sont les speakers femmes, ces voix de l’ombre qui s’expriment haut et fort dans un milieu souvent majoritairement masculin. Des matchs ambiancés d’une main de maître…de cérémonie. Lançons la Ola pour ces ladies du micro !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner