Laëtitia Bernard : « Le saut d’obstacle m’a aidée à dépasser mes peurs. »Équitation, tandem, triathlon, 38 ans, journaliste

Laëtitia Bernard : « Le saut d’obstacle m’a aidée à dépasser mes autres peurs. »
Championne de France en sauts d’obstacles handisport et journaliste à Radio France, Laëtitia Bernard est aveugle de naissance. Ce qui ne l’a jamais fait reculer et elle a su s’élancer pour trouver sa joie et sa liberté, autant sur le plan personnel que sportif. Un parcours incroyable qui rappelle que tout est possible lorsqu’on dépasse ses craintes. Une femme 100 % ÀBLOCK!

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 06 avril 2022 à 19h39, mis à jour le 01 mai 2022 à 8h48

« Pour mes parents, professeurs d’EPS tous les deux, avoir une activité moteur était une évidence. Ils pratiquaient eux-mêmes l’athlétisme, le handball, la natation ou encore la planche à voile. Donc il était impossible pour moi de passer à côté du sport !

Ils ne m’ont jamais poussée à être une grande sportive, mais à pratiquer une activité physique. Cette démarche de recherche de performance est venue beaucoup plus tard pour moi, quand j’ai commencé à faire de l’équitation.

Au départ, c’était pour me dépenser physiquement, me faire plaisir et mieux connaître mon corps, étant aveugle de naissance. J’ai débuté par le judo de mes 5 à mes 12 ans, puis un peu de natation, de ski et de course à pied. L’équitation est venue à l’adolescence.

J’ai eu un coup de cœur pour les sensations que ce sport me provoquait. Et pour la technique que cela exige. Tout cela grâce à la rencontre avec une animatrice extraordinaire qui m’a transmis sa passion et qui a su comment m’amener à approcher toutes les techniques.

J’ai débuté par la marche, le trot puis j’ai appris à galoper et le saut d’obstacles est venu vite parce que ma monitrice en était spécialiste. Elle m’a appris petit à petit pour que je ressente les différents passages.

Étonnamment, je n’avais pas peur de faire du saut d’obstacles malgré mon handicap. Je pense que j’étais à un âge où on ne se pose pas encore trente-six questions et je faisais assez confiance à ma coach pour me lancer sur la piste.

Je crois même que c’est l’apprentissage de cette sensation de l’obstacle qui m’a aidée à dépasser mes autres peurs. Parce que j’avais peur de la vitesse, par exemple, ou lorsqu’il a fallu sauter en-dehors de la piste fermée et que le poney avait peur d’une branche, d’un oiseau… L’obstacle en lui-même n’est pas le plus important.

En revanche, si la peur me vient, mon cheval va faire des trucs bizarres. Il faut que je lui fasse sentir ma présence, ma concentration et ma confiance pour que tout se passe bien. Dans ce cadre, j’ai fait de la préparation mentale parce qu’il a suffi de mauvaises expériences pour que je buggue durant des parcours. Tout est une relation de confiance : des chevaux aux encadrants en passant par les enseignants.

Mon arrivée à la compétition est venue de ma coach qui avait vu une cavalière aveugle suivre un autre cavalier. Elle s’est dit qu’on pourrait essayer comme ça car il y avait un groupe de jeunes dans mon club qui allait aux Championnats de France Handisport. C’était plutôt en dressage, mais ils m’ont emmenée avec eux pour le saut d’obstacles.

Il faut savoir que j’ai commencé et que je continue en circuit « valides » tout simplement parce que je suis allée frapper au club à côté de chez moi. Je ne suis jamais allée dans une section Handisport.

Au moment où j’ai eu l’opportunité de partir en compétitions avec ce groupe handisport, il y a eu de plus en plus de circuit de compétitions ouverts aux athlètes handisports : le jumping de Bordeaux ou encore les différentes coupes du monde ont ouvert leurs pistes à des épreuves handisport.

J’ai donc débuté la compétition handisport en 1997 (Laetitia Bernard est quintuple championne de France handisport de sauts d’obstacles en 1997, 1998, 2000, 2002 et 2005, ainsi que championne de France de dressage poney en 1997 et 2000, Ndlr) et j’ai commencé à tourner chez les valides en 2005.

J’avais deux possibilités pour les compétitions : soit un cheval faisait le parcours devant moi et le cavalier me disait quoi faire, alors que je restais à deux-trois foulées de distance. Soit, le cavalier aveugle était seul et on posait des crieurs à côté de l’obstacle. J’aimais bien cette technique.

En général, le saut d’obstacle en handisport, c’est costaud, et ça demande une sacrée dose de concentration et donc, d’énergie ! Ce qui m’a toujours aidée, c’est d’avoir une connexion avec mon cheval. Celui avec qui j’ai fait la plupart de mes compétitions était une sorte de tapis volant ! Je lui disais « On y va, go ! » et il m’emmenait, c’était assez impressionnant.

Aujourd’hui, je ne fais plus de compétitions, ma dernière était en 2017 – c’était plutôt une démonstration -, notamment parce que je travaille tous les week-ends à la radio et avec mes horaires décalés, je n’ai plus assez de temps et d’énergie.

L’équitation m’a apportée plusieurs choses : le fait d’avancer dans une discipline et d’aller chercher des résultats m’a offert un énorme équilibre de vie, beaucoup de force intérieure, d’énergie et un épanouissement personnel.

Je me souviens qu’au moment où je faisais mes études, l’équitation était ma bouffée d’oxygène. Ça a été un moteur incroyable !

Sinon, sur le plan de la pratique sportive, essentiellement, ça fait un bien fou nerveusement, psychologiquement, ça permet de lâcher prise mentalement. Aujourd’hui, je ne peux toujours pas me passer de la pratique physique par exemple : je continue l’équitation – la compétition ne me manque pas tellement -, et je me suis mise au tandem et au triathlon.

Si je devais motiver des athlètes handisports à se lancer, je dirais simplement que le sport fait un bien fou et qu’il ne faut pas hésiter à tester différentes activités. Mais, surtout, je parlerais aux structures – hors des structures pour sportifs handis – car c’est à elle d’oser ouvrir leurs portes aux personnes en situation de handicap.

C’est à elles d’imaginer ce que l’on peut faire ensemble pour dépasser les présupposées impossibilités. J’ai moi-même eu cette chance-là, d’être allée tester un sport qui me faisait vibrer dans un club à côté de chez moi où la coach s’est demandée ce qu’on pouvait faire pour me faire vivre l’équitation et me faire partager les émotions du sport.

Comme le titre de mon livre le proclame, « Ma vie est un sport d’équipe »* et ça doit être de même pour chacun des sportifs handisports qui veulent se lancer. Il est important que les moniteurs et les clubs adaptent leur pédagogie et que les sportifs soient dans le partage et la bienveillance. Chacun peut faire un bout du chemin !

J’ai fait une formation de journaliste classique, mais c’est au moment de chercher un métier que je suis allée vers ma passion qui était donc le sport via l’équitation. J’avais envie d’être un vecteur d’information fiable et d’aller creuser les choses.

J’ai débuté à France Bleu et, petit à petit, j’ai eu des idées et des envies qui m’ont menées à présenter, en 2015, le Journal des Sports sur France Inter tous les week-ends puis à tenir la chronique sportive quotidienne de France Inter, Esprit Sport.

J’ai aussi eu envie d’approcher le parcours des grands sportifs sur un aspect plus sensoriel et j’ai lancé le podcast « Le Sens des Jeux » – une plongée dans les sports via une initiation sensorielle inédite, loin de la recherche de la performance mais au plus près de nos sens, Ndlr – avant les JO de Tokyo. J’ai pu rencontrer la judokate Clarisse Agbegnenou ou l’escrimeuse Cécilia Berder.

Je n’aurais jamais pensé vivre tout ce que j’ai vécu sur le terrain du sport et pour ce qui est des rencontres que j’ai pu faire. J’ai moi-même tellement d’obstacles à gérer au quotidien avec mon handicap que je n’ai jamais vu mon sport comme un obstacle à surmonter mais plutôt comme quelque chose de galvanisant. Comme un beau cadeau de pouvoir ressentir de si fortes sensations.

Quand je fais du saut d’obstacle, c’est vraiment la notion de mouvement en avant que je ressens, ce lâcher-prise obligatoire qui est comme un envol et quelque chose de très lumineux. Surtout dans la phase d’appel et pendant le décollage au-dessus de l’obstacle. C’est vraiment un mouvement de liberté ! »

  • « Ma vie est un sport d’équipe » (Radio France/ Stock, 2021)
  • Pour suivre les élans sportifs et journalistiques de Laëtitia Bernard, c’est sur son compte Instagram, @laetitia_bernard_journaliste

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Elle s’est engagée dans un marathon à vélo de vingt-et-un jours et plus de 3 300 kilomètres ! Julia Favresse fait partie des neuf cyclistes retenues par l’association « Donnons des elles au vélo J-1 » pour parcourir les étapes du Tour de France un jour avant le peloton hommes. Un défi sportif XXL pour la Beauvaisienne dont l’ambition, à terme, est de développer le sport féminin dans les Hauts-de-France.

Lire plus »
Camille : « Le sport outdoor me permet de revenir à l'essentiel.»

Camille : « Le sport outdoor, ça permet de revenir à l’essentiel.»

Elle a quitté Paris et une vie confortable sur un coup de tête. Camille Dubois-Leipp s’est installée à Annecy avec l’envie de profiter, chaque jour, d’un terrain de jeu naturel propice à la pratique sportive. Une passionnée des grands espaces qui a mis à profit ce nouveau départ pour créer Outtrip, une plateforme dont l’ambition est de rendre les activités de pleine nature plus accessibles et plus inclusives.

Lire plus »
Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Elle a découvert ce sport acrobatique par hasard. Et n’a plus jamais cessé de pratiquer depuis. Adélaïde Gandrille, traceuse et présidente de l’association Pink Parkour, a trouvé dans le PK comme on appelle le parkour chez les initiés, un moyen de s’épanouir, physiquement et intellectuellement. Témoignage d’une fille qui sait comment franchir tous les obstacles.

Lire plus »
Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »
« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Hashimoto Seiko, l’olympisme et l’égalité à cœur et à cris

Hashimoto Seiko, l’olympisme et l’égalité à cœur et à cris

Couronnée du Trophée mondial « Femme et Sport » 2021 par le CIO, Hashimoto Seiko, présidente du Comité d’organisation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et septuple olympienne dans deux disciplines différentes, est plus que jamais une femme ÀBLOCK! Portrait d’une influente au royaume du sport mondial qui a l’olympisme et ses valeurs dans la peau.

Lire plus »
Pierra Menta 2022 : le bonheur est dans le trail

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une triathlète pas comme les autres, un trail grandeur nature (Pierra Menta sur notre photo), une pionnière qui chérit le ballon rond, un retour sur une finale de tennis interminable et sur des JO en noir et blanc et une portière déterminée… C’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour bien commencer les vacances !

Lire plus »
Un Bunny Up ? Cékoiça ?

Un Bunny Up ? Cékoiça ?

Le bunny up ou bunny hop, que l’on peut traduire par saut de lapin en français, est l’une des techniques phares de l’univers du VTT. Mais qu’est-ce que c’est ? Et en quoi ça consiste ? Les coachs ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Suite de notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Raymonde Cornou : « Lorsque j’ai commencé à courir, certains hommes me bousculaient, me criaient de retourner à ma cuisine. »

Raymonde Cornou : « Quand j’ai commencé à courir, certains hommes me bousculaient, me criaient de retourner à ma cuisine. »

Son histoire est pour le moins épique. Elle est la première Française à s’être alignée au départ du marathon de New York, l’une des pionnières des courses longues distances sur route en France. Raymonde Cornou a ouvert la voie à une époque où les femmes n’étaient pas autorisées à courir un marathon. Radiée à vie de la Fédération Française d’Athlétisme pour avoir bravé les interdits, rien ni personne n’a pu l’arrêter. Rencontre avec une athlète au caractère aussi acéré que les pointes de ses chaussures.

Lire plus »
15 juillet 1917 Les premiers championnats de France d’athlétisme féminins voient le jour

15 juillet 1917, les premiers championnats de France d’athlétisme féminins voient le jour

En 1917, la France compte de nombreux sportifs, mais elle compte aussi un paquet de sportives qui n’attendent que l’occasion de se mesurer les unes aux autres et de faire parler leur talent. Le moment arrive le 15 juillet avec l’organisation des premiers championnats de France d’athlétisme féminins porte de Brancion. Et qui dit première édition, dit premiers records. Découvrons ces pionnières !

Lire plus »
i'm sorry majolie mccann

« I’m sorry » ou le sarcastique cri des sportives

C’est l’histoire d’un clip engagé, créé par un couple de jeunes cinéastes au fin fond du Québec et qui devient viral. L’histoire d’une vidéo tournée à la demande d’un coach de soccer qui milite pour l’égalité des sexes dans le sport. C’est l’histoire d’une vidéo qui claque.

Lire plus »
Caroline Garcia, la saison n'est pas finie…

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un triathlon interactif, deux Ultra-Trails à couper le souffle, une tenniswoman qui est de retour au top (Caroline Garcia sur notre photo), une militaire à la force spéciale, une pionnière du ballon ovale et la Question Qui Tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. En attendant la prochaine…

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner